Aller en bas
Ruusaan Anade
Ruusaan Anade
Directrice du Renseignement Républicain
Directrice du Renseignement Républicain

Ruusaan Anade Empty Ruusaan Anade

le Dim 25 Nov - 20:00



Equipement :



Ruusaan Anade Evelyn10

Si l'équipement ne fait pas tout le talent d'un agent ou d'un commando des forces du renseignement, il peut toutefois grandement l'appuyer dans ses fonctions. Que ce soit dans ses assignations passées ou ses fonctions actuelle, Ruusaan a retenu de son expérience du terrain et des mondes du renseignement l'importance d'être bien équipée, pour anticiper le maximum de situations impensables. L'inventaire qui va suivre répertorie son arsenal le plus connu, en dehors des éléments standards d'un agent des renseignements et de la vie civile (communicateur avec lignes cryptées, ordinateurs, holoprojecteur, uniformes militaires, etc). Elle porte presque toujours sur elle une combinaison cybernétique spécifique, de couleur bleu azur liserée d'un bleu plus profond. Ses prothèses cybernétiques peuvent lui permettre d'accroître temporairement sa force physique ou sa vitesse... tout en la réduisant à l'impuissance si elles venaient à être endommagées ou vidées de leurs batteries, limitant Ruusaan à un seul bras encore valide ainsi que son tronc et sa tête, Elle serait alors, à sa grande frustration, réduite à utiliser un fauteuil pour se déplacer le temps que les réparations soient effectuées. Elle utilise ses deux armures avec une membrane de connexion.

Ruusaan Anade 48e29211
  • Armure-type Commando : L'armure la plus connue de Ruusaan. L'armure est totalement personnalisée avec les spécificités de combat de Ruusaan, et est à son usage exclusif. Elle n'est pas discrète, et elle n'est pas prévue à cet usage. Cette armure intégrale peinte en rouge sombre et orangé est forgée en duracier, avec un mince ajout de cortose pour l'effet de surprise contre les lames laser. Son épaisseur lui apportant une protection optimale. Son poids, conséquent, est quelque amenuisé par ses améliorations cybernétiques qui seules lui permettent d'en faire un usage efficient au combat bien que naturellement, ses mouvements sont légèrement plus lents qu'avec son armure légère.

    Plusieurs des capacités cybernétiques de la Directrice ne lui sont accessibles que lorsqu'elle utilise cette armure : le système de survie, le sélecteur automatique de cibles, le techno-blindage, le bouclier cynétique, le déchargeur à pulsations, l'injecteur de bacta et surtout l'Éclateur à Pulsations


  • Ruusaan Anade 604d2110
  • Armure-type Assassin : Armure bien moins connue de Ruusaan, mais tout autant utilisée au cours des dix dernières années. Elle fut conçue peu de temps après son intégration aux rangs du Renseignement Républicain en tant qu'Agent Senior, et fut améliorée par la suite avec l'équipement cybernétique de Ruu. Elle est forgée dans un alliage de phrik et de plastacier, renforçant sa résistance aux sabres-laser, sans pour autant réduire sa vitesse mais en diminuant ses capacités de protection.

    Plusieurs des capacités cybernétiques de la Directrice ne lui sont accessibles que lorsqu'elle utilise cette armure  : le module de piratage avancé, l'implant oculaire en mode avancé, les Projecteurs Holographiques (base, avancé et expert) et surtout les Modules de Camouflage (Optique, thermo-optique et absolu)


  • Ruusaan Anade M-25_h10
  • Blasters à répétitions DL-25 : Ces deux blasters à répétition ne se trouvent jamais bien loin des mains de la Directrice. Fidèles alliés des missions commando qu'elle affectionnait tant sur le milieu et la fin de sa carrière de simple "agent" commando des forces républicaines, ces blaster sont à la fois fiable et précis, tant sur la courte portée que sur la longue distance, ils sont dotés d'un système de charge de la chambre d'énergie, qui permet de faire pleuvoir sur ses opposants une averse de tirs avec une puissance accrue. Modifiés pour les besoins de ses missions, ils peuvent également être réglés sur le mode paralysant ou de taser.


  • Ruusaan Anade Massef10
  • Sniper PE-40 : Autre vieille connaissance de Ruusaan, celui-ci est son compagnon de prédilection pour les missions d'assassinat, aux côtés de ses pieds et poings. Ce sniper performant issu des usines républicaines est une arme de choix pour la longue portée. Là où il perd un peu en puissance de feu par rapport à ses blasters, il compense avec une excellente portée et précision de tir. Excellant tant dans le combat de mêlée que le sniping, elle compense bien ses autres armes de prédilection et rattrape la désaffection de la Directrice envers les explosifs, les répliquas d'arts Jedi, les poisons et armes blanches.



  •              

    Description physique :


    La Directrice des renseignements républicains est comme son rang l'indique une personne de sexe féminin. Membre de l'espèce vivante la plus répandue de la galaxie, celle des humains, il s'agit d'une grande dame toisant le mètre quatre-vingt de hauteur, ce qui est pour un individu féminin de son espèce une taille tout à fait respectable et légèrement supérieure à la moyenne. Sa silhouette se dote d'un poids tout à fait dans la normale pour une grande femme comme elle, vers les 72 kilos, lui apportant donc une apparence plutôt fine. Cependant, Ruusaan possède quelques muscles discrets lui venant de ses années d'entraînement en tant que Clone des Commandos Républicains  et ses relativement longues années de service dans le milieu des services secrets, étant donné le panel varié des missions qui ont pu lui être confiées : sabotage, contre-espionnage et surtout commando.

    Son corps plutôt souple et mince donne souvent l'illusion qu'elle est plus fragile que ses pairs, ce qui lui donne parfois l'envie d'étrangler toute personne qui la traite de délicate ou "Laandur". Cependant, elle s'est longtemps versée dans les techniques de l'art martial et du combat à mains nues pour renforcer sa musculature, et ses prothèses désormais lui permettent de faire preuve d'une force physique à ne pas sous-estimer. Grièvement blessée au cours de l'opération Lord_Over, elle ne dût sa survie qu'à la cybernétisation avancée que lui a administré Veronica Ducade, l'une des quelques rares Jedi qu'elle respecte. Ainsi, près de 65% de son corps est de nature cybernétique : ses jambes, ses yeux (bien que proche de ses yeux originaux d'apparence) et son bras gauche, bien que son tronc soit encore relativement intact.

    Du reste, ces techniques lui ont permis de développer une manière de combattre tantôt basée sur la contre-attaque - retourner la force de l'adversaire contre lui entre autres - tantôt plus offensive en se versant dans la furtivité, la rapidité et la précision pour frapper à des zones clés primordiales, moins défendues, ou très sensibles. Elle a conscience des limites de son corps, et essaye de valoriser les points forts de ce dernier en privilégiant des combats aussi courts que possible. Elle a été formée aussi aux arts martiaux spécifiques contre les utilisateurs de la Force, par les techniques de combat du Teräs Käsi, qu'elle maîtrise suffisamment sans en être spécialiste. En outre, son corps reste encore marqué par des cicatrices, certaines plus ou moins anciennes récoltées au cours de missions.

    Pour en revenir à son faciès, son visage est plutôt de forme ovale, aux traits plutôt dessinés et secs. Les yeux de la jeune commandante se trouvent être d'un bleu céruléen, bien souvent sévères et stricts, au grand sérieux. Bien que ses yeux fussent bleus originellement, leur nature artificielle est trahie par leur teinte plus prononcée lorsqu'elle se sert des fonctions avancées de ses implants oculaires (Vision Nocturne / Thermique / Spectre Électrique).

    Son entourage très restreint peut aisément voir un réel sourire se tisser et éclairer sa mine austère. Ses lèvres sont fines, d'une sobriété élégante mais discrète. Ses cheveux raides et blonds sont souvent attachés en queue de cheval haute ou basse, ou en chignon avec deux mèches libres au devant selon les besoins ou son humeur, et très rarement laissés détachés, ce qui accentuait la sévérité austère de sa physionomie.

    Sa garde-robe, autant pour la vie civile que la vie professionnelle, reste diverse et s'adapte selon ses besoins pour les missions ou ses humeurs. Elle préfère généralement se revêtir de sa combinaison cybernétique, dans laquelle elle se sent le plus à son aise. Cependant pour les occasions officielles, Ruusaan accepte de revêtir par dessus l'uniforme militaire républicain indu à son rang, s'il le faut. Le reste du temps, quand elle peut porter son armure, elle ne s'en trouve que plus contentée et sereine, la considérant comme sa deuxième peau. Quelques tenues civiles se trouvent bien dans ses effets, mais elle ne les utilise que si elle a réellement besoin et tend à préférer les pantalons et autres ensembles masculins... et surtout pratiques pour combattre comme il se doit !


    .

                 

    Description mentale :



    Ruusaan Anade Evelyn12
    Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu.

    Ceux qui l'ont fréquentée dans les Services vous diront qu'il s'agissait d'une cheffe assez exigeante et stricte avec les individus sous ses responsabilités. En effet, la Directrice est particulièrement ordonnée dans ses méthodes, et demande le même soin à ses subalternes comme elle apprécie particulièrement le travail bien fait. Son bureau ainsi, à l'image de son esprit méticuleux, est impeccablement rangé, chaque dossier ou document rangé à sa place exacte sans que nul papier volant n'y traîne impudemment. Contrairement à certains de ses collègues de hiérarchie, cette pièce de travail est assez spartiate dans le mobilier, la Directrice se contente simplement de ce que son travail exige au sein de cet espace. De même, dans les dossiers lui étant confiés en personne ou qu'elle supervise, elle demande souvent aux officiers sous son commandement de veiller un minimum à cette même organisation, dans un souci simple d'avoir des renseignements clairs, concis et bien ordonnés à reporter par la suite à ses propres supérieurs et ainsi augmenter leur efficacité dans leurs rapports.

    Un autre point qui peut être relevé par un œil étranger serait l'aura stricte, distante, parfois froide en apparence et autoritaire qui entoure la militaire. En effet, Ruusaan en demande beaucoup de ses hommes et femmes, mais en retour, en mission veille autant que possible à ramener le plus de personnes en un morceau ou au moins en vie à la base. Femme d'action, elle a en horreur de rester les bras croisés sur sa table à ne gérer que de la bureaucratie et se tourner les pouces en attendant. Elle aime ainsi se rendre et agir directement sur le terrain, ou inspecter régulièrement les entraînements des nouvelles recrues ou de ses pairs, pour tâcher autant de repérer d'un œil vif tout comportement suspect, que de corriger sans plus attendre les cas "difficiles" afin que cela ne se développe pas en aspect fâcheux avec le temps. Sans manquer de respect pour autant aux personnes sous son commandement, elle sait se montrer directe quand quelque chose ne va pas... mais aussi dispenser des encouragements ou appréciations positives avec parcimonie quand un travail ou un rapport rendus conviennent à leurs objectifs et s'approchent de ses exigences. Ainsi, il peut arriver qu'elle adressa une ombre de sourire et quelques compliments à quelqu'un ayant bien fait son boulot, ou montrant des progrès encourageants. Donc, stricte et ferme, mais elle reste juste malgré tout. En outre, elle s'arrangeait toujours pour rester joignable hors mission, que ce soit à son bureau ou en communication par son comlink personnel toujours en sa possession. Et si elle aime les choses bien organisées et prévues autant que possible par avance, son métier lui avait apprit à savoir improviser et gérer les imprévus plus ou moins épineux quand la situation le requiert.

    Après, directe ne veut pas dire franche du collier. Madame possède toujours bien un caractère certain, qui est difficile à déchiffrer derrière le visage préservé dans le calme d'un agent expérimenté et professionnel, mais elle sait cependant faire preuve de diplomatie et d'un certain charisme, autant vis à vis de ses supérieurs qu'auprès de ses agents comme elle garde à l'esprit qu'elle a autant le rôle d'intermédiaire entre les Services et des personnes hauts-gradées de la militia, autant elle restait également l'un des leurs, leur commandant. Elle a su avec les années gagner le respect de la plupart des agents sous sa responsabilité sachant que si elle leur en demandait beaucoup, leurs efforts conjoints porteront leurs fruits et pour les plus jeunes recrues... leur éviteraient de mourir trop tôt de manière un peu stupide en mission, malheureux penchant de certains bleus dans leurs premières sorties sur le terrain. Elle avait été l'un d'entre eux, fut un temps.

    Il est sans doute judicieux de relever que la militaire reste encore assez ferme concernant le respect, et ce en tout temps. Rien ne l'insupportera davantage qu'un supérieur, un égal ou un de ses hommes lui manquant du minimum de respect. Si elle ne leur fera pas le plaisir de perdre son sang-froid, elle saura en revanche faire comprendre implicitement son opinion sur le sujet. La colère explosive n'étant guère de son caractère, Ruusaan penche plus vers les partisans de la colère froide, comme une menace à peine détectable... sinon pour le ou les responsables de cette dernière, et selon les cas, elle n'hésitait pas à sanctionner ou mettre des punitions aux comportements jugés inadéquats d'un agent qui se respecte. Elle ne pratique aucun favoritisme vis à vis des autres au travail, et en général les répartissait en deux catégories très simples de personnes : ceux qui répondent à ses attentes et ses minimas de respect et d'efficacité, ceux qui n'y rentrent pas et devront prendre garde de ses foudres s'il leur venait la folie de ne pas respecter les règles et le code de conduite, d'honneur et d'exigence demandé à un agent. Elle sait se montrer très claire autant dans un cas que dans l'autre.

    Après, elle sait ajuster son caractère et son comportement selon les situations, et selon ses interlocuteurs. Dans une situation de désaccord en réunion avec ses supérieurs, même si la Directrice défend et expose ses positions et avis sur la question, elle sait cependant garder un esprit assez ouvert pour écouter les opinions des autres, quitte à légèrement modifier la sienne si elle en constate des lacunes ou entend des propositions intéressantes découler de ces discussions. Sa voix en général est très calme mais assurée, comme celle d'une dame des services qui a confiance en elle et en ses capacités... mais aussi en ses hommes, ses convictions et ses principes. Si en mission il lui arrivait, inévitablement de devoir mentir, manipuler, tromper, voire voler, elle ne tue que si cela lui est demandé et n'entre pas en contradiction avec ses valeurs. De même, elle ne torture que si elle n'a pas d'autres options pour obtenir les renseignements qu'elle désire. Quand elle avait une tâche à accomplir, elle allait jusqu'au bout de cette dernière, tout en sachant accepter la retraite ou le repli si nécessaire, n'étant guère une partisane des missions suicides sans intérêt. Et sans perdre la face, elle savait dire ce qu'elle pensait et se faire comprendre auprès de ses supérieurs ou ses agents si quelque chose avait été mal fait... tout en reconnaissant et assumant ses erreurs, sachant qu'elle n'est pas toujours infaillible non plus, et veillant à ne pas les refaire. En outre Ruusaan a toujours en sainte horreur les traîtres, et n'hésitait pas selon la gravité de la faute à faire poursuivre ou traquer elle-même le ou les responsables. Elle tâche donc de rester responsable en tout temps et toute heure, autant auprès de ses agents que de ses supérieurs.

    Sur le terrain ou présentement au cours d'une chasse, même si elle aime l'action, elle saura se montrer patiente pour atteindre un objectif ou une proie, comme un prédateur attendrait que sa cible tombe dans son piège ou l'y emmènerait sans attiser sa vigilance. Elle voue une grande méfiance teintée de détestation envers le Consortium. En outre, elle reste encore méfiante envers les utilisateurs de la Force sauf exceptions - telle que Veronica DuCade - et bien que certaines missions l'aient amenée à coopérer avec des Jedi, elle reste toujours prudente à leur égard. Elle honnit grandement les Sith et leur maudite coalition, en revanche. Elle n'a jamais oublié Lord_Over ni les mutilations qu'elle a récolté de leur part..

    Une femme donc sérieuse, intelligente, raffinée qui tâchait de donner le meilleur d'elle-même autant que contrôler son propre caractère assez affirmé. Pour pallier à sa condition et résistance physiques moindres que d'autres de ses pairs, elle avait beaucoup travaillé sur la résistance mentale à la torture, et préférera la mort que de trahir le régime qu'elle a rejoint. Mais après bien entendu elle reste assujettie aux limitations de ceux de son espèce. De même, sachant combien le fait d'être polyglotte peut se révéler très utile dans le métier des ombres, elle s'est efforcée d'apprendre et maîtriser les langues les plus parlées dans la galaxie. En revanche, elle a une mémoire totalement sélective, qui n'hésite pas à oublier des connaissances qu'elle ne juge pas ou plus nécessaires à son devoir, tout en ignorant celles qu'elle n'estime pas importantes. Elle préfère en effet avoir, de ses propres dires "un cerveau bien agencé plutôt qu'un cerveau trop rempli", ce qui peut la rendre très ignorante sur certains points et très savante sur d'autres. Ses fréquentations se limitaient souvent à des connaissances, des contacts ou des personnes du travail. C'est une femme à l'esprit vif, loyale en amitié, bien plus chaleureuse, capable de plaisanter un brin, et grande amatrice de musique, notamment d'opéra et d'airs classiques, qu'elle aime écouter de temps à autres.

    En revanche, un autre défaut que l'on peut lui attribuer est qu'elle est assez rancunière, même si elle ne le montre pas toujours clairement. Elle n'oublie jamais un tort ou une trahison qu'on a pu faire, à elle ou un de ses amis. Elle ne porte pas en grande affection les gens de la politique, bien qu'elle sache en général ravaler pour le bien d'une mission ou des services ce désamour temporairement pour s'infiltrer en haute société... par exemple, et qu'elle ne rappelle pas pour le moment. Les débats politiques étrangement l'ennuient toujours autant, bien qu'elle tache de s'y habituer pour exercer décemment ses fonctions. Mais derrière son assurance et sa fermeté, se cache un cœur parfois meurtri d'une personne qui a perdu des camarades, fait bien des sacrifices, mélancolique parfois de sa terre natale mais qui ne regrettait aucunement ses choix passés, comme celui de se fier à ses convictions républicaines et rester honnête avec elle-même. Elle n'avait quasiment pas la notion de "vie privée", absorbée souvent dans son travail, abusant parfois de café fort, ou de thé dans le meilleur des cas, pour se rendre utile le plus possible. Enfin, elle déteste absolument les voyages dans l'espace et pire encore dans l'hyperespace, vestiges d'un traumatisme pas si ancien.


             
             

    Histoire :




    Commando Clone - Naissance et instruction sur Kamino (1468-1478)

    Il était difficile pour elle d'évoquer ses premières années sous la dénomination d'enfance, étant donné que ses pairs clones et elle n'en ont pas réellement connu. Elle pouvait bien imaginer le concept, mais la jeune femme le trouvait difficilement applicable à leur situation. Le plus approchant est peut-être la première phase de l'entraînement des individus conçus par clonage, tout comme Ruusaan le fut par les spécialistes du domaine du Kamino, en terre républicaine.  aux côtés de ses homologues plus souvent masculins.  Il n'y avait cependant aucune distinction de genre à l'entrainement, tout aussi strict pour elle que pour ses pairs, Elle y apprit les bases communes à tous les clones, telles que l'hygiène de vie, l'Histoire de la galaxie, de façon à susciter leur loyauté indéfectible envers la République. La jeune femme démontra tôt un grand intérêt pour les épisodes célèbres et les anecdotes autour des grandes batailles militaires, notamment sur le plan tactique des meilleurs stratèges et tacticiens, ainsi que de très solides capacités intellectuelles, une très bonne capacité d'adaptation... et une force de caractère certaine. Elle développa tôt une solide indépendance, mais aussi un certain charisme, qui la plaça bientôt en position de meneuse dans son groupe. La jeune fille ne se sentit guère différente de ses comparses à l'origine, bien qu'en grandissant ses performances supérieures dévoilèrent peu à peu son statut de clone "Null", si bien qu'au terme de la première phase, elle fut orientée avec quatre autres clones, Fenn, Kreizen et Jaster, vers la formation plus spécifiquement adressée aux futurs ARC, ou "Advanced Recon Commando".

    La seconde phase se rapprocherait peut-être le plus de l'adolescence, à son avis. Reposant sur la réalité virtuelle, ils apprirent tant à exceller au travail en équipe, au maniement de différentes armes et types d'armement, qu'à savoir se débrouiller par eux-mêmes si la situation le requérait. Il était attendu d'eux qu'ils puissent accomplir des missions que ne peuvent réaliser des escouades plus conventionnelles, qu'ils soient en mesure de prendre les meilleures décisions possibles et de tout mettre en oeuvre pour les réaliser. En raison de ses talents croissants, la jeune femme fut bientôt entraînée directement par sa Cuy'val Dar, son entraîneuse et donneuse originelle génétique. Celle-ci, une certaine Mirta Skirata, se montra plutôt bonne pédagogue bien que très exigeante et assez stricte quant à ses attentes la concernant, et fut celle qui lui attribua son nom : Ruusaan, celle sur qui on pouvait compter. La guerrière mandalorienne lui transmit également la culture et la philosophie des mando'ade telle qu'elle était conçue par le clan Skirata, en cherchant à développer non seulement ses compétences guerrières et intellectuelles, mais en lui transmettant également les valeurs de tolérance, de l'importance des liens qui unissaient une équipe, et de développer ses talents spécifiques. Elle ne découragea ainsi aucunement le goût pour le piratage informatique, l'amour du combat de mêlée et à mains nues de la jeune femme, tout en lui enseignant les divers explosifs utilisables au combat, le pilotage de vaisseaux divers et variés, l'essentiel du sniping, et d'autres points tactiques et guerriers.

    Si on lui demandait un jour qui avait été pour elle une figure maternelle, Ruusaan aurait sans doute répondu Mirta Skirata, bien qu'il aurait probablement fallu la faire boire jusqu'à déraison pour parvenir à une telle confidence.

    Au terme de leur formation, Ruusaan se sentait prête à protéger les mondes républicains, de sa propre vie s'il le fallait. Armée de ses compétences, de ses savoirs-faire, de sa détermination et soutenue par ceux qui étaient devenus comme des frères, la jeune femme intégra à son dixième anniversaire les rangs de la Grande Armée Républicaine sous les traits d'une soldate de vingt ans. Elle accepta avec honneur, reconnaissance et volonté d'être digne de leurs attentes le rang de Commandante ARC, prête à se battre auprès de Fenn, Kreizen et Jaster sur les différents fronts brûlants qui les confronteraient à l'Armée éternelle du Consortium, aux Sith et aux forces impériales.



    Commandant ARC - Premières armes d'une Advanced Recon Commando (1478-1480)

    Ils n'eurent presque jamais le temps de s'ennuyer. Les permissions n'étaient pas fréquentes, au vu des hostilités en vigueur dans la galaxie entre les différents régimes, si bien qu'ils en profitaient quand l'occasion se présentait. Ils avaient constitué une fine équipe, aux caractères assez prononcés mais à l'efficacité et à la créativité reconnues. L'escouade Omicron était ainsi composée d'abord de Fenn, aussi surnommé "Doc", qui se spécialisait pour sa part en médecine, au combat de mêlée et au piratage. Grande gueule, d'une grande franchise - parfois trop débridée, fort de caractère, espiègle de nature, qui les avait rafistolé un nombre incalculable de fois. Il y avait ensuite Kreizen, surnommé tantôt Kreiz - parce qu'il était considéré parfois comme un peu fou - ou "démolisseur". Ce n'était pas le plus commode d'entre eux, peu loquacepour qui n'était pas de ses proches, mais il était généreux envers ces derniers, méticuleux dans la sublimation de la destruction qu'il semait dans son sillage. Comme son surnom l'indiquait, il était leur spécialiste en sabotage, leur grenadier et leur maître de l'artillerie lourde. Et il y avait enfin Jaster, aussi appelé "l'armurerie ambulante" et le "casse-cou". Brillant pilote - quoique donnant des sueurs froides à ses passagers, excellent mécanicien et spécialiste des armes et technologies, il était assez sérieux, débonnaire, incroyablement têtu et bon stratège. Un sacré concentré de caractères, qui avait survécu à plus d'un casse-pipe.

    Seule femme du groupe mais pas moins respectée pour autant, Ruusaan avait été placée à leur commandement en raison de son charisme, du respect qu'ils lui portaient, de ses aptitudes de meneuse de groupe. Elle s'était spécialisée pour sa part dans le combat de mêlée, les armes à feu (rapprochées et à distance) et le sniping. Bien entendu, tout le monde avait des bases bien solides dans chacune des disciplines militaires, mais ils se complétaient et couvraient les défauts des uns pour sublimer leurs talents spécifiques.
                 
    Libération d'otages, protection rapprochée de personnalités importantes en transit sur des zones très risquées, infiltration en zone ennemie pour saboter les avants-postes et campements adverses, combats sur des fronts brûlants et autres opérations complexes, ils furent amenés à réaliser une grande diversité de missions et d'opérations au nom de la République. S'ils ne réussirent pas à tous les coups, ils firent néanmoins leur possible pour atteindre au moins l'objectif prioritaire tout en aspirant à compléter également les objectifs secondaires. Ils ne faisaient peut-être pas partie de la fine fleur des meilleurs "Nulls" des ARC individuellement, mais s'étaient distingués par l'excellence de leur travail en équipe.
                 
    Après deux ans sur le front, ils avaient acquis une solide expérience en tant que commandos clones. Ruusaan se souvenait encore de leur fébrilité quand elle avait annoncé à ses compagnons qu'ils participeraient à une grande campagne contre le Consortium et ses maudits Sith, très ambitieuse mais aussi très risquée. Ils ne tenaient pas en place et étaient impatients de se frotter à ce nouveau défi d'envergure, afin de prouver leur valeur et leur excellence auprès des autres escouades. Ruusaan elle-même partageait leur enthousiasme et leur résolution à exceller pour défendre les civils républicains et les libérer de la tyrannie hapienne et du joug des Sith.

    L' opération "Lord_Over", la plus grande opération militaire républicaine, serait l'occasion de s'illustrer avec honneur sur le champ de bataille.



    Commandant ARC - Opération Lord_Over et Tribut de Sang (1480)

    Ruusaan garda son opinion pour elle, afin de ne pas vampiriser l'enthousiasme de son escouade, mais elle avait un mauvais pressentiment.  L'attitude des officiers au cours des réunions de préparation de l'opération Lord_Over la préoccupait notamment par le manque de cohésion. Certains voulaient orienter l'assaut jusqu'à Hapès, tandis que d'autres voulaient se rendre jusque Korriban, et d'autres encore aspiraient à simplement libérer les mondes qui étaient opprimés par le Consortium et les Sith. Ils ne s'accordaient pas sur les risques à encourir et le prix qu'ils accorderaient pour la mise-en-oeuvre de leurs objectifs. Les deux positions se défendaient sur le plan stratégique à long terme, mais à court terme, la commandante ARC était plus d'avis de suivre la prudence et de voir s'il était déjà possible de libérer les peuples opprimés, secondairement de frapper le Consortium, et selon l'état de leurs forces, viser ensuite Korriban et leurs maudits sorciers noirs. Ces officiers de la haute hiérarchie ne se rendaient pas nécessairement compte de la réalité du terrain, ni des terribles horreurs réalisées aux frontières.

    On leur demandait l'impossible, ils feraient tout leur possible pour l'atteindre, comme l'Escouade Omicron y avait été accoutumée.

    Elle fit néanmoins la connaissance de la Dame Jedi qu'ils appuieraient au cours de cette opération : une certaine Veronica DuCade, dont elle apprécia le caractère et le dévouement à la cause républicaine au cours de leurs quelques échanges d'ordre tactique et stratégique. La jeune femme de Rothana fut probablement l'une des rares Jetiise qui retint son attention et envers qui elle demeura prêter plus d'attention, au vu de la méfiance et des attentes élevées de Ruusaan et de son escouade envers ces drôles de sorciers sectaires.

    Ruusaan ressentit l'adrénaline du combat dès leur arrivée sur le premier monde de l'espace bothan qu'ils furent amenés à libérer. Ce fut une véritable boucherie, un bain de sang dans les deux camps, qui souilla à plusieurs reprises les parties éclatantes de leurs armures de commando clones. S'il ne s'agissait en aucun cas de leur premier rodéo, ils furent placés face à des charniers que tout le vocabulaire étendu que la jeune femme avait pu apprendre ne suffirait jamais à décrire, et qui la hanterait encore près de vingt ans après le conflit. Portés par la force de leur engagement envers la cause républicaine et leur poursuite inlassable vers la réussite des missions qui leur avait été confiés, la commandante clone tâcha de guider ses équipiers du mieux qu'elle le put, tout en pestant régulièrement contre le manque de cohésion des différents corps militaires républicains affectés, selon le gouvernement dont ils étaient originaires. La meneuse de l'Escouade Omicron était toujours mal à l'aise avec l'influence de la Force sur sa personne portée par les étranges pouvoirs de leurs alliés lumineux, aussi positive fut elle, mais elle dut concéder qu'elle pallia en partie au manque de cohésion tout en agissant comme un vent arrière qui les portait et les aidait à avancer, malgré la frustration, en dépit de la puissance et de la roublardise de leurs opposants cybernétiques ou nécromanciens. Jaster, Kreiz et Fenn continuaient de la suivre en dépit des complications successives et du manque occasionnels d'ordres précis des officiers supérieurs, incluant les consignes mouvantes à souhait, puisqu'ils se fiaient à son jugement. Elle ne voulait pas décevoir leur confiance.

    Ils perdirent nombre de semblables au cours des différents affrontements auxquels ils participèrent dans le cadre de cette opération, tout en parvenant tant bien que mal à faire partie des survivants et à faire preuve de leur efficacité. Inlassablement, Ruusaan tâchait de faire des rapports aussi détaillés que possible afin d'alerter le haut-commandement de la situation préoccupante des populations sur les mondes assiégés qu'ils voulaient libérer, ainsi que des horreurs qu'ils pouvaient voir avec des enregistrements minutieusement documentés, qu'elle envoya à Alexandra de Vries en espérant que leurs supérieurs les prendraient en considération pour enfin prendre les bonnes décisions. Ils voyaient les Sith qui ne laissaient que déserts, ruines et cadavres dans leurs sillages, démolissant scrupuleusement leurs infrastructures de recherche et laissant des civils éprouvés parfois complètement emportés par une étrange folie. Ils ne purent pas tous les sauver, la science ne parvenant pas toujours à expliquer la raison de leur frénésie et de la soif de sang et de violence des infortunés. Ils combattirent plus fréquemment les serviteurs d'Hapès, qui leur apportait une résistance remarquable et qui représentaient des adversaires de taille.

    Mort, chaos, dévastation, charnier... les hapiens appliquaient la politique de la terre brûlée, dans son plus sinistre appareil.

    Le dernier rapport que put envoyer Ruusaan concernait la prise d'assaut d'un complexe de Sith, alliés du Consortium, qui ressemblait à un camp de travail forcé. Les Sith qui le dirigeaient n'avaient visiblement pas eu tous le temps de quitter les lieux comme leurs congénères, ou bien peut-être avaient-ils eu affaire à des retardataires. Sous les indications de Fenn, qui observait avec plus de distance les mouvements des adversaires pour les prendre à revers tout en guidant les prisonniers les plus proches vers la sécurité afin de s'occuper des blessés,  elle s'engagea dans la gueule du complexe avec Jaster, Kreizen et deux Jedi pour tenter d'intercepter un Sith et surtout de libérer des prisonniers.

    Ils ne laisseraient aucun civil inerme derrière eux, autant qu'ils le puissent. C'était la mission prioritaire qui leur avait été indiquée.

    En dépit de leurs compétences et de leur puissance de feu, il leur fallut un certain temps pour réussir à se percer un chemin à travers les successives nuées d'Initiés et Acolytes Sith, accompagnés par des militaires hapiens et quelques mercenaires. Ils ne firent aucunement dans la délicatesse - elle aurait pris Fenn avec eux plutôt que Kreizen, le cas échéant, mais les "concertos" explosifs de son dernier camarade s'étaient avérés plus que nécessaires - et firent de leur mieux pour libérer un maximum d'otages, ce qui ne fut pas une mince affaire. Ils perdirent l'un des Jedi face à deux Sith, tandis qu'il tâchait de couvrir leur repli, et s'apprêtaient à quitter la zone pour la faire exploser quand l'un des otages leur apprit que d'autres cellules, contenant un général des forces armées locales et la gouvernante du monde ainsi que leurs proches, étaient situées plus bas, autant de témoins d'importance des horreurs qui avaient pu se dérouler en ces lieux en plus d'un officier supérieur. Pestant entre ses dents et nonobstant les ordres de repli, Ruusaan dut faire un choix épineux : aller dans l'aile ouest afin de tenter de récupérer des données de recherche des Sith, ou gagner les profondeurs de l'aile est pour rejoindre ces cellules - où les attendraient probablement un comité d'accueil - afin de libérer ces précieux prisonniers que la haute hiérarchie voudrait voir évacués prioritairement.

    Elle n'aurait pas le temps ni les effectifs de faire les deux. Elle s'en tiendrait donc à la mission prioritaire, et sauverait un maximum de civils.

    Ils firent face, comme prévu, à un petit comité d'accueil constitué d'un Guerrier Sith, de son acolyte flanqués de deux soldats hapiens. Ils purent gagner quelques précieuses minutes à occuper leur attention, Ruusaan prêtant main forte au Jedi tandis qu'elle assigna Kreizen et Jaster à la libération des otages et à leur exfiltration vers la sécurité. Elle songea aux mines qu'ils avaient placées avec Kreizen, pour ensevelir leurs ennemis, qui n'attendait que son ordre pour les faire exploser. Elle pensa ensuite à la demi-dizaine d'otages d'importance, dont la survie reposaient sur leurs propres épaules. Elle songea aussi à ce qu'ils avaient découverts, et dont ils devaient faire le rapport au commandement. Les choses se compliquèrent quand le Guerrier Sith parvint à terrasser le Chevalier Jedi qui l'accompagnait. Il ne restait autour d'eux que des cadavres des deux soldats, dont elle s'était occupée, et de l'Acolyte Sith que le Jedi avait pu tuer. Le Sith était seul, elle était seule.

    Mirta lui avait toujours dit de suivre son instinct, afin de prendre la meilleure décision possible en considérant facteurs et objectifs. Elle était responsable de ses frères d'armes, tout comme des blessés et des otages prestigieux. Son choix fut vite fait.

    Elle ordonna à Kreizen et Jaster de se replier avec les otages, tandis qu'elle leur gagnerait du temps. Elle ordonna à Fenn de faire préparer les vaisseaux à un décollage d'urgence et de se hâter de faire monter à bord les civils. Elle ordonna à Kreizen de faire exploser les mines dès que Jaster, les otages et lui seraient sortis, puis elle donna un dernier ordre à Jaster :


    - Une fois que tu auras accompli ce repli, si je ne reviens pas, tu seras en charge des Omicron. Ne me laisse pas tomber.

    - Je ne l'ai jamais fait, Ruu. Ce n'est pas aujourd'hui que je vais commencer.


    Elle se souvenait encore de sa voix assombrie mais résolue. Le lieutenant avait la tête sur les épaules, s'il daignait écouter sa dernière consigne. Sachant qu'elle courrait droit vers sa perte, elle se précipita avec un cri déterminé vers le Sith. Elle put le retenir quelques précieuses et longues minutes, tâchant de le tenir loin d'elle avec une pluie de tirs de son fusil-blaster, tout en esquivant du mieux qu'elle put la morsure de son sabre-laser. Oh, elle n'espérait pas vaincre cette fois, simplement accomplir l'objectif qu'elle s'était fixée. Ce combat était déséquilibré et perdu d'avance, mais essentiel pour leur mission.

    Elle tomba plusieurs fois à terre, projetée contre des murs ou foudroyées par les éclairs obscurs, mais elle se releva avec obstination. Ils remontèrent jusqu'au hall d'entrée du complexe, puis vers l'entrée. La commandante finit toutefois par s'effondrer au sol, un mouvement étrangement gracieux et rapide de la lame rouge de son adversaire lui ôtant d'un seul mouvement ses jambes et son bras droit. La douleur fut incendiaire, dévastatrice, mais elle put voir d'un air satisfait les vaisseaux qui s'éloignaient à l'horizon. Dans un dernier effort de volonté, elle utilisa son dernier bras valide pour activer son grappin, qu'elle enroula autour de la taille du Sith pour le plaquer au sol et le retenir fermement. Les explosions qui pétaradaient autour eux emportèrent avec elles le dernier murmure mauvais qu'elle lui adressa :


    - Ne crois pas... que tu vas perdre une miette du spectacle, raclure de Sith ! On sera aux premières loges, toi et moi...


    Sa vision s'obscurcit bientôt, tandis que tout devenait poussière et obscurité autour d'eux, un sourire narquois restant figé sur ses lèvres.



    Ruusaan Anade Evelyn13

    Commandant ARC - Sommeil profond et Vaisseau fantôme (1480-1489)

    Plongée dans les bras de l'inconscience, elle ne sut pas qu'une escouade de soldats affiliés à Rothana était passée près de sa position, leurs communications hors d'état de service, et avait pu la récupérer en très piteux état. La commandante commando clone était dans le coma, sa vie maintenue à un fil par sa combinaison de survie, rongée par une lente hémorragie interne qui finirait par l'étouffer si rien n'était fait. Ces survivants d'un autre front la ramenèrent avec eux dans une capsule de survie, après l'avoir stabilisée d'urgence et l'embarquèrent à bord d'un vaisseau de guerre rothanien, afin de regagner leur planète mère et lui administrer des soins plus avancés que ceux qu'ils lui avaient apporté.

    Au vu de la gravité de son état, il fut décidé une fois apprêtée de la bouger le moins possible et de la plonger dans une cuve de cryogénisation.

    Ils furent cependant attaqués au cours de leur voyage de retour vers Rothana. Un tir d'un vaisseau hapien parvint à atteindre de manière irrémédiable la corvette dans laquelle ils se trouvaient, au point de la compromettre totalement puisqu'elle menaçait de se scinder en deux. Faisant évacuer la majorité non-essentielle de son équipage dans des nacelle de survie, le capitaine du vaisseau rothanien et deux de ses officiers les plus proches s'occupèrent avec leur dernier souffle de protéger le générateur de la corvette et de sceller hermétiquement les portes de la partie arrière préservée, au péril de leur vie et en la défendant jusqu'à ce que le vide de l'espace ne les saisisse.

    Entre la vie et la mort, loin du temps des civilisations et de tout, sa vie oscilla, oubliée de tous, suspendue à un fil.

    L'infinité de l'espace aurait pu devenir son tombeau, la carcasse de la corvette son cercueil, si le sort n'avait pas décidé de permettre au vaisseau rothanien de transmettre, au bout de presque dix ans, son faible signal de détresse à ses destinataires : les communications planétaires de Rothana. Un groupe de sauvetage fut effectivement dépêché par le gouvernement local, à la demande expresse et dirigé par la Dame Jedi Veronica DuCade. Explorant la partie arrière de la corvette, la seule qui n'était pas réduite à l'état de fragments métalliques et de poussière spatiale, ils purent retrouver les salles scellées et les ouvrir prudemment, l'une après l'autre, pour constater les dommages et l'infirmerie soigneusement verrouillée, gardées par ce qu'il restait des corps éteints du capitaine de la corvette et de ses hommes qui étaient restés à bord jusqu'à la fin.

    La Jedi DuCade et les soldats qui l'accompagnaient retrouvèrent ainsi, aux côtés de deux autres blessés rothaniens, la commandante clone Ruusan de l'Escouade Omicron, portée disparue en effectuant son devoir.

    Tout n'était cependant pas gagné d'avance. Bien que retrouvée par des alliés, son état de santé était si précaire que les médecins du groupe craignaient qu'elle ne puisse pas survivre plus que quelques heures, voire minutes, à son réveil. Elle souffrait de brûlures profondes aux moignons qu'il restait de ses jambes et de son épaule droite, ses yeux avaient été meurtris par le souffle des explosions, une hémorragie interne risquait de reprendre et de l'étouffer de l'intérieur en comprimant ses organes, à commencer par les poumons. Aussi puissantes que soient les propriétés curatives du bacta et efficaces que soient les soins Jedi, ils ne suffiraient pas à l'extirper des bras de la mort. La sortir de son sommeil de près de dix ans serait un pari difficile, qui n'avait aucune certitude de réussir.

    La Dame Jedi avait, littérairement et littéralement, la vie de Ruusaan entre ses mains. Elle décida que le risque en valait la chandelle.

    Ramenée en urgence sur Rothana, elle fut conduite sous les ordres de la Jedi dans l'un des meilleurs complexes de soins de la planète. Après les différentes analyses et examens des médecins, il dut déterminé que seule une cybernétisation avancée avait des chances suffisamment élevées d'assurer la survie à court comme à long terme de la soldate d'élite. Cette dernière n'étant pas en mesure d'exprimer sa volonté en son état, et n'ayant aucun proche officiel à qui adresser la demande, la décision fut confiée à la Dame Jedi qui l'avait trouvée. Ils n'avaient pas le temps non plus de chercher ses équipiers d'escouade ou sa formatrice mandalorienne, Son état, précaire, risquait de vaciller à chaque instant. La clone dût sa survie à la décision favorable de DuCade, qui donna son approbation pour cybernétiser la jeune femme avec des prothèses façonnées selon l'industrie de Rothana, en sacrifiant une part de son humanité.


             

    Derriere l'écran :



    Prénom/pseudo : Ally

    Age : 27 ans

    Comment avez vous découvert le forum ? : j'y suis déjà présente

    Petit Plus ? : On me l'a demandée, la voici en version 5.0 Razz


             


    Dernière édition par Ruusaan Anade le Mar 4 Déc - 0:38, édité 104 fois
    Ruusaan Anade
    Ruusaan Anade
    Directrice du Renseignement Républicain
    Directrice du Renseignement Républicain

    Ruusaan Anade Empty Re: Ruusaan Anade

    le Dim 25 Nov - 20:00
           

    Histoire :



    Ruusaan Anade Tumblr_n3yuez5Kyz1r61mabo2_500
    Agent Senior - Convalescence et retour au front (1490)

    Ruusaan se réveilla quelques jours après la lourde opération de cybernétisation. Encore épuisée par son long sommeil, elle souffrit à son éveil de ce que l'on appelait le "Mal de l'Hibernation". Ses muscles restants étaient encore en partie affaiblis, atrophiés, son corps en grande partie paralysé par ces prothèses dont elle ne savait pas encore se servir. La clone était encore sujette aux vertiges, son ouïe était grandement affectée et elle était quasiment aveugle, ce qui n'arrangeait en rien sa grande confusion. Inquiète de ne reconnaître personne une fois ses sens revenus à la normale, elle fut quelques instants prise de panique en ne ressentant ni son bras droit, ni ses jambes, qui lui semblaient d'un poids inhabituel, ce qui força les médecins à lui administrer des stims tranquillisants pour la contrôler et la contraindre à demeurer immobile, pour ne pas qu'elle se blesse accidentellement ou qu'elle ne blesse quelqu'un par inadvertance.

    La jeune femme se montra plus calme et coopérative en la présence de Veronica DuCade, qu'elle finit par reconnaître en dépit de ses traits légèrement affectés par la décennie qui venait de s'écouler. Elle écouta avec attention les explications de cette dernière, et sentit son sang se glacer dans ses veines quand elle lui annonça que dix ans s'étaient écoulés depuis Lord_Over, qui lui semblait pourtant être advenu hier seulement. Elle ne voulut rien entendre avant d'être informée du sort de l'escouade Omicron et des civils qu'ils avaient libérés, rassurée d'apprendre que Fenn, Duran, Kreizen et Jaster avaient mené à bien la mission, suivi ses derniers ordres et que Jaster avait pris la relève. Apprendre qu'ils avaient survécu et se portaient bien finit de l'apaiser, surtout quand on lui promit de se renseigner sur leur sort exact. La victoire douce-amère de la République au cours de l'opération lui laissa des sentiments contradictoires, qu'elle n'exprima pas en public. Bien que n'étant pas dotée de la Force, elle put lire dans le regard de Veronica qu'elle était préoccupée en lui annonçant qu'elle avait prit l'initiative de la faire cybernétiser sans lui demander son avis, afin d'optimiser ses chances de survie. Elle lui sourit légèrement et tâcha de la rassurer.

    Elle ne lui en tiendrait pas rigueur. La Dame Jedi lui avait sauvé la vie alors qu'elle n'était qu'une clone. Elle s'adapterait à sa condition et étudierait les possibilités que cette dernière lui ouvrirait dans cette galaxie qu'elle ne connaissait plus. Elle lui en était reconnaissante, et aspirait un jour à honorer la dette qu'elle ressentait à son égard, plus encore qu'envers la République qu'elle représentait.

    Il lui fallut bien six mois pour s'habituer aux prothèses de rang militaire qu'on lui avait mis, afin de rendre ses déplacements et ses gestes aussi fluides qu'au naturel, tout en s'adaptant à leur fonctionnement normal et aux fonctionnalités avancées de celles de ses jambes et de son bras. Á sa grande frustration, elle passa quelques semaines à dépendre d'un fauteuil-hover avant de pouvoir enfin s'en libérer. Heureusement, Ruusaan apprenait vite, d'autant plus quand elle était motivée pour regagner son indépendance et son autonomie. Elle passa ces mois à s'immerger dans les holonews de ces neuf dernières années, pour rattraper son retard sur les actualités galactiques et l'évolution géopolitique entre le Consortium, l'Empire, les Sith, les Jedi, Apex et aussi les Protectorats mandaloriens.

    En lui annonçant que ses anciens compagnons d'armes de l'Escouade Omicron avait choisi, au bout de dix ans de service, d'accepter la proposition de rejoindre les Protectorats Mandaloriens et spécifiquement le clan Skirata, les responsables des ressources humaines se demandèrent que faire dans son cas. Si elle n'avait eu que deux ans de service effectif, elle cumulait selon leurs règles de calcul les dix ans obligatoires de service militaire, plus deux années. Après mûre réflexion, Ruusaan les sortit du dilemme en exposant sa volonté de poursuivre sa carrière militaire auprès de la République, au moins pour effectuer les dix années demandées et d'aviser cela par la suite.

    Après mûre réflexion des différents cursus possibles, assez diversifiés au vu de ses compétences physiques et intellectuelles, Ruusaan décida d'expérimenter une autre branche militaire : ses talents pourraient peut-être servir le monde du renseignement et du contre-espionnage. Cela serait sans nul doute considéré comme un déshonneur par sa tutrice et "mère génétique" Mirta Skirata et par ses anciens équipiers, mais Ruusaan le voyait comme un mal nécessaire. De ce qu'elle avait retenu de la politique - qui ne l'attirait pas spécifiquement, les tensions étaient en train de se raviver et il fallait garder un œil dessus pour éviter la discorde décisionnelle qu'il y avait eu au cours de Lord_Over, ou en tout en cas en réduire les dommages collatéraux. Elle devait en apprendre plus sur la République, pour faire son choix futur.

    Après une batterie d'examens, de tests et d'entretiens, elle finit par être acceptée dans les rangs du Renseignement Républicain. Ses états de service, par leur excellence et la diversité des missions auxquelles elle fut affectée en tant que commandante ARC issue du programme des "Nulls" lui offrit la possibilité de rejoindre l'agence dans la branche de son choix : soit comme Agent Senior des renseignements, soit directement comme Capitaine des Commandos Clones. Bien que ce second profil lui fut recommandé au vu de son expérience, Ruusaan surprit l'Agent Senior qui l'interrogea, une certaine Ellora Reige, en choisissant la voie de l'Agent Senior des renseignements.

    L'ex commandante clone ARC ne comptait pas se limiter à servir docilement la République. Elle avait de plus hautes aspirations pour la cause Républicaine, et pour les mener à bien, elle aspirait à s'élever au sommet de l'institution du Renseignement Républicain. La deuxième branche lui apporterait le confort d'un monde familier et connu, mais ne lui permettrait pas l'ascension professionnelle dont elle aurait besoin, si elle voulait protéger la République non seulement de l'extérieur, en plein jour mais aussi dans les ombres, de l'intérieur. Oh, si on lui en laissait la possibilité, elle ferait avec grand plaisir des missions en coopération avec les commandos clones - elle se sentirait assurément plus proche d'eux - mais elle comptait même de côté ses préférences personnelles pour développer les objectifs qu'elle estimait prioritaires. Toutefois, elle ne comptait pas révéler le jeu de ses cartes aussi tôt. Son expérience sur le terrain lui avait appris la prudence, elle ne comptait pas l'oublier.

    Elle n'était pas qu'une chair à canon, pas qu'une clone servile. Elle comptait bien aider la République, mais selon ses propres termes et agenda.

    La femme de trente-cinq face à elle posa un regard inquisiteur sur elle, perçant mais non hostile, Elle lui semblait même plutôt curieuse, et elle crut même lire de l'intérêt positif un bref instant sur ses traits qui redevinrent bientôt impassibles et neutres. Une franche poignée de mains scella l'accord. Elle était recrutée, en tant qu'Agent Senior, qui serait placée sous sa supervision directe en tant que tutrice pour lui apprendre le métier. Quand elle lui demanda le patronyme qu'elle souhaitait porter afin de faciliter ses contacts avec les civils, les lèvres de Ruusaan finirent par s'étirer en un sourire amusé après une brève confusion.

    Son nom serait "Anade". En tant qu'espionne et née clone, elle serait à la fois tout le monde et n'importe qui. Elle serait "Personne".



    Agent Senior - Au service du Renseignement Républicain  (1490-1495)

    Elle travailla loyalement pendant cinq ans en tant qu'Agent Senior, sous le commandement d'Ellora Reige qui devint bientôt une proche collaboratrice, bien que Ruusaan demeurait méfiante. Les clones était aussi peu communs qu'assez mal acceptés au début par les autres agents, qui les craignaient ou les estimaient peu à même d'effectuer les devoirs d'espions. Ruusaan se fit un plaisir de les détromper, utilisant son intellect et sa ruse pour déjouer leurs pièges et coups bas afin de s'intégrer. L'ancienne commandante ARC eut le plaisir de retrouver l'adrénaline de ses anciennes opérations au vu des missions périlleuses où elle fut assignée, le plus souvent en contre-espionnage. Elle veilla à développer parallèlement des talents pour le sniper, le combat à mains nues et le piratage informatique, tout en s'efforçant de travailler sa discrétion, sa furtivité et les autres domaines propres au renseignement. Elle se prouva digne de confiance, et déterminée à satisfaire. Elle garda le profil bas et chercha à faire ses preuves sans trop se faire remarquer, une leçon qu'elle eut tôt fait d'apprendre.

    Tissant une solide amitié avec Veronica DuCade, elle revint lors de permissions sur Rothana pour prendre de ses nouvelles, discuter avec elle tout en venant faire ses check-up avancés pour ses prothèses et ajouter de nouvelles fonctionnalités au fur et à mesure des besoins de ses nouvelles fonctions. Elle insista pour être dotée d'un implant neural pour mieux coordonner et communiquer avec ses éventuels équipiers, notamment lors des collaborations régulières avec les commandos puisqu'elle était estimée comme une bonne interlocutrice avec eux. Ruusaan se porta aussi volontaire pour recevoir l'implant de négation, qui pouvait une fois activé annuler autour d'elle les effets de la Force. Sa méfiance instinctive envers la plupart des Jetiise et l'ensemble des Sith ne s'était jamais éteinte, pas plus que sa rancœur envers ces derniers. Cela n'arrangea pas l'opinion de certains de ses collègues, mais elle n'en avait cure : ils ne pouvaient lui reprocher ses résultats, qui demeuraient excellents et justifiaient sa progressive ascension.

    Pour valoriser les avantages de sa nature cybernétique, Ruusaan obtint une armure plus adaptée aux missions d'assassinat, d'infiltration et d'espionnage, qui lui permettrait d'utiliser certaines compétences spécifiques avec plus d'aisance. Ayant gardé un vif souvenir de la morsure des sabres-laser Sith, elle insista pour obtenir un équipement plus adapté à leur résister, notamment au vu des nombreuses missions qu'on lui assignait au sein des territoires du Consortium, voire de l'Empire également. L'aide d'Ellora fut précieuse à plusieurs reprises, bien que Ruusaan s'assura aussi à ce que son aînée ait également quelques faveurs à son encontre pour éviter de se retrouver en position de débitrice. Il ne fut pas toujours évident de concilier ses nouvelles missions avec les principes et l'honneur mandaloriens qui lui avaient été transmis depuis ses premiers jours en ce bas monde, mais elle fit de son mieux pour préserver ces derniers, ou en tout cas leur cœur essentiel. Ce n'était cependant pas parce qu'elle se débrouillait bien dans ses fonctions nouvelles, plus encore dans les missions de coopération avec les commandos clones, qu'elle approuvait les courants de pensée et certaines façons de faire très extrêmes dans le milieu, mais la jeune femme devait s'y accommoder autant que possible, tout en veillant à garder une prudente neutralité officielle sur ces questions.

    Elle s'était résignée à son état de fantôme : pour protéger les membres de son ancienne escouade, elle avait estimé préférable qu'ils ne sachent pas sa survie. Selon les dossiers auxquels elle avait pu accéder, Ruusaan savait qu'ils vivaient sur Mandalore au clan Skirata, et exerçaient en principale activité de la contrebande, souvent d'ailleurs en relation avec la République, entre autre clientèle diversifiée. La jeune femme savait qu'un autre clone, Duran, avait été intégré aux Omicron pour la remplacer en termes d'expertise et de dynamique d'équipe. Elle n'avait pas cherché à en savoir plus, Tout comme la galaxie, le temps avait continué de tourner pour eux alors qu'il s'était arrêté pour elle. La jeune femme garda un œil distant sur eux de manière indirecte, afin de s'assurer qu'ils se portaient bien, mais ne reprit pas le contact. Ce silence dura près de deux ans, avant que son ancien bras droit ne déjoue ses précautions avec une grosse dose de chance et un zeste de culot.

    Puisqu'elle n'était pas venue à eux, c'était lui qui était venu à elle en 1492. Informé de sa survie accidentellement et indirectement par des contacts et connaissances communes dans les escouades de clones lors d'un voyage sur Naboo. Remontant sa piste, il put avoir ses coordonnées personnelles et s'arranger pour la rencontrer de manière anonyme à son bureau, dans le QG du Renseignement Républicain, avec l'un des gâteaux mandaloriens et l'une des bouteilles de Tyar qu'il avait ramenés pour les connaissances communes. Après une discussion  houleuse et très passionnée sous la confidentialité des murs insonorisés, Jaster la convainquit de renouer ses liens avec les anciens Omicron et de les réintégrer dans sa vie, tout en faisant la connaissance de Duran à qui ils avaient beaucoup parlé d'elle. Dès lors, elle utilisa la majorité de ses permissions pour leur rendre visite ou échanger avec eux sur Naboo, récupérant une sérénité qu'elle ne pensait pas avoir perdu. Deux ans plus tard, après les encouragements plus ou moins discrets de leur entourage, Jaster finit par lui demander sa main, qu'elle lui accorda en 1494. Le mariage fut célébré au début de l'année 1495 sur Mandalore, bien que Ruusaan garda son nom fabriqué, considérant qu'elle endosserait celui des Skirata au terme de son service républicain, désireuse de porter cet honneur lorsqu'elle embrasserait pleinement la vie mandalorienne et reviendrait, pleine et entière, vers le clan Skirata lorsqu'elle estimerait que la République n'aurait plus besoin de ses services.

    Dans sa vie professionnelle, Ruusaan n'hésitait pas à tuer ses cibles si la mission l'ordonnait, de même qu'elle dût apprendre l'art des mensonges subtils, de la dissimulation, de la manipulation, du déguisement et autres aspects qui ne lui plaisaient pas réellement. Elle entretint ses compétences issues de son expérience de commandante ARC tout en développa un certain intérêt pour le piratage informatique et le sniper, où elle finit par exceller. Ses missions de préférence étaient généralement le contre-espionnage, les collaborations avec ses confrères clones et la  surveillance de personnalités d'importance, bien que Ruusaan s'efforça de se montrer aussi polyvalente que ses capacités et sa morale le lui permettaient. Ses efforts finirent par porter leurs fruits lorsqu'elle finit par recevoir une promotion en 1495 en tant que Commandeur du Renseignement Républicain, spécialisée dans le contre-espionnage, rejoignant sa mentor, partenaire et meilleure ennemie Ellora Reige.



    Commandeur - Les ombres du Directeur (1495-1499)

    Ce fut en 1495 qu'elle se lança sur une enquête interne aussi officieuse que complexe. Alors qu'elle nourrissait quelques soupçons sur l'intégrité de certains membres haut placés du Renseignement Républicain depuis plusieurs mois, Ellora la surprit à l'inviter pendant sa permission au manoir des Reige, situé sur Fondor. Ce n'était certes pas la première fois que Ruusaan se rendait sur place pour des visites cordiales, afin de découvrir d'autres mondes républicains de manière civile et discuter loin d'yeux indiscrets. Cependant, ce n'était pas de cela dont voulait lui parler Ellora. Son expression était beaucoup plus grave et sombre que d'ordinaire, le sujet donc devait être d'une importance capitale pour qu'elle prenne autant de précautions à s'assurer qu'elles ne soient pas suivies, observées ou espionnées à leur insu. Avant que Ruu ne puisse lui demander ce qui la préoccupait, Reige lui tendit un datapad et, d'un geste, lui indiqua de le consulter avant toute question.

    Ce qu'elle y vit la rendit d'abord perplexe, puis intriguée et de plus en plus sérieuse alors qu'elle parcourait les différentes pages et la documentation du lourd dossier réuni par Ellora. Ses accusations muettes étaient graves, puisqu'elles impliquaient ni plus ni moins que le Directeur du Renseignement Républicain lui-même, surnommé "M". Par mesure de précaution, elles communiquèrent à l'aide de l'implant neural que toutes deux disposaient sur un canal lourdement crypté et privé, Ruusaan exigeant d'Ellora des preuves et des explications. Elle apprit ainsi que sa consœur soupçonnait depuis deux ans qu'une taupe se trouvait dans les rangs élevés de la République. Ils en avaient débusqué plusieurs, mais des fuites d'information leur échappaient toujours malgré leurs efforts. Elle avait fini par découvrir, après une enquête acharnée et difficile, suffisamment d'éléments pour incriminer "M" et soupçonner son association avec divers informateurs externes, eux-mêmes rattachés de près ou de loin aux agences du renseignement concurrentes avec plusieurs barrières et intermédiaires, pour brouiller les pistes. Elle ne voulait pas y croire, tout autour de cet homme l'avait amenée à le croire comme relativement "propre" pour un agent, mais le troublant dossier, lourdement documenté, venait de mettre à bas ses réticences concernant ses propres soupçons naissants.

    Ellora voulaient qu'elles travaillent ensemble pour arrêter cette menace intérieure qui pouvait ébranler la République de l'intérieur, ce dont toues deux estimaient qu'elle n'avait nullement besoin. Au vu des dissensions internes entre Cosmopolitains, Universalistes, Fédéralistes et Unionistes, il y avait déjà suffisamment de grain à moudre pour ne pas en ajouter davantage sur le plan de travail.

    L'enquête fut hautement délicate, et les menèrent sur plusieurs fausses pistes savamment semées comme des pare-feux entre leurs recherches et la vérité. Il y eu plusieurs fois des menaces plus ou moins voilées à leur encontre si elles fouinaient trop en profondeur, mais Ruusaan n'hésita pas à faire appel à ses modules de piratage de base puis avancé pour creuser la piste et suivre son flair. Avec l'aide d'Ellora et de deux autres Commandeurs non corrompus, ils purent monter à l'insu de leur boss une équipe de travail de quelques agents dont elles étaient sûres de l'intégrité, de la discrétion et de l'efficacité. Les deux femmes eurent beaucoup de fils à retordre, de taupes internes et d'agents-doubles à écarter de leurs recherches, mais elles s'entêtèrent sans pour autant laisser le moindre indice compromettant, ayant recours aux enseignements que "M" en personne leur avait appris en termes de prudence et de méfiance perpétuelles.

    L'affaire leur prit bien quatre longues années, à côté de leurs autres missions et prérogatives indues à leur rang, mais les deux femmes purent en voir la fin en s'associant. La cyborg comme sa comparse réunirent un maximum de preuves afin de consolider un dossier aussi solide que du beskar et suffisamment bien documenté pour représenter une arme de destruction massive potentielle. Ce fut une tâche pour laquelle Ruusaan n'eut aucun plaisir, mais un sens du devoir tranchant et implacable envers les ennemis de la République. Elles finirent par le confronter une première fois, où il refusa de reconnaître les implications en invoquant comme une menace voilée les puissantes influences qui le protégeaient au Sénat et au Gouvernement et pensa intimider les deux femmes. Seulement, il avait mal jugé Ellora comme Ruusaan, qui ne comptaient pas du tout se laisser être intimidées pour si peu et contre l'accomplissement de leur devoir. Ruu ne le voyait désormais que comme un silène, dont les belles couvertures dissimulaient sous leur splendeur des pages jaunies et racornies. Son sens du devoir rejoignait ses intérêts sur le long terme, elle comptait bien le faire choir de son trône pour répondre de ses crimes envers l'État. "M" était un mystère, un être puissant et influent. Elle n'était personne, mais pouvait compter sur ses talents et sur les compétences de ses associés et associées. La bataille proche d'une "guerre froide", entre faux-semblants, sournoiserie, ruse et pièges réciproques fut âpre, mais elle parvint à son but.

    Toujours par des relais indirects, elle s'assura que les bonnes informations aillent aux bonnes personnes, au bon moment.

    Le dossier compromettant pour "M" parvint finalement jusqu'au bureau de la chancellerie, après avoir été remonté par des sénateurs qui n'étaient pas trop corrompus ou qui croyaient fermement en la cause et en les valeurs républicaines. Elle fit grand scandale dans les hautes sphères du pouvoir, bien que le gouvernement républicain fit tout son possible pour l'étouffer afin que les peuples et les puissances extérieures n'en soient pas informées. Ruusaan ne s'était pas fait que des amis au sein de la politique, mais fut soutenue par des collaborateurs plus intègres et par des alliés de l'influente famille Reige. S'armant de patience pragmatique et de dévouement à sa profession, la cyborg parvint finalement à ses buts avec des risques calculés : "M" fut contraint par le chef d'état à être remercié et fut emprisonné dans un lieu hautement sécurisé le temps de son procès à huis clos. Ruusaan s'assura qu'il n'eut aucun moyen d'échapper à ce dernier ni à la sentence finale qui fut présentée : la mise à mort pour haute trahison. Il demanda à voir Ruusaan comme dernière interlocutrice.

    Il tenta de lui expliquer ses motifs : secouer la République pour qu'elle se ressaisisse et soit préparée aux menaces qui se préparaient dans l'ombre, inéluctables, qu'elles viennent du Consortium, des Sith ou encore de l'Empire. Il était prêt à tout, à cette fin, y compris risquer sa carrière. Pour que son plan fonctionne, il y avait un tribut à payer, afin que la République puisse résister à la tempête en approche. Ruusaan ne sut pas trop où se trouvaient la vérité et le mensonge dans ses propos, mais ne parvint pas à cautionner ses actes en dépit de sa finalité.  

    Au milieu de l'année 1499 "M" retomba dans les ténèbres et l'oubli, tandis que le Chancelier Suprême et le Sénat débattirent ensemble pour élire le prochain Directeur ou Directrice du Renseignement Républicain. Il y eu autant de candidats que de Commandeurs du Renseignement, soit une demi-dizaine après que les alliés de "M" et les corrompus soient débusqués. Ellora préféra se retirer de la course, et à la surprise de Ruusaan insista pour qu'elle se présente à sa place et qu'elle la soutiendrait et l'aiderait dans l'ombre, dans l'intérêt de la République. En dépit des réserves de certains sénateurs en raison de son statut de clone - un clone à la tête des Renseignements, la chose ne s'était alors jamais vue ! - le vote final la porta comme candidate retenue par tant le Chancelier Suprême que le Sénat avec une courte avance sur le reste.

    Finalement, son service obligatoire auprès de la République, qui aurait prit fin un an plus tard, souffrirait de quelques prolongations.



    Directrice des renseignements républicains - Élévation (1499 - 1500)

    Ruusaan Anade GreenFlimsyAlpinegoat

    Ruusaan Anade entra officiellement dans ses fonctions de Directrice des renseignements républicains au milieu de l'année 1499, et fut occupée à stabiliser une institution fragilisée par le scandale de son prédécesseur. La jeune femme redoubla d'énergie, avec l'aide d'Ellora et d'une nouvelle équipe de Commandeurs, à purifier les renseignements en débusquant un maximum de taupes délétères tout en les distinguant des agents doubles qui leur étaient loyaux. En dépit de son désamour de la politique, elle dût s'habituer à ses codes et ses intrigues, bien que Reige, devenue son bras droit, lui fut d'un grand appui dans ce domaine.

    Connaissant bien les inimités et méfiances entre les Commandos Clones, l'Escadron Spectre et les renseignements, la jeune femme s'efforça de favoriser le travail en collaboration sans micro-manager pour autant, assouplissant quelque peu la structure verticale pour déléguer certaines fonctions à des Commandeurs. Elle se rapprocha notamment des Commandos Clones, tâchant de mieux les intégrer à l'institution, et employa tous ses efforts et ses capacités intellectuelles à améliorer le fonctionnement du Renseignement sans pour autant tout innover, afin de réduire autant que possible l'inévitable résistance au changement au sein de l'agence, de leurs collaborateurs et des hauts placés. Elle n'hésita pas d'ailleurs à participer à certaines opérations délicates, faire preuve de son implication et de sa confiance envers les équipes, sans pour autant perdre une sage prudence et une méticuleuse méfiance. Afin de compléter son armure plus appropriée pour l'espionnage et les opérations discrètes, elle acquit avec l'aide des industries de Rothana une armure inspirée des beskar'gam mandaloriennes, le beskar en moins, revendiquant ainsi ses origines autant clones que mandaloriennes, qui serait plus adaptés à ses nouvelles fonctionnalités cybernétiques

    Entre une profession toujours plus accaparante, chronophage, jonchée de pièges et de coups bas, de paroles vipérines et de couteaux dans l'ombre, et une vie personnelle et conjugale avec laquelle elle tente de jongler, Ruusaan tâche ainsi d'honorer la dette qu'elle sent avoir envers la Jedi qui l'avait sauvée et, par dérivation, la République. Généralement appréciée par ses agents et ses officiers, elle apprend aussi vite qu'elle le peut le métier de Directrice et se familiarise progressivement avec les instances politiques et militaires collaboratrices. Gardant une vive amitié avec ses anciens coéquipiers ARC et leurs connaissances clones, elle tisse progressivement sa vie familiale avec Jaster, envisageant également une retraite plus posée sur Mandalore lorsque ses services ne seront plus requis ou que la République ne pourrait plus être aidée. Consciente du risque qu'elle prend à poursuivre parallèlement ces deux vies, elle fait de son mieux pour atteindre l'ensemble de ses objectifs, sans oublier les enseignements paradoxaux, voire contradictoires, de "M", tout en s'inquiétant des compromis qu'elle devra consentir à faire si de récents examens de santé prouvaient ses soupçons et la contraindre à revoir son agenda, pour protéger une autre vie en plus de la sienne.


     
    Ruusaan Anade
    Ruusaan Anade
    Directrice du Renseignement Républicain
    Directrice du Renseignement Républicain

    Ruusaan Anade Empty Re: Ruusaan Anade

    le Dim 2 Déc - 20:00
    Fiche finie, je la laisse à votre sourcilleuse relecture Cool
    Aerys H. Fel
    Aerys H. Fel
    Administrateur
    Impératrice
    AdministrateurImpératrice

    Ruusaan Anade Empty Re: Ruusaan Anade

    le Dim 2 Déc - 20:00
    Roger, roger !

    On revient vers toi le plus rapidement possible Smile


    Ruusaan Anade 1524330244-avatararta
    avatar
    Invité
    Invité

    Ruusaan Anade Empty Re: Ruusaan Anade

    le Lun 3 Déc - 23:46
    Et me voici pour faire le commentaire de ta fiche. Tu n’auras pas une série de validations du premier coup Sad

    Une fiche d’excellente qualité, qui se laisse doucement lire (et ceci même pour un esprit aussi endormi que le mien ! ). Les remarques seront plus axées sur des points de détails.

    - Cybernétique : Il te manque un implant de rang V

    - Equipement : la descriptions de tes Blasters lourds DL-25 laissent plus songer à des blasters à répétitions. En effet les blasters lourds ont une cadence de tir moindre, au coup par coup pour simplifier. En contrepartie leur puissance de feu est plus grande.

    - Histoire : Dans le chapitre 3, tu mentionnes un sénateur capturé et conduit dans un champ de travail. Il semble assez étrange de retrouver ce genre de personnage dans un tel lieu puisqu’il s’agit d’une zone de guerre. Le choix du rang occupé par le sénateur est assez surprenant. Il serait intéressant d’avoir quelques petits détails sur ce personnage (puisque tu mentionnes son importance). Savoir s’il était du genre Padmé Amidala ou s’il était en mission “spéciale” (espionnage...). Ou alors peut-être de changer le poste qu’il avait pour un rôle plus militaire. A toi de voir.

    Une fois ces quelques corrections faites, la validation sera assurée ! Very Happy


    Dernière édition par Lucius le Mar 4 Déc - 0:39, édité 2 fois
    Ruusaan Anade
    Ruusaan Anade
    Directrice du Renseignement Républicain
    Directrice du Renseignement Républicain

    Ruusaan Anade Empty Re: Ruusaan Anade

    le Mar 4 Déc - 0:10
    Merci à toi et au staff pour la relecture Wink J'ai fait les modifications demandées à l'instant, normalement tout est beau de mon côté !
    Aerys H. Fel
    Aerys H. Fel
    Administrateur
    Impératrice
    AdministrateurImpératrice

    Ruusaan Anade Empty Re: Ruusaan Anade

    le Mar 4 Déc - 0:42
    Malheureusement, je suis au regret de te dire que les modifications demandées par mes collègues et les corrections que tu as apportées à ta fiche ne sont pas suffisantes. En effet, il te faudra procéder à un dernier ajustement et tu seras validée ! Il te faudra remplacer République Galactique par Empire Galactique pour ce qui touche à ton affiliation, et le tour sera joué !

    Plus sérieusement, tu as fait ce que l'on te demandait ! Te voici donc validée ma chère Directrice des Services de Renseignements Républicains ! Puisses-tu donner du fil à retordre aux ennemis de la Démocratie et ce qu'ils soient à l'intérieur ou à l'extérieur ! Mais prends garde à toi, à trop vouloir côtoyer les ombres, elles pourraient finir par te recouvrir tel un doux linceul...


    Ruusaan Anade 1524330244-avatararta
    Contenu sponsorisé

    Ruusaan Anade Empty Re: Ruusaan Anade

    Revenir en haut
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum