-60%
Le deal à ne pas rater :
Samsung Disque Dur Portable SSD Portable T5 (1 TB)
166.98 € 419.90 €
Voir le deal

Aller en bas
Plo Tan'ith
Plo Tan'ith
Amiral de la République
Amiral de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Mer 2 Oct - 22:00
Céréa, système républicain frontalier avec l’Empire Galactique était la cible du vaisseau en apparence civile, un cargo corellien qui voyageait en hyperespace. A son bord se trouvait deux clones, copies carbone du chasseur de primes mandalorien qu’avait été Jango Fett il y a déjà presque deux millénaires : le capitaine Talos et le lieutenant Dragger. Le capitaine Talos était un clone chargé d’escorter l’amiral et de s’assurer de sa garde rapprochée même si de façon officieuse, son rôle était beaucoup plus important.

En effet Talos était, avec le lieutenant Dragger, le principal aide de camp de Plo Tan’ith. Et ce dernier lui avait confié une mission sortant du cadre habituel de ses fonctions : celui d’épauler Amélia Wolf, aide de camp du commandeur suprême sur une mission particulière. Il avait accepté sans hésiter par loyauté envers le kel’dor qu’il estimait énormément pour sa compétence et ses aptitudes au commandement. Il en était de même avec Dragger qui lui voyait en cette mission spéciale et clandestine, l’opportunité de casser la routine qui avait pu s’installer dans sa vie, bien loin des combats aux côtés de ses frères d’armes. Certes, Talos avait aidé Plo à déjouer un attentat visant le commandeur suprême Maximilian Seidelman, et Dragger avait participé à la prise de la base d’Argus qui avait été compromise, mais ces petits « à côté » se faisaient rares quand on était au service de l’amiral Tan’ith.

Intérieurement mais sans se l’avouer, les deux clones avaient espéré que ces conspirateurs tentent de s’en prendre physiquement au Kel’dor afin d’avoir un peu d’action à se mettre sous la dent tant le fait de ne plus se retrouver sur le front leur manquait. Jusqu’à présent, ils avaient eu l’impression de rouiller et de s’ennuyer dans la gestion de l’agenda et les protocoles de sécurité de leur officier supérieur. Un peu d’action ne leur ferait sans doute pas de mal s’étaient-ils dits. Cela faisait déjà trois ans que Dragger avait été affecté à l’amiral Tan’ith alors que Talos avait déjà été présent à ses côtés depuis huit ans.

Au début les relations avaient été assez glaciales, mais elles avaient pu se détendre avec l’aide du Kel’dor et avec le temps jusqu’au point ou, en dehors de toute discussion sérieuse, les deux oubliaient leurs grades pour se tutoyer, Talos ayant pris Dragger sous son aile comme s’il était son petit frère, ce qui, dans une optique assez factuelle était plutôt une vérité compte tenu de leur statut de clone. Les deux clones étaient pourtant différents sur le plan de l’âge dans un premier temps (Talos avait quatre ans de plus que Dragger ce qui pour un clone représentait un écart de huit ans), mais aussi dans leur personnalité. Talos avait les cheveux coupés très courts et ses tempes laissaient apparaitre quelques cheveux gris ici et là lui donnant l’apparence d’un homme qui était dans la moitié de quarantaine en dépit de ses 22 ans. Une cicatrice sur la joue terminait de renforcer son apparence de mâle alpha, là ou Drag donnait l’impression de ne pas encore avoir soufflé son trentième anniversaire. Les cheveux mi-longs étaient peignés et ramenés sur l’arrière avec un peu plus de volume, il n’avait aucune cicatrice et son visage alternait entre des expressions de sérieux, nervosité ou de joie là ou Talos était beaucoup plus neutre et indéchiffrable. De surcroit le plus âgé des deux avait un côté pince sans rire, assez agaçant pour ceux qui n’avaient pas vraiment le sens de l’humour comme Dragger qui pouvait être assez susceptible mais -et fort heureusement- pas rancunier.

Les deux clones ne portaient pas leur armures habituelles, mais un modèle plus passe-partout et ancien quelques peu bariolées de couleurs différentes ici et là. Il était certain que ce n’était pas du matériel de première main –et les deux clones furent avisés de ne pas trop poser de questions sur le sort de leurs anciens propriétaires-, mais ces modèles étaient assez communs dans la Bordure Extérieure ou les territoires de l’Apex auprès des mercenaires, pirates et chasseurs de primes. Pour les armes, les clones ainsi qu’Amélia Wolf utiliseraient du matériel plus récent qui avait été saisi par les autorités militaires lors d’une arrestation musclée de pirates roulant pour le compte de l’Apex. Les équipes chargées d’intervenir avaient saisi l’intégralité de l’armurerie du navire qui avait été intercepté. L’amiral avait encore de bonnes relations, et savait que personne ne poserait de question si une dizaine de blasters ne se trouvaient plus en stock, surtout si l’inventaire officiel ne les avait pas répertoriés comme présents. Talos était du côté bâbord du vaisseau dans un quartier d’équipage, debout derrière une table incorporée au mur et sur laquelle se trouvaient les armes qu’il devait inspecter avant la mission pour s’assurer de leur état. Ici et là se trouvaient des caisses de matériel pirate, des explosifs ainsi que trois caisses dédiées aux munitions. Concentré sur son travail, il vit dans sa vision périphérique quelqu’un approcher sur sa gauche et savait qu’il s’agissait de Dragger qui, respectueusement, frappa deux coups courts et légers sur l’encadrement de la porte pour signaler sa présence avant de prendre la parole d’un air assez préoccupé et hésitant.

- Talos ? Je peux te parler un moment ?
- Oui Dragger ?


Le lieutenant Dragger semblait un peu nerveux et jetait des regards autour de lui pour s’assurer qu’ils n’étaient pas observés ou entendus. Puis il prit la parole à voix basse.

- Cette fille, Wolf… tu crois qu’elle a quelqu’un dans sa vie ?

Talos sourit et répondit d’une voix un peu moqueuse sans accorder un regard à son subalterne, bien trop concentré à inspecter le bon fonctionnement des armes qu’ils auraient à leur disposition pour cette mission.

- Bien sûr lieutenant. Vous ne l’aviez pas remarqué ?

Il laissa passer volontairement une courte pause pendant laquelle Dragger restait quelques peu confus tandis que son cerveau passait en revue tout ce qu’il avait pu voir, ou savoir concernant Amélia. Mais il ne vit pas le détail qui avait pu lui échapper. Devant son air quelques peu gêné, Talos déposa l’arme qu’il nettoyait pour se tourner vers son subalterne et afficher un large sourire.

- Le commandeur Seidelman enfin !

Le lieutenant soupira devant cette plaisanterie, il était évident que Talos avait compris où il voulait en venir, mais ce dernier prenait un malin plaisir à le mener en bateau. Il pesta tout en se mettant sur la gauche de son supérieur hiérarchique et observer ce qu’il faisait.

- Toi et tes blagues…

Talos ne répondit pas, termina de graisser l’arme et remboita l’ensemble pour la déposer sur sa gauche et prendre le blaster suivant. Drag’ reprit d’un air encore plus inquiet.

- Non sérieusement, ils sont vraiment ensemble ?
- Je n’en sais foutrement rien Drag’ et ça ne me regarde pas pour être honnête. Si tu veux des réponses à ta question tu auras deviné que je ne suis pas vraiment la personne qui peut te répondre… il me manque quelques formes ici et là pour ça, et un visage plus fin que le mien.

Répondit Talos d’une voix plutôt détendue, un peu comme un grand frère qui fait comprendre que les histoires de son cadet ne l’intéressent pas. Et avec sa main libre, il mima une poitrine et des fesses féminines pour appuyer son propos tout en se regardant dans le reflet du miroir qu’il avait à hauteur de ses yeux. Ayant commencé à démonter la carabine blaster, il s’arrêta tout à coup puis se tourna vers Dragger comme si Talos avait soudainement pris conscience de quelque chose, mais toujours avec ce même ton qui se voulait à la fois moqueur et un peu ironique.

- Ah mais je vois mieux pourquoi tu as accepté cette mission de la part de l’amiral… Je m’étais demandé pourquoi tes yeux avaient brillé un peu quand il avait annoncé que Wolf serait de la partie.

Dragger s’écria.

- Quoi ?!

Il se retint d’exploser de colère et déballer ses arguments, se souvenant qu’Amélia pouvait l’entendre si elle passait dans le coin. Le lieutenant se tut, inspecta la porte d’entrée avant de reprendre d’une voix plus basse mais surtout gêné et cherchant à se justifier sur sa décision, comme un enfant cherchant des excuses pour ne pas admettre qu’il avait pu faire une erreur, ou une bêtise.

- Mais… euh… C’est complètement faux Tal’… euh… C’est juste par devoir vis-à-vis de l’amiral que j’ai accepté cette mission d’importance capitale pour la République.
- Je n’ai jamais prétendu le contraire Drag’, j’ai juste dit que avais pu penser pouvoir joindre l’utile à l’agréable pour ce coup.

Des deux Talos était le plus mature, même si les clones en général pouvaient donner l’impression d’être un peu des inadaptés sociaux. Leur formation flash et vieillissement accéléré en faisait des soldats très compétents et intelligents, cependant dans les rapports humains, ils pouvaient parfois se comporter comme des enfants. Certaines choses ne s’apprenaient pas dans leur formation militaire, et grandir jusqu’à leur âge adulte entouré seulement de copies de soi-même aussi conditionnés que soi n’aidait pas à saisir toute l’amplitude et la complexité de nombreux rapports sociaux. Talos avait été formé par un mandalorien qu’il considérait encore comme son père, dans le cas de Dragger en revanche il avait été formé par une mandalorienne qui ressemblait un peu trop à Amélia Wolf et sur laquelle il avait peut-être transposé l’image d’une mère.

- Tu n’avais pas les comlinks à vérifier ?
- Si, mais je l’ai déjà fait. Quatre fois. Puis j’ai fais le tour du vaisseau deux fois sans croiser Wolf hélas avant de me dire que j’allais profiter de ce temps mort pour venir t’embêter un peu.

Ça on ne pouvait pas le reprocher à Dragger, ce dernier était un très bon technicien en général, presque un surdoué en la matière là ou Talos était un bon pilote en plus d’être un bon tireur.

- Non, tu t’es dis si tu pouvais avoir des conseils pour séduire Wolf.
- Mais ! Je veux juste savoir si elle a quelqu’un, tu comprends… par curiosité… après tout on va aller en mission avec elle, et j’aime bien connaitre les gens avec qui je bosse.
- Ok, je ne sais pas si elle a quelqu’un, t’es content ?
- Tu penses que j’ai mes chances ?
- Je serai toi, je préfèrerai me concentrer sur la mission, ou une mandalorienne. Tu sais que certains clones sont féminins aussi…

C’était vrai que certaines chasseuses de primes ou mercenaires féminines avaient pu être sélectionnées comme modèle génétique pour les cloneurs de Kamino. Drag’ souffla et reprit.

- Oui je l’avoue, mais j’en trouverai sans doute aucune comme Wolf, et elle est unique elle. Je ne risquerai pas de la confondre avec une de ses sœurs.
Maximilian Seidelman
Maximilian Seidelman
Commandeur Suprême de la République
Commandeur Suprême de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Jeu 3 Oct - 3:33
Il y avait deux façons pour Amelia Wolf de manifester son mécontentement. Le dire sans détour à Maximilian Seidelman, ce qui arrivait plus souvent qu’autrement car il lui avait expressément donné l’ordre de le traiter d’imbécile s’il se comportait comme tel ou alors, quand ses objections tombaient dans l’oreille d’un sourd, en allant se défouler en salle d’entrainement. Et elle devenait mauvaise, mais mauvaises, tant que sa frustration n’avait pas quitté son cœur comme autant de gouttes de sueur à cause de l’effort physique intense. Et comme il est mal vu dans la République de tabasser les gens venus simplement vous demander « est-ce que ça va », sans nécessairement avoir d’arrière-pensée, elle s’arrangeait pour se trouver un coin discret pour se défouler. Et c’est ce qu’elle avait fait pendant une partie du trajet d’ailleurs.

Elle n’avait rien contre les clones, bien sûr. Ils étaient une partie intégrante de l’armée républicaine et bien que son passé de criminelle la mette dans une ligue à part, elle savait respecter les qualités d’autrui. Le Commandeur Suprême ne l’aurait pas envoyé s’il ne la pensait pas capable d’un travail d’équipe exemplaire. Soit, il y aurait peut-être un accroc ou deux mais rien de dramatique. Surtout au vu de la nature de la mission, elle se doit de faire plus d’efforts que d’ordinaire. La flotte envoyée par le Commandeur Suprême a dû abandonner la poursuite en arrivant à quelques années lumières des planètes frontalières. Sans doute est-ce l’objectif de leur ennemi : abandonner ou déclencher un incident militaire d’envergure. Avec des bases navales en relative proximité, la mobilisation aurait été rapide et la confrontation sanglante. Non. Hors de question de risquer plus de vies.

Les ordres avaient été on ne peut plus clair et elle ne comptait pas désobéir. D’où ce trio envoyé dans une mission potentiellement suicidaire pour un objectif plus personnel qu’autre chose. C’était pour cette raison également que le Commandeur Suprême avait tenté d’impliquer le moins de personnes possible et le moins de liens possibles aux forces armées de la République Galactique. Cela ne voulait pas dire qu’elle était « heureuse » de pouvoir aller se dégourdir les jambes en laissant derrière elle l’homme qui lui avait redonné une vie. Qui lui avait offert une seconde chance. Elle éprouvait plus que de la loyauté envers Maximilian Seidelman et si elle était en train de massacrer ce punching bag, c’était bien parce qu’elle ne pouvait être à ses côtés alors qu’il avait besoin d’elle, tout simplement. Elle avait failli le perdre une fois. Plus qu’une fois, même.

Et jamais ce n’était une sensation agréable. Surtout pas après la longue dépression que l’officier avait eu après la mort présumée de sa fille et de sa femme. Une femme qui était visiblement encore en vie et qui s’était jouée de lui. Et bien qu’elle lui soit dévouée, elle ne pouvait pas garantir qu’elle n’aurait pas des envies de meurtres quand ils la retrouveraient. Cette femme avait failli causer la perte d’un homme qui n’avait jamais osé à se mettre en danger pour sauver des milliers d’autres et dans quel but, exactement? Un enlèvement d’enfant? Aucune « bonne » personne ne ferait pareille chose, de cela elle était absolument convaincue. Et cette conspiration commençait sérieusement à lui tomber sur les nerfs. Des traitres dans les trois grandes factions, œuvrant dans quel but, au juste? Elle n’était pas une espionne et détestait ce genre de subterfuges mais… Au final…

Non. Elle devait rester concentrée sur la mission en cours. Techniquement, en tant qu’aide de camp du plus important personnage militaire de la République Galactique, elle devrait avoir les commandes mais n’ayant pas forcément un rang conventionnel, elle espérait que les clones, plus rigides quant au protocole militaire, ne feraient pas obstruction. Là d’où elle venait, oui, les gradés du crime pouvaient bien donner les ordres à la base mais sur le terrain, ceux avec le plus d’instincts et de talents se retrouvaient souvent à faire le travail de stratégie et de tactique. Quand votre patron est une brute épaisse qui tue ses rivaux, quand il faut faire preuve de plus de finesse, on s’entendra pour dire qu’il n’est pas le meilleur des candidats. Mais bon. Elle avait promis de faire des efforts et des efforts elle ferait, quoi qu’il lui en coûte. Ou presque. Presque…

Elle se changerait plus tard. Pour le moment elle devait s’assurer que le matériel était prêt et elle se moquait bien d’être en sueur. Elle entra sans frapper dans la pièce où se trouvaient les clones, les regardant avec tout le sérieux militaire qu’elle pouvait conjurer. Ne les connaissant pas le moins du monde, sans doute une approche professionnelle serait préférable. Peut-être que le rapport changerait au fil de la mission mais pas maintenant. Il y avait trop en jeu pour prendre des risques inutiles. Le Commandeur Suprême n’accepterait certainement pas un échec de la mission et elle ne comptait pas laisser gagner les conspirateurs. Absolument hors de question. Mains dans le dos dans une posture digne d’un officier de la République Galactique, elle prit la parole. Si ses anciens partenaires dans la crime la voyaient en ce moment... Non. Ne pas y penser.


« Messieurs. Est-ce que tout est fin prêt? Armes, équipement, tout dans les moindres détails? Je n’ai pas besoin de vous rappeler ô combien cette mission est critique. Et je vais le dire une fois et une seule. Vous avez un problème avec moi, vous me le dites. Je me moque complètement du protocole militaire. Quand je travaille avec des gens, je veux savoir ce qu’ils pensent sans tours et détours inutiles. Compris?

Maintenant. Nous allons affronter une belle bande de salopards et je n’ai pas besoin de vous dire qu’il est hors de question d’échouer. Je me fiche de savoir qui a le grade le plus haut : au plus compétent de la bande le commandement. Vous venez de l’armée. Moi de la jungle urbaine. Et dans mon monde, seul le talent et l’expérience compte. Et si je dois vous le faire rentrer dans le crâne à coups de baffes, je le ferai. Sans hésiter. »


Au moins les choses seront parfaitement claires désormais. Bon, le plus jeune des deux la regarde un peu bizarrement. Shorts et camisoles de sport ne sont peut-être pas la tenue réglementaire mais c’est décent et donc ça fera l’affaire. Il lui reste une douche à prendre avant d’arriver à destination de toute façon. Elle a donné le ton, sa façon dont elle travaille, à eux deux de faire valoir leur opinion. Tout le monde a le droit de parler, après tout, de se prononcer sur la question. Une équipe soudée gagne. Le manque d’union ne peut que conduire à la catastrophe. Elle a vu des gangs s’effondre à cause d’une telle chose et ça ne finit jamais bien, en général. Et comme l’ennemi ne sera pas forcément des plus civilisés, elle ne comptera certainement pas sur leur compassion, sur leur pitié ou leur respect du traitement des prisonniers. Bien au contraire…


"Semper Vigilantes."
Plo Tan'ith
Plo Tan'ith
Amiral de la République
Amiral de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Sam 12 Oct - 22:58
Lorsqu’Amélia Wolf pénétra dans la pièce dans laquelle elle se trouvait, les deux clones se mirent immédiatement au garde à vous dans un réflexe acquis depuis leur plus tendre enfance… et bien qu’aucun rang ne confère une autorité supérieure à Amélia Wolf sur les deux soldats. Mais dans le doute et compte tenu de sa position d’aide de camp du Commandeur, les deux clones préférèrent la jouer avec prudence sur le protocole tout en se demandant si consulter un organigramme avant d’accepter cette mission n’était pas une mauvaise idée en soit. Dragger eut une légère seconde de décalage en voyant Amélia Wolf débarquer en tenue de sport assez légère, short et camisole sportive. Il laissa ses yeux trainer un peu sur ses jambes avant de se mettre au garde à vous avec très peu de retard. Les deux clones eurent réponse à leur question : l’aide de camp affirma que dans ce contexte c’était au plus compétent de prendre le leadership. Il est vrai que là ou ils se rendaient, les clones devraient agir différemment de l’ordinaire, leurs adversaires ne seraient pas des droïdes B1 mal programmés, des stormtroopers avec des problèmes de vue, ou encore des fanatiques à la solde des Sith prêts à mourir par cargos de transports entiers pour occuper une zone de 1 km².

Ils ne répondirent rien et n’eurent pas grand-chose à rétorquer sur ce fait. Le champ de bataille des criminels était autre chose de bien moins simple que ce à quoi ils avaient à faire en temps normal. Lorsque vint la question du matériel, Talos préféra annoncer la couleur côté armement ainsi que le léger retard qu’il avait pris sur le traitement et contrôle de l’arsenal embarqué à bord.

- Le matériel de communication est prêt, il en va de même pour les armes d’ici quelques minutes Madame.

Répondit sobrement le capitaine Talos tout en priant intérieurement pour que le lieutenant Dragger continue de fixer Amélia dans les yeux plutôt que sur sa tenue plutôt légère pour une revue des troupes. Le jeune lieutenant se risqua parfois à quelques regards sur les hanches et les épaules de l’aide de camp mais jamais plus d’une seconde, clignant des yeux pour rester concentré sur ce que lui disait l’aide de camp. La voix forte et puissante de son frère d’armes et supérieur à ses côtés l’aida à maintenir un contact visuel et ne pas laisser ses yeux s’égarer sur les courbes de la jeune humaine.

- Compris Madame.

Répondirent ensemble les deux clones d’une voix forte. L’idée de voir Amélia tenter de leur rentrer des concepts dans le crâne à coups de baffe sans la moindre hésitation attisa la curiosité de Talos qui aimerait bien se battre amicalement sur un ring contre l’aide de camp afin de voir ce qu’elle pouvait avoir dans le ventre côté corps à corps. Sans doute qu’une fois la mission terminée, il lui ferait cette proposition afin d’évaluer l’humaine, mais aussi pourquoi pas, apprendre quelques coups supplémentaires ou une technique particulière dont elle pouvait avoir le secret.
Maximilian Seidelman
Maximilian Seidelman
Commandeur Suprême de la République
Commandeur Suprême de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Dim 13 Oct - 2:33
Au moins ils étaient tous sur la même longueur d’onde. Tant mieux. Elle n’avait que peu de patience pour les entêtés et ceux qui s’accrochaient au protocole comme des sangsues. Le protocole, c’est bien dans une réception d’état avec des gens importants et les médias qui surveillent vos moindres faits et gestes. Dans la réalité, le protocole fout le camps dans les quinze premières minutes d’un combat, la raison étant qu’on passe à un autre mode de pensée logique : celle de fonctionner en synergie avec le reste des forces en présence. Entre dire : mon amiral, ennemis repérés dans le secteur quarante-neuf et ennemis repérés dans le secteur quarante-neuf, ce sont deux mots de trop qui viennent potentiellement de coûter la vie à des dizaines de personnes. Définitivement, sans le Commandeur Suprême, Amelia Wolf ne serait pas dans l’armée. Loin de là.

Satisfaite de la réponse des clones, elle indiqua au plus gradé des deux (Talos) de finir de préparer le matériel et au plus jeune (Dragger) de la suivre. Pas besoin d’être un cerveau surentrainé pour se rendre compte qu’il avait un temps de retard et qu’il louchait un peu, aussi, elle s’approcha de lui, l’attrapa par le menton, le força à la regarder dans les yeux et lui fit savoir qu’elle paraderait devant lui dans tous les modèles du dernier catalogue des maillots de bain les plus en vogue de la République après la mission si ça lui chantait mais que tant que la mission était en cours, il avait intérêt à la regarder dans les yeux et répondre au quart de tour. Sans lui laisser le temps de réagir, elle se retourna d’un mouvement vif et se dirigea d’un pas assuré vers ses quartiers. Pendant qu’elle prendrait sa douche, elle aurait tout le loisir d’interroger le clone sur leurs connaissance des milieux criminels.

Car il ne fallait pas oublier une chose. Un criminel digne de ce nom peut flairer les militaires et les représentants des forces de l’ordre avant même qu’ils ne passent la porte de la cantina. Ce qui voulait dire que s’ils voulaient réussir, il fallait s’assurer que les clones pouvaient se « déprogrammer » et improviser si la situation le demandait. Une fois lavée et habillée dans une tenue parfaitement adaptée au Milieu, elle savait maintenant comment travailler efficacement avec les clones. Et il faudrait aussi les déguiser un peu si jamais il fallait enlever les casques ou assimilable. Intérieurement, Amelia trouvait la situation amusante. Les clones étaient parmi les meilleurs soldats de la galaxie… Et parce qu’ils se ressemblaient, également les plus identifiables, tout autant qu’un Mandalorien en armure ou un utilisateur de la Force avec son sabre laser. Mais bon. Elle avait encore du temps.

Elle en profita pour leur apprendre le slang, le jargon du Milieu, les us et coutumes… Tout ce qui pourrait leur être utile si jamais ils étaient séparés. Et ce qui était bien des clones? Ils apprenaient rapidement et efficacement. À moins de tomber sur une vraie pointure du monde criminel? Ces deux clones allaient pouvoir bluffer comme deux champions la plupart des ennemis qu’ils rencontreraient. Inversement, si un jour il fallait infiltrer une installation militaire… Sans doute pourraient-ils lui apprendre un truc ou deux sur la rigueur militaire. À chacun ses forces. Chose certaine, elle espérait une chose : pas de complications inutiles. Ramener la femme de l’amiral serait déjà un assez gros défi en soi : difficile de dissimuler une Kel’dor pour des raisons plutôt évidentes de physionomie. Mais si elle réussissait ce coup-là? Elle en rigolerait encore à pareille date l’an prochain…


"Semper Vigilantes."
Plo Tan'ith
Plo Tan'ith
Amiral de la République
Amiral de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Dim 20 Oct - 16:48
Au début, Dragger du se demander ce qui se passait devant lui pour qu’Amélia attrape délicatement son menton entre ses doigts avant de lui dire qu’elle paraderait devant lui avec tous les différents modèles de maillots de bain en vogue dans la République tant qu’il resterait discipliné et concentré sur la mission. Le jeune clone eut soudainement chaud et il ne put retenir le rouge de monter sur ses joues, allant jusqu’à sentir quelques gouttes de sueur perler sur son front. Il bafouilla quelques peu l’air confus mais n’eut pas le temps de dire quoique ce soit que déjà elle tournait les talons pour quitter la pièce. Talos avait grillé un cigare et continuait son office avec ses deux mains tandis que le lieutenant reprit la parole d’une voix encore un peu tremblante.

- Tu as entendu ça Talos ?
- Je suis peut-être vieux Dragger mais pas encore sourd…


Répondit-il d’un air détaché tandis qu’il réassemblait l’arme qu’il avait. Drag insista.

- Tu penses que c’est du sérieux ?

- La seule chose de sérieux qu’elle te demande c’est de rester focalisé sur ta mission. D’ailleurs je te recommande la même chose et conseille de laisser tomber avec elle.


Talos soupira à la fin de sa phrase puis ajouta.

- Par contre tu peux m’aider à nettoyer les armes qui restent…
- Très bien Tal’… Au fait pourquoi tu as mis celui-ci sur le côté ?


Spoiler:
[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] 416d0644f3edef3a721efc2ee284bb52

Il désigna un fusil blaster lourd à répétition plutôt gros. On était loin du canon blaster rotatif en fonction pour les mitrailleurs de l’armée clone, mais ce fusil blaster n’en n’était pas loin quant à sa cadence de tir et sa puissance de feu. Cette arme permettait souvent à un homme seul ou un petit groupe de tenir une position fortifiée contre un adversaire en surnombre et même contre des véhicules légèrement blindés. Un trépied pouvait être déployé pour stabiliser le tir et gagner en précision. Talos tira une bouffée de son cigare puis se retourna un peu interloqué avant de comprendre à quel blaster son cadet faisait référence. Il esquissa un sourire puis précisa rapidement la chose, prenant son rôle d’expert en armement et commençant déjà à détailler le fusil qu’il avait sous les yeux.

- C’est le mien celui-ci, du moins celui que j’ai choisi pour cette mission. Un N-480 customisé. Poids chargé : 8 kilogrammes, long de 1250mm avec 480mm de canon avec une cadence de tir de 800 décharges par minutes pour une capacité de chargement de 1900 tirs avant changement de cellule d’énergie.

Dragger semblait quelques peu perplexe en se tenant le menton, il fronça légèrement les sourcils.

- Tu ne penses pas qu’il est un peu gros pour cette mission ?

Talos esquissa un sourire et répondit d’un air détendu et assez sûr de lui.

- Hé, faut qu’on passe pour des mercenaires non ? Y’a toujours un type avec un gros flingue dans les holofilms d’action d’il y a trente ans dans un trio… Et crois en mon expérience petit, si on tombe sur des Sith ou des impériaux, aucun blaster n’est trop gros pour devoir les tenir à distance. Et vous serez bien content que je vous couvre tous les deux avec cette arme.

Puis il retourna à son établi, prenant une autre arme pendant que Dragger le rejoignait. Il ajouta d’un air quelques peu nostalgique du temps ou il servait encore sur le front avant de rejoindre l’amiral.

- Et puis ça fait longtemps que je n’ai pas tiré avec une arme de ce type. A dire vrai depuis que j’ai rejoins la garde rapprochée de l’amiral. Ça me manque de sentir ce joujou défourailler tout ce qui se trouve dans l’axe de son canon… Et s’il faut du plus discret, j’ai ce qu’il faut aussi…

L’aide de Dragger accéléra les choses, et en moins de dix minutes, l’ensemble des blasters avaient été inspectés, lubrifiés, nettoyés et chargés. Ils rejoignirent ensuite Amélia Wolf qui leur présenta quelques « manières » de mercenaires ou de pirates afin de mieux se fondre dans leurs rôles. Aucun des deux clones ne manqua de concentration ou d’intérêt pour la chose. Apprendre le jargon de la rue n’était pas difficile en soit, et leur nature de clones en faisait des soldats capables d’assimiler très vite les nouvelles informations qu’on leur présentait et de les mémoriser facilement…

- Est-ce que l’on a du neuf sur nos fausses identités si on en a ? Ou déjà des pistes à exploiter pour atteindre notre objectif ?

Demanda Talos une fois le cours de slang passé pour mieux se préparer à la situation. Visiblement Dragger semblait aussi concentré et alla à son tour poser une question pour savoir dans quelle mare de boue il allait trainer ses bottes en synthécuir renforcé. Sa voix était plutôt sérieuse.

- Et… est-ce qu’on a un point de départ à exploiter surtout ?

Le capitaine Talos et le lieutenant Dragger étaient dans une ambiance moins détendue que tout à l’heure, en dépit de son affection et de son attirance pour Amélia, le jeune lieutenant savait faire la part des choses et rester concentré lors d’un briefing, tout comme son aîné plus gradé que lui qui comptait bien faire en sorte que tout se passe bien et que tout le monde soit sain et sauf.
Maximilian Seidelman
Maximilian Seidelman
Commandeur Suprême de la République
Commandeur Suprême de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Dim 20 Oct - 23:22
Une fois avoir fait le nécessaire pour que les clones ne se fassent pas identifier immédiatement comme étant… Des clones… Et pas des criminels endurcis, la suite logique des choses était encore, naturellement, de planifier l’insertion de l’équipe. Et comme dans toute bonne chose impliquant criminels et non criminels, cela passerait inévitablement par une cantina. N’importe quel individu un tant soit peu connaissant du milieu des affaires savait ô combien ces établissements étaient cruciaux. S’il fallait commencer quelque part, ce serait par là. Et inévitablement, une piste à suivre finirait par se révéler à eux. Et puis bon. La violence fait aussi partie des interactions… Tolérées… Dans une cantina. S’il fallait briser des os pour obtenir des réponses… Amelia s’en chargerait. Inutile de faire faire de la torture aux clones. Elle avait l’habitude du sale boulot.

Elle décida donc de consulter un plan de la plus grande agglomération de la planète. En toute logique, pour éviter de se faire trop aisément repérer, l’ennemi allait utiliser la tactique du « dissimulé à la vue de tous ». Autrement dit, plutôt que d’aller s’isoler dans un coin avec une pancarte « accès interdit » pour en délimiter l’entrée, l’ennemi irait faire son « nid » là où le déloger sera tout un défi. Il y avait bien sûr plus d’une cantina et déterminer celle étant la plus susceptible de détenir une piste ne serait pas forcément la plus grande, la plus populaire ou la plus ancienne. Il faudrait qu’elle regarde celles qui étaient le plus en bordure des zones abritant soit les quartiers les plus pauvres ou les secteurs les plus « à risques » d’influence extérieure peu recommandables. Dit autrement, près des zones industrielles, des spatioports ou des bidonvilles. Simple non?

Ce qui laissait, au final, cinq candidats possibles. Les choses n’allaient pas être faciles, bien entendu. Si tel avait été le cas, c’est que l’ennemi avait fait preuve d’imprudence et jusqu’à présent, bien qu’il ait subi de nombreux revers, il restait extrêmement frustrant à éradiquer. Le seul avantage, pour l’instant, c’était que le Commandeur Suprême et l’amiral étaient plus malins que la plupart des conspirateurs. Démanteler autant d’opérations en si peu de temps demandait un sens tactique et stratégique que peu avaient. Les avantages, potentiellement, d’avoir survécu à l’opération Lord Over. Une fois le vaisseau posé, Amelia conduisit les deux clones vers la première cantina de la liste. Un établissement somme toute convenable aux premiers abords mais tous savent ce qu’on dit sur les apparences. Les vraies affaires se passent à l’arrière ou au sous-sol. Jamais en façade.

La couverture était simple. Serinity (Amelia) était la porte-parole d’une petite troupe de mercenaires spécialisée dans le transport de marchandise sensible. Dit autrement : transport de prisonniers de façon à éviter, entre autres, patrouilles et contrôles douaniers. Crash (Talos), était le patron Burn (Dragger) était le petit dernier recruté dans l’équipe et « un vrai talent ». Autrement dit, Talos allait faire le type imposant et silencieux et Dragger la tête brûlée et elle ferait office de distraction. Celle qui parle parce que le patron ne le fait que lorsque l’interlocuteur en vaut la peine. Attirer les regards. Même en cette époque, nombreux étaient ceux qui pensaient encore qu’il fallait un homme pour diriger les affaires criminelles. Elle se contenterait de son rôle de « seconde zone » mais ce serait elle qui tirerait les ficelles. Elle espérait simplement que tout ne tournerait pas au carnage trop tôt…


"Semper Vigilantes."
Plo Tan'ith
Plo Tan'ith
Amiral de la République
Amiral de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Lun 4 Nov - 22:34
Les deux clones l’écoutaient détailler davantage leur opération programmée mais surtout clandestine. Crash et Burn étaient leur nouveaux noms, et aucun des deux soldats ne s’en plaignaient. Grimés et déguisés, ils suivirent Serenity le surnom d’Amélia pour cette mission. Une fois qu’ils quittèrent le vaisseau, les deux clones suivirent attentivement l’aide de camp pour rejoindre l’intérieur d’une cantina pas trop mal famée de prime à bord, et surtout –fait assez inhabituel- plutôt propre. Mais les apparences pouvaient être trompeuses et déjà en rentrant dans cet établissement Talos et Dragger remarquèrent rapidement que certains leur jetaient des regards en coin plutôt tendus.

Les deux clones gardèrent leur sang froid, y compris Dragger et restaient vigilants tout en évitant d’attirer davantage l’attention sur eux. Après tout même si Talos avait une meilleure expertise du combat, Dragger n’était pas une recrue mais un vétéran également. Le capitaine désigna silencieusement une table vide du doigt, dos au mur au fond de la cantina pour montrer qu’il commandait le trio. Il s’assit en premier sur la banquette et laissa la place à Dragger pour que les trois personnes forment un triangle autour de la table, ainsi, chacun avait un champ de vision dégagé sur une partie de la cantina, ne laissant aucun angle mort de profitable à un potentiel attaquant. Talos parla à voix basse à l’attention de Serenity, attendant de voir ce qu’elle dirait.

- Bon et maintenant ? On commande quelque chose ?

Il marqua une courte pause et jeta un regard en coin à une twi’lek serveuse passant par ici, laissant son regard descendre un peu trop sur ses hanches avant de remarquer qu’un sullustéen les observait sur sa gauche, dans le dos d’Amélia Wolf. Le capitaine ajouta sur le même ton.

- Je crois qu’on est observés… on ne doit pas passer pour des habitués.

Dragger fit mine de jeter un œil à la carte des boissons et repas de la cantina se donnant un air très détendu voire carrément détaché de la situation maintenant qu’il s’était assis. Cependant il avait déjà remarqué la plupart des suspects qui semblaient avoir appuyés leurs regards quand ils étaient entrés.

- Faut dire qu’un céréen serait passé plus inaperçu je pense.

Ce n’était pas spécialement faux en soit, mais pour l’heure Talos se contenta de faire non de la tête.

- Cela dit, leur bière de Telos IV imitée a l’air pas mal. Mais je pense que l’on ferait mieux de se renseigner via le terminal présent dans le coin derrière Aserenity pour vérifier qu’ils n’aient pas des prisonniers à nous refourguer.

La langue de Dragger avait failli faire une erreur, mais il s’était reprit immédiatement. Restait à voir ce que suggérerait Amélia Wolf, du moins c’était ce que Talos semblait approuver en la regardant à son tour avant de détourner le regard. La serveuse twi’lek au teint rosâtre s’approcha d’eux, fine raffinée (beaucoup trop pour ce lieu se dit Talos) et leur demanda ce qu’il leur plairait de boire ou manger.

- Je vous prendrais bien une imitation de bière de Telos IV s’il vous plait.

Demanda immédiatement Dragger qui avait finalement décidé de consommer. Après tout ils étaient dans une cantina et sous le rôle de mercenaires… s’ils ne prenaient pas d’alcools et restaient à se fixer dans le blanc des yeux cela paraitrait trop suspect. Alors Talos passa sa commande.

- Un brandy savareen pour moi.
Maximilian Seidelman
Maximilian Seidelman
Commandeur Suprême de la République
Commandeur Suprême de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Mar 5 Nov - 4:16
Évidemment qu’ils vont regarder. Dévisager. Observer. Dans cette faune locale bien établie, les nouveaux éléments ne sont jamais bien vus. Ils risquent de venir avoir un impact sur le délicat écosystème qui fait que tout reste plus ou moins… Civilisé. Amelia est habituée à ce genre d’environnement. Elle a passé une partie de sa vie à faire tantôt partie des proies, tantôt des prédateurs. Il y a toujours un plus gros poisson. C’est la règle numéro un pour survivre dans le monde du crime. Soit vous l’apprenez très vite, sois vous crevez très vite. Ce n’est pas bien compliqué à comprendre. Et elle va faire en sorte que les deux clones survivent. Évidemment, elle va jouer son rôle. Et comme elle est la distraction, c’est son rôle de parler pour le groupe. Aussi, quand « Crash et Burn » échangent entre eux, elle les laisse parler sauf quand Burn manque de révéler son nom…

Et qu’elle lui met un coup sur un tibia, dissimulée par l’angle des meubles, quand il manque de révéler son nom. Ça lui apprendra. Et quand Crash, le patron, arrive pour s’adresser à la serveuse, elle lui fait savoir rapidement que c’est à elle qu’ils doivent parler et qu’elle parle pour eux. Et comme elle est assise dans sa pointe de triangle et qu’elle doit jouer les distractions, elle vient s’asseoir sur les genoux de Burn, se penche vers Crash, écoute sa commande, caresse sensuellement la joue de Burn en lui demandant ce qu’il veut et reprend sa place… Avant de regarder la serveuse avec tellement de mépris que la moitié de la salle doit être en train de grincer des dents. Elle sait comme la partie se joue et là, il faut jouer pour gagner. Et franchement, une chance qu’elle a réussi à empêcher Crash de faire usage de politesse. Il se croit où, dans un club de gentlemen ou quoi? Ça va pas?


« Le capitaine Crash va prendre une imitation de bière de Telos IV. Burn va prendre un brandy savareen. Moi, ce sera un Golden Sunset. Sans glace. Et si tu oses regarder mon mec encore une fois, je t’arrache les yeux et je m’en sers comme décoration pour mon verre, compris? Maintenant, tu vires ton cul d’ici et tu vas nous servir sinon je me charge de t’enseigner le respect de ceux qui te sont supérieurs, compris? »

Capitaine. Un grade militaire utilisé à tort et à travers dans le monde criminel. Mais cela a fait son petit effet. Certains regards sont désormais plus intéressés qu’hostile. Un mercenaire qui débarque dans un cantina est à la recherche d’un boulot ou parce que sa paie n’est pas bien loin. Et si sa femelle a autant de mordant, ça veut dire que le capitaine Crash est un dur parmi les durs. Ça aussi c’est une autre conception archaïque chez les criminels. Si les subordonnés sont des coriaces, c’est que le patron est loin d’être une petite nature parce que si lui parait mal, tous ses sous-fifres vont en pâtir. Les discussions reprennent et la serveuse revient, n’osant pas les regarder dans les yeux, s’adressant à « Serenity » comme quoi l’imitation de bière du capitaine est gracieusement offerte par un des clients de l’endroit. Première prise de la soirée. La serveuse s’éclipse.

« Est-ce que vous prenez la mission au sérieux ou vous pensez que c’est une blague? Toi, tu as failli balancer mon non et toi, tu allais t’adresser directement à la serveuse avec un s’il vous plait. Ressaisissez-vous ou vous expliquerez à votre patron pourquoi il va devoir annoncer à ses enfants pourquoi il leur manque une mère. Crash, tu viens de te faire offrir à boire. Lève ton verre bien haut vers le reste des clients et tu me le vides d’un trait. Je leur donne moins de soixante secondes pour venir te voir après. »


"Semper Vigilantes."
Plo Tan'ith
Plo Tan'ith
Amiral de la République
Amiral de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Ven 15 Nov - 23:10
Dragger/Burn se retint de pousser un gémissement lorsque Serenity lui envoya son pied dans le tibia. Il sursauta néanmoins mais trouva rapidement une excuse afin de ne pas attirer l’attention des clients ou de la serveuse qui prenait leur commande, il se pencha et se massa la jambe en grimaçant.

- Maudite crampe !

Grommela Dragger/Burn avant que la seule femme du trio vienne s’asseoir sur ses genoux pour commencer à lui caresser la joue sensuellement et montrer qu’il lui appartenait. La voir soudainement se montrer si proche de lui le perturba intérieurement mais il ne laissa rien paraître pour ne pas se trahir. Il garda le silence, la laissa faire et bomba un peu le torse. Lorsque les commandes furent passées et que la twi’lek s’en alla, Amelia reprit son rôle ainsi que les deux clones. Talos/Crash fut le le seul à répondre en levant les mains mais en gardant les bras sur la table.

- Mais je n’ai pas utilisé de formule de politesse

Talos semblait commencer à prendre le rôle là ou Dragger était celui qui avait failli gaffer. Silencieux, Talos s’empara de son verre lorsqu’il lui fut servi, n’accorda aucun regard à la serveuse, tout comme Dragger. Il écouta Amélia lui suggérer un conseil, surtout lorsqu’on lui annonça que cette boisson était offerte. Talos était cependant quelques peu suspicieux : une boisson offerte n’annonçait rien de bon, enfin pour leur piste oui, mais si l’alcool était empoisonné ? Il n’aimait pas cette idée, et préféra faire confiance à Amélia en hochant la tête pour signaler son accord : de toutes façons ils n’avaient encore aucune piste à exploiter pour accomplir leur mission. Il jeta un regard circulaire à l’ensemble de la salle, essayant de deviner lequel des clients présents viendraient prendre contact avec lui. Il racla sa gorge et s’exprima à voix basse pour être entendu d’Amélia et Dragger seulement tout en levant son verre de la même façon qu’un prêtre pourrait avoir pour exposer une relique sacrée à ses fidèles.

- A mon admirateur ou admiratrice !

Puis il la descendit sans réfléchir en moins de six secondes, la tête en arrière pour mieux savourer chaque gorgée de son alcool qui n’était franchement pas mauvais du tout compte tenu de l’établissement dans lequel, le trio se trouvait actuellement. Une fois qu’il eut terminé, Talos déposa lourdement son verre sur la table et s’essuya la bouche avec son avant bras gauche pour renforcer l’aspect crasseux du mercenaire qu’il incarnait aujourd’hui. Il prit la parole à voix basse.

- Pas mauvaise franchement, maintenant attendons de voir qui va s’pointer.
- En espérant qu’on parvienne à toucher au but…


Commenta Dragger qui avait quelques peu oublié la présence d’Amélia sur ses genoux. Il s’empara de son imitation de bière de Telos IV, et… tendit son verre vers Amélia pour trinquer avec elle. Après tout ils étaient supposés être en couple, autant donner au change.
Maximilian Seidelman
Maximilian Seidelman
Commandeur Suprême de la République
Commandeur Suprême de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Sam 16 Nov - 4:02
Il existe une certaine étiquette dans le crime. Si on offre un verre à quelqu'un, le premier est « normal ». On ne l'empoisonne pas. Pourquoi? Parce que c'est une marque de respect ou d'intérêt. On commence à jouer la carte de la fourberie après le premier contact. Le clone n'a donc rien à craindre et Amelia le lui fait savoir d'un regard discret. De tous les clients présents, un seul porte vraiment attention à la scène. Un Cathar? Intéressant. On n'en voit pas des masses dans la galaxie. Amelia continue de jouer le trophée pour Burn mais en vérité elle est plus alerte, bien plus alerte qu'elle n'y paraît. La balafre de l'individu laisse à penser une altercation violente. Potentiellement un rite de passage au vu du tatouage qu'il arbore fièrement. Sans doute une faction locale ou limitée à ce système. Très certainement pirate. Affiliée à l'APEX? Peut-être. Peut-être.

Et à lui voir la tête, ce n'est pas du menu fretin. Probablement l'équivalent d'un sergent. Suffisamment important pour gueuler sur les troufions. Pas assez important pour se faire confier les grosses responsabilités. Probablement là plus par hasard qu'en mission de recrutement. Elle connaît suffisamment ce genre d'individus. Et sitôt le verre reposé, le pirate se lève et se dirige vers leur table. Au vu de sa démarche, il se comporte comme si tout ici lui appartenait, ce qui veut dire que l'organisation à laquelle il appartient a de l'influence. Trouver du premier coup une piste utile? La chance n'est pas dans ses prérogatives mais il semblerait que cette fois, son choix ait été le bon. Tant mieux. Il s'installe à la table sans y être invité, tentant d'imposer sa dominance. Bonne chance. Ce ne sont pas des petites natures qui se tiennent devant lui. Ce trio là en a vu d'autres.

Il se présente comme étant membre des Green Reapers et qu'ils ont un contrat payant à proposer à un mercenaire endurci et à son équipe. Un « cargo » précieux à sécuriser et ils ont besoin de flingues supplémentaires parce que la République risque d'envoyer des forces armées pour remettre la main dessus. Amelia regarde Crash, demandant avec les yeux si elle doit jouer les intermédiaires ou s'il veut s'adresser de lui-même à cet individu. Tout dans le monde criminel se joue sur le rapport de force. Quiconque oublie cette règle fondamentale finira au bas d l'échelle alimentaire… Et ne vivra pas vieux. Ceux qui survivent dans cette jungle sociétale sont les plus forts et les plus intelligents. Point final. Le reste meurt pour que les autres continuent de s'élever. C'est comme dans la nature et c'est parfait ainsi. Pourquoi se casser la tête avec des concepts moraux, de toute façon?

Elle prend l'initiative à sa place et lui demande ce qui lui fait croire que Crash veut lui parler? Que s'il veut parler à quelqu'un, ce sera à elle et que si Crash le juge digne, il répondra. Naturellement, le pirate n'apprécie pas se faire rabaisser ainsi, encore moins rappeler son absence de vraie position de pouvoir. Enragé, il tente de gifler Serenity mais Burn ne va pas le laisser faire, n'est-ce pas? Le pirate pousse un hurlement quand le clone commence faire pression sur son poignet. D'un ton mielleux, Serenity explique à cet amateur que toucher la propriété d'un mercenaire endurci n'est pas une bonne idée et comme elle est de bonne humeur, elle ne demandera pas à « son homme » de le tuer. Chose certaine, elle vient de leur gagner toute une réputation. Et une position avantageuse pour les inévitables négociations avec la hiérarchie de ce type…


"Semper Vigilantes."
Plo Tan'ith
Plo Tan'ith
Amiral de la République
Amiral de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Ven 22 Nov - 19:09
Talos ne fut pas impressionné de voir débarquer devant lui un imposant Cathar avec une belle balafre sur son minois de félidé. Il ne s’était pas vraiment attendu à voir un Cathar être derrière ce verre, mais plus un gros bras comme un trandoshan ou un humain. Quoiqu’il en soit le clone le prit immédiatement au sérieux lorsqu’il vint s’installer à leur table : de toute évidence c’était bien un mercenaire et pas un nouveau dans la bande. Pour qui bossait-il ? Vu sa tête, Talos misait pour l’Apex, mais peut-être que le Consortium Eternel était derrière tout ça… du moins c’était l’opinion de Dragger sur cette question. Mais l’un n’empêchait pas l’autre ! Les Sith avaient probablement engagé des mercenaires de l’Apex pour cette mission de transport de la femme de l’amiral Tan’ith…

Il était donc membre des Green Reapers, un groupe que ne connaissaient pas les deux clones, mais visiblement des gars assez endurcis par la guerre. L’inconnu ne donna pas de nom, préférant sans doute conserver son anonymat pour le moment. Il cherchait des portes-flingues à engager afin de participer à l’escorte d’un cargo à la cargaison des plus importantes. Amelia jeta un regard à Talos et d’un léger signe de la tête lui indiqua qu’il pouvait parler à sa place afin de gérer la négociation, pensant qu’elle serait plus à même de cerner leur mystérieux recruteur et de ne pas compromettre leur couverture. Enragé après que Serenity/Amélia lui ait répondu avec défi qu’il faudrait traiter avec elle, il chercha à gifler l’humaine mais Dragger fut le plus rapide. Il attrapa son poignet en plein mouvement et commença à exercer une certaine pression sur sa prise, arrachant un hurlement au Cathar au passage. Le plus jeune des clones commença à sourire, ses réflexes étant aiguisés depuis sa plus tendre enfance, il avait réussi à se montrer beaucoup plus vif que le félidé.

- Tu as de la chance…

Fit Dragger d’un air mauvais et contrarié lorsqu’Amélia lui dit qu’elle ne lui demandera pas de le tuer pour son geste avorté. Talos quant à lui avait également été prêt à réagir et retira la main de sa hanche ou il avait failli s’emparer de son pistolet blaster afin de descendre le mercenaire. Il prit l’air de considérer l’offre que le Green Reaper venait de lui faire en se touchant le menton, puis le clone se pencha en avant en montrant le dos de sa main et tendre quatre de ses doigts. Prenant un air mauvais et profitant du fait que Dragger tenait toujours l’interlocuteur, Talos prit une voix glaciale et pour le coup plutôt effrayante, comme s’il était prêt à demander à son compère de lui briser le poignet, ou le descendre s’il répondait mal : après tout il fallait bien jouer les durs…

- Quatre questions : combien ? ou ? quand ? pour le compte de qui ?

Jetant un regard en coin à Dragger afin de lui faire comprendre de resserrer la pression à la moindre parole déplacée du Cathar. Talos poussa le vice jusqu’à tirer son couteau de combat lentement et commencer à regarder la pointe de sa lame entre ses doigts : une lame propre… Ce petit coup de pression allait peut-être renforcer la crédibilité des deux clones devenus mercenaires le temps d’une mission particulière… Selon la réponse du Cathar, sans doute que Dragger le relâcherait...
Maximilian Seidelman
Maximilian Seidelman
Commandeur Suprême de la République
Commandeur Suprême de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Sam 23 Nov - 4:45
Manifestement, ce pirate ne s'attendait pas à tomber sur bien plus coriace que lui et il vide son sac plus rapidement qu'un trou noir aspire la matière. Comme quoi ils ont été engagé par un type plein aux as pour escorter une prisonnière jusqu'à un marché aux esclaves très sélect et de s'assurer que la transaction se passe sans encombre. L'échange aura lieu dans près de quatre heures. Et le salaire est une partie des profits qui promettent d'être somptueux. C'est la femme d'un important officier de la République après tout. Il y a des individus qui paieraient une fortune juste pour pouvoir s'en vanter. Comme on le sait, les pirates sont plus à l'aise dans une situation de combat non conventionnelle. Si des commandos attaquent, il faut absolument des professionnels. Des professionnels dans leur genre, ajoute-t-il rapidement, dans l'espoir de flatter des egos. Leurs egos.

Ce serait bien le genre du Commodore Tavor Mallory, de chercher à humilier ses ennemis plutôt que de réellement faire quelque chose de… Productif. Pendant l’opération Lord Over, il avait tenu un long discours théâtral et inutile qui lui avait coûté très cher. Mais un marché aux esclaves? Là il y avait bas… Et bas. Amelia eu d’ailleurs bien du mal de se retenir de frapper quelque chose ou quelqu’un… Surtout que bon, c’était un allié qui était à portée de main. Cela ne voulait pas dire qu’elle ne pourrait pas se défouler un peu. Minaudant à Burn qu’elle voulait voir si leur « recruteur » avait davantage à leur révéler, elle attend que le clone lâche le poignet du criminel… Avant de l’attraper par ce qui fait de lui un homme et de serrer jusqu’à ce qu’il monte d’un octave. Ah ça doit faire mal, ça. Elle le regarde avec un air angélique, comme si elle n’était pas en train de… Bien…

De le torturer, sous une certaine forme, en fait. Elle lui demande tout innocemment s’il n’oublie pas de leur dire quelque chose. Que certainement qu’il y a plus à cette proposition que le peu d’information qu’on leur donne. Elle a un jour expliqué à Maximilian comment fonctionne une partie des criminels. Ils sont comme des citrons. Vous les pressez une première fois, vous pensez en avoir extrait le jus mais quand on connait le truc, on peut en extraire encore un peu. Et elle sait comment faire parler ses anciens congénères. On ne survit pas dans le milieu du crime sans savoir quoi faire pour rester dans les bonnes strates de la chaine alimentaire. Le monde du crime, c’est la jungle, la loi du plus fort. Et Amelia n’a jamais eu l’intention de faire partie de la mauvaise couche. Ce n’est pas pour rien qu’elle conseille au Commandeur Suprême, après tout. Elle sait ce qu’elle fait.

Ainsi, les clones apprennent que c’est effectivement Mallory qui est derrière toute l’affaire et qu’il compte superviser l’enchère depuis l’orbite de la planète. Évidemment qu’il est trop couard pour se salir les mains. Aussi, il s’avère qu’il y a une autre prime promise par l’Impérial, à payer AVANT que les affaires commencent à se décider en un lieu sordide dédié au trafic humain. Et enfin, qu’ils seront au total une trentaine à surveiller et que l’APEX ne doit sous aucun prétexte apprendre l’existence de ce « deal » pour pouvoir engranger tous les profits. N’importe qui avec une tête sur les épaules sait que ça va mal finir pour les pirates car le Triumvirat n’est pas du genre à ne pas apprendre ce genre de choses d’une façon ou d’une autre. Mais les Green Reapers sont convaincus qu’ils seront intégrés aux forces du Commodore donc… Satisfaite, Amelia relâche le pirate…


"Semper Vigilantes."
Plo Tan'ith
Plo Tan'ith
Amiral de la République
Amiral de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Dim 24 Nov - 13:31
Le trio avait réussi son coup de bluff. Intérieurement Talos était soulagé de voir qu’il avait été suffisamment crédible dans son rôle pour que le cathar se mette à table et vide son sac. Ainsi le commodore Tavor Mallory –que ni Dragger, ni Talos connaissaient- était derrière cette sinistre affaire, mais sans doute n’était-il pas seul là dedans. Cependant ils savaient désormais que la cargaison a escorter était bien la femme d’un officier de la République. Talos et Dragger n’avaient pas laissé passer cette information qui était le signe qu’ils étaient sur la bonne piste. Restait à remonter celle-ci pour exfiltrer Shala Koon Tan’ith des griffes de ses ravisseurs afin de la faire retrouver l’amiral. Ce n’était pas par appat du gain que les deux frères avaient rendu ce service au kel’dor, mais bien par loyauté vis-à-vis de cet officier qui avait toujours pris soin d’eux même dans les heures les plus sombres de la guerre. Ils n’attendaient aucune médaille, seule la fierté d’avoir accompli leur devoir et rendu la pareille à ce « père » qu’ils n’avaient jamais eu les motivait l’un et l’autre.

Quoiqu’il en soit, le fait que l’Apex ne doive pas être mis au courant du deal indiquait clairement qu’ils finiraient sans doute tôt ou tard par ramener leurs droïdes dans l’équation pour mieux la complexifier. Du moins c’était les opinions des deux clones… Peut-être que le chaos de leur intervention pourrait leur permettre de plus efficacement bénéficier d’une diversion de choix pour parvenir à s’échapper au nez et à la barbe des ravisseurs. Mais compter que sur l’Apex était une mauvaise idée en soit, car il était probable que l’information de la transaction leur parvienne beaucoup trop tardivement pour qu’ils arrivent à temps semer la pagaille et le désordre. Talos n’aimait pas vraiment cette idée intérieurement. En effet si l’Apex avait accepté de négocier avec l’amiral Tan’ith lorsqu’il avait failli se faire liquider par les hommes du sénateur d’Argus, c’était parce qu’il était un officier supérieur de la République… Talos et Dragger n’étaient que des clones sans aucune valeur aux yeux de l’Apex. Amélia Wolf était une ex-criminelle aussi, mais le vétéran doutait fortement qu’elle ait occupé une position suffisamment influente dans ce milieu pour être respectée ou crédible par ces mafieux de l’Apex dans les offres qu’elle pourrait leur faire…

Prenant un sourire mauvais sur le visage, il se laissa tomber contre le dossier de sa banquette lentement et rangea son couteau. Le clone revint à son mutisme et fit un geste à Dragger pour qu’il prenne la suite de la discussion en charge et pose une nouvelle question.

- On accepte le job, file nous des détails sur le point de rendez-vous…

Ce dernier avait eu une réaction entre la grimace et l’amusement quand Amélia lui avait saisit le paquet pour qu’il donne le nom de cet instigateur. Mais s’il s’agissait d’un impérial, alors la conspiration visant Seidelmann et Tan’ith était bien plus massive que ce qu’ils avaient pu croire de prime à bord. Talos et Dragger savaient qu’ils se mettaient dans une situation qui les dépassait tous les deux. Que pouvaient faire deux clones seuls face à cet immense jeu de tromperies et trahisons ? Dragger par la suite laissa Amélia gérer les autres détails de l’organisation, ou le reprendre si besoin.
Dans tous les cas, Talos espérait qu’il se retrouverait seul avec l’aide de camp et son frère d’armes afin de commencer à esquisser les brides d’un plan d’action solidement fixé pour se tirer de ce pétrin, agir sans réfléchir à la trame à suivre était une très mauvaise idée pour lui…
Maximilian Seidelman
Maximilian Seidelman
Commandeur Suprême de la République
Commandeur Suprême de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Dim 24 Nov - 18:19
Sous les conseils d’Amelia, une fois les dernières informations obtenues, le trio se prend une chambre dans un établissement pas trop loin. L’ex criminelle se joue des individus trop crédules qui pensent vraiment que c’est un trio de mercenaires qui va passer du bon temps et si le plus jeune des deux clones n’avait jamais été la cible de commentaires de nature sexuelle, il va être servit car dans ce monde, la poésie est remplacée par les rires gras et les commentaires salaces. Clairement, elle veut qu’on sache que son mec va s’occuper d’elle. C’est une ruse, bien entendu. Mais elle utilise les armes de ses ennemis pour assurer le succès de l’opération. Clairement, on est loin de la structure bien rodée de la République, avec ses lois et ses principes. En même temps, sa mission n’est pas de mettre les clones à l’aise mais de sauver la femme de l’amiral Tan’ith.

Maintenant qu’ils sont seuls, ils vont pouvoir discuter d’un plan d’action. Naturellement, le lieu de l’enchère sera bien gardé et bien que trente criminels endurcis ne soient pas forcément une menace pour les deux clones, contrairement aux forces de l’Empire, du Consortium ou même de la République, les pirates ne vont pas se battre suivant des tactiques et des formations de combat. Ils vont se battre pour survivre et uniquement dans ce but. Ils n’hésiteront pas à employer les options les plus déloyales et les plus viles possible. Amelia explique qu’ils vont très probablement chercher à se faire un bouclier humain ou à jouer les kamikazes. Dans un cas comme dans l’autre, ce genre de complication n’est ni souhaitable, ni souhaitée. Si un pirate se fait exploser et qu’il tue la femme de l’amiral, la mission sera un échec indépendamment de tout le reste.

Une autre question est soulevée par l’ex criminelle. Si le Commodore impérial derrière cet enlèvement est en orbite, sans doute n’aura-t-il aucun scrupule à détruire l’endroit par bombardement orbital. On a déjà vu plus impensable comme stratégie portant le sceau de la stupidité. L’avantage, c’est que le lui de rencontre est souterrain mais il n’a pas été construit pour résister à un bombardement intensif. Ce qui amène une autre possibilité stratégique : si l’APEX ne doit pas être mis au courant, pourquoi ne pas les contacter? Pour les clones, travailler avec les criminels est peut-être contre leur nature mais si APEX débarque avec une flotte, le couard va prendre ses jambes à son cou. Si des dizaines de droïdes débarquent, ce sera plus facile de se rendre jusqu’à l’otage pour son exfiltration. Plus encore, possiblement que l’APEX ne demandera rien en échange. Pourquoi?

Parce que les avoir informé de traitres opportunistes va considérablement plus les intéresser pour faire un exemple pour les autres. Ce n’est pas la meilleure des idées mais c’est une idée, proposée par quelqu’un qui connait le milieu. Comme à l’habitude, et elle le précise à nouveau, Amelia est parfaitement ouverte à une stratégie plus « républicaine » dans sa façon de faire. Il suffit simplement de s’entendre sur la marche à suivre. Car une chose est bien certaine : le chrono tourne et ils savent exactement quand la vente aux enchères aura lieu. Il leur reste quelques heures pour établir un plan d’action puis d’agir en conséquence. Et justement. Elle a bien hâte de passer aux actes, la Amelia. Elle n’a jamais été très douée pour les solutions plus… Pacifiques. Si elle a la possibilité d’aller se dégourdir les jambes et de botter des culs (ce qu’elle exprima mot pour mot aux deux clones), alors c’est un bon plan…


"Semper Vigilantes."
Plo Tan'ith
Plo Tan'ith
Amiral de la République
Amiral de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Mar 17 Déc - 21:44
Les deux clones se regardèrent quelques temps après avoir suivi Amélia jusque dans la chambre d’un motel bon marché. Ne laissant rien transparaître d’autre sur leur visages que de la sévérité et un air de « si tu m’ennuies, je te brise en deux », Dragger et Talos ils suivirent l’aide de camp du commandeur et Talos se chargea de régler le montant d’une chambre pour trois personnes. L’attitude provocatrice d’Amélia en marchant était trop voyante aux yeux des deux clones qui, pour le coup, auraient préféré un peu de discrétion. Talos se demanda s’ils avaient été suivis, après réflexion, il paraissait étonnant que le Cather eut été seul dans cet établissement ou ils l’avaient fait parler. Ce genre d’individu à, en règle générale, toujours un complice prêt à le couvrir. Ou alors il était amateur, ou le complice a jugé qu’il valait mieux ne pas agir sur le coup, mais Talos qui avait vu de nombreux holofilms de chasseurs de primes et mercenaires dans la Bordure Extérieure se posait certaines questions. Evoluant dans ce milieu qu’il ne connaissait pas, il était très vigilant. Dragger de son côté était plus serein, sachant qu’il pouvait compter sur Amélia et Talos pour le protéger si les choses venaient à déraper. Non pas qu’il soit un lâche : juste que pour le moment il estimait ne pas avoir grand-chose à craindre tant qu’il n’aurait pas à gérer une situation seul.

- Je n’aime pas DU TOUT cette idée Talos.
- On n’a pas cinquante options à notre disposition Dragger, Amélia a raison.

Dragger était le moins à même d’accepter ce que proposait l’aide de camp. Le plan présenté par Amélia semblait être le plus correct et probable de réussir. Mais il y avait encore beaucoup trop d’inconnues, même au goût du capitaine Talos. S’ils débarquaient avec une flotte complète, cela allait mal tourner, quelques petits groupes de droïdes et de vaisseaux suffiraient à conclure cette affaire. Le lieu de rendez-vous serait souterrain cependant, empêchant Talos de rester à distance pour couvrir Dragger et Amélia, aller au contact du feu serait des plus risqués, mais cela lui rappellerait le terrain.
Le plus âgé et expérimenté des clones s’empara d’un verre d’eau tandis qu’il revérifiait encore une fois ses armes, il se tourna vers Amélia et osa poser une question qui lui brûlait les lèvres.

- Vous pensez qu’on sera assez crédible pour que l’Apex puisse nous croire ? Je veux dire ils peuvent très bien penser qu’on tente de se moquer d’eux, ils ne nous connaissent absolument pas et ni Dragger ni moi avons suffisamment de poids pour que notre parole ait une valeur.
- Et ajoute à ça le fait qu’on ne sait pas s’ils tiendront la leur s’ils acceptent de venir jusqu’ici…

L’assurance de Talos rassurait Dragger sur leurs chances de succès, ce dernier se détendait et jouait nerveusement avec sa gourde entre les mains, jonglant presque avec pour évacuer la tension tout en restant concentré dans la conversation. Le capitaine Talos reprit la parole pour convaincre définitivement Dragger.

- C’est vrai mais c’est un risque à prendre… Si nous sommes dans un lieu souterrain tu peux être sûr qu’à trois ça va être coton de s’en tirer sans couverture, chaque entrée sera sans doute gardée de surcroit. L’idée que des droïdes fassent diversion me plait vu que je compte ramener tout le monde chez soi en un seul morceau.

Quitte à y laisser sa peau dans un dernier combat pensa le capitaine Talos mais qui conserva cette pensée pour lui-même. Il avait pris sa décision et Dragger avait cessé de jonglé avec sa gourde. Le vétéran se tourna à nouveau vers Amélia après avoir terminé de remonter son fusil blaster lourd à répétition puis lui posa une nouvelle question : ils n’avaient pas le choix. Talos l’avait compris et l’acceptait même si bosser avec l’Apex ne lui plaisait pas plus qu’à Dragger.

- Comment pouvons-nous prendre contact avec eux ? Vous pensez qu’il est plus sage de jouer carte sur tables avec eux ou de nous servir de notre couverture pour traiter avec eux ?

Ils avaient une mission à remplir et s’étaient portés volontaires. C’était de leur honneur et de la parole qu’ils avaient donné à leur amiral. Et sur ce point aucun des deux clones ne comptait déserter ou rentrer sans la cible qui leur avait été fixée d’atteindre puis extraire.
Maximilian Seidelman
Maximilian Seidelman
Commandeur Suprême de la République
Commandeur Suprême de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Mer 18 Déc - 4:20
« Contacter APEX n’est pas difficile quand on connait les bonnes personnes. Et ça tombe bien, c’est mon cas. J’ai encore des contacts et pas mal de gens qui me doivent des faveurs. Si vous ne voulez pas vous exposez, vous pourrez tout écouter depuis la pièce d’à côté. Moi? Je vais jouer cartes sur table. Ainsi, si jamais ils veulent quelque chose en échange, ce sera sur ma tête et ma tête seule. Et puis du reste...

Si nous sommes découverts ou si nous échouons cette mission, les conspirateurs auront gagné. L’APEX a encore de travers de la gorge leurs manigances. Ils vont nous aider. Je m’attends de vous, par contre, à ce que vous les laissiez faire s’ils interviennent. Nous ne sommes pas en territoire républicain ici. Si vous avez un problème avec ma façon de faire, je vous autorise à formuler votre propre plan. Si vous voulez bien m’excuser... »


Évidemment, le manque de tact manifeste de l'aide de camp reflète très bien son passé criminel. Elle dit ce qu’elle a à dire, fait ce qu’elle a à faire. Aux diplomates d’apaiser les esprits. Quand elle dit qu’elle va contacter APEX, elle le fait et elle est parfaitement reconnaissable comme l’aide de camp du Commandeur Suprême de la République Galactique pour cette communication. Après une courte discussion avec un Mirialan, elle est mise en communication… Avec Zarseen Raynar en personne. Un individu dont l’amiral a dû parler à ses soldats clones, considérant qu’il a été plus ou moins forcé de travailler avec elle à cause d’un certain sénateur. Comme Amelia l’avait dit, l’APEX est extrêmement intéressé par ce récent développement, tant du fait d’éléments un peu trop indépendants et de l’implication des conspirateurs. Ils viendront.

Mais en attendant, car les clones auront sans doute remarqué qu’ils étaient suivis, il va falloir éliminer ce kubaz qui ne les lâche pas. Idéalement de façon permanente, pour envoyer un message aux criminels qu’ils n’ont pas apprécié ce fouineur. Ils ont maintenant une alliance au strict minimum temporaire et leurs chances de succès ont drastiquement augmenté. Reprenant son apparence d’emprunt et s’assurant que son déguisement est bien en place, son sourire confiant devrait rassurer les clones. Elle sait comment rassurer les troupes. Après tout, elle est plus ou moins en charge de la mission, non? Ils vont ramener la femme de l’amiral. Vivante et en bonne santé. Ce qui va moins rassurer les clones, c’est quand elle commence à jouer avec un couteau. Pour elle, pas de doute sur quoi faire de l’espion. Ceci dit, il s’agit quand même d’une mission républicaine. Conséquemment…

Peut-être que le plus gradé des deux clones voudra l’empêcher de passer aux actes. La République a un certain nombre de valeurs et le meurtre n’en fait pas partie, après tout. Devant l’urgence de la situation, où est-ce que les principes commencent et où est-ce que la nécessité les fait s’arrêter? Peut-être que cette mission va autant en apprendre aux clones sur un monde qu’ils ne connaissent pas qu’à Amelia sur des concepts qu’elle refuse d’appliquer. Ce qui amène aussi un certain nombre de questions éthiques, notamment si toutes les vies ont la même valeur. Certains vont dire que oui. D’autres non. Et les clones, bien que formés à tuer, contrairement aux droïdes de l’APEX, n’en demeurent pas moins tenus à une certaine éthique et une certaine morale. Définitivement un avantage au jour le jour. Mais ici et maintenant? Certains diraient qu’il y a matière à débat…


"Semper Vigilantes."
Plo Tan'ith
Plo Tan'ith
Amiral de la République
Amiral de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Ven 20 Déc - 22:52
L’instinct de Dragger et de Talos ne les avait pas trompés. Effectuant un tour à l’extérieur de la chambre quelques minutes seulement pour se séparer, ils trouvèrent un Kubaz à l’attitude suspecte. Dragger l’avait reconnu immédiatement : il avait été présent à la cantina ou l’échauffourée avec le cathar s’était produite. Sa présence dans les environs immédiats de la chambre n’était pas due au hasard, de surcroit il avait été aperçu entrain de s’intéresser d’un peu trop prêt aux grilles d’aération vers l’extérieur de la chambre en question dans laquelle les clones et l’aide de camp s’étaient rendus. Surpris, il chercha à fuir, mais Talos et Dragger parvinrent à l’attraper rapidement en le prenant en tenaille. Quelques coups furent échangés mais le Kubaz seul ne pouvait pas faire grand-chose face à deux soldats clones de la République dont l’expérience de combat et l’entrainement en avaient fait de bons combattants au corps à corps. Ils ramenèrent la taupe inconsciente jusqu’à la chambre et l’interrogèrent : il révéla tout sans broncher et sans coups supplémentaires avant d’être bailloné. Talos et Dragger restaient tendus, mais les paroles d’Amélia les rassura quelques peu sur les détails capitaux à la réussite de cette opération. Voir l’aide de camp du commandeur suprême sortir le couteau devant le prisonnier amena Dragger à prendre les devants en questionnant Talos sur le cas du prisonnier. Celui-ci semblait à première vue désapprouver ce qu’Amélia avait en tête.

- Que faisons-nous de lui Talos ?

Le vétéran se raidit. Il savait que beaucoup trop de choses étaient en jeu pour prendre des risques inconsidérés. La voix un peu froide et lasse s’échappa de ses lèvres pour asséner une vérité.

- Nous n’avons pas trente-six solutions devant nous Drag’.
- Tal ?


Interrogea Dragger d’une voix tremblante. Talos resta silencieux et s’approcha du Kubaz d’un pas déterminé à faire ce qui devait être fait le plus rapidement et proprement possible.

- Tal’ ? Ne me dis pas que tu vas le tuer.
- S’il s’échappe, il vendra nos projets et nous aurons échoué dans notre mission.


Dragger n’aimait pas du tout l’idée d’exécuter un prisonnier désarmé. Plus jeune que son frère, ce dernier avait déjà l’expérience des batailles derrière lui : il avait déjà eu à se salir les mains. Il chercha un moyen de lui sauver la vie tandis que le Kubaz commençait à sangloter derrière son bâillon.

- Tal ! On peut bien l’attacher, le bâillonner et l’abandonner quelque part loin d’ici.
- S’il ne fait pas son rapport, ils enverront des gens le chercher… ils le trouveront et le libéreront, nous n’aurons fait que retarder son rapport.

La voix de Dragger se durcit quelques peu, tout comme la voix de Talos qui lui répondait.

- Mais si l’on achève notre mission avant ses infos n’auront aucun intérêt !
- Nous avons une mission: les bons soldats suivent les ordres. S’ils le retrouvent avant, nous courons droit dans un piège lieutenant !


Très vite la hiérarchie reprenait son rôle entre les deux clones, creusant un fossé entre eux deux. Talos reprit la parole d’une voix un peu plus désolée comme s’il souhaitait s’excuser de son geste et de ses paroles avant de passer à l’acte.

- En d’autres circonstances les choses se dérouleraient autrement…
- Bien reçu capitaine.


Répondit sobrement et sans émotion le plus jeune des deux clones. Talos préféra opter pour une solution plus propre que celle d’Amélia Wolf cependant et moins douloureuse. Passant derrière le Kubaz aux mains liées et à genou. Il attrapa la tête de l’informateur infortuné avec ses deux mains, puis d’un coup sec –visiblement déjà pratiqué par le capitaine- brisa la nuque de l’espion. Le corps sans vie s’affaissa immédiatement et le clone l’accompagna sur le sol. Le visage de Talos était fermé, la culpabilité d’avoir commis ce crime encore une fois l’avait ébranlé mais il ne laissait rien transparaître. Pour lui il n’y avait pas lieu de revenir sur cette question qui était close, mais il fallait impérativement aller de l’avant. Dragger quant à lui garda le silence, il désapprouvait ce que venait de faire son supérieur hiérarchique mais ne comptait pas aborder la question. Concentré il rassembla ses affaires pour se préparer à la suite de la mission, se désintéressant totalement du corps encore chaud sur le sol, ou même de l’aide de camp.
Maximilian Seidelman
Maximilian Seidelman
Commandeur Suprême de la République
Commandeur Suprême de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Sam 21 Déc - 5:45
Pour Amelia Wolf, ce qui a été fait était nécessaire. Sans un regard vers le cadavres, elle s’en remet aux préparatifs et à l’heure convenue, le trio rejoint le point de rendez-vous puis le lieu de la vente aux enchères. Et il y a du monde. Beaucoup de monde. Il y a même un Hutt. Celui-là ne fera pas long feux quand l’APEX va débarquer. Au nombre de personnes portant une arme, le besoin presque désespéré de sécurité additionnelle devient rapidement évident. C’est autant un mal qu’un bien. Il ne semble pas que les gens présents s’aiment particulièrement. Si les choses tournent mal, cela va virer à la fusillade où plusieurs voudront en profiter pour régler leurs comptes. Oui, cela va rendre leur mission plus risquée mais depuis quand est-ce qu’une mission se déroule sans surprise? Les chances sont si minces qu’on pourrait les dire impossibles sans trop exagérer.

Mais bon. Ce n’est pas quelque chose qui devrait inquiéter les clones, habitués à ce genre de situation où les chances semblent contre eux, statistiquement parlant. Leur principal avantage est double, par contre. Un, ils bénéficient de l’effet de surprise. Deux, personne ici ne doit avoir autant d’entrainement que ces deux-là. Forcément, au vu de la tête des gens du coin, les criminels sont plus du genre quantité que qualité et c’est justement cette importante distinction qui pourrait faire toute la différence. La vente va bientôt commencer et si Amelia est nerveuse, elle n’en laisse rien paraitre. Elle regarde de temps en temps autour d’elle, tentant d’anticiper quand les forces de l’APEX vont intervenir. Il faudra être rapide et efficace. Encore heureux que la faction de criminels envoient des machines programmables. Maintenant les droïdes savent sur qui ne PAS tirer… Ça aide.

Faisant discrètement signe aux deux clones, elle se déplace, lentement mais sûrement, vers la partie des lieux où les esclaves attendent avant d’êtres vendus. Un petit groupe de stormtroopers, sans doute envoyés pour s’assurer que la vente se passe bien, prend place non loin de l’estrade mais ces soldats ne seront que des victimes de plus ce soir. Après tout, ce n’est pas comme si la République avait fait quelque chose d’autre aujourd’hui que d’aller à la rescousse d’un de ses citoyens, kidnappé par des forces ennemies. Raison de plus pour montrer à ces rigolos que bien qu’une démocratie, la République n’est pas tendre avec ceux qui l’attaquent, une notion fortement répandue chez ses ennemis. Comme quoi parfois, la propagande est si efficace qu’on finit par y croire. Ou tout d’un moins, une majorité commence à y croire. Mais revenons-en au sauvetage, à la mission.

Une fois rendus là où on garde les esclaves, la prochaine étape logique serait d’entrer dans cette section, fortement patrouillée et clairement interdite au public ou à qui que ce soit. Foncer dans le tas est absolument hors de question et éliminer les gardes, même discrètement, est non seulement risqué mais potentiellement suicidaire. Comment faire, dans ce cas? Cette fois, Amelia décide de laisser les clones décider. Qu’ils se rendent utiles et montrent de quoi ils sont capables. Elle prépare une distraction dans son style pour s’assurer que quand viendra le temps de quitter les lieux, leurs ennemis ne sauront plus où donner de la tête. Très certainement que cela va impliquer quelque chose que l’armée républicaine n’approuverait pas en temps normal. Sauf qu’ici, justement, la seule chose qui fait qu’ils sont encore en vie, c’est justement cette connaissance et la mise en application de principes d’un monde qui semble complètement étranger à la République. Ignorance ou hypocrisie?


"Semper Vigilantes."
Plo Tan'ith
Plo Tan'ith
Amiral de la République
Amiral de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Ven 27 Déc - 15:48
Le trio était sur les lieux du rendez-vous, la tension était palpable et les clones étaient un peu nerveux. Dragger n’avait pas parlé de tout le trajet, Talos quant à lui restait concentré sur sa mission. Dans quel était d’esprit était Amélia ? Ni l’un ni l’autre des clones ne le savait. Mais sans doute qu’ils étaient tous dans la même mentalité à l’aube d’un combat : anxieux, concentrés sur leur tâche et les évènements à venir. Les voilà donc devant une section patrouillée par des stormtroopers impériaux présents pour assurer le bon déroulement de la vente. Foncer dans le tas était exclus, et les descendre en discrétion était aussi risqué, mais au moins cela donnerait du temps pour agir, une fenêtre d’ouverture à exploiter. Talos et Dragger décidèrent de s’infiltrer et de les éliminer qu’en dernier recours.

Les deux frères clones s’élancèrent à pas feutrés profitant de la pénombre, du décor pour essayer de passer outre le dispositif de sécurité. Là ils trouvèrent une fosse ouverte à moitié remplie d’eau stagnante avec une grille : l’entrée d’un égout. Talos dévissa lentement la grille, laissant Dragger faire le guet avant de se faufiler à l’intérieur, son frère l’imita alors et referma la grille derrière lui en s’assurant n’être vu par personne. L’odeur était nauséabonde et les deux clones préférèrent ignorer ce dans quoi ils pouvaient bien baigner. Ils avancèrent silencieusement dans le conduit, essayant de se repérer en observant ce qu’ils pouvaient bien voir à travers les grilles présentes du bâtiment souterrain dans lequel étaient planqués les marchandises à vendre.

Leur insertion avait réussi, restait à voir comment désormais ils allaient se repérer à l’intérieur depuis le conduit le bâtiment n’était pas bien grand et ressemblait plus à un vaste entrepôt souterrain assez bien gardé mais délabré et vétuste. Localisant un placard à service, au dessus d’eux, ils s’assurèrent que personne ne se trouvait à l’intérieur et forcèrent la grille lentement pour entrer dans le bâtiment. La lumière était vive et les soldats impériaux très présents. A deux se serait impossible de se faufiler jusqu’aux cibles sans faire de carnage, et encore moins de s’en tirer vivants. Dragger prit un support pour essayer de toucher à l’éclairage du placard de service.

- Qu’est-ce que tu fais ?
- On a besoin de pénombre pour se faufiler.
- Et ? Tu sais qu’ils en ont pas mal d’éclairage.


Dragger ne répondit pas tout de suite, désossant la structure de la lumière. Puis il répondit.

- Je sais. Mais je parie que leur installation électrique est vétuste et tout sauf redondante, tiens regarde moi ce travail... tout est à refaire ! Faut atteindre le générateur, mais à deux impossible.
- Et ?
- Et bien… je vais l’atteindre d’une autre façon : il doit avoir une sécurité, si je parviens à alimenter le réseau global avec une énergie supplémentaire pendant quelques secondes, ça devrait causer une surcharge du secteur et faire disjoncter le tout.


Une fois qu’il eut accès aux circuits, il sortit un de ses outils de sa trousse pour ouvrir le circuit, et avec son autre main, il s’empara d’un autre instrument destiné à charger électriquement des droïdes temporairement pour les alimenter suffisamment longtemps à basse énergie pour ensuite recharger leurs batteries. Talos considéra l’objet légèrement en voyant sa petite taille tandis qu’il gardait la porte d’entrée. Il interpella son frère d’armes d’une voix inquiète.

- Tu penses que ce sera suffisant ?
- Oui, je l’ai modifié un peu pour qu’il balance tout son jus en une fois. Et crois moi, vu l’état des câbles, ça va peut-être même déclencher un incendie quelque part.


Dragger inspira un grand coup, puis activa son chargeur qu’il relia au reste du réseau. Puis il pressa le bouton : l’effet fut immédiat. Un crépitement se fit entendre, quelques étincelles jaillirent du plafond et tout se coupa. Le chargeur fut vidé de sa batterie en deux secondes et la salle fut plongée dans le noire complet. Dragger chuchota !

- Banco !
- Bien vu !

Passant en lunettes de vision nocturne, les deux clones sortirent du placard, entendant au loin plusieurs grognements ici et là de stormtroopers qui se dépêchaient de s’activer pour rejoindre le générateur et procéder aux réparations. Ils n’avaient qu’une petite fenêtre de tir, mais c’était déjà ça. Maintenant restait à passer au peigne fin l’entrepôt et rapidement.
Maximilian Seidelman
Maximilian Seidelman
Commandeur Suprême de la République
Commandeur Suprême de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Ven 27 Déc - 19:36
Il faut donner ça aux clones : ils sont efficaces. Amelia ne s’inquiétait en rien de leur succès et de son côté, en avait profité pour préparer son propre style de chaos. Dans une autre vie, elle avait été une criminelle. Anarchiste et terroriste aussi à ses heures perdues. Les explosifs improvisés? Oh elle connaissait. Quand elle avait fini en prison au sein de la République, à l’époque, certains fruits lui étaient interdits entiers car dans le noyau, on pouvait extraire de très petites quantité d’un composé pouvant servir dans les explosifs. Et considérant que si quelqu’un prévoit de faire exploser un mur, les autres membres du bloc vont « cotiser » en donnant les noyaux de leurs propres fruits pour accélérer le processus. Tout ceci pour dire qu’elle savait y faire quand il fallait faire sauter quelque chose et avec la confusion à venir, avoir une option de plus pour mettre les voiles lui semblait comme une très, très, très bonne idée.

Personne ne porte vraiment attention à une bouteille d’alcool abandonnée, même quand elle est encore partiellement pleine. Tant que ça a la bonne couleur, personne ne va aller regarder ce qu’il y a à l’intérieur. Les vapeurs extrêmement fortes dans la bouteille étaient en train d’attaquer une sorte de papier lui-même retenant une sorte de pâte pas très collante qui allait tomber en un bloc dans la bouteille… Réagir violemment et exploser, ouvrant de ce fait un passage vers un corridor de service très peu patrouillé. C’était son boulot, non, les idées qui ne cadraient pas avec l’aspect militaire rigide de la République, non? C’est toujours ainsi qu’elle s’était considérée. Celle qui amène les idées pas forcément orthodoxes mais ô combien efficaces. Chose certaine, au milieu de tous ces criminels, elle avait tendance à garder profil bas. Les criminels, elle le savait, sont des individus volatiles capables de péter les plombs pour des raisons puériles.

Les abus de substance sont rarement choses généreuses sur le système. Et parlant de plombs, il semblerait que le duo de clone ait bien fait son travail. Naturellement, ça ne plait pas aux acheteurs qui commencent à se plaindre et garder l’ordre dans une poudrière risque d’être… Compliqué, pour dire les choses gentiment. Quelques poussées dans la bonne direction et la pièce au complet finirait au milieu d’une intense fusillade. Encore que, dans un certains temps encore, les troupes de l’APEX débarqueraient et feraient le ménage à sa place. Pourquoi risquer sa peau inutilement? Il est loin le temps où elle se serait jetée dans la mêlée sans plus de réflexion. Leur mission ne lui permet pas ce genre de… Frivolités. Dommage. Parfois, son ancienne vie lui manque. Moins encadrée par la discipline militaire, pour commencer. En même temps, elle n’aurait jamais rencontré Maximilian, autrement. C’est donc un mal pour un bien.

Et il semblerait que les forces de l’Apex étaient bien plus proche que prévu et elles doivent neutraliser les communications car elle entend quelque chose qui roule et que n’importe qui ayant dû affronter les troupes des criminels sait qu’il faut courir vers la sortie la plus proche. Le bruit de roulement s’arrête, suivi par un autre bruit métallique… Et enfin le bruit caractéristique d’un droideka en train d’ouvrir le feu avec l’apparition soudaine d’une sphère bleutée correspondant à l'activation de son bouclier. Dire que c’est la panique serait bien peu dire, surtout que toutes les issues sont gardées par l’une de ces machines. Et à moins de vouloir risquer de tuer ses alliés, personne ne va commencer à balancer des explosifs dans la pièce. Une partie des stromtroopers de l’entrepôt se ruent en renfort avant de se faire déborder par les forces de l’APEX. Et loin dans l’espace, les vaisseaux impériaux ne font guère meilleure figure…


"Semper Vigilantes."
Plo Tan'ith
Plo Tan'ith
Amiral de la République
Amiral de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Sam 4 Jan - 22:58
Les deux clones se faufilèrent dans la pénombre ; il fallait faire vite. Equipés de lunettes de vision nocturne, ils se faufilèrent entre les patrouilles profitant de chaque couverture ou caisse abandonnée pour se dissimuler. Ils partirent du principe que la salle aux esclaves vendus serait gardée, aussi ils négligèrent volontairement de fouiller les salles dont les portes n’étaient pas gardées. Ils tombèrent sur un groupe de quatre stormtroopers gardant une entrée. Prenant position chacun d’un côté du couloir, les deux soldats de la République s’immobilisèrent, et Talos indiqua à Dragger d’éliminer les deux sur la droite. Il se chargerait des deux localisés à gauche. Les stormtrooper réagirent que lorsque deux des leurs furent fauchés par les décharges de plasma des clones.  L’un d’entre eux recula, et contacta par radio ses supérieurs avant d’être interrompu par un tir à la tête de Dragger. La machine de mort lourde que portait Talos se chargea de cribler l’armure blanche du soldat impérial d’une dizaine de tirs. L’ainé des deux clones prit position pour couvrir le couloir et invita Dragger à pénétrer en premier. A voix basse il chuchota ses ordres tout en gardant l’œil sur les deux extrémités du couloir dans lequel ils étaient positionnés, maintenant il fallait faire vite, son ton était pressant.

- Bien, c’est la seule salle avec le plus de gardes. On entre avec prudence ils ne vont pas tarder à rappliquer et on exfiltre la cible.

Dragger pénétra, arme en main et vit alors plusieurs individus agenouillés, les mains ligotées dans le dos avec un sac sur la tête. Pour ne rien à arranger leurs chevilles étaient toutes reliées entre elles par des fers et des chaines. Relevant la tête, il vit un stormtrooper surgir d’un recoin  dans lequel quelques caisses se trouvaient. Dragger fut plus rapide et le descendit d’un tir de sa carabine.

- Qu’est-ce qui se passe ?
- Salle sécurisée. Un Sierra Tango à terre qui gardait la salle. Mais ils ont une vingtaine de prisonniers à vendre…
- On n’a pas beaucoup de temps…


Dragger prit la parole d’une voix un peu forte pour se faire entendre des prisonniers.

- Tan’ith ? Tan’ith ?

L’un des individus bascula d’un côté en avant, reconnaissant sans doute la voix des clones. Le cœur de Dragger se mit à battre à vive allure : enfin ils voyaient le bout de cette mission. Il s’élança dans la direction de la personne concernée, retira le sac du visage et vit le visage d’un kel’dor.

- Vous êtes l’épouse de l’amiral ?

Pas de réponse, mais la femelle kel’dor hocha la tête alors que Dragger réalisa qu’elle n’était pas bâillonnée. Mais elle restait muette, son masque respiratoire fonctionnait mais elle n’avait plus beaucoup de gaz de Dorin en réserve. Sans doute que l’amplificateur vocal avait été désactivé, la condamnant au silence. Le jeune lieutenant détacha les mains de Shala Koon Tan’ith en reprenant le contact radio avec son aîné pour l’informer qu’il l’avait repérée et qu’il la libérait.

- Je l’ai, je dois la libérer.
- Dépêche-toi Dragger par la Force…


Une fois qu’elle eut les mains libres, elle massa ses poignets et manipula son masque pour réenclencher l’amplificateur de sa voix.

- Vous n’auriez jamais du venir ici, vous avez pris de trop grands risques pour moi.
- Vous méprenez pas, nous ne sommes pas en mission mais officiellement en vacances…
- Pardon ?


Le clone avait prit son arme et tira sur les chaines pour séparer Shala Koon Tan’ith des autres prisonniers.

- Tout à fait ! Votre mari nous a accordé une permission, et on s’est dit qu’aller libérer des otages serait un bon moyen de se détendre. Et si on peut flinguer de l'impérial au passage.

La Kel’dor resta interdite, puis se déplaça vers le stormtrooper pour s’emparer de ses armes et déclarer en même temps qu’elle commençait à tirer sur les chaines des autres détenus.

- Peu importe, vous devez libérer les autres prisonniers. Aidez-moi !

Dragger commença naturellement à obéir quand Talos le rappela à l’ordre.

- Si tu l’as libérée faut qu’on se casse maintenant Drag’
- Elle a raison, on ne peut pas abandonner ces pauvres gens aux mains de l’Apex.
- On n’est pas venus pour eux Drag’ !


Des coups de feu dans le couloir se retentirent, Talos pesta dans la radio et ouvrit le feu sur les stormtroopers qui arrivaient dans sa direction. A couvert il avait surpris les soldats impériaux qui se précipitaient dans le couloir, mais très vite leurs frères d’armes prirent position, forçant Talos à effectuer un tir de saturation afin de pénétrer dans la salle aux prisonniers. D’un coup les lumières se rallumèrent. Talos tenait la porte et aboya sur Dragger tout en ouvrant le feu de l’autre côté : ils étaient pris en tenaille.

- Faut qu’on décroche Drag’ !
- Hors de question Talos, on doit sauver ces gens ! Tu pars avec la femme de l’amiral si tu veux mais je reste ici.
- Mon mari dirait la même chose soldat. On fait au plus vite et on leur rend leur liberté.


Il y eut un moment de flottement, Talos céda: ils avaient raison et il le savait au fond de lui. Libérant deux, trois quatre détenu, très vite les autres aidèrent ceux qui étaient encore prisonniers quand des coups de feu plus lointains retentirent. L’Apex était dans le coin, et avaient commencé les festivités. Mieux valait ne pas trainer avant que Raynar ne change d’avis les concernant… Il ne fallut que cinq minutes pour libérer tout le monde, maintenant restait à devoir se frayer un chemin vers la sortie. Employer l’itinéraire pris à l’aller devait être le plus adéquat…

- Talos à Wolf, on a la cible… et les autres. On va tenter une sortie, vous en êtes où de votre côté ?

Dragger et la femme de l’amiral s’approchèrent de la porte, les coups de feu semblaient avoir cessé du côté impérial… sans doute que les stormtroopers avaient reçu l’ordre de se focaliser sur les troupes de l’Apex en priorité.

- On a notre ticket de sortie, dépêchons-nous avant qu’ils changent d’avis….

Talos quitta le couvert en premier et ouvrit la marche suivi par les dix-neuf détenus. Shala Koon et Dragger fermaient la marche. Avançant rapidement, Talos suivit l’itinéraire en sens inverse pour pénétrer dans le conduit emprunté plus tôt. Les couloirs étaient déserts mais la panique avait pris possession des lieux comme l’on pouvait entendre les stormtroopers gueuler leurs ordres de part et d’autres. Les bruits des droïdekas roulant et ouvrant le feu rendait l’atmosphère des plus lugubres. Poursuivant leur retraite, ils retrouvèrent le placard de leur insertion. Talos entra le premier rouvrit la bouche d’égouts et Dragger pénétra en premier dedans pour ouvrir la voie tandis que le vétéran clone gardait l’entrée. Les prisonniers descendirent les uns après les autres, Shala Koon Tan’ith restant à l’arrière. Le bruit des coups de feu s’accentuèrent et se rapprochèrent. La Kel’dor tenait fermement entre ses mains le blaster du soldat impérial, prête à se battre pour couvrir la fuite des autres aux côtés du capitaine Talos…
Maximilian Seidelman
Maximilian Seidelman
Commandeur Suprême de la République
Commandeur Suprême de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Dim 5 Jan - 0:25
Amelia s’était assure de causer également un maximum de confusion et il apparu vite que l’APEX n’était pas venue pour prendre des prisonniers. Tout élément suspecté de trahison fut sommairement abattu, certains n’étant même pas armés. Les droïdes ne faisant jamais dans la dentelle, ils se déployèrent de façon méthodique, ignorant, pour le moment, Amelia Wolf et les clones, s’ils venaient à les rencontrer. Restait à espérer que les dits clones n’allaient pas compliquer inutilement les choses. Et apparemment, cet espoir mourut rapidement quand on lui dit : Talos à Wolf, on a la cible… et les autres. Non. Non. NON! Imbéciles de clones! Ils se sont entendus avec l’APEX pour libérer UNE prisonnière! Malgré les tirs ambiants et le chaos, elle se mit à courir vers la position présumée des deux soldats en espérant y arriver avant les droïdes… Pourquoi?

Parce que si les deux clones ont vraiment libéré le reste des prisonniers, des prises qu’APEX s’attendait à faire, et qu’ils refusent de les laisser derrière, ça va devenir très laid très vite. On ne revient pas sur les termes d’une entente avec des criminels, merde! Elle commençait à regretter d’être partie en mission avec des types bien trop influencés dans leurs actions par elle ne savait quel code moral ou d’honneur. On ne prive jamais un prédateur de sa proie si on tient à garder tous ses membres. Le bruit des droidekas la rendait extrêmement nerveuse car elle savait parfaitement quel genre de carnage ces machines étaient capables de faire. Quelques prisonniers contre la réussite de la mission était à ses yeux bien peu de choses, valeurs de la République Galactique ou non. Ils avaient été envoyé ici pour sauver la femme de l’amiral. Tout le reste était purement accessoire… Non?

Amelia envoie un set de coordonnées aux clones et elle doit abattre trois stormtroopers pour s’y rendre, se prenant une vilaine blessure au bras dans le processus. Dans la précipitation, on abandonne la prudence et on en paie le prix. Probablement qu’un nerf a été touché ou un truc du genre : simplement bouger le bras lui donne l’impression qu’on essaie de le lui arracher. Laissant entendre une série de jurons qui ne sont clairement pas originaires de la République, elle finit par arriver sur une scène qu’elle ne voulait pas voir. Deux clones, la femme de l’amiral (armée), plusieurs prisonniers en mauvais état… Encerclés par des droidekas et un hologramme d’un super droïde tacticien, sans doute commandant à la flotte en orbite. Il va falloir la jouer relativement en douceur et espérer Que personne ne va faire quelque chose de stupide. À espérer, définitivement.


« Dragger, Talos, baissez vos armes. Tout de suite. Notre entente avec l’APEX stipulait leur intervention et le sauvetage de la femme de l’amiral. Nous n’avons rien négocié pour d’autres prisonniers éventuels. Ces prisonniers sont donc propriété de l’APEX désormais. Ce n’est pas très républicain comme façon d’agir, d’accord. Mais à moins de vouloir mourir ici et échouer dans notre mission, c’est la chose à faire.

Je ne sais pas à qui je m’adresse mais excusez mes deux compagnons. Les clones opèrent avec une morale et un code d’honneur qui n’est pas toujours pragmatique pour vous. Sauver des vies est dans leurs prérogatives. Ils n’ont pas voulu vous manquer de respect ou s’approprier votre propriété. Ils ne sont simplement pas versés dans la négociation comme vous ou moi. Il n’y a aucune raison que cela finisse en escalade de violence. »


En espérant, bien sûr, que le trio de républicains ne fasse rien de stupide…


"Semper Vigilantes."
Plo Tan'ith
Plo Tan'ith
Amiral de la République
Amiral de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Mar 14 Jan - 22:16
Alors que Drag et quelques prisonniers s’étaient déjà engouffrés dans le conduit, la porte vola en éclat et deux droïdedekas, boucliers activés et canons braqués sur eux. Talos avait levé son arme, prêt à tirer et donner sa peau pour la mission. Combien pourrait-il éliminer avant d’être tué ? Un ? Deux ? Pas plus. Et dans ce conduit les prisonniers n’auraient aucune chance, surtout s’ils avaient encerclé correctement la zone. Même si Dragger et une poignée de prisonniers s’en sortaient, qui sait s’ils ne seraient pas abattus par des droïdes positionnés à l’extérieur ? Il ne le savait pas, et le risque était trop élevé. Encerclé, la femme de l’amiral épaula aussi le blaster impérial qu’elle avait récupéré. Tous deux abaissèrent leurs fusils. Le clone écouta Amélia Wolf qui leur rappela la situation. L’espace d’un instant il hésita à l’insulter, la frapper mais cela serait futile. Et après tout elle ne faisait que rappeler la réalité de la situation et de l’accord conclu… Talos aurait du négocier, la prochaine fois il le ferait. S’il y aurait une prochaine fois bien évidemment, car l’idée de collaborer à nouveau avec l’aide de camp ne l’enchantait guère. Talos était prêt à se salir les mains dans une certaine mesure s’il le fallait, mais il avait encore des barrières mentales qu’il s’était fixées et refuserait de franchir, même si cet ordre venait de l’amiral Tan’ith en personne. Le vétéran appela son compère pour qu’il remonte à la surface d’un ton sec.

- Dragger, demi-tour. Remonte les prisonniers.

Les six prisonniers qui avaient réussi à pénétrer dans le tunnel firent marche arrière vers la surface, Dragger fut le dernier à remonter, il se rétablit et avait gardé ses armes en main, tout comme Talos qui jeta son arme au sol et haussa la tête en guise de défi. Puis il donna un nouvel ordre à son frère.

- Lâche ton arme.

Dragger hésita une seconde, observant la situation, puis imita son supérieur à contrecœur. Il aurait sans doute trouvé matière à répondre à Talos, mais il avait vu dans son regard que ce n’était pas par souci de facilité que le capitaine avait baissé les armes : mais pour sauver tout le monde et accomplir la mission. A cet instant et sans qu’il s’en aperçoive, Talos avait retrouvé l’estime de Dragger. Voir ces deux clones faire ceci provoqua chez Shala Koon Tan’ith un soupir tandis qu’elle se pencha pour déposer son arme également : lutter serait conduire tout le monde à la mort... Au moins avaient-ils tenté leur chance se disait la kel’dor. Ils ne seraient pas ceux à blâmer d’avoir voulu sauver ces prisonniers. Les deux clones restèrent silencieux. Si Wolf voulait ces prisonniers, ce serait à elle de leur donner l’ordre de se livrer à l’Apex : aucun des deux ne comptait lui prêter assistance là dedans, refusant de se salir les mains outre mesure. Talos comme Dragger étaient cette fois-ci unis et ne cachèrent pas leur colère. Un jour, que ce soit avec une flotte républicaine, ou l’appui de mercenaires mandaloriens… ils libéreraient ces gens là des griffes de l’Apex. Et ce jour là… aucun droïde ne pourrait arrêter leur fureur ou stopper la puissance de feu des canons qu’ils aligneraient contre cette masse informe de machines tueuses.
Maximilian Seidelman
Maximilian Seidelman
Commandeur Suprême de la République
Commandeur Suprême de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Mer 15 Jan - 4:27
Évidemment qu’ils allaient rendre les choses difficiles. Il arrivait souvent à Amelia de se demander pourquoi la République n’avait jamais l’estomac pour faire le nécessaire et par extension, les sacrifices que demandent parfois… Une guerre galactique totale, rien de moins. Qu’on envoie une flotte attaquer une planète principalement civile appartenant à l’Empire ou au Consortium était acceptable mais laisser quelques misérables prisonniers aux mains d’APEX était inconcevable. Et si c’était aux impériaux, aux sujets de Darth Ankh ou aux Mandaloriens, auraient-ils hésité autant? S’il avait fallu les livrer aux renseignements républicains pour un interrogatoire musclé ou les livrer au système carcéral de la République. Oh ils peuvent prétendre le contraire mais elle connaissait bien ces prisons où l’on battait sans se poser de questions les prisonniers.

Elle en portant encore les marques d’ailleurs, des cicatrices pour lui rappeler que la République est une faction d’hypocrites se cachant derrière de beaux principes pour justifier crimes et atrocités. Et elle ne se gênait pas pour le rappeler quotidiennement au Commandeur Suprême de la République Galactique. Sauf qu’ici et maintenant, la personne en charge, ce n’était pas Maximilian qui avait toujours les bons mots, c’était elle. Et elle n’était pas dupe. Si elle ne voulait pas se retrouver avec deux clones lui faisant des misères au retour et la femme de l’amiral qui irait chialer devant ses décisions, elle devrait faire ce qu’elle détestait faire. Négocier. Pire encore. Négocier, perdante, contre l’APEX, pour une poignée de prisonniers inutiles. Les choses qu’elle ne ferait pas pour éviter à Max de se ramasser avec des problèmes inutiles. Long soupir suivi d’un juron à faire rougir un Hutt.

Comme à chaque fois qu’elle doit agir sans la main de son supérieur pour tempérer ses ardeurs, elle ne se gêne pas pour dire ce qu’elle pense. Qu’il va falloir qu’elle négocie pour qu’ils arrêtent de faire la gueule, incapables de comprendre tous autant qu’ils sont ce que c’est que de faire des choix difficiles. Regardant le droïde en charge, elle dit qu’elle veut négocier. Ce à quoi le droïde répond que les négociations sont terminées avec la République. Et elle finit enfin par comprendre que depuis le début, elle pensait avoir l’avantage, mais non. Et négocier avec Luppa, alors, demande-t-elle. La machine ne peut pas sourire mais à moins d’être du quotient intellectuel d’un gungan défoncé aux épices, on peut presque en voir un. L’hologramme du droïde se substitue par celui d’une femme humaine. Hope Summers. Un des membres du Triumvirat. J’accepte de négocier avec toi, Luppa. Au ton, il est clair que les deux femmes ont un… Historique. Définitivemnet.

Hope ordonne aux républicains de ramasser leurs prisonniers et d’aller attendre loin, beaucoup plus loin. Ces négociations ne les concerne pas. Cinq minutes plus tard, Amelia rejoint le groupe en leur lançant tour à tour un regard capable de tuer l’équipage d’une forteresse stellaire d’un seul coup. J’espère que vous êtes contents, dit-elle avant de reprendre la direction du vaisseau. Un officier droïde annonce qu’APEX, dans sa générosité, renonce à autre chose que punir ses traitres et les impériaux, suite à un accord avec Luppa. Quoi que ce soit, il est clair qu’Amelia Wolf a joué gros pour éviter que les deux clones ne fassent, maintenant ou plus tard, quelque chose de prodigieusement stupide. C’est qu’elle finirait par s’y attacher. Mais ce qu’il y a dans son regard, c’est quelque chose qui veut dire que l’accord passé pèse lourdement sur elle. Ce qui fait se poser la question.

Qu’est-ce qui pourrait hanter une femme prête à exécuter un prisonnier désarmé ou abandonner à l’esclavage ou pire des prisonniers?


"Semper Vigilantes."
Plo Tan'ith
Plo Tan'ith
Amiral de la République
Amiral de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Mar 4 Fév - 23:02
Les prisonniers eurent les yeux larmoyants en entendant qu’ils étaient libres. Alors que dans une certaine cacophonie, ils remercièrent sincèrement Amelia Wolf, les clones reprirent leurs armes, tout comme l’épouse de Plo Tan’ith et n’attendirent pas que l’Apex change d’avis. Ils obéirent aux ordres et se faufilèrent dans le conduit pour regagner la sortie de ce lieu. Les deux clones bien que dégoûtés de prime à bord par l’attitude de l’aide de camp n’avaient pourtant pas l’intention de se mutiner contre elle. Même s’ils pouvaient désapprouver des ordres, ils n’auraient pas tenté de l’abattre. Cependant il aurait été inutile pour l’humaine de venir essayer de sociabiliser avec eux après ça. Les deux clones gardèrent le silence, Talos ouvrait la marche tandis que Dragger fermait l’escorte avec l’épouse de l’amiral. Avançant en silence, ils stoppèrent leur marche à la fin du tunnel et en sortirent pour attendre qu’Amélia ne vienne à son tour. Les deux clones échangèrent sur le canal de leurs casques de façon à ne pas être entendus. Dragger avait remarqué que Hope Summers et Amélia Wolf semblaient avoir un passé en commun et demanda ce que Talos pouvait en penser. Ce dernier garda le silence quelques secondes avant de rétorquer qu’il avait noté ce même état de fait.

Dragger pouvait être agaçant, mais son sens de la perspicacité faisait qu’en dépit de son jeune âge, il était très observateur sur certaines choses, remarquant des détails que n’aurait pas aperçus Talos au même âge que lui. Le jeune ferait un bon successeur si jamais il venait à casser sa pipe, se dit le vétéran. Mais tous les deux ne purent mettre la main sur ce qui avait pu motiver ce passé en commun.  Là ou Dragger se demanda si les deux femmes avaient pu être amantes, Talos restait plus terre à terre, estimant qu’il était plus probables qu’elles aient sans doute combattu ensemble ou alors avaient été rivales au cours de leur passé, sous-entendant qu’elles étaient toutes les deux d’anciennes criminelles. Pour le plus jeune des deux clones, cela paraissait inattendu, mais il n’eut pas le temps de s’exprimer que déjà Shala Koon Tan’ith s’approcha d’eux pour leur adresser la parole avec une sincère gratitude dans sa voix, mettant en avant le sort de ces malheureux avant le sien.

- Vous avez fait le bon choix, ces gens là ne méritaient pas d’être vendus comme une marchandise.
- Je suis on ne peut plus d’accord…

Répondit Dragger d’un ton plutôt soulagé que cette histoire finisse de cette façon. Lorsqu’Amélia Wolf revint elle fut des plus froide, ou plus exactement distante. Ce fait inquiéta quelques peu Talos qui se demanda ce qu’elle avait bien pu mettre dans la balance pour que l’Apex accepte qu’ils partent. Quoiqu’il en soit, ce qu’Amélia avait fait semblait suffisamment grave pour l’avoir drôlement secouée apparemment. C’est plus ce dernier fait qui éveilla un peu en retard l’attention de Dragger sur cette question. Mais pour l’heure, les deux clones comprirent que le moment n’était pas des plus opportuns pour aborder ce sujet, d’ailleurs comment l’aborder ? Ils l’ignoraient mais c’est en silence qu’ils reprirent la route vers leur vaisseau afin de quitter Céréa. Shala Koon Tan’ith s’en était cependant aperçue, et c’est d’une voix douce et pleine de sincérité qu’elle prit la parole en déposant sa main à quatre doigts griffus sur l’épaule de la jeune femme.

- Qu’importe ce que vous avez pu négocier madame… cela en valait la peine.

Les deux clones observaient la situation en suivant la jeune femme en direction du vaisseau. Libre à elle de décider ou non de répondre ou non, la kel’dor ne lui en tiendrait pas rigueur.
Maximilian Seidelman
Maximilian Seidelman
Commandeur Suprême de la République
Commandeur Suprême de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Mer 5 Fév - 4:25
Amelia retire la main de la femme de l’amiral de son épaule, avec fermeté mais pas dans le but de lui faire mal. Clairement, au vu de qui elle est, ce n’est pas le genre de choses à lui dire. L’aide de camp a connu la pauvreté, le crime, la misère, le désespoir, la lie de ce qui fait une société ou une espèce pensante. Nombreux sont ceux qui critiquent l’APEX en oubliant qu’ils ont aussi des civils, des réfugiés, des gens comme tout le monde et tout aussi innocents qu’un citoyen républicain ou impérial. Le Consortium a toujours été plus complexe sur la question. Et elle ne se gêne pas pour le dire à la femme de l’amiral. Qu’elle parle sans connaitre et que ce genre de platitudes, c’est le genre de choses que les « vrais » républicains aiment entendre et ce en quoi ils croient. Pas elle. Qu’elle n’a aucune idée du prix à payer pour avoir sauvé quelques malheureux esclaves.

Et elle ne se gêne pas pour faire savoir aux deux clones qu’elle n’est pas dénuée de sentiments et que c’est facile de juger ce qu’on ne connait pas et qu’on ne comprend pas. Pointant la femme de l’amiral du doigt, elle leur rappelle que sans elle, jamais ils n’auraient pu la libérer et que c’est curieux ô combien son passé criminel ne les dérangeait pas quand cela servait leurs intérêts. Que si elle a proposé un marché à Hope Summers, c’est pour éviter que tôt ou tard ces deux là se fassent stupidement tuer en pensant faire quelque chose de « bien ». Combien de femmes et d’enfants innocent auriez-vous tuer dans votre ridicule vendetta pour venger une poignée d’esclaves? Vous pensez qu’il n’y a que des criminels, comme vous pensez qu’il n’y a que des monstres dans l’Empire et le Consortium. Vous tolérez les Mandaloriens pour ce qu’ils fournissent pour les clones, c’est tout!

Cette colère cache quelque chose, bien sûr. Probablement le poids de cette entente dont les termes sont pour le moment inconnus des deux clones et de l’ex otage. Pourquoi sinon en révéler tant sur l’APEX et sur ses plus beaux côtés? Car au travers sa colère et ses « insultes », elle parle de ces nombreuses organisations qui aident les plus démunis. Voler aux riches pour donner aux pauvres et les aider à avoir un futur. Elle parle de la cruauté des prisons républicaines, de la perfidie des sénateurs, de toute la crasse et les squelettes que la belle démocratie galactique veut dissimuler. Et plus ils se rapprochent du spatioport, plus elle semble agitée. Et la raison devient vite évidente. À côté de leur vaisseau se trouve une navette de l’APEX. Je ne rentre pas avec vous, dit-elle. Une dette face à l’APEX se paie immédiatement car les intérêts sont brutaux. Dites à… Et elle n’en dit pas plus.

Elle fait signe au plus jeune des deux clones de s’approcher. Des larmes perlent à ses yeux et elle lui demande de dire à Maximilian (oui, elle a utilisé son prénom) que ce qu’elle fait, elle le fait pour lui et qu’elle espère qu’il lui pardonnera. Tu es encore jeune, ajoute-t-elle. Essaie de voir le monde au travers des yeux des autres, des fois. Tu vas apprendre beaucoup. La voix artificielle de droïdes commandos lui annonce que son temps est écoulé. Dommage, tu n’auras pas l’occasion d’avoir ce défilé de moi en maillots de bain. Rien n’indique que je reviendrai en vie… Ou que je reviendrai tout court. Fais-en sorte que mon sacrifice compte et ne va pas gaspiller ta vie dans une croisade insensée. Elle remercie ensuite Talos pour la balade et enfin, dis à la femme de l’amiral que si Maximilian demande « pourquoi », en tant que femme aimante, elle saura quoi répondre. Moi aussi j’ai un cœur.

La mission est accomplie. L’otage a été sauvé. Les conspirateurs ont encore pris un coup à leur orgueil. Mais elle ne se sera pas faite sans perte car il faudra expliquer au Commandeur Suprême pourquoi celle qui l’a aidé à se raccrocher à la vie est MIA… Et espérer qu’il ne fasse pas une rechute. Car les conspirateurs ne vont pas s’arrêter là et le danger est toujours bien présent. Mais ceci, naturellement, est le sujet d’une autre histoire, d’une autre mission…


"Semper Vigilantes."
Contenu sponsorisé

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum