Partagez
Aller en bas

Alamia Ozanhea : une Chume'da en puissance

le Mar 11 Déc - 11:32



Equipement :



Epee Sith

Arme intemporel, l'épée Sith est presque aussi vieille que les Sith eux-mêmes. Véritable vestige du premier empire Sith, encore aujourd'hui, elle demeure puissante et sacré. Savoir en manier une est preuve d'une grande maîtrise de la Force, car rare sont ceux ayant les connaissances pour l'utiliser.

Sabre-laser

Arme noble utilisé par les sensitifs, le sabre-laser n'est pas celle que je préfère. Ma maîtrise en demeure excellente, presque autant que celle de l'épée, mais elle demeure mon arme secondaire, dans le cas où je serais désarmée ou je perdrais mon épée. Celui demeure donc assez simple, même si possédant tout de même un certain cachet afin de ne pas dénoter avec l'image que je tente de donner. J'y ai tout de même rajouté une touche personnelle, choisissant un cristal au teint noir au lieu de rouge.

Predateurs : Lion de Némé

Sublime créature, mes lions sont mes plus fidèles compagnons. Ils m’accompagnent dans presque tous mes déplacements, assurant ma sécurité à n’importe quel instant. Partant originellement d’un Narglatch capturé sur Naboo ou Orto Plutonia, ils ont été croisés à des Reek pour rendre leur peau plus épaisse et résistante, à tel point que seul des armes laser ou des armes lourdes arrivent à les blesser. Mesurant 1 mètre 66 de haut pour presque 6 mètres de long, ce sont d’excellent destriers pour peu qu’ils aient été domptés. Leurs crocs et griffes demeurent également terrifiant, capable de passer outre des armures classique, voir même d’endommager des véhicules de guerre. Une fois lâchés sur le champ de batailles, ils sèment la terreur dans les troupes ennemies.

Monstres : Minotaure

Le Doashim, bête originaire de Ryloth et provoquant l’effroi chez quiconque croise sa route. Redressez-le sur deux pattes, faites-le mesurer 2 mètres 30, augmentez sa force physique pour qu’il puisse soulever 200 kilos et sa masse pour qu’il déracine des arbres centenaires en pleine course. Voilà de quoi en faire une créature qui insinue le doute et la peur chez l’adversaire. Encore plus qu’en certain sont équipé de vibro-haches proportionnel à leur taille. De véritables bœufs, c’est toujours un régal de les voir décimer les rangs ennemis, et parfois les blindés. Le seul problème, c’est qu’au milieu de l’action, ils ont parfois tendance à tuer aussi des soldats à nous.

Dragons : Wyvern

Bien moins féroces que les Dragon d’Acier, les Wyvern demeurent cependant presque aussi terrifiantes. Née du Twirl, petite créature originaire de Naboo, celle-ci fut croisé a d’autre espèces afin d’augmenter drastiquement leur taille pour devenir un prédateur volant d’une efficacité redoutable. L’une des créatures avec laquelle ils ont été croisés est le Dewback pour sa peau écailleuse afin de la rendre insensible à la plupart des armes, même si des tirs de chars ou des missiles bien placés peuvent avoir raison d’eux. Faisant ainsi 10 mètres de long pour 6 de haut, les Wyvern sont des créatures s’attaquant aussi bien chasseurs ennemis qu’au troupe au sol, et notamment aux véhicules blindés qu’ils soulèvent parfois à plusieurs pour les lâcher depuis les cieux. Enfin, ils me servent aussi parfois de montures pour rejoindre rapidement des zones eloignés, même si c’est assez occasionnel.

             

Description physique :



Hapes, capitale autoproclamée de la perfection physique de la galaxie. Et il serait difficile de le contester en voyant un habitant de cette planète. Que ce soit les mensurations parfaites et les formes aguicheuses des femmes ou les muscles saillants et la virilité transpirant des hommes, notre seul défaut étant une vue de nuit plutôt mauvaise. Moi, Alamia Ozanhea, ai ainsi la chance d’être née dans cette société, héritant ainsi d’un corps capable de mettre n’importe qui dans tous ses états juste en posant les yeux dessus.

Mesurant 165 centimètres pour 63 kilo, je possède des mensurations dites « idéales » avec un 90-60-90. Ainsi, si ma taille ne correspond pas à la correspond absolue, mes formes avantageuses rattrapent le tout sans problème pour souligner un corps finement musclé par les nombres sessions d’entrainement, mais où aucune trace de graisse ou de cellulites ne transparaît, laissant ainsi un corps vide de toute imperfections. A cela s’ajoute une chevelure d’un blanc immaculé, dont les longues mèches retombent en partie sur l’épaule. Ses cheveux sont ainsi coiffés pour avoir une frange recouvrant la partie droite de mon front, s’arrêtant au-dessus de mon œil, la partie gauche étant renvoyé vers l’arrière et accroché au centre par une pince. Sous cette chevelure, se trouve un visage ovale au traits fin et délicats, à l’exception de mes yeux d’un bleu électrique qui dégage une certaine froideur quand on se met à les fixer.

Ces yeux, je les dois à mon statut de Chume’da. Notre peuple ayant des problèmes à voir dans le noir, j’ai accepté de recevoir des prothèses oculaires afin de combler ce problème. Mais finalement, ce n’est pas dérangeant et ne rend pas mon visage disgracieux. En effet, des sourcils fins d’un brun clair surmontant mes yeux en amandes au cil toujours brossé, un nez aquilin légèrement retroussé, une paire de lèvres fines agrémenté de très légères couches de rouges à lèvres pour éviter de dénoter avec ma peau claire, des oreilles bien souvent orné de bijoux et partiellement dissimulé par mes cheveux, pour finir sur des pommettes légèrement rosées.

Mais bien évidemment, des cours généreuses et affriolantes, ainsi qu’un mignon attirant et séducteur ne font pas tout. Il faut aussi une garde-robe qui va avec pour souligner le tout. En tant qu’héritière au trône, je possède donc une armoire ne connaissant pas de limites. Celle-ci se compose de tout type de vêtements : des tenues légères pour les entraînements au sabre, des robes pour les soirées au palais ou lors de sortie chez la noblesse, des armures de combat légères pour le champ de batailles, ou tout simplement des tenues « civil » pour se balader au palais, même si ses tenues sont bien plus décorées et riches que les tenues qu’on peut trouver sur de simples citoyens. Et évidemment, en complément de cela, il y a également des tenues bien plus suggestives, comme des robes au décolleté profond, ou encore d’autres possédant une légère ouverture au centre de la poitrine, laissant apercevoir un début de poitrine, ainsi que des sous-vêtements que seul des danseuses Twi’Lek oseraient porter. Le tout est embelli par différents accessoires, tel des colliers ou des bracelets, que je porte rarement, mais qu’il m’arrive de mettre lors de certains événements pour compléter mes tenues. Et mine de rien, ces tenues sont assez démonstratives de ma personnalité.

             

Description mentale :



Erenada veut dire « celle qui surpasse tous les autres ». Il s’agit d’un terme de la langue Happienne pour designer celles qui s’élèvent tellement haut qu’elles en sont intouchables. Depuis quelques années, j’entends certaines personnes utiliser ce terme pour me qualifier. Et je dois bien dire qu’au vu de mon parcours et de mes compétences, ce mot resonne à travers moi, me définissant parfaitement. Que ce soit le maniement parfait de l’épée Sith et quasi-parfait du sabre-laser, mon talent inné de puiser dans le Côté Obscur pour y puiser toute la puissance qu’il peut apporter, mes compétences de charmes et de manipulation en politique avec la noblesse Hapienne ou bien mes capacités dans le domaine de la luxure pour satisfaire mes amants ou amantes, peu m’égalait, même s’ils existaient.

Mais bien évidemment, je ne me résume pas juste à cela. En tant que Chume’da, j’ai certaines responsabilités à tenir. Et la plus importante est la question de l’avenir du Consortium une fois que je serais à sa tête. Il faut que je réfléchisse à ce que je ferais. Pour l’instant, un des gros problèmes à corriger, c’est le peu de pouvoir qu’on les Sith. Quand je vois la reine avec tous ses conseillers, sans vraiment concerter le Conseil Noir, j’ai l’impressions que les SIth sont relégués au second plan. Pourtant, sans la remise sur pied du culte Sith, nous n’en serions pas là aujourd’hui. Je ne demande pas non plus de passer uniquement par eux, mais je trouve qu’une collaboration plus étroite entre Sith et Hapiens serait extrêmement profitable.

Une chose qui elle, cependant, sera à poursuivre, sera la recherche cybernétique. Nous ne sommes pas tous des sensitifs, et ne pouvons compter uniquement sur les Sith pour gagner la guerre. Les améliorations deviennent donc un excellent moyen d’améliorer nos troupes, ainsi que la tête de l’état. Mais il faudra aussi légiférer tout ça correctement pour éviter les débordements et addiction.

Enfin, des débordements, on en trouve déjà d’un autre genre avec les Matriarches et leur complot ainsi que leur tentative d’assassinat sur ma personne. Malheureusement, nous n’arrivons jamais à les relier à une matriarche en particulier, les assassins ne se promenant avec aucun indice. Cela finit ainsi par entrainer une sorte de paranoïa généralisé. Quand on peut se faire attaquer dans sa chambre, parmi ses troupes avant un assaut ou lors d’un déplacement politique, n’importe qui peut devenir un assassin potentiel. Et finalement, tout cela s’est transformé en jeux politique où je tente d’amadouer certaines matriarches de mon côté afin d’être tranquille et pouvoir respirer, mais aussi assurer la suite pour la future Chume’da.

Et au vu du contexte actuel, même si je crois en la reine, il n’est pas impossible qu’une nouvelle Chume’da soit choisi plus vite que prévu. Entre la République et l’Empire, cette guerre prenait une sacrée ampleur et tout pouvait arriver à tout à instant. D’un côté, nous avions la République et ses Jedi, ennemi naturel des Sith. En soi, la République n’était pas quelque chose que je voyais comme une grande menace, étant pas mal embourbé dans une certaine bureaucratie. Par contre, je ne pouvais nier la puissance de l’armée ainsi que de leurs flottes qui nous causaient pas mal de problèmes et qui donc devait, au même titre que les Jedi, disparaitre. De l’autre côté, nous avions l’Empire, avec j’avais plus d’atomes crochu. Il faut dire qu’au-delà de la neutralité que nous avions su conserver à la naissance du Consortium, l’Empire et les Sith ont une certaine connivence. Bien sûr, rien à voir avec l’Empire Sith d’il y a 5000 ans auquel le Consortium fait écho. Mais je garde un œil dessus car, je pense qu’à terme, il pourrait se révéler soit un allié de circonstance, soit un voisin non belliqueux. Je pense donc qu’il faudrait pouvoir commencer des discussions avec pour un cessez-le feu, afin de peut-être pouvoir créer une alliance temporaire le temps de régler cette guerre.

Mais bon, je parle de mes compétences, de politique et d’avenir, mais tous cela ne m’empêche pas d’avoir peur. Une peur liée à Darth Ânkh. La peur de perdre mon libre arbitre quand je deviendrais sa nouvelle enveloppe. Continuerais-je à penser par moi-même où je me transformerais en une simple coquille vide. Mais surtout, suis-je à la hauteur ? Arriverais-je à gouverner ? L’esprit de Ânkh m’accepter a-t-il bien comme réceptacle ? Toutes des questions qui hante mon esprit. Mais aussi qui me pousse à me surpasser et à donner le meilleur moi-même pour être digne de ce rôle.




         
         

Histoire :



Une naissance marquante


« J’ai ressenti une perturbation dans la Force. » En voilà une phrase que les sensitifs ont l’habitude de répéter. Ma naissance n’était pas une perturbation. C’était une explosion. Quelque chose que toutes personnes connectées à la Force ne peut rater. Et autant vous dire que cela à attirer du monde.

Je suis née sur Hapes, parmi la noblesse. Mon père était amiral de la Flotte Éternelle et ma mère commandant des Légions Sith. Autant dire que cela leur a ouvert pas mal de portes afin d’accéder à ce titre. Mais aussi beaucoup de relations. Et ma naissance a fait jaser beaucoup de ces proches, surtout du côté de ma mère.

Le seigneur Sith qui dirigeait les troupes dans lesquels elle officiait s’est permis de nous rendre visite afin de me rencontrer, mais surtout demander à mes parents pour se charger de ma formation dans le côté Obscur. Un bébé avec un potentiel comme moi était trop beau, et il n’était pas question de le laisser passer. Autant plus qu’avec ma mère dans ses troupes, il pouvait user d’un moyen de pression. Bien évidemment, mes parents étaient enchantés par l’idée. Ils étaient donc d’accord pour que je devienne son apprenti lorsque je serais en Age d’apprendre. Par contre, mon père et ma mère durent extrêmement étonner de voir la Reine Éternelle débarquer. En effet, celle-ci voulait aussi me voir, étant curieuse. Visiblement, elle ne resta pas longtemps, mais promis de garder un œil sur mon évolution.

J’étais donc devenue la personne à surveiller pour bon nombre de gens du côté obscur, celle qui pourrait changer beaucoup de choses et qui deviendrait un pion dont bon nombre de personnes voudrait.



Un potentiel en formation


J’ai donc grandi en étant entouré d’une grande attention par mes parents. J’étais visiblement trop précieuse pour qu’il me laisse à la charge des domestiques. Et je n’ai jamais compris pourquoi. Ils s’occupèrent de moi comme si j’étais un enfant normal. Ils m’apprirent à lire, écrire, compter, développèrent ma motricité et tout autre chose que font une famille normale. Mais avec du recul, je pense que c’était surtout pour voir mes talents dans la Force se développer. Et c’est vrai, ils se manifestèrent vite. C’était innée. Je déclenchais certaine chose sans vraiment m’en rendre compte, la Force coulant à travers moi naturellement, contrairement à beaucoup qui devait se concentrer pour la canaliser.
Ce fut ma vie pendant sept ans. Sept années où je fus traitée comme un enfant normal, malgré la déification dont faisait preuve beaucoup de personnes dans mon entourage. J’allais à l’école, j’apprenais tout ce qu’il fallait sur notre culture et notre monde, je me faisais des amis, je tentais de dompter mes pouvoirs afin de ne pas les déclencher n’importe quand, puis je rentrais chez moi, profiter de la maison, mes parents ayant repris leur boulot quand j’avais 5 ans, estimant que maintenant, les bonnes pouvaient se charger de moi.

Là, mon quotidien commença à changer. Estimant que j’étais en âge, ma formation démarra. Normalement, un sensitif devient initié vers 12 ans et suit les épreuves de l’initiation pendant une année avant de devenir Acolyte et d’avoir son propre maître. Bien sûr, il arrive que quand un initié rejoigne l’académie, il ait déjà reçu une certaine formation car étant née dans la bonne famille ou avec les bonnes relations. J’eu ainsi la chance d’avoir cet avantage de mon côté en plus de mon don naturel pour user de la Force.

L’entrainement se découpait en deux phases. Le soir quand je rentrais de l’école, je m’entraînais avec ma mère au maniement de la vibro-lame. Elle m’apprit les bases du maniement et un grand nombre de passes. Il ne me fallait souvent que quelques essais pour maîtriser le mouvement, me laissant guider par la Force qui maniait mon bras vers la réussite.

La deuxième partie de cette formation était supervisé par Darth Vira, mon « maître » et le chef d’unité de ma mère. Il venait me voir les jours de congés afin de m’apprendre divers secrets sur le côté obscur ainsi que pour perfectionner ma technique à la vibro-lame, me montrant les techniques qu’utilisaient les Sith.

Nous suivîmes ce processus jusqu'à mes douze ans, quand je pus être recruté en tant qu’initié pour passer les épreuves. Et inutile de dire que je surpassais tout le monde que ce soit en maîtrise de Force ou de la vibrolame. Là où la plupart de mon groupe allait seulement apprendre le Shii Cho, je le maîtrisais correctement et j’avais même déjà les bases de l’Ataru et du Djem So, me spécialisant dans ce dernier. Au niveau de la Force, je possédais une grande partie des bases et même une bonne connaissance des arts Sith qui étaient réservé aux acolytes confirmés.

Les épreuves ont alors débuté et ce qui devait être fais en un an, fut terminé en deux mois. Aucun initié ne pouvait me concurrencer. Je sortis donc très vite de l’académie, Darth Vira ayant été choisi pour être officiellement mon maître. J’avais douze ans à cette époque et déjà beaucoup me voyait comme le Sith le plus puissant depuis plusieurs générations. Celui capable de marquer l’histoire. Et ils avaient raison. J’allais marquer l’histoire, mais pas en tant que Sith.



Une nouvelle princesse pour Hapes

Les 3 années qui suivirent, je les passai avec Darth Vira qui m’enseigna officiellement le Côté Obscur. Malheureusement, ce fut peut productif. En effet, Ayant déjà un don naturel qui me fit évoluer rapidement, il n’avait plus grand-chose à m’apprendre. Quand tu démarres au niveau 50, ça va beaucoup moins vite qu’au niveau 1. Et c’était mon cas. Et alors que j’avais peur de stagner et de devoir finir ma formation par moi-même, quand une opportunité se présenta à moi.

Alors que nous nous entraînions au sabre, nous reçûmes une visite assez surprenante. En effet, la gérante au trône, ISIS vint nous voir en personne escorté par plusieurs soldats. Elle me cherchait pour m’amener à la reine Éternelle, celle-ci voulant me parler. Ne pouvant dire non à Darth Ânkh, je les suivis, laissant Darth Vira derrière moi pour repartir sur Hapes sous bonne escorte. Je dois bien avouer que j’étais assez anxieuse pendant le trajet jusqu'à notre destination, cherchant à comprendre pourquoi j’étais convoqué. Mais je tentais de relativiser. La reine avait dit qu’elle garderait un œil sur mon évolution. Peut-être avait-elle quelque chose à m’offrir.

Après presque une journée de voyage, nous finîmes par arriver au palais. ISIS me laissa alors au soin des servants et servantes qui s’occupèrent de moi. Elles me lavèrent, firent mes cheveux et me donnèrent une tenue bien plus adaptée à la situation d’une entrevue avec une quasi-déesse plutôt que ma simple tenue d’Acolyte Sith. Je me retrouva alors flanqué d’une robe au tissu hors de prix et privée de mon sabre, tandis que je fus escorté jusqu’à la salle de trône pour y retrouver notre dirigeante.

Celle-ci siégeait sur son trône, deux immenses statues à ses côtés, ISIS venant la rejoindre tandis que nous nous mimes à genoux devant elle, baissant la tête. Elle se leva et descendis les marches de son trône pour s’arrêter juste devant moi et me demandais de me relever. Je me remis ainsi debout, la regardant dans les yeux, tandis qu’elle semblait m’ausculter du regard. Enfin, elle s’écarta et me tourna autour. Elle se mit à parler, disant qu’elle suivait mon parcours depuis le tout début, car elle voyait en moi un immense potentiel. Un potentiel qui était bridé si on me laissait avec mon maître actuel. Un potentiel qu’elle pourrait libérer à son paroxysme grâce à divers secrets Sith. Je l’écouta tout du long, commençant à deviner où elle voulait en venir. Elle finit alors ses petits tours autour de moi, retournant sur son trône s’y asseoir et me fixer d’un regard pénétrant, avant de m’annoncer qu’elle me voulait comme Chume’da. Elle me nommait princesse héritière du trône, car j’étais la plus grande Sith qu’elle ait vu depuis des générations et qu’elle pouvait encore me propulser plus loin afin que je devienne l’un des plus puissants réceptacles qu’elle ait pu investir.

Cette dernière phrase me terrifiait, mais au fond de moi, un feu s’alluma. Pouvoir découvrir plus en profondeur le côté Obscur et gagner en puissance. Voilà de quoi suffisamment m’intriguer. Et puis, le poste de Chume’da était quelque chose d’incroyable comme promotion. Une chance unique. Je m’inclina alors en souriant, la remerciant pour cette nomination et lui jurant loyauté avant qu’elle me libère et me fasse escorter vers de nouveaux appartements.



Une toute nouvelle formation

J’avais seulement 15 ans, et je venais d’être nommé Chume’da. C’était assez difficile à concevoir. D’autant plus que c’était uniquement pour mon potentiel et non pour un acte incroyable. Ça signifiait donc qu’il me faudrait donner le meilleur de moi-même pour prouver que je méritais ce titre. Et une toute nouvelle formation s’enclencha pour vérifier cela. Et je dois dire que je fus bien surprise, celui-ci passant la deuxième.

Mes journées commencèrent par l’entrainement au sabre-laser prodigué par Arcana qui était la major du Chume’doro. Et je devais bien reconnaître que sa maîtrise de l’arme était excellente, me mettant dos au mur. Alors que je l’imaginais simplement spécialisé, elle pouvait facilement tenir contre un Jedi ou un Sith. Mais au moins, ça relevait le niveau et ça me forçait à pousser ma maîtrise du sabre plus loin, ayant un adversaire quotidien m’y forçant si je voulais suivre la cadence.

Tout cela nous a ainsi fait démarrer une relation de maître à élève mais également naître une saine rivalité. En Effet, quand on passe une bonne partie de ses matinées pendant plusieurs années à sa battre amicalement avec la même personne, au bout d’un moment, il finit forcement par y avoir une compétition entre les deux. Et même si aujourd’hui, je n’ai plus à bénéficier de son entrainement, c’est avec plaisir qu’on se revoie pour échanger des passes et montrer à l’autre ce qu’on a appris entre temps. Et au bout du compte, cette relation est également teintée d’un profond respect mutuel, reconnaissant en l’autre une adversaire de haut niveau.

Suite à ça, le reste de la journée était soit consacrée à la politique, la culture ou le côté Obscur avec Darth Ânkh. Elle considérait ces trois choses comme vitales pour une Chume’da accomplie afin de reprendre le trône. Cela me faisait donc finalement questionner sur ce qu’accordait l’esprit de la Reine Éternelle. Le corps qu’elle allait investir devait maîtriser certaines capacités, nous restions libres de nos pensées et nous gardions notre libre arbitre sur nos décisions. Ainsi, deviner les conséquences de cette « fusion » était difficile à deviner. Cet esprit ne pouvant donc m’apporter savoir, je me plia a l’enseignement de Darth Ânkh.

Son apprentissage du côté Obscur différait pas mal de ce que j’avais connu. Plutôt que de me faire lire des bouquins et tester ensuite, elle m’apprenait en direct. Mais elle ne me montra pas les techniques classiques des Sith, estimant que je pouvais les apprendre par moi-même. A la place, elle me montra les secrets de la magie Sith, art ancestrale pratiqué que par quelques élus. Cela comprenait ainsi des secrets sur l’alchimie, la nécromancie ou encore l’altération génétique. Le potentiel qu’offrait la magie Sith était quasiment illimité, permettant presque tout. Mais si elle permet beaucoup de chose, c’est car il faut s’enfoncer dans le côté Obscur, ce qui explique également sa rareté. J’eu ainsi beaucoup plus de mal à apprendre ces capacités, devant parfois faire appel à des membres spécialisés du conseil noir. Mais avec le temps, je finis par maitriser une bonne partie des différentes possibilités que proposait cette magie. Et cela me permis également de découvrir les épées Sith. Une arme aussi vieille que la Force qui a besoin d’être nourri de cette même Force pour fonctionner. Et ce serait un euphémisme que de dire que j’aime cette arme. J’y retrouve l’héritage des Sith dedans, me rappelant mon appartenance au côté Obscur.

En dehors de la Force, Darth Ânkh m’enseigna également la culture Happienne qu’elle mélangea à la politique. Elle voulait que je connaisse parfaitement Hapes, étant sa représentante, et le Consortium Eternel, mais aussi que je puisse m’en sortir lorsque la noblesse, les matriarches ou encore les politiciens étrangers viendraient me voir pour tenter de me « courtiser » afin d’avoir mes faveurs. J’eu donc des cours sur l’histoire de notre peuple, la création du Consortium, comment nous en étions arrivés là, mais également comment comprendre les intentions d’une personne, manipuler habillement, séduire intelligemment, … Si ça ne m’emballait pas plus que ça, je devais bien avouer qu’au fil du temps, j’y prenais un certain gout, voyant finalement tout cela comme un jeu, et j’aimais bien voir notre reine plus détendu, normal, sans artifice.

Il faut dire que notre relation était assez compliquée. Ma reine, mon maitre, mon professeur. Elle était tout ça à la fois pour moi. Cela faisait que je lui vouais un grand respect, et que je me donnais à mon maximum pour lui faire honneur et me mettre à son niveau. Je souhaitais être digne d’elle afin de la satisfaire.

Tout cela dura pendant les 6 années qui suivirent. Pendant ces années, j’évoluais donc à toute vitesse, me transformant en une véritable arme de guerre aussi doué sur le champ de bataille que dans la cour politique. J’étais devenue une Chume’da accomplie, n’ayant plus rien à apprendre, ou presque, et pouvant reprendre le trône si jamais il devait arriver malheur à notre reine.



Une Chume’da en puissance


J’ai aujourd’hui 23 ans, et je me sens de mieux en mieux dans mon rôle de Chume’da. Notamment depuis que j’ai fini ma formation, avec ma vie qui a bien changé, et presque qu’en mieux.

J’ai notamment pus aider ma famille à se rapprocher du trône, leur simplifiant un peu la vie. Si je n’ai pu faire de ma mère une matriarche, j’ai tout de même pu faire en sorte de la libérer du commandement de Darth Vira qui se vengeait sur elle après mon départ, prenant bizarrement très mal mon nouveau statut, et estimant que je lui devais d’être sélectionné. Mais en dehors de ce changement de seigneur, j’ai aussi réussi à la faire monter en grade pour qu’elle devienne général des Légions Sith. Je voulais aussi la même chose pour mon père en le faisant devenir commandeur suprême, mais c’était difficile à justifier. Il resta donc un simple amiral.

En plus de ça, je fus bien plus libre de mes mouvements, commençant à m’immiscer dans les fêtes auquel un bon nombre de nobles ou de matriarches me conviait afin de rentrer dans mes petits papiers et pouvoir se rapprocher du trône. Bien évidemment, cela ne fonctionnait pas avec moi. Je jouais le jeu, mais rien de plus. Mais je ne me contente pas des fêtes. Je me balade également sur les champs de bataille au côté de nos troupes dans cette grande guerre. Et je dois bien reconnaître que c’est assez grisant de se battre ainsi face à des armées entières entouré de ses propres hommes.

Et lors du temps qu’il me reste, je m’entraîne, j’exécute mes devoirs de princesse ou bien simplement, je profite un peu pour me détendre.

C’est désormais ma vie. Elle peut sembler simple et peu varié, mais elle l’est plus qu’il n’y parait, et je ne l’échangerais pour rien au monde. Je suis Alamia Ozanhea, celle qu’on surnomme Erenada, la Chume’da d’Hapes et héritière de Darth Ânkh, et mon histoire ne fait que commencer.


         

Derriere l'écran :



Prénom/pseudo : Je suis Nicolas

Age :toujours 20 ans

Comment avez vous découvert le forum ? : Ceci est un DC d'Aldenya Bentra

Petit Plus ? : Rien a rajouter


         


Dernière édition par Erenada le Ven 18 Jan - 16:12, édité 8 fois
Darth Ânkh
Fondateur
Taa’Chume
FondateurTaa’Chume
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Alamia Ozanhea : une Chume'da en puissance

le Mer 2 Jan - 22:03
En premier lieu, je tiens a présenter nos excuses pour le délai, mais les fêtes aidant, il nous était difficile de pouvoir critiquer la fiche de façon correcte en même temps et comme il s'agit d'un rang VI, je voulais l'avis de tout le monde. C'est d'autant plus difficile que tu a choisit le rôle de Chume'da, soit un poste qui m'impacte directement : s'il venait a m'arriver un soucis en RP, c'est la Chume'da qui prendrait le titre de Darth Ânkh, il me faut donc veillez a être impartial et juste et ne pas faire une critique trop forte simplement par l'attachement personnel que j'ai pour le rôle. Pour cette raison, j'ai préférer attendre l'avis de tous avant de pouvoir rendre la critique.

En premier lieu, je tiens a faire un mea culpa, car certaines des erreurs de cette fiche, ou de ses manques, proviennent en ricochet de la mienne : si je voulais en effet entretenir certains mystère autour d'Ânkh, d'autres choix sont fait explicitement par pure flemme (comme lui trouver un nom avant qu'elle ne devienne Ânkh par exemple), hors, ce n'est pas le bon exemple a donner et j'aurais dû m'attendre a ce que ma fiche servent de principale source d'inspiration a celle de mon héritière, et je m'en excuse.

Maintenant que les bases sont poser, il est fort possible que tu soit surpris également de nos remarques en comparaison de ta fiche précédente, mais la princesse héritière est un poste unique et un rang VI, ce qui signifie que même pour mes collègues, le niveau d’exigence pour une fiche de ce type est bien plus élevé que pour n'importe quel autre personnage du forum. L'on ne fait pas cela pour t'enfoncer, simplement pour s'assurer que tu comprenne notre position et t'offrir les pistes nécessaires pour améliorer l'ensemble.

Je vais commencer par le problème le plus mineur : l'avatar n'est pas a la bonne taille, il doit faire 200x400 comme tous les autres. Si tu a du mal a le couper, transmet nous l'image de base et l'on s'en charge il n'y a pas de soucis. Pour le reste, aucun problème dans le choix des pouvoirs et l'équipement, tout va bien de ce côté.

Maintenant je vais aborder les questions de fond en séparant chaque partie et en veillant a t'offrir le plus de clefs possible afin de pouvoir modifier la fiche et atteindre ce que nous attendons :

1 / Description Physique et Psychologique : Toutes les deux très brèves, les descriptions manquent également de matière afin que l'on puisse réellement cerner le personnage. Si la description physique reste un exercice mécanique fastidieux, c'est plus ennuyeux pour une description psychologique qui elle a besoin de permettre a son lecteur de comprendre la nature du personnage auquel il fait face. Pour le cas du physique, il n'y a pas vraiment de recette miracle. Je vais te proposer la même méthode que j’emploie et dont j'ai déjà parler en cb : une division en cinq paragraphe, que j'arrive a étoffer a 200 mots chacun, étant dominer par une idée précise :

- Paragraphe 1 : description de l'allure générale, de la démarche et de l'image que renvoie le personnage sur les autres, parler de détail comme sa taille, mais rester dans des termes généraux, c'est plus une question de « charisme physique »
- Paragraphe 2 : description du physique et de la chevelure, ne pas oublier ce que cela peut dire sur le personnage pour certain détails '(comme le regard par exemple.
- Paragraphe 3 : description du reste du corps plus en détail, parler de la musculature, de blessure ou traces éventuelles etc.
- Paragraphe 4 : la ou les tenues les plus courantes du personnage
- Paragraphe 5 : les autres tenues ainsi qu'une formule de transition vers la psychologie.

Pour la description psychologique en revanche, impossible d'appliquer une méthode mécanique. Ce que l'on attend, c'est avant tout plus de fond et pour t'aider, je vais évoquer quelques pistes de réflexion qui devrait te permettre de pouvoir travailler cela plus facilement :

- Empire / République : apporter plus de nuance sur sa perception des deux régimes rivaux, qui sont très différents, serait intéressant : après tout, le Consortium s'est servit d'une certaine proximité entre les maisons nobles galactiques pour tenir a l'écart l'Empire du conflit lors de sa phase initiale. Mais aujourd'hui, alors que le nationalisme s’accroît et que la guerre devient totale, de quel façon l'une des personnes les plus importantes du régime perçoit en détail ses deux principaux rivaux ? Serait-elle prête a tenter de s'entendre avec l'un d'entre eux pour tenter d'écraser l'autre ?
- Le statut de la Chume'da est particulier et dangereux : après tout, tant qu'elle n'est pas Reine, elle n'est pas encore divine et certaines maisons nobles n'hésitent pas a tenter d'assassiner la princesse pour placer l'une de leurs filles a la place. Comment ton personnage vit ce climat de menace permanent autour de sa personne ? Considèrent-elles les Matriarches comme des menaces ou des futures collaboratrice ?
- Il n'y a pas de projet ou de vision de l'avenir du Consortium dans ta description : de quel façon ton personnage perçoit le système actuel ? Se sent-elle plus proche des Seigneurs Sith ou de la Monarchie absolue Hapienne ? Soutien-t-elle les recherches cybernétique ou y voit-elle une perte de temps, d'argents et de ressources ? Ce sont des questions très importantes nécessitant des réponses qui permettrons aux joueurs de mieux placer ton personnage dans le contexte et donc de s'en faire une meilleure idée.

2 / Histoire : L'Histoire souffre de deux problèmes principaux : le premier étant un soucis de contexte avec son parcours et le second un manque de profondeur.

- Au niveau du problème contextuel, il provient de la manière d'atteindre le titre de princesse héritière, ou plutôt de la façon dont elle rencontre la Reine. Si le test final n'est pas un problème, le parcours ne colle pas a la réalité de la société du Consortium Éternel dans le sens ou Ânkh est, comme tout bon Sith ainsi que tout bon chef d'état totalitaire, doté d'une paranoïa sans limite (a l'exception de ses conseillers les plus proches et intimes). De ce fait, les Sith ne sont pas autoriser a présenter une candidate pour des raisons évidentes… Les Princesses Héritières sont toujours choisie dans la société Hapienne, souvent dans l'adolescence (mais pas toujours), après avoir fait preuve de certaines qualités, en plus d'une sensibilité a la Force, rechercher par Ânkh, ceci dans le but qu'elle puisse disposer de l'enseignement culturel Hapien avant celui des Sith, afin qu'elle ne regarde pas le premier avec le regard du second.

- Pour améliorer le contenu, il n'y a pas vraiment de recette miracle : ajouter des anecdotes, détailler son entourage en dehors des personnages présent sur le forum (peut-être quelques PNJ ou PV), parler de la façon dont elle perçoit son rôle dans la société, la société elle-même, peut-être ses craintes a l'idée d'abandonner une partie de son identité pour devenir Darth Ânkh ou au contraire de la sensation grisante de pouvoir accéder a l'immortalité. La fiche manque de vie, c'est son défaut principal pour un rang VI : l'on attend a ressentir quelque chose en la lisant, pouvoir y avoir un véritable investissement et ce n'est malheureusement pas le cas.

Pour conclure, une petite remarque sur la forme : il y a pas mal de répétition et si elle sont inévitable, tourner entre trois ou quatre expressions pour les éviter allège la lecture et la rend plus agréable.

Je me doute qu'un commentaire aussi long est sans doute décourageant, je sais aussi que j'ai ma part de responsabilité et je m'en excuse, mais je reste a ta disposition pour toute question ou demande d'assistance.


Re: Alamia Ozanhea : une Chume'da en puissance

le Sam 5 Jan - 14:40
Ne t'en fais pas, je ne le prends pas mal. Je suis toujours ouvert à la critique. Je m'attaquerais donc à ça fin Janvier, début Fevrier quand j'aurais fini mes examens, mais je vois deja quoi modifier et comment. ça ne devrait donc pas prendre trop longtemps

Re: Alamia Ozanhea : une Chume'da en puissance

le Ven 18 Jan - 16:13
Et voila, j'ai fini de corriger. J'attends deux votre seconde correction pour voir si c'est bon ou si il y a encore des choses à modifier
Lucius
Administrateur
Grand Maître Jedi
AdministrateurGrand Maître Jedi
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Alamia Ozanhea : une Chume'da en puissance

le Ven 18 Jan - 18:15
Je reporte en zone administrative, l'on revient rapidement vers toi Very Happy


Contenu sponsorisé

Re: Alamia Ozanhea : une Chume'da en puissance

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum