Aller en bas
Plo Tan'ith
Plo Tan'ith
Amiral de la République
Amiral de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Mer 2 Oct - 22:00
Céréa, système républicain frontalier avec l’Empire Galactique était la cible du vaisseau en apparence civile, un cargo corellien qui voyageait en hyperespace. A son bord se trouvait deux clones, copies carbone du chasseur de primes mandalorien qu’avait été Jango Fett il y a déjà presque deux millénaires : le capitaine Talos et le lieutenant Dragger. Le capitaine Talos était un clone chargé d’escorter l’amiral et de s’assurer de sa garde rapprochée même si de façon officieuse, son rôle était beaucoup plus important.

En effet Talos était, avec le lieutenant Dragger, le principal aide de camp de Plo Tan’ith. Et ce dernier lui avait confié une mission sortant du cadre habituel de ses fonctions : celui d’épauler Amélia Wolf, aide de camp du commandeur suprême sur une mission particulière. Il avait accepté sans hésiter par loyauté envers le kel’dor qu’il estimait énormément pour sa compétence et ses aptitudes au commandement. Il en était de même avec Dragger qui lui voyait en cette mission spéciale et clandestine, l’opportunité de casser la routine qui avait pu s’installer dans sa vie, bien loin des combats aux côtés de ses frères d’armes. Certes, Talos avait aidé Plo à déjouer un attentat visant le commandeur suprême Maximilian Seidelman, et Dragger avait participé à la prise de la base d’Argus qui avait été compromise, mais ces petits « à côté » se faisaient rares quand on était au service de l’amiral Tan’ith.

Intérieurement mais sans se l’avouer, les deux clones avaient espéré que ces conspirateurs tentent de s’en prendre physiquement au Kel’dor afin d’avoir un peu d’action à se mettre sous la dent tant le fait de ne plus se retrouver sur le front leur manquait. Jusqu’à présent, ils avaient eu l’impression de rouiller et de s’ennuyer dans la gestion de l’agenda et les protocoles de sécurité de leur officier supérieur. Un peu d’action ne leur ferait sans doute pas de mal s’étaient-ils dits. Cela faisait déjà trois ans que Dragger avait été affecté à l’amiral Tan’ith alors que Talos avait déjà été présent à ses côtés depuis huit ans.

Au début les relations avaient été assez glaciales, mais elles avaient pu se détendre avec l’aide du Kel’dor et avec le temps jusqu’au point ou, en dehors de toute discussion sérieuse, les deux oubliaient leurs grades pour se tutoyer, Talos ayant pris Dragger sous son aile comme s’il était son petit frère, ce qui, dans une optique assez factuelle était plutôt une vérité compte tenu de leur statut de clone. Les deux clones étaient pourtant différents sur le plan de l’âge dans un premier temps (Talos avait quatre ans de plus que Dragger ce qui pour un clone représentait un écart de huit ans), mais aussi dans leur personnalité. Talos avait les cheveux coupés très courts et ses tempes laissaient apparaitre quelques cheveux gris ici et là lui donnant l’apparence d’un homme qui était dans la moitié de quarantaine en dépit de ses 22 ans. Une cicatrice sur la joue terminait de renforcer son apparence de mâle alpha, là ou Drag donnait l’impression de ne pas encore avoir soufflé son trentième anniversaire. Les cheveux mi-longs étaient peignés et ramenés sur l’arrière avec un peu plus de volume, il n’avait aucune cicatrice et son visage alternait entre des expressions de sérieux, nervosité ou de joie là ou Talos était beaucoup plus neutre et indéchiffrable. De surcroit le plus âgé des deux avait un côté pince sans rire, assez agaçant pour ceux qui n’avaient pas vraiment le sens de l’humour comme Dragger qui pouvait être assez susceptible mais -et fort heureusement- pas rancunier.

Les deux clones ne portaient pas leur armures habituelles, mais un modèle plus passe-partout et ancien quelques peu bariolées de couleurs différentes ici et là. Il était certain que ce n’était pas du matériel de première main –et les deux clones furent avisés de ne pas trop poser de questions sur le sort de leurs anciens propriétaires-, mais ces modèles étaient assez communs dans la Bordure Extérieure ou les territoires de l’Apex auprès des mercenaires, pirates et chasseurs de primes. Pour les armes, les clones ainsi qu’Amélia Wolf utiliseraient du matériel plus récent qui avait été saisi par les autorités militaires lors d’une arrestation musclée de pirates roulant pour le compte de l’Apex. Les équipes chargées d’intervenir avaient saisi l’intégralité de l’armurerie du navire qui avait été intercepté. L’amiral avait encore de bonnes relations, et savait que personne ne poserait de question si une dizaine de blasters ne se trouvaient plus en stock, surtout si l’inventaire officiel ne les avait pas répertoriés comme présents. Talos était du côté bâbord du vaisseau dans un quartier d’équipage, debout derrière une table incorporée au mur et sur laquelle se trouvaient les armes qu’il devait inspecter avant la mission pour s’assurer de leur état. Ici et là se trouvaient des caisses de matériel pirate, des explosifs ainsi que trois caisses dédiées aux munitions. Concentré sur son travail, il vit dans sa vision périphérique quelqu’un approcher sur sa gauche et savait qu’il s’agissait de Dragger qui, respectueusement, frappa deux coups courts et légers sur l’encadrement de la porte pour signaler sa présence avant de prendre la parole d’un air assez préoccupé et hésitant.

- Talos ? Je peux te parler un moment ?
- Oui Dragger ?


Le lieutenant Dragger semblait un peu nerveux et jetait des regards autour de lui pour s’assurer qu’ils n’étaient pas observés ou entendus. Puis il prit la parole à voix basse.

- Cette fille, Wolf… tu crois qu’elle a quelqu’un dans sa vie ?

Talos sourit et répondit d’une voix un peu moqueuse sans accorder un regard à son subalterne, bien trop concentré à inspecter le bon fonctionnement des armes qu’ils auraient à leur disposition pour cette mission.

- Bien sûr lieutenant. Vous ne l’aviez pas remarqué ?

Il laissa passer volontairement une courte pause pendant laquelle Dragger restait quelques peu confus tandis que son cerveau passait en revue tout ce qu’il avait pu voir, ou savoir concernant Amélia. Mais il ne vit pas le détail qui avait pu lui échapper. Devant son air quelques peu gêné, Talos déposa l’arme qu’il nettoyait pour se tourner vers son subalterne et afficher un large sourire.

- Le commandeur Seidelman enfin !

Le lieutenant soupira devant cette plaisanterie, il était évident que Talos avait compris où il voulait en venir, mais ce dernier prenait un malin plaisir à le mener en bateau. Il pesta tout en se mettant sur la gauche de son supérieur hiérarchique et observer ce qu’il faisait.

- Toi et tes blagues…

Talos ne répondit pas, termina de graisser l’arme et remboita l’ensemble pour la déposer sur sa gauche et prendre le blaster suivant. Drag’ reprit d’un air encore plus inquiet.

- Non sérieusement, ils sont vraiment ensemble ?
- Je n’en sais foutrement rien Drag’ et ça ne me regarde pas pour être honnête. Si tu veux des réponses à ta question tu auras deviné que je ne suis pas vraiment la personne qui peut te répondre… il me manque quelques formes ici et là pour ça, et un visage plus fin que le mien.

Répondit Talos d’une voix plutôt détendue, un peu comme un grand frère qui fait comprendre que les histoires de son cadet ne l’intéressent pas. Et avec sa main libre, il mima une poitrine et des fesses féminines pour appuyer son propos tout en se regardant dans le reflet du miroir qu’il avait à hauteur de ses yeux. Ayant commencé à démonter la carabine blaster, il s’arrêta tout à coup puis se tourna vers Dragger comme si Talos avait soudainement pris conscience de quelque chose, mais toujours avec ce même ton qui se voulait à la fois moqueur et un peu ironique.

- Ah mais je vois mieux pourquoi tu as accepté cette mission de la part de l’amiral… Je m’étais demandé pourquoi tes yeux avaient brillé un peu quand il avait annoncé que Wolf serait de la partie.

Dragger s’écria.

- Quoi ?!

Il se retint d’exploser de colère et déballer ses arguments, se souvenant qu’Amélia pouvait l’entendre si elle passait dans le coin. Le lieutenant se tut, inspecta la porte d’entrée avant de reprendre d’une voix plus basse mais surtout gêné et cherchant à se justifier sur sa décision, comme un enfant cherchant des excuses pour ne pas admettre qu’il avait pu faire une erreur, ou une bêtise.

- Mais… euh… C’est complètement faux Tal’… euh… C’est juste par devoir vis-à-vis de l’amiral que j’ai accepté cette mission d’importance capitale pour la République.
- Je n’ai jamais prétendu le contraire Drag’, j’ai juste dit que avais pu penser pouvoir joindre l’utile à l’agréable pour ce coup.

Des deux Talos était le plus mature, même si les clones en général pouvaient donner l’impression d’être un peu des inadaptés sociaux. Leur formation flash et vieillissement accéléré en faisait des soldats très compétents et intelligents, cependant dans les rapports humains, ils pouvaient parfois se comporter comme des enfants. Certaines choses ne s’apprenaient pas dans leur formation militaire, et grandir jusqu’à leur âge adulte entouré seulement de copies de soi-même aussi conditionnés que soi n’aidait pas à saisir toute l’amplitude et la complexité de nombreux rapports sociaux. Talos avait été formé par un mandalorien qu’il considérait encore comme son père, dans le cas de Dragger en revanche il avait été formé par une mandalorienne qui ressemblait un peu trop à Amélia Wolf et sur laquelle il avait peut-être transposé l’image d’une mère.

- Tu n’avais pas les comlinks à vérifier ?
- Si, mais je l’ai déjà fait. Quatre fois. Puis j’ai fais le tour du vaisseau deux fois sans croiser Wolf hélas avant de me dire que j’allais profiter de ce temps mort pour venir t’embêter un peu.

Ça on ne pouvait pas le reprocher à Dragger, ce dernier était un très bon technicien en général, presque un surdoué en la matière là ou Talos était un bon pilote en plus d’être un bon tireur.

- Non, tu t’es dis si tu pouvais avoir des conseils pour séduire Wolf.
- Mais ! Je veux juste savoir si elle a quelqu’un, tu comprends… par curiosité… après tout on va aller en mission avec elle, et j’aime bien connaitre les gens avec qui je bosse.
- Ok, je ne sais pas si elle a quelqu’un, t’es content ?
- Tu penses que j’ai mes chances ?
- Je serai toi, je préfèrerai me concentrer sur la mission, ou une mandalorienne. Tu sais que certains clones sont féminins aussi…

C’était vrai que certaines chasseuses de primes ou mercenaires féminines avaient pu être sélectionnées comme modèle génétique pour les cloneurs de Kamino. Drag’ souffla et reprit.

- Oui je l’avoue, mais j’en trouverai sans doute aucune comme Wolf, et elle est unique elle. Je ne risquerai pas de la confondre avec une de ses sœurs.
Maximilian Seidelman
Maximilian Seidelman
Commandeur Suprême de la République
Commandeur Suprême de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Jeu 3 Oct - 3:33
Il y avait deux façons pour Amelia Wolf de manifester son mécontentement. Le dire sans détour à Maximilian Seidelman, ce qui arrivait plus souvent qu’autrement car il lui avait expressément donné l’ordre de le traiter d’imbécile s’il se comportait comme tel ou alors, quand ses objections tombaient dans l’oreille d’un sourd, en allant se défouler en salle d’entrainement. Et elle devenait mauvaise, mais mauvaises, tant que sa frustration n’avait pas quitté son cœur comme autant de gouttes de sueur à cause de l’effort physique intense. Et comme il est mal vu dans la République de tabasser les gens venus simplement vous demander « est-ce que ça va », sans nécessairement avoir d’arrière-pensée, elle s’arrangeait pour se trouver un coin discret pour se défouler. Et c’est ce qu’elle avait fait pendant une partie du trajet d’ailleurs.

Elle n’avait rien contre les clones, bien sûr. Ils étaient une partie intégrante de l’armée républicaine et bien que son passé de criminelle la mette dans une ligue à part, elle savait respecter les qualités d’autrui. Le Commandeur Suprême ne l’aurait pas envoyé s’il ne la pensait pas capable d’un travail d’équipe exemplaire. Soit, il y aurait peut-être un accroc ou deux mais rien de dramatique. Surtout au vu de la nature de la mission, elle se doit de faire plus d’efforts que d’ordinaire. La flotte envoyée par le Commandeur Suprême a dû abandonner la poursuite en arrivant à quelques années lumières des planètes frontalières. Sans doute est-ce l’objectif de leur ennemi : abandonner ou déclencher un incident militaire d’envergure. Avec des bases navales en relative proximité, la mobilisation aurait été rapide et la confrontation sanglante. Non. Hors de question de risquer plus de vies.

Les ordres avaient été on ne peut plus clair et elle ne comptait pas désobéir. D’où ce trio envoyé dans une mission potentiellement suicidaire pour un objectif plus personnel qu’autre chose. C’était pour cette raison également que le Commandeur Suprême avait tenté d’impliquer le moins de personnes possible et le moins de liens possibles aux forces armées de la République Galactique. Cela ne voulait pas dire qu’elle était « heureuse » de pouvoir aller se dégourdir les jambes en laissant derrière elle l’homme qui lui avait redonné une vie. Qui lui avait offert une seconde chance. Elle éprouvait plus que de la loyauté envers Maximilian Seidelman et si elle était en train de massacrer ce punching bag, c’était bien parce qu’elle ne pouvait être à ses côtés alors qu’il avait besoin d’elle, tout simplement. Elle avait failli le perdre une fois. Plus qu’une fois, même.

Et jamais ce n’était une sensation agréable. Surtout pas après la longue dépression que l’officier avait eu après la mort présumée de sa fille et de sa femme. Une femme qui était visiblement encore en vie et qui s’était jouée de lui. Et bien qu’elle lui soit dévouée, elle ne pouvait pas garantir qu’elle n’aurait pas des envies de meurtres quand ils la retrouveraient. Cette femme avait failli causer la perte d’un homme qui n’avait jamais osé à se mettre en danger pour sauver des milliers d’autres et dans quel but, exactement? Un enlèvement d’enfant? Aucune « bonne » personne ne ferait pareille chose, de cela elle était absolument convaincue. Et cette conspiration commençait sérieusement à lui tomber sur les nerfs. Des traitres dans les trois grandes factions, œuvrant dans quel but, au juste? Elle n’était pas une espionne et détestait ce genre de subterfuges mais… Au final…

Non. Elle devait rester concentrée sur la mission en cours. Techniquement, en tant qu’aide de camp du plus important personnage militaire de la République Galactique, elle devrait avoir les commandes mais n’ayant pas forcément un rang conventionnel, elle espérait que les clones, plus rigides quant au protocole militaire, ne feraient pas obstruction. Là d’où elle venait, oui, les gradés du crime pouvaient bien donner les ordres à la base mais sur le terrain, ceux avec le plus d’instincts et de talents se retrouvaient souvent à faire le travail de stratégie et de tactique. Quand votre patron est une brute épaisse qui tue ses rivaux, quand il faut faire preuve de plus de finesse, on s’entendra pour dire qu’il n’est pas le meilleur des candidats. Mais bon. Elle avait promis de faire des efforts et des efforts elle ferait, quoi qu’il lui en coûte. Ou presque. Presque…

Elle se changerait plus tard. Pour le moment elle devait s’assurer que le matériel était prêt et elle se moquait bien d’être en sueur. Elle entra sans frapper dans la pièce où se trouvaient les clones, les regardant avec tout le sérieux militaire qu’elle pouvait conjurer. Ne les connaissant pas le moins du monde, sans doute une approche professionnelle serait préférable. Peut-être que le rapport changerait au fil de la mission mais pas maintenant. Il y avait trop en jeu pour prendre des risques inutiles. Le Commandeur Suprême n’accepterait certainement pas un échec de la mission et elle ne comptait pas laisser gagner les conspirateurs. Absolument hors de question. Mains dans le dos dans une posture digne d’un officier de la République Galactique, elle prit la parole. Si ses anciens partenaires dans la crime la voyaient en ce moment... Non. Ne pas y penser.


« Messieurs. Est-ce que tout est fin prêt? Armes, équipement, tout dans les moindres détails? Je n’ai pas besoin de vous rappeler ô combien cette mission est critique. Et je vais le dire une fois et une seule. Vous avez un problème avec moi, vous me le dites. Je me moque complètement du protocole militaire. Quand je travaille avec des gens, je veux savoir ce qu’ils pensent sans tours et détours inutiles. Compris?

Maintenant. Nous allons affronter une belle bande de salopards et je n’ai pas besoin de vous dire qu’il est hors de question d’échouer. Je me fiche de savoir qui a le grade le plus haut : au plus compétent de la bande le commandement. Vous venez de l’armée. Moi de la jungle urbaine. Et dans mon monde, seul le talent et l’expérience compte. Et si je dois vous le faire rentrer dans le crâne à coups de baffes, je le ferai. Sans hésiter. »


Au moins les choses seront parfaitement claires désormais. Bon, le plus jeune des deux la regarde un peu bizarrement. Shorts et camisoles de sport ne sont peut-être pas la tenue réglementaire mais c’est décent et donc ça fera l’affaire. Il lui reste une douche à prendre avant d’arriver à destination de toute façon. Elle a donné le ton, sa façon dont elle travaille, à eux deux de faire valoir leur opinion. Tout le monde a le droit de parler, après tout, de se prononcer sur la question. Une équipe soudée gagne. Le manque d’union ne peut que conduire à la catastrophe. Elle a vu des gangs s’effondre à cause d’une telle chose et ça ne finit jamais bien, en général. Et comme l’ennemi ne sera pas forcément des plus civilisés, elle ne comptera certainement pas sur leur compassion, sur leur pitié ou leur respect du traitement des prisonniers. Bien au contraire…


"Semper Vigilantes."
Plo Tan'ith
Plo Tan'ith
Amiral de la République
Amiral de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Sam 12 Oct - 22:58
Lorsqu’Amélia Wolf pénétra dans la pièce dans laquelle elle se trouvait, les deux clones se mirent immédiatement au garde à vous dans un réflexe acquis depuis leur plus tendre enfance… et bien qu’aucun rang ne confère une autorité supérieure à Amélia Wolf sur les deux soldats. Mais dans le doute et compte tenu de sa position d’aide de camp du Commandeur, les deux clones préférèrent la jouer avec prudence sur le protocole tout en se demandant si consulter un organigramme avant d’accepter cette mission n’était pas une mauvaise idée en soit. Dragger eut une légère seconde de décalage en voyant Amélia Wolf débarquer en tenue de sport assez légère, short et camisole sportive. Il laissa ses yeux trainer un peu sur ses jambes avant de se mettre au garde à vous avec très peu de retard. Les deux clones eurent réponse à leur question : l’aide de camp affirma que dans ce contexte c’était au plus compétent de prendre le leadership. Il est vrai que là ou ils se rendaient, les clones devraient agir différemment de l’ordinaire, leurs adversaires ne seraient pas des droïdes B1 mal programmés, des stormtroopers avec des problèmes de vue, ou encore des fanatiques à la solde des Sith prêts à mourir par cargos de transports entiers pour occuper une zone de 1 km².

Ils ne répondirent rien et n’eurent pas grand-chose à rétorquer sur ce fait. Le champ de bataille des criminels était autre chose de bien moins simple que ce à quoi ils avaient à faire en temps normal. Lorsque vint la question du matériel, Talos préféra annoncer la couleur côté armement ainsi que le léger retard qu’il avait pris sur le traitement et contrôle de l’arsenal embarqué à bord.

- Le matériel de communication est prêt, il en va de même pour les armes d’ici quelques minutes Madame.

Répondit sobrement le capitaine Talos tout en priant intérieurement pour que le lieutenant Dragger continue de fixer Amélia dans les yeux plutôt que sur sa tenue plutôt légère pour une revue des troupes. Le jeune lieutenant se risqua parfois à quelques regards sur les hanches et les épaules de l’aide de camp mais jamais plus d’une seconde, clignant des yeux pour rester concentré sur ce que lui disait l’aide de camp. La voix forte et puissante de son frère d’armes et supérieur à ses côtés l’aida à maintenir un contact visuel et ne pas laisser ses yeux s’égarer sur les courbes de la jeune humaine.

- Compris Madame.

Répondirent ensemble les deux clones d’une voix forte. L’idée de voir Amélia tenter de leur rentrer des concepts dans le crâne à coups de baffe sans la moindre hésitation attisa la curiosité de Talos qui aimerait bien se battre amicalement sur un ring contre l’aide de camp afin de voir ce qu’elle pouvait avoir dans le ventre côté corps à corps. Sans doute qu’une fois la mission terminée, il lui ferait cette proposition afin d’évaluer l’humaine, mais aussi pourquoi pas, apprendre quelques coups supplémentaires ou une technique particulière dont elle pouvait avoir le secret.
Maximilian Seidelman
Maximilian Seidelman
Commandeur Suprême de la République
Commandeur Suprême de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Dim 13 Oct - 2:33
Au moins ils étaient tous sur la même longueur d’onde. Tant mieux. Elle n’avait que peu de patience pour les entêtés et ceux qui s’accrochaient au protocole comme des sangsues. Le protocole, c’est bien dans une réception d’état avec des gens importants et les médias qui surveillent vos moindres faits et gestes. Dans la réalité, le protocole fout le camps dans les quinze premières minutes d’un combat, la raison étant qu’on passe à un autre mode de pensée logique : celle de fonctionner en synergie avec le reste des forces en présence. Entre dire : mon amiral, ennemis repérés dans le secteur quarante-neuf et ennemis repérés dans le secteur quarante-neuf, ce sont deux mots de trop qui viennent potentiellement de coûter la vie à des dizaines de personnes. Définitivement, sans le Commandeur Suprême, Amelia Wolf ne serait pas dans l’armée. Loin de là.

Satisfaite de la réponse des clones, elle indiqua au plus gradé des deux (Talos) de finir de préparer le matériel et au plus jeune (Dragger) de la suivre. Pas besoin d’être un cerveau surentrainé pour se rendre compte qu’il avait un temps de retard et qu’il louchait un peu, aussi, elle s’approcha de lui, l’attrapa par le menton, le força à la regarder dans les yeux et lui fit savoir qu’elle paraderait devant lui dans tous les modèles du dernier catalogue des maillots de bain les plus en vogue de la République après la mission si ça lui chantait mais que tant que la mission était en cours, il avait intérêt à la regarder dans les yeux et répondre au quart de tour. Sans lui laisser le temps de réagir, elle se retourna d’un mouvement vif et se dirigea d’un pas assuré vers ses quartiers. Pendant qu’elle prendrait sa douche, elle aurait tout le loisir d’interroger le clone sur leurs connaissance des milieux criminels.

Car il ne fallait pas oublier une chose. Un criminel digne de ce nom peut flairer les militaires et les représentants des forces de l’ordre avant même qu’ils ne passent la porte de la cantina. Ce qui voulait dire que s’ils voulaient réussir, il fallait s’assurer que les clones pouvaient se « déprogrammer » et improviser si la situation le demandait. Une fois lavée et habillée dans une tenue parfaitement adaptée au Milieu, elle savait maintenant comment travailler efficacement avec les clones. Et il faudrait aussi les déguiser un peu si jamais il fallait enlever les casques ou assimilable. Intérieurement, Amelia trouvait la situation amusante. Les clones étaient parmi les meilleurs soldats de la galaxie… Et parce qu’ils se ressemblaient, également les plus identifiables, tout autant qu’un Mandalorien en armure ou un utilisateur de la Force avec son sabre laser. Mais bon. Elle avait encore du temps.

Elle en profita pour leur apprendre le slang, le jargon du Milieu, les us et coutumes… Tout ce qui pourrait leur être utile si jamais ils étaient séparés. Et ce qui était bien des clones? Ils apprenaient rapidement et efficacement. À moins de tomber sur une vraie pointure du monde criminel? Ces deux clones allaient pouvoir bluffer comme deux champions la plupart des ennemis qu’ils rencontreraient. Inversement, si un jour il fallait infiltrer une installation militaire… Sans doute pourraient-ils lui apprendre un truc ou deux sur la rigueur militaire. À chacun ses forces. Chose certaine, elle espérait une chose : pas de complications inutiles. Ramener la femme de l’amiral serait déjà un assez gros défi en soi : difficile de dissimuler une Kel’dor pour des raisons plutôt évidentes de physionomie. Mais si elle réussissait ce coup-là? Elle en rigolerait encore à pareille date l’an prochain…


"Semper Vigilantes."
Plo Tan'ith
Plo Tan'ith
Amiral de la République
Amiral de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Dim 20 Oct - 16:48
Au début, Dragger du se demander ce qui se passait devant lui pour qu’Amélia attrape délicatement son menton entre ses doigts avant de lui dire qu’elle paraderait devant lui avec tous les différents modèles de maillots de bain en vogue dans la République tant qu’il resterait discipliné et concentré sur la mission. Le jeune clone eut soudainement chaud et il ne put retenir le rouge de monter sur ses joues, allant jusqu’à sentir quelques gouttes de sueur perler sur son front. Il bafouilla quelques peu l’air confus mais n’eut pas le temps de dire quoique ce soit que déjà elle tournait les talons pour quitter la pièce. Talos avait grillé un cigare et continuait son office avec ses deux mains tandis que le lieutenant reprit la parole d’une voix encore un peu tremblante.

- Tu as entendu ça Talos ?
- Je suis peut-être vieux Dragger mais pas encore sourd…


Répondit-il d’un air détaché tandis qu’il réassemblait l’arme qu’il avait. Drag insista.

- Tu penses que c’est du sérieux ?

- La seule chose de sérieux qu’elle te demande c’est de rester focalisé sur ta mission. D’ailleurs je te recommande la même chose et conseille de laisser tomber avec elle.


Talos soupira à la fin de sa phrase puis ajouta.

- Par contre tu peux m’aider à nettoyer les armes qui restent…
- Très bien Tal’… Au fait pourquoi tu as mis celui-ci sur le côté ?


Spoiler:
[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] 416d0644f3edef3a721efc2ee284bb52

Il désigna un fusil blaster lourd à répétition plutôt gros. On était loin du canon blaster rotatif en fonction pour les mitrailleurs de l’armée clone, mais ce fusil blaster n’en n’était pas loin quant à sa cadence de tir et sa puissance de feu. Cette arme permettait souvent à un homme seul ou un petit groupe de tenir une position fortifiée contre un adversaire en surnombre et même contre des véhicules légèrement blindés. Un trépied pouvait être déployé pour stabiliser le tir et gagner en précision. Talos tira une bouffée de son cigare puis se retourna un peu interloqué avant de comprendre à quel blaster son cadet faisait référence. Il esquissa un sourire puis précisa rapidement la chose, prenant son rôle d’expert en armement et commençant déjà à détailler le fusil qu’il avait sous les yeux.

- C’est le mien celui-ci, du moins celui que j’ai choisi pour cette mission. Un N-480 customisé. Poids chargé : 8 kilogrammes, long de 1250mm avec 480mm de canon avec une cadence de tir de 800 décharges par minutes pour une capacité de chargement de 1900 tirs avant changement de cellule d’énergie.

Dragger semblait quelques peu perplexe en se tenant le menton, il fronça légèrement les sourcils.

- Tu ne penses pas qu’il est un peu gros pour cette mission ?

Talos esquissa un sourire et répondit d’un air détendu et assez sûr de lui.

- Hé, faut qu’on passe pour des mercenaires non ? Y’a toujours un type avec un gros flingue dans les holofilms d’action d’il y a trente ans dans un trio… Et crois en mon expérience petit, si on tombe sur des Sith ou des impériaux, aucun blaster n’est trop gros pour devoir les tenir à distance. Et vous serez bien content que je vous couvre tous les deux avec cette arme.

Puis il retourna à son établi, prenant une autre arme pendant que Dragger le rejoignait. Il ajouta d’un air quelques peu nostalgique du temps ou il servait encore sur le front avant de rejoindre l’amiral.

- Et puis ça fait longtemps que je n’ai pas tiré avec une arme de ce type. A dire vrai depuis que j’ai rejoins la garde rapprochée de l’amiral. Ça me manque de sentir ce joujou défourailler tout ce qui se trouve dans l’axe de son canon… Et s’il faut du plus discret, j’ai ce qu’il faut aussi…

L’aide de Dragger accéléra les choses, et en moins de dix minutes, l’ensemble des blasters avaient été inspectés, lubrifiés, nettoyés et chargés. Ils rejoignirent ensuite Amélia Wolf qui leur présenta quelques « manières » de mercenaires ou de pirates afin de mieux se fondre dans leurs rôles. Aucun des deux clones ne manqua de concentration ou d’intérêt pour la chose. Apprendre le jargon de la rue n’était pas difficile en soit, et leur nature de clones en faisait des soldats capables d’assimiler très vite les nouvelles informations qu’on leur présentait et de les mémoriser facilement…

- Est-ce que l’on a du neuf sur nos fausses identités si on en a ? Ou déjà des pistes à exploiter pour atteindre notre objectif ?

Demanda Talos une fois le cours de slang passé pour mieux se préparer à la situation. Visiblement Dragger semblait aussi concentré et alla à son tour poser une question pour savoir dans quelle mare de boue il allait trainer ses bottes en synthécuir renforcé. Sa voix était plutôt sérieuse.

- Et… est-ce qu’on a un point de départ à exploiter surtout ?

Le capitaine Talos et le lieutenant Dragger étaient dans une ambiance moins détendue que tout à l’heure, en dépit de son affection et de son attirance pour Amélia, le jeune lieutenant savait faire la part des choses et rester concentré lors d’un briefing, tout comme son aîné plus gradé que lui qui comptait bien faire en sorte que tout se passe bien et que tout le monde soit sain et sauf.
Maximilian Seidelman
Maximilian Seidelman
Commandeur Suprême de la République
Commandeur Suprême de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Dim 20 Oct - 23:22
Une fois avoir fait le nécessaire pour que les clones ne se fassent pas identifier immédiatement comme étant… Des clones… Et pas des criminels endurcis, la suite logique des choses était encore, naturellement, de planifier l’insertion de l’équipe. Et comme dans toute bonne chose impliquant criminels et non criminels, cela passerait inévitablement par une cantina. N’importe quel individu un tant soit peu connaissant du milieu des affaires savait ô combien ces établissements étaient cruciaux. S’il fallait commencer quelque part, ce serait par là. Et inévitablement, une piste à suivre finirait par se révéler à eux. Et puis bon. La violence fait aussi partie des interactions… Tolérées… Dans une cantina. S’il fallait briser des os pour obtenir des réponses… Amelia s’en chargerait. Inutile de faire faire de la torture aux clones. Elle avait l’habitude du sale boulot.

Elle décida donc de consulter un plan de la plus grande agglomération de la planète. En toute logique, pour éviter de se faire trop aisément repérer, l’ennemi allait utiliser la tactique du « dissimulé à la vue de tous ». Autrement dit, plutôt que d’aller s’isoler dans un coin avec une pancarte « accès interdit » pour en délimiter l’entrée, l’ennemi irait faire son « nid » là où le déloger sera tout un défi. Il y avait bien sûr plus d’une cantina et déterminer celle étant la plus susceptible de détenir une piste ne serait pas forcément la plus grande, la plus populaire ou la plus ancienne. Il faudrait qu’elle regarde celles qui étaient le plus en bordure des zones abritant soit les quartiers les plus pauvres ou les secteurs les plus « à risques » d’influence extérieure peu recommandables. Dit autrement, près des zones industrielles, des spatioports ou des bidonvilles. Simple non?

Ce qui laissait, au final, cinq candidats possibles. Les choses n’allaient pas être faciles, bien entendu. Si tel avait été le cas, c’est que l’ennemi avait fait preuve d’imprudence et jusqu’à présent, bien qu’il ait subi de nombreux revers, il restait extrêmement frustrant à éradiquer. Le seul avantage, pour l’instant, c’était que le Commandeur Suprême et l’amiral étaient plus malins que la plupart des conspirateurs. Démanteler autant d’opérations en si peu de temps demandait un sens tactique et stratégique que peu avaient. Les avantages, potentiellement, d’avoir survécu à l’opération Lord Over. Une fois le vaisseau posé, Amelia conduisit les deux clones vers la première cantina de la liste. Un établissement somme toute convenable aux premiers abords mais tous savent ce qu’on dit sur les apparences. Les vraies affaires se passent à l’arrière ou au sous-sol. Jamais en façade.

La couverture était simple. Serinity (Amelia) était la porte-parole d’une petite troupe de mercenaires spécialisée dans le transport de marchandise sensible. Dit autrement : transport de prisonniers de façon à éviter, entre autres, patrouilles et contrôles douaniers. Crash (Talos), était le patron Burn (Dragger) était le petit dernier recruté dans l’équipe et « un vrai talent ». Autrement dit, Talos allait faire le type imposant et silencieux et Dragger la tête brûlée et elle ferait office de distraction. Celle qui parle parce que le patron ne le fait que lorsque l’interlocuteur en vaut la peine. Attirer les regards. Même en cette époque, nombreux étaient ceux qui pensaient encore qu’il fallait un homme pour diriger les affaires criminelles. Elle se contenterait de son rôle de « seconde zone » mais ce serait elle qui tirerait les ficelles. Elle espérait simplement que tout ne tournerait pas au carnage trop tôt…


"Semper Vigilantes."
Plo Tan'ith
Plo Tan'ith
Amiral de la République
Amiral de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Lun 4 Nov - 22:34
Les deux clones l’écoutaient détailler davantage leur opération programmée mais surtout clandestine. Crash et Burn étaient leur nouveaux noms, et aucun des deux soldats ne s’en plaignaient. Grimés et déguisés, ils suivirent Serenity le surnom d’Amélia pour cette mission. Une fois qu’ils quittèrent le vaisseau, les deux clones suivirent attentivement l’aide de camp pour rejoindre l’intérieur d’une cantina pas trop mal famée de prime à bord, et surtout –fait assez inhabituel- plutôt propre. Mais les apparences pouvaient être trompeuses et déjà en rentrant dans cet établissement Talos et Dragger remarquèrent rapidement que certains leur jetaient des regards en coin plutôt tendus.

Les deux clones gardèrent leur sang froid, y compris Dragger et restaient vigilants tout en évitant d’attirer davantage l’attention sur eux. Après tout même si Talos avait une meilleure expertise du combat, Dragger n’était pas une recrue mais un vétéran également. Le capitaine désigna silencieusement une table vide du doigt, dos au mur au fond de la cantina pour montrer qu’il commandait le trio. Il s’assit en premier sur la banquette et laissa la place à Dragger pour que les trois personnes forment un triangle autour de la table, ainsi, chacun avait un champ de vision dégagé sur une partie de la cantina, ne laissant aucun angle mort de profitable à un potentiel attaquant. Talos parla à voix basse à l’attention de Serenity, attendant de voir ce qu’elle dirait.

- Bon et maintenant ? On commande quelque chose ?

Il marqua une courte pause et jeta un regard en coin à une twi’lek serveuse passant par ici, laissant son regard descendre un peu trop sur ses hanches avant de remarquer qu’un sullustéen les observait sur sa gauche, dans le dos d’Amélia Wolf. Le capitaine ajouta sur le même ton.

- Je crois qu’on est observés… on ne doit pas passer pour des habitués.

Dragger fit mine de jeter un œil à la carte des boissons et repas de la cantina se donnant un air très détendu voire carrément détaché de la situation maintenant qu’il s’était assis. Cependant il avait déjà remarqué la plupart des suspects qui semblaient avoir appuyés leurs regards quand ils étaient entrés.

- Faut dire qu’un céréen serait passé plus inaperçu je pense.

Ce n’était pas spécialement faux en soit, mais pour l’heure Talos se contenta de faire non de la tête.

- Cela dit, leur bière de Telos IV imitée a l’air pas mal. Mais je pense que l’on ferait mieux de se renseigner via le terminal présent dans le coin derrière Aserenity pour vérifier qu’ils n’aient pas des prisonniers à nous refourguer.

La langue de Dragger avait failli faire une erreur, mais il s’était reprit immédiatement. Restait à voir ce que suggérerait Amélia Wolf, du moins c’était ce que Talos semblait approuver en la regardant à son tour avant de détourner le regard. La serveuse twi’lek au teint rosâtre s’approcha d’eux, fine raffinée (beaucoup trop pour ce lieu se dit Talos) et leur demanda ce qu’il leur plairait de boire ou manger.

- Je vous prendrais bien une imitation de bière de Telos IV s’il vous plait.

Demanda immédiatement Dragger qui avait finalement décidé de consommer. Après tout ils étaient dans une cantina et sous le rôle de mercenaires… s’ils ne prenaient pas d’alcools et restaient à se fixer dans le blanc des yeux cela paraitrait trop suspect. Alors Talos passa sa commande.

- Un brandy savareen pour moi.
Maximilian Seidelman
Maximilian Seidelman
Commandeur Suprême de la République
Commandeur Suprême de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

le Mar 5 Nov - 4:16
Évidemment qu’ils vont regarder. Dévisager. Observer. Dans cette faune locale bien établie, les nouveaux éléments ne sont jamais bien vus. Ils risquent de venir avoir un impact sur le délicat écosystème qui fait que tout reste plus ou moins… Civilisé. Amelia est habituée à ce genre d’environnement. Elle a passé une partie de sa vie à faire tantôt partie des proies, tantôt des prédateurs. Il y a toujours un plus gros poisson. C’est la règle numéro un pour survivre dans le monde du crime. Soit vous l’apprenez très vite, sois vous crevez très vite. Ce n’est pas bien compliqué à comprendre. Et elle va faire en sorte que les deux clones survivent. Évidemment, elle va jouer son rôle. Et comme elle est la distraction, c’est son rôle de parler pour le groupe. Aussi, quand « Crash et Burn » échangent entre eux, elle les laisse parler sauf quand Burn manque de révéler son nom…

Et qu’elle lui met un coup sur un tibia, dissimulée par l’angle des meubles, quand il manque de révéler son nom. Ça lui apprendra. Et quand Crash, le patron, arrive pour s’adresser à la serveuse, elle lui fait savoir rapidement que c’est à elle qu’ils doivent parler et qu’elle parle pour eux. Et comme elle est assise dans sa pointe de triangle et qu’elle doit jouer les distractions, elle vient s’asseoir sur les genoux de Burn, se penche vers Crash, écoute sa commande, caresse sensuellement la joue de Burn en lui demandant ce qu’il veut et reprend sa place… Avant de regarder la serveuse avec tellement de mépris que la moitié de la salle doit être en train de grincer des dents. Elle sait comme la partie se joue et là, il faut jouer pour gagner. Et franchement, une chance qu’elle a réussi à empêcher Crash de faire usage de politesse. Il se croit où, dans un club de gentlemen ou quoi? Ça va pas?


« Le capitaine Crash va prendre une imitation de bière de Telos IV. Burn va prendre un brandy savareen. Moi, ce sera un Golden Sunset. Sans glace. Et si tu oses regarder mon mec encore une fois, je t’arrache les yeux et je m’en sers comme décoration pour mon verre, compris? Maintenant, tu vires ton cul d’ici et tu vas nous servir sinon je me charge de t’enseigner le respect de ceux qui te sont supérieurs, compris? »

Capitaine. Un grade militaire utilisé à tort et à travers dans le monde criminel. Mais cela a fait son petit effet. Certains regards sont désormais plus intéressés qu’hostile. Un mercenaire qui débarque dans un cantina est à la recherche d’un boulot ou parce que sa paie n’est pas bien loin. Et si sa femelle a autant de mordant, ça veut dire que le capitaine Crash est un dur parmi les durs. Ça aussi c’est une autre conception archaïque chez les criminels. Si les subordonnés sont des coriaces, c’est que le patron est loin d’être une petite nature parce que si lui parait mal, tous ses sous-fifres vont en pâtir. Les discussions reprennent et la serveuse revient, n’osant pas les regarder dans les yeux, s’adressant à « Serenity » comme quoi l’imitation de bière du capitaine est gracieusement offerte par un des clients de l’endroit. Première prise de la soirée. La serveuse s’éclipse.

« Est-ce que vous prenez la mission au sérieux ou vous pensez que c’est une blague? Toi, tu as failli balancer mon non et toi, tu allais t’adresser directement à la serveuse avec un s’il vous plait. Ressaisissez-vous ou vous expliquerez à votre patron pourquoi il va devoir annoncer à ses enfants pourquoi il leur manque une mère. Crash, tu viens de te faire offrir à boire. Lève ton verre bien haut vers le reste des clients et tu me le vides d’un trait. Je leur donne moins de soixante secondes pour venir te voir après. »


"Semper Vigilantes."
Plo Tan'ith
Plo Tan'ith
Amiral de la République
Amiral de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

Hier à 23:10
Dragger/Burn se retint de pousser un gémissement lorsque Serenity lui envoya son pied dans le tibia. Il sursauta néanmoins mais trouva rapidement une excuse afin de ne pas attirer l’attention des clients ou de la serveuse qui prenait leur commande, il se pencha et se massa la jambe en grimaçant.

- Maudite crampe !

Grommela Dragger/Burn avant que la seule femme du trio vienne s’asseoir sur ses genoux pour commencer à lui caresser la joue sensuellement et montrer qu’il lui appartenait. La voir soudainement se montrer si proche de lui le perturba intérieurement mais il ne laissa rien paraître pour ne pas se trahir. Il garda le silence, la laissa faire et bomba un peu le torse. Lorsque les commandes furent passées et que la twi’lek s’en alla, Amelia reprit son rôle ainsi que les deux clones. Talos/Crash fut le le seul à répondre en levant les mains mais en gardant les bras sur la table.

- Mais je n’ai pas utilisé de formule de politesse

Talos semblait commencer à prendre le rôle là ou Dragger était celui qui avait failli gaffer. Silencieux, Talos s’empara de son verre lorsqu’il lui fut servi, n’accorda aucun regard à la serveuse, tout comme Dragger. Il écouta Amélia lui suggérer un conseil, surtout lorsqu’on lui annonça que cette boisson était offerte. Talos était cependant quelques peu suspicieux : une boisson offerte n’annonçait rien de bon, enfin pour leur piste oui, mais si l’alcool était empoisonné ? Il n’aimait pas cette idée, et préféra faire confiance à Amélia en hochant la tête pour signaler son accord : de toutes façons ils n’avaient encore aucune piste à exploiter pour accomplir leur mission. Il jeta un regard circulaire à l’ensemble de la salle, essayant de deviner lequel des clients présents viendraient prendre contact avec lui. Il racla sa gorge et s’exprima à voix basse pour être entendu d’Amélia et Dragger seulement tout en levant son verre de la même façon qu’un prêtre pourrait avoir pour exposer une relique sacrée à ses fidèles.

- A mon admirateur ou admiratrice !

Puis il la descendit sans réfléchir en moins de six secondes, la tête en arrière pour mieux savourer chaque gorgée de son alcool qui n’était franchement pas mauvais du tout compte tenu de l’établissement dans lequel, le trio se trouvait actuellement. Une fois qu’il eut terminé, Talos déposa lourdement son verre sur la table et s’essuya la bouche avec son avant bras gauche pour renforcer l’aspect crasseux du mercenaire qu’il incarnait aujourd’hui. Il prit la parole à voix basse.

- Pas mauvaise franchement, maintenant attendons de voir qui va s’pointer.
- En espérant qu’on parvienne à toucher au but…


Commenta Dragger qui avait quelques peu oublié la présence d’Amélia sur ses genoux. Il s’empara de son imitation de bière de Telos IV, et… tendit son verre vers Amélia pour trinquer avec elle. Après tout ils étaient supposés être en couple, autant donner au change.
Maximilian Seidelman
Maximilian Seidelman
Commandeur Suprême de la République
Commandeur Suprême de la République

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

Aujourd'hui à 4:02
Il existe une certaine étiquette dans le crime. Si on offre un verre à quelqu'un, le premier est « normal ». On ne l'empoisonne pas. Pourquoi? Parce que c'est une marque de respect ou d'intérêt. On commence à jouer la carte de la fourberie après le premier contact. Le clone n'a donc rien à craindre et Amelia le lui fait savoir d'un regard discret. De tous les clients présents, un seul porte vraiment attention à la scène. Un Cathar? Intéressant. On n'en voit pas des masses dans la galaxie. Amelia continue de jouer le trophée pour Burn mais en vérité elle est plus alerte, bien plus alerte qu'elle n'y paraît. La balafre de l'individu laisse à penser une altercation violente. Potentiellement un rite de passage au vu du tatouage qu'il arbore fièrement. Sans doute une faction locale ou limitée à ce système. Très certainement pirate. Affiliée à l'APEX? Peut-être. Peut-être.

Et à lui voir la tête, ce n'est pas du menu fretin. Probablement l'équivalent d'un sergent. Suffisamment important pour gueuler sur les troufions. Pas assez important pour se faire confier les grosses responsabilités. Probablement là plus par hasard qu'en mission de recrutement. Elle connaît suffisamment ce genre d'individus. Et sitôt le verre reposé, le pirate se lève et se dirige vers leur table. Au vu de sa démarche, il se comporte comme si tout ici lui appartenait, ce qui veut dire que l'organisation à laquelle il appartient a de l'influence. Trouver du premier coup une piste utile? La chance n'est pas dans ses prérogatives mais il semblerait que cette fois, son choix ait été le bon. Tant mieux. Il s'installe à la table sans y être invité, tentant d'imposer sa dominance. Bonne chance. Ce ne sont pas des petites natures qui se tiennent devant lui. Ce trio là en a vu d'autres.

Il se présente comme étant membre des Green Reapers et qu'ils ont un contrat payant à proposer à un mercenaire endurci et à son équipe. Un « cargo » précieux à sécuriser et ils ont besoin de flingues supplémentaires parce que la République risque d'envoyer des forces armées pour remettre la main dessus. Amelia regarde Crash, demandant avec les yeux si elle doit jouer les intermédiaires ou s'il veut s'adresser de lui-même à cet individu. Tout dans le monde criminel se joue sur le rapport de force. Quiconque oublie cette règle fondamentale finira au bas d l'échelle alimentaire… Et ne vivra pas vieux. Ceux qui survivent dans cette jungle sociétale sont les plus forts et les plus intelligents. Point final. Le reste meurt pour que les autres continuent de s'élever. C'est comme dans la nature et c'est parfait ainsi. Pourquoi se casser la tête avec des concepts moraux, de toute façon?

Elle prend l'initiative à sa place et lui demande ce qui lui fait croire que Crash veut lui parler? Que s'il veut parler à quelqu'un, ce sera à elle et que si Crash le juge digne, il répondra. Naturellement, le pirate n'apprécie pas se faire rabaisser ainsi, encore moins rappeler son absence de vraie position de pouvoir. Enragé, il tente de gifler Serenity mais Burn ne va pas le laisser faire, n'est-ce pas? Le pirate pousse un hurlement quand le clone commence faire pression sur son poignet. D'un ton mielleux, Serenity explique à cet amateur que toucher la propriété d'un mercenaire endurci n'est pas une bonne idée et comme elle est de bonne humeur, elle ne demandera pas à « son homme » de le tuer. Chose certaine, elle vient de leur gagner toute une réputation. Et une position avantageuse pour les inévitables négociations avec la hiérarchie de ce type…


"Semper Vigilantes."
Contenu sponsorisé

[CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman] Empty Re: [CEREA] Espions pour cible ! [pv: Maximilian Seidelman]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum