Aller en bas
Silenda
Silenda
Commandant de l'Imperial Intelligence
Commandant des Renseignements Chiss
Commandant de l'Imperial Intelligence  Commandant des Renseignements Chiss

Silenda (Fiche Terminée) Empty Silenda (Fiche Terminée)

le Lun 26 Nov - 16:43

Equipement :



- Blaster sonique impérial (inspiré de la technologie géonosienne et du SonoMax 75)

- Déguisement holographique (pour simuler une apparence humaine pour ne pas indisposer une partie de ses collègues)

Description physique :



Pour les partisans de la ligne dure de l’Empire Galactique, en tant qu’alien, Silenda est repoussante. Parmi les siens, plusieurs la trouvent désirables. Pour les curieux, elle est exotique. Pour certaines créatures carnivores, elle a l’air appétissante. Tout, donc, est une question de point de vue. Si on se fie à un rapport rédigé par un membre de l’Imperial Intelligence, on peut lire ceci : Silenda a tout pour être un avatar de la beauté, une figure vénérée et révérée par tous les habitants de l’Empire Galactique. L’Imperial Intelligence forçant la plupart de ses membres au secret, malheureusement, elle n’en reste pas moins  adulée et reconnue comme tel au sein de l’organisation, tant par les individus de sexe masculins que féminins. Oui, plusieurs commentaires et ce pas tous flatteurs sont entendus à son sujet mais ils sont en général des plus favorables, heureusement.

Silenda (Fiche Terminée) Suc10

Silenda, Commandant des Renseignements Chiss

Le port noble et altier, le regard vif et pénétrant, le tout sur un corps aussi robuste que sain, elle a tout de l’officier prête à tous les sacrifices pour son Empire (ou pour l’Ascendance) et elle a de quoi faire la fierté de son peuple. Elle reste aussi séduisante malgré le temps qui passe et qui file, ce qui lui confère un avantage non négligeable en termes de pouvoir de séduction… Physiquement, pour faire Silenda… Prenez un corps sculptural alliant la finesse des traits et formes de la femme de rêve, la silhouette agile de l’acrobate et la musculature relativement légère d’une personne formée au maniement des armes. Ajoutez-y des formes propres à damner le plus chaste des mortels, un visage qui n’est que mystère avec son je ne sais quoi de particulier et une chevelure de sombre vous aurez une bonne idée du à quoi ressemble le produit fini. Flatteur et avantageux.

Évidemment, la pigmentation de peau bleue, les yeux rouges et l’apparence générale d’une Chiss font en sorte que certains ne se sentent pas forcément en confiance en sa présence, encore plus quand on considère son métier. C’est pour cette raison qu’elle ne sort jamais sans son déguisement holographique qui est plus un accessoire mode qu’un gadget hautement sophistiqué, en ce sens qu’il lui donne l’air d’une humaine, une apparence préprogrammée qu’elle ne peut pas altérer sur le moment. De ses propres mots, il n’y a pas de honte à s’adapter à son environnement. Si c’est ce qu’il faut pour mettre en confiance ses homologues au sein de la communauté galactique, son attitude pragmatique n’y voit pas d’inconvénient majeur. Et la ressemblance entre son apparence naturelle, soit Chiss, et humaine est déconcertante. De l’excellent travail.

Silenda (Fiche Terminée) Sdh10

Silenda, Adoptant son déguisement humain

Côté vestimentaire, si elle opère au sein de l’Empire Galactique, elle porte un uniforme blanc qui rappelle celui porté jadis par Wullf Yularen. Ce choix de garde-robe n’est pas dû qu’à la fonction, il se veut une affirmation claire de son appartenance à l’Empire Galactique, le noir étant la couleur des uniformes des forces armées chiss. Naturellement, quand elle opère au sein de l’Ascendance, elle porte un uniforme noir tel que le demande le protocole. Côté tenues civiles, on ne peut pas dire qu’elle en ait des tonnes, le poste de commandant la gardant en général bien trop occupée pour penser à des frivolités comme des vacances. Même les occasions dites mondaines au sein de l’élite de l’Empire, elle y va en uniforme même quand il n’est pas obligatoire. Ainsi, elle reste facile à repérer dans une foule si jamais ses subordonnés ont besoin de la retrouver d’urgence…


             

Description mentale :



Contrairement à la plupart de ses contemporains, Silenda est étonnamment sociable et chaleureuse et curieuse, ce qui tranche avec la froideur coutumière de son peuple. Peut-être est-ce une ruse élaborée pour tromper ceux qui l’entoure ou peut-être qu’elle s’est réellement « réchauffée » au contact de la diversité offerte par l’Empire. Nul ne le sait en dehors d’elle mais cette cassure avec la moyenne des Chiss fait en sorte qu’elle est appréciée de ses pairs impériaux et de ses subordonnés. Elle est toutefois capable d’adopter une conduite plus classique quand elle interagit avec les siens bien qu’officiellement, ces occasions soient relativement rares et peu fréquentes. Méritocrate convaincue, elle veut offrir à l’Empire qui l’a accueilli tous les standards d’excellence que l’on exigerait des constituants de l’Ascendance Chiss et rien de moins.

Naturellement, cela la rend extrêmement impopulaire auprès de la ligne dure de l’Empire, les vieilles familles préférant le népotisme et le statut social comme déterminant les promotions que le talent brut. Virar Ozzel fut d’ailleurs son principal rival au sein de l’Imperial Intelligence avant le suicide de ce dernier. Évidemment, le fait qu’une Chiss, issue d’une espèce notoirement connue pour la culture du secret et une ligne de pensée axée sur des stratégies défensives se soit élevée dans les rangs en un temps record a été accueilli d’un très mauvais œil surtout que les accusations d’un agenda caché n’ont pas tardé à fuser de tout côté. De tout temps, fut-il argumenté, les Chiss ne visent que leurs propres intérêts et ce qui se trouve au sein de leurs frontières. Une rhétorique agressive qui fit que Silenda fut soumise à une enquête par les affaires internes.

Certains disent qu’elle n’a jamais tué de ses propres mains. Elle a poussé des gens à prendre leur propre vie. Elle a ordonné la mort de dizaines d’autres. Mais jamais Silenda n’a fait le sale travail elle-même, selon la rumeur. Comme il y a en général un fond de vérité derrière ce genre de choses, on peut se demander jusqu’où l’intellect redoutablement aiguisé de cette femme se rend. On la compare souvent à un autre Chiss qui a marqué l’histoire, Thrawn, dont elle cite parfois les paroles, l’une d’entre elle étant comme quoi « la différence entre une erreur et une faute c’est que tout le monde peut commettre une erreur mais qu’elle devient une faute si on refuse de la reconnaitre et de la corriger ». Contrairement à bien des officiers, elle n’exécute pas ses subordonnés par caprice mais il existe une liste de ceux qui ont perdu la vie suite à une faute grave.

Une chose est bien certaine. Malgré une façade plus humaine, malgré une certaine forme de compassion et d’indulgence, Silenda reste une Chiss. Soit elle est réellement plus loyale à l’Empire qu’à l’Ascendance, ce qui s’est vu par le passé, soit elle se livre à un double jeu dont les rouages sont parfaitement huilés, se jouant de ses adversaires et de ses détracteurs comme certains virtuoses jouent d’un instrument de musique. Nombreux ont été ceux à tenter de découvrir la vérité et elle a déjà été interrogée par les chevaliers impériaux et tout ce qu’ils ont pu lire en elle, à chacune de ses réponses, c’est la neutralité de ses propos. Chose certaine : le numéro deux de l’Imperial Intelligence, celle qui se tient à la droite du Moff lui-même, si tant est qu’elle est un agent double, aura réussi l’infiltration la plus parfaite de l’histoire de l’Empire et de l’Ascendance…


         

Histoire :



Selon mon dossier, je suis née sur Csilla et quand j’ai été en âge de rejoindre le corps expéditionnaire chiss, j’ai décidé de rejoindre les mondes impériaux pour servir cet Empire avec lequel nous sommes alliés. On a vite remarqué mon talent naturel pour tout ce qui est logique et déduction et j’ai fini au sein de l’Imperial Intelligence dont j’ai rapidement gravi les échelons. Tout ceci, bien évidemment, est un mensonge élaboré. Je suis bel et bien née sur Csilla sauf que quand j’ai été en âge de le faire, ce sont les renseignements chiss que j’ai rejoint. Mon prénom, mon nom, on me les a enlevés pour me donner une nouvelle identité. Silenda. Et cela me convient parfaitement. Après tout, un nom c’est simplement une étiquette de plus qu’on vous colle. Que Silenda soit un prénom ou un nom de code, où est la différence? C’est ce à quoi je réponds.

J’ai gravi rapidement les échelons des renseignements chiss, mon ambition fut d’ailleurs rapidement remarquée par mes supérieurs. Il ne faut pas confondre ambition et arrogance. Ce désir de constamment repousser ses limites, d’en faire davantage, de découvrir de nouvelles choses, de tenter d’améliorer ce qui est… Un proverbe de chez nous dit : un bon soldat obéit sans poser de question, un bon officier commande sans connaître le doute. À cela on peut ajouter : un bon Chiss ne voit pas un problème, il voit une multitude de solutions. Loin de moi de dire que certains aspects de nos institutions sont conservateurs. Ce n’est pas ma place. Le directeur des renseignements chiss le dit. Moi… Je ne fais que démontrer la chose en relevant ça et là les failles dans la structure et en contribuant à leur amélioration. Ne jamais oublier sa place. Jamais au grand jamais.

Comme tout bon agent des renseignements chiss, nous soumettons un certain nombre de rapports et de propositions à nos supérieurs. J’ai eu la… Folie si on veut… De proposer quelque chose qu’aucun Chiss digne de ce nom ne voudrait vraiment tenter : une infiltration en profondeur de l’Empire Galactique en jouant les agents doubles. Il faut comprendre que pour mon peuple, nous sommes parfaitement satisfaits de nos frontières et que nous n’avons pas cette volonté de domination totale de la galaxie comme nos alliés. Comme nos relations ne sont pas forcément les plus belles qui soient (la ligne dure de l’Empire nous considère comme des sous-êtres et les citoyens impériaux critiquent notre attitude prudente face à la guerre), tendre une perche (plus ou moins empoisonnée) semble une stratégie tout à fait honorable. Un mince sacrifice à faire pour l’Ascendance.

Il fut donc décidé que mon dossier serait modifié pour faire en sorte que j’ai l’air de venir du corps expéditionnaire chiss. Comptez sur mon peuple pour bien faire les choses : même l’examen le plus minutieux par les autorités impériales n’y a vu que du feu. Quand j’ai quitté Csilla avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête (si cette initiative porte ses fruits, il y aura au bout du compte une reconnaissance de la chose, si elle échoue, une tête roulera… La mienne), j’étais une simple agente des renseignements chiss qui s’est retrouvée à joindre l’Imperial Intelligence en partant de la base. Il faudrait plus que l’indignation de me faire prendre de haut par des gens qui n’avaient pas le dixième de mes compétences pour me faire renoncer à ma mission. Pour mon peuple. Si nous espionnons l’Empire, ils nous espionnent… Et je me devais de savoir ce qu’ils savaient.

Évidemment, en ces temps de guerre, personne n’a posé de questions. Je veux dire, pourquoi est-ce qu’il serait si surprenant qu’une Chiss veuille aider l’Empire? Ce n’est pas comme si je venais de territoires républicains. Nous sommes, qu’ils le reconnaissent ou non, de précieux alliés pour les impériaux. Et comme toute bonne infiltration, il faut savoir jouer ses cartes prudemment et couvrir ses traces. Qui aurait pu raconter une histoire différente quand vous n’avez pas d’histoire? Je savais pertinemment que l’Académie serait facile à influencer, ses systèmes à trafiquer et donc comme dans toute bonne infiltration, j’ai utilisé l’approche la plus adéquate. Dans ce cas spécifique, je me suis arrangée pour briller, pour être la star. L’enjeu était de taille. Mais un enjeu de taille, c’est juste un défi plus stimulant. Comme si cela allait m’arrêter de toute façon.

Évidemment, comme on le sait, l’Empire en est un de rivalités et forcément, tôt ou tard, il faudrait que je les cultives pour mon propre bénéfice. Enfin… Celui de l’Ascendance. Et une fois dans l’Imperial Intelligence, tous, même les chevaliers impériaux auraient toutes les misères du monde à pouvoir accéder aux fichiers me concernant. On montre son athlète vedette. Son as d’atout. Mais outre la propagande, on veut en dire le moins possible. Et justement, comment part-on de la base pour se hisser au sommet? En manipulant. Ne nous trompons pas : je suis une experte, une pointure, du pur génie dans mon domaine. Mais une chose est éternelle : chaque entité a son favori et justement, il y en avait des chouchous que l’on prédisposait aux promotions.  Je les ai monté les uns contre les autres, en manipulant un pour mieux empoisonner l’oreille d’un autre…

Ceci dit, vous devez savoir une chose sur moi. Je n’ai jamais tué de mes propres mains. Jamais. Avec aucune arme. Oui je porte une arme. Je sais m’en servir. Je pourrais m’en servir. Mais tuer ne m’intéresse pas. Blesser physiquement ne m’apporte aucun plaisir. Mes jeux sont les jeux de l’esprit. J’ai fait assassiner des gens, j’ai poussé des gens au suicide, j’ai orchestré des morts mais directement, jamais. J’ai les mains les plus propres de la Galaxie. Pas une seule tache de sang, pas même microscopique. Alors si je vous dis que j’ai éliminé mes rivaux en les manipulant, vous pouvez être biens certains que c’était du grand art. Ceci étant dit, il fallait que j’évite de rester trop près. C’est bien plus efficace et convaincant quand vous n’êtes pas à proximité. Quand la poussière est retombée, il restait très peu de candidats potentiels pour prendre du galon.

Des années de patiente planification qui finalement portaient fruit. C’est ainsi qu’après des années de loyaux services et après avoir entretenu la zizanie entre mes rivaux, je fus nommée Commandant de l’Imperial Intelligence. Ça aussi je l’avais prévu, planifié, je savais qui supporterait la décision et qui devait être écarté. Passez assez de temps avec les Humains et les autres espèces de la Galaxie et vous finissez par connaitre leurs faiblesses sur le bout des doigts. Il est tellement facile d’exploiter les divers vices de ces êtres éphémères… Il suffit d’en comprendre la psychologie pour obtenir ce que vous convoitez… Et frapper lorsque l’occasion se présente. Sans regret, sans remord : je voulais le poste et j’ai fait ce qu’il fallait pour l’avoir. J’ai sécurisé mes arrières, établis mes plans à court, moyen et long terme et le reste s’est presque fait tout seul.

Ceci dit, je voulais plus que simplement être un commandant de l’Imperial Intelligence. Au sein de l’Ascendance, au sein des renseignements chiss, ma notoriété avait considérablement augmentée et en parallèle, j’ai été nommé commandant des renseignements chiss. Il fallait que je me démarque encore plus. Je ne pouvais pas, réalistement, devenir Moff de l’Imperial Intelligence… Mais je pouvais viser le numéro deux, le bras droit, celui ou celle en charge de l’organisation. Mais pour devenir le bras droit du Moff de l’Imperial Intelligence, je devais cultiver de bonnes relations avec mes collègues ET je devais consolider la base qui me soutiendrait. Mes loyaux subordonnés. Cultiver le talent c’est un art. Savoir le trouver, l’aider à grandir et le garder entre vos mains. Et cultiver la loyauté? C’est encore plus difficile. Mais les bénéfices…

Je joue à un jeu dangereux, oui. Je me dois de pouvoir fournir des informations juteuses à l’Empire sur l’Ascendance tout en ne causant pas de dommages à mon propre peuple et à ceux qui tirent réellement mes ficelles. Personne n’est irremplaçable, c’est un fait. Alors je m’arrange pour prouver que je suis indispensable et ainsi, mon double jeu continuera de générer de somptueux profits. Qui sait. Peut-être qu’un jour je deviendrai directrice des renseignements chiss, après avoir pris ma retraite de l’Imperial Intelligence. Qui peut savoir. Et puis du reste, comme je ne prévois pas mourir prochainement, je veux être de ce monde pour voir ce qui se passera après cette guerre. Et je vais continuer de m’impliquer activement. Que ce soit à bord d’un destroyer stellaire, depuis mon bureau en tant que Commandant ou sur la ligne de front avec les soldats, je serai là.

Je tente aussi d’accomplir un certain nombre d’objectifs secondaires pour les miens. Cela implique donc de faire plus que sécuriser mes arrières face à l’Imperial Intelligence. Il faut aussi le faire face à d’autres institutions comme les chevaliers impériaux, les seuls à pouvoir usurper notre autorité. Raison de plus pour prouver qu’on peut très bien user de l’autorité qui nous est conférée et de ramener une victoire à la maison, sans tirer un coup de feu. J’ai la photo pour le prouver. Maintenant, petite question quizz pour se mettre en appétit. Que fait-on quand des insurgés menacent de prendre d’assaut le siège du gouvernement? Moi, j’ai usé de ma position pour mobiliser des forces militaires et j’ai déployé mon artillerie juste devant les lignes d’insurgés. Oh ils n’étaient pas encore arrivés, bien sûr, c’est le propre de savoir ce que l’ennemi va faire avant qu’il ne le fasse.

Silenda (Fiche Terminée) 59466010

Silenda, sous déguisement humain, Commandant de l’Imperial Intelligence, Photo d’archive : Je répondrai par la bouche de mes canons!

Quelle ne fut pas la surprise de ces messieurs dames de se retrouver devant une ligne de canons d’artillerie capable de les réduire en purée! Ça vous douche l’enthousiasme. J’ai fait calmement savoir à tout ce beau monde que je savais précisément ce qu’ils s’apprêtaient à faire et qu’en échange de leur reddition inconditionnelle, aucun mal ne leur serait fait. Maintenant, vous allez me dire : mais ça ne se passe jamais comme ça, personne ne se rend jamais! Vous oubliez un détail : je suis Chiss. Nous avons de la glace dans les veines. Je sais comment convaincre les gens. Au final, non seulement ils se sont tous rendus mais en plus j’ai réussi à capturer le cerveau de l’opération. Un infiltrateur issu du Consortium Éternel. Voilà qui a fait grandement plaisir à ma hiérarchie. Un utilisateur de la Force capturé par l’Imperial Intelligence, non les chevaliers impériaux…

Enfin. Je suis là où mes subordonnés ont besoin d’être galvanisés, je suis là où l’Empire Galactique a besoin de moi. Oh je ne suis que le numéro de l’Imperial Intelligence, je ne suis pas le Moff à sa tête. Peut-être. Peut-être. Mais contrairement à plusieurs autres commandants, moi je charme, je séduis, je rallie derrière moi et je fais ce que tous devraient faire : agir de façon proactive pour la gloire de l’Empire Galactique. Naturellement, tout ceci se fait en vérité pour assurer la pérennité de l’Ascendance Chiss et c’est un mandat qui me convient parfaitement. Que mes rivaux soient au sein de l’Empire ou des autres grandes puissances ou groupes influents, je n’ai qu’une chose à dire. Vous ne vous débarrasserez pas de moi si facilement. J’ai une mission à accomplir. Et en bonne Chiss, je la mènerai à bien car ainsi sont les gens de mon peuple.


         

Derrière l'écran :


Prénom/pseudo : V.

Age : 30 ans.

Comment avez-vous découvert le forum ? : Quatrième compte de Zarseen Raynar

Petit Plus ? :


"Ne me pose pas de question et je ne te dirai pas de mensonge."
Darth Ânkh
Darth Ânkh
Fondateur
Taa’Chume
FondateurTaa’Chume

Silenda (Fiche Terminée) Empty Re: Silenda (Fiche Terminée)

le Lun 26 Nov - 22:52
Et je valide cette nouvelle fiche avec plaisir cher ami ! Espionne bien tes petits copains !


Silenda (Fiche Terminée) 1522008726-signa2
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum