Partagez
Aller en bas
avatar
Administrateur
Représentant Alien
AdministrateurReprésentant Alien
Voir le profil de l'utilisateur

Le matériel dont sont fait les rêves (PV Aldenya Bentra) (Terminé)

le Dim 28 Oct - 3:50
Vous savez, être à la tête de la plus grande méritocratie de l’histoire galactique est beaucoup plus facile qu’on pourrait le croire. Sérieusement. Premièrement, vous vous rendez vite compte que, surprise, surprise, les choses ont tendance à s’administrer presque toutes seules. Bon, c’est un peu exagéré mais je veux dire… Voyez-le ainsi. Qu’est-ce qui paralyse l’Empire, la République et le Consortium? La bureaucratie. Elle est lourde. Elle est lente. Elle est corrompue à tous les niveaux et elle est inefficace. Nécessaire, pour ces puissances monolithiques. Mais inefficace. Dans leur désir de centralisation, ils veulent tellement tout voir, tout savoir, tout entendre et tout contrôler qu’ils se donnent un travail titanesque au lieu de juste… Laisser les choses se dérouler d’elles-mêmes. Vous pouvez de toutes vos forces tenter… Je ne sais pas…

D’empêcher le soleil de se lever, tiens. Vous pourriez créer une arme capable de détruire une étoile pour arriver à vos fins. Mais il y a des centaines d’étoiles dans la galaxie. Le jour que vous empêcheriez de se lever à un endroit continuerait de se lever ailleurs. Du coup, au lieu de constamment tenter de tout contrôler, je demande aux membres d’Apex de me fournir un rapport de mission après leurs diverses opérations. Un compte-rendu, si vous préférez. Et si certains essaient de mentir… Ils se rendent vite compte que je suis moins stupide qu’ils le pensent et que j’ai les moyens de connaitre la vérité. Dans une méritocratie, un poste, un rang, un grade, une place, se gagne, se mérite à la valeur de ses efforts. La délation est fréquemment utilisée pour mettre sous les projecteurs les menteurs et les charlatans. Une saine compétition amène les meilleurs résultats. C’est un fait.

Et de vous à moi? D’accord. Aucun système n’est parfait. Mais j’aime ce système. Il me convient. Je le maitrise et Venom, l’IA en charge d’Apex a créé un nombre incroyable de simulations et le constat est irréfutable : ce modèle est parfaitement viable tant que nous conservons notre objectif fondamental : rester libres. Dominer la galaxie? Pour quoi faire? Administrer ce qui ne peut l’être, contrôler ceux qui veulent leur liberté, contraindre ceux qui éternellement resteront des fortes têtes? À quoi bon, je vous le demande. L’espace Hutt me suffit amplement. Peut-être quelques conquêtes supplémentaires, de ci, de là… Mais plus? Ce serait pure folie. Je suis une grande gourmande mais il y a une limite à la quantité de nourriture que je peux consommer, pour faire un parallèle. Conclusion : que les grandes puissances se battent. Oui, oui.

Nous nous nourrissons du chaos. Il nous permet de croitre, de nous développer, d’étendre notre influence. Y mettre fin serait en quelque sorte signer notre arrêt de mort. Alors pourquoi œuvrerais-je en ce sens? Et qu’ils le réalisent ou non, nombreux sont les acteurs à contribuer à cette expansion constante. À consolider ce que nous gagnons, jour après jour, du fruit de nos efforts. Je pense, entre autre, à une de mes chefs de guerre. Aldenya Bentra. Vous savez, la plupart des humains, fusse-t-il de fervent défenseurs de leur liberté, restent au fond d’eux-mêmes des racistes. Des gens qui refusent de travailler d’égal à égal avec les non-humains et ce n’est pas pour rien qu’Apex est divisé entre trois leaders et non pas un. Il faut impérativement représenter les trois grands piliers de la galaxie. Montrer qu’il est possible de cohabiter et de contribuer à un objectif commun.

Celle qui aujourd’hui commande aux « rêveurs » semble avoir compris depuis longtemps cet objectif. Elle ne semble pas avoir de préjugés particuliers, ce qui est une excellente chose car ils peuvent interférer avec votre efficacité. Et jusqu’à preuve du contraire, elle ne m’a pas encore déçu. Elle est jeune, compétente et sait se rendre digne de cette méritocratie que j’ai construit. C’est d’autant plus important quand on a une position hiérarchique élevée, si tant est que nous avons réellement une hiérarchie. Oui, on m’appelle « boss » mais c’est plus un surnom. Tous savent qui est au sommet de la pyramide et tous savent qu’ils peuvent me parler librement, sans se formaliser. Et que quand je convoque, il ne faut pas me faire attendre. Pas par caprice. Par politesse. Personne n’aimerait qu’on lui manque de respect, je me trompe? Bien sûr que non.

Et le lieu de la rencontre n’a pas été choisi au hasard. Nar Shaddaa. Apex a une capitale. Enfin. En théorie. Dans la pratique, j’ai des bureaux un peu partout d’où je mène mes affaires. C’est complètement stupide de se confiner à un seul lieu pour prendre des décisions. Trop facile à espionner. Tandis que si vous devez trouver où la rencontre a lieu? Voilà de quoi vous donner du fil à retordre. BEAUCOUP de fil à retordre. Et ça me fait plaisir, en passant. J’aime faire enrager mes ennemis, les forcer à deviner mes intentions. De vous à moi, ils sont plus rarement qu’autrement ceux à avoir le dernier mot. C’est que pour une « sauvage » et une « primitive », j’ai une bonne tête sur les épaules et un fidèle compagnon capable d’arracher la tête d’un coup de dents de quiconque voudrait trop faire le malin. On a toujours besoin d’un allié de confiance.

Même quand on a mon imposante carrure. Quand vous regardez de haut les wookies, que vous pouvez vous servir d’une motojet comme d’une massue et qu’il y a « géant » dans le nom de votre espèce, c’est un bon indicateur que la personne en face de vous n’est pas à prendre à la légère. Du coup, je m’attends à ce que ma chef de guerre réponde à l’appel dans des délais brefs. J’ai lu son dernier rapport avec attention et je suis insatisfaite. Pourquoi, demandez-vous? Parce qu’elle a oublié de remplir un des rares formulaires que nous distribuons : les bris en matériel ou l’usure de l’équipement! Vous pensez que ça va se changer tout seul, un réacteur de vaisseau? Une pièce d’armure? Une tourelle portative? Bien sûr que non! Et nous avons l’expertise pour ce faire alors autant l’utiliser. On pense à tort que le personnel de soutien déteste se salir les mains mais c’est faux!

Enfin bon. Pour cette rencontre particulière, je suis dans le penthouse d’une haute tour. C’est bien trop luxueux à mon goût par contre. Je suis quelqu’un de simple, d’une certaine façon et ça… C’est un cadeau d’anniversaire par des subordonnés trop zélés. Toute cette tour est à moi et rien qu’à moi. Que voulez-vous que j’en fasse?! Et ça vient meublé des sous-sols jusqu’au sommet! Ça a dû coûter une fortune et… Et j’aurais l’occasion de lui trouver une utilité à bâtiment. Plus tard. Car Venom m’informe que ma visiteuse est arrivée. C’est pratique d’avoir une IA veillant sur vous et vos avoirs. TRÈS pratique. Ainsi, quand Aldenya entre, elle me voit assise à mon bureau… Enfin. Un bureau pour moi. Pas pour un être humain ordinaire. Mais bon. Je lève le nez de mon datapad et je prends la parole. Autant entrer tout de suite dans le vif du sujet!


« Te voilà Aldenya! Je sais que remplir des formulaires peut être pénible, d’où le petit nombre au sein d’Apex mais les finances de mes chefs de guerre me tiennent à cœur! Tu n’as pas rempli le formulaire sur les bris de matériel et l’usure! Je sais que nous sommes des hors la loi mais il y a des lois qu’on ne brise pas, ce n’est pas du jeu! Mais je parle, je parle, je veux l’entendre de ta bouche : comment s’est passée ta mission? »


Dernière édition par Zarseen Raynar le Mar 6 Nov - 21:44, édité 1 fois


"Hors la loi... D'accord. Mais laquelle?"
avatar
Chef de Guerre
Chef de Guerre
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le matériel dont sont fait les rêves (PV Aldenya Bentra) (Terminé)

le Dim 28 Oct - 16:01
Je n’aimais pas trop revenir sur Nar Shadaa, ça ne me rappelait pas beaucoup de bonnes choses. Mais bon, si j’étais convoqué par Zarseen, il valait mieux que je réponde présente. Évitons de froisser un des représentants. Par contre, je demeure intriguée, Zarseen n’ayant pas voulu me donner la raison de cette visite. Est-ce que c’est capital au point de rester secret ? Voudrait-elle me donner une mission sans passer par les voix habituelles ? Enfin, j’aurais peut-être pus lui demander, mais vu le message que j’avais reçu de me présenter de toute urgence, j’avais préféré éviter, ne voulant pas risquer de la mettre en rogne.

La navette traversait alors les cieux de Nar Shadaa en direction du lieu de rendez-vous. Lieu que je ne connaissais pas. Encore un que je devrais ajouter à la longue liste qui parsème cette planète. C’est à se demander à quoi sert notre QG sur cette planète. Je sais que c’est une bonne idée de vouloir avoir plusieurs lieux et bouger beaucoup pour éviter d’être repéré, d’autant plus que si les sous-fifres se font capturer, ils ne savent pas vraiment fournir de lieu précis. Cependant, ça devenait lassant à la longue. Quitte à faire ça, autant utiliser des vaisseaux en déplacements constants, ça coûterait moins cher et les attaques seraient bien plus complexes à mener pour l’ennemi. Enfin, ce n’était pas à moi de décider ce genre de choses.

La navette se posa alors au sol, juste devant la tour où m’attendait Zarseen. Je passa alors le portique et m’identifia auprès des 2 gardes de l’entrée. Ceux-ci m’indiquèrent alors de prendre l’ascenseur jusque dernier étages, mais me prirent mes armes « au cas où ». Je leur laissa alors de bon cœur mes Fudo et prit l’ascenseur. Dire qu’après presque dix ans de service, on ne me faisait pas complètement confiance. Surtout que quitte à vouloir me retirer mes armes par peur que je m’attaque à Zarseen, autant me retirer ma prothèse. Je pouvais faire presque autant de dégâts si pas plus avec.

J’arriva enfin à destination, l’ascenseur s’ouvrit devant Zarseen plongé dans un datapad. La pièce était assez grande, mais peu meublé. Juste un bureau dont la taille était prévue pour Zarseen, et deux chaises devant pour les invités avec une terrasse visible derrière elle. Je m’approcha ainsi du bureau et elle releva la tête m’indiquant la raison de ma venue pendant que je m’installa.


« Te voilà Aldenya! Je sais que remplir des formulaires peut être pénible, d’où le petit nombre au sein d’Apex mais les finances de mes chefs de guerre me tiennent à cœur! Tu n’as pas rempli le formulaire sur les bris de matériel et l’usure! Je sais que nous sommes des hors la loi mais il y a des lois qu’on ne brise pas, ce n’est pas du jeu! Mais je parle, je parle, je veux l’entendre de ta bouche : comment s’est passée ta mission? »

Je tomba un peu des nue sous l’annonce. Je ne m’attendais pas vraiment à quelque chose d’aussi triviale. Une convocation juste parce que je n’avais pas rempli un formulaire. J’aurais tout aussi bien pu le faire à distance. Mais bon.

« J’ai dû l’oublier dans le tas, passe-le-moi, je vais le remplir tout de suite. Et en ce qui concerne la mission, oui, elle s’est plutôt bien passée. On a repoussé l’offensive républicaine et on a même réussi à les poursuivre jusque chez eux. Normalement, le temps qu’il remette leur base en état, la frontière est sûre pour un petit moment. Mais bon, au début, ce n’était pas gagné quand on a vu ce qu’avait la république en termes de véhicule entre les bombardiers et les tanks. Heureusement que je suis intervenu avec mes hommes car je pense que sinon on perdait la place forte. »

Alors que j’expliquais un peu, Zarseen me tendit le matériel pour remplir le formulaire, ce que je me mis à faire tout en continuant mon récit.

« D’ailleurs, sur bien des aspects, ça me rappelait notre première rencontre lors d’un raid des forces Happiennes. Un ennemi en sous-nombre, mais avec une force de frappe bien plus grande qui nous avaient repoussés jusqu'à nos limites, nous mettant une pression de fou. »

C’est vrai que ma première rencontre avec Zarseen avait été assez impactante. J’étais encore un guerrier à l’époque, et elle avait dû faire le déplacement pour éviter une défaite qui sur le long terme aurait pu amener à la perte de la planète. Je m’en souvenais comme si c’était hier.




L’obus tomba juste derrière nous, envoyant valdinguer plusieurs soldats tendit que nous étions planqués derrière un rocher.

« On ne s’en sortira jamais, il faut partir d’ici. »

« On n’abandonne pas la position, on se bat jusqu’au bout et on aligne autant de cibles que possibles. »

Il se releva alors légèrement, tira à tout va pendant cinq secondes et se planqua a nouveaux.

« Et trois en moins. »

« Bravo chef, mais ça ne change rien. »

« Si on s’y met tous, quand les renforts arriveront, on leur aura faciliter la tâche. »

Je soupira

« Vous êtes complètement dingue »

Je vérifia que mon arme n’avait aucun problème et je me prépara.

« C’est bon, je vous suis. »

Il sourit alors.

« Prête ? »

« Prête »


Dernière édition par Aldenya Bentra le Lun 29 Oct - 17:35, édité 1 fois
avatar
Administrateur
Représentant Alien
AdministrateurReprésentant Alien
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le matériel dont sont fait les rêves (PV Aldenya Bentra) (Terminé)

le Lun 29 Oct - 2:01
Vous vous doutez bien que le formulaire n’est qu’un prétexte. En aucun cas je ne comptais la convoquer ici « juste » pour ça. Au terme de cette rencontre, une mission sera proposée. C’est le but de s’entretenir directement avec un chef de guerre. Un contrat d’exclusivité. Plus encore, quand on y pense, une mission spéciale rien que pour elle. Libre à elle d’accepter ou non. Ceci dit, voyez le comme un défi. Le relever vous amène respect et gloire. S’en détourner railleries et quolibets. Non pas que je sois prête à accuser une de mes chefs de guerre de couardise, attention. Simplement, comme je l’ai toujours dit, les actions sont bien plus fortes que les mots. Au sein d’Apex, tout se joue de cette façon. N’importe qui peut clamer haut et fort une chose ou une autre. Mais le faire pour de vrai? J’en connais plus d’un qui se sont dégonflés. Oh que oui.

Pendant qu’elle remplit le formulaire et qu’elle me relate sa mission (je préfère l’entendre de la bouche même de mes subordonnés, c’est bien plus intéressant que de lire un rapport), je me remémore en effet notre première rencontre. Pas la première première au sens du terme (quiconque demande à rejoindre Apex sera observé par Venom donc par moi et par Hope Summers soit le triumvirat au grand complet. Nous ne sommes pas forcément là physiquement mais… C’est un premier contact à distance quand même. Chose certaine au fil des ans les « rêveurs » ont su se distinguer par leurs nombreux faits d’armes, ramenant plus de succès que d’échecs de leurs diverses missions. Toute une mission en effet mais j’ai toujours trouvé la dépendance de cette galaxie en la technologie risible. Imaginez ce qui se passerait si du jour au lendemain il n’y avait plus d’holonet…

Ce serait un chaos sans précédent, c’est moi qui vous le dis. Je voudrais bien voir une telle chose mais je doute que ce soit possible d’en faire quelque chose de permanent. Dommage, vraiment mais… Ce n’est pas comme si dans l’absolu j’y pouvais quelque chose. Mais plus encore je crois j’apprécie davantage cette culture du préjugé. Je suis l’exemple vivant comme quoi on ne doit jamais se fier aux apparences. D’abord une convocation qui semble urgente puis une révélation pour quelque chose de trivial. Un bâtiment qui cri le luxe et un bureau qui l’est moins. Une « sauvage » à la tête d’une faction de criminelle mais une excellente manipulatrice qui sait très bien bluffer son monde. Toujours susciter le questionnement chez ses alliés et chez ses ennemis. Un allié d’aujourd’hui peut être votre ennemi de demain et vice versa. Ne pas l’oublier.

Mais bon, je pense qu’il est temps de faire la grande révélation. Pourquoi Aldenya est réellement ici. Elle doit se le demander, consciemment ou non. La curiosité est bien présente chez tout être pensant et alors qu’elle marque une pause dans son récit, je lui annonce sans détour qu’en vérité j’ai une mission spéciale à lui confier. Brutalement, sans transition, sans crier gare, rien de rien. Un peu justement comme la première fois que nous nous sommes rencontrées. Quand je suis débarquée sur le champ de bataille de façon si soudaine que j’ai pris tout le monde par surprise, alliés comme ennemis. Que voulez-vous, c’est parfaitement mon genre. Pourquoi s’encombrer d’un avertissement, d’un coup de semonce? Si nous sommes sur le champ de bataille, c’est pour se battre, pas pour poliment dire à l’autre ce que nous comptons faire et comment le faire!


//

Nous allons perdre, Zarseen, si tu n’interviens pas, m’avait dit Venom. Considérant qu’elle n’était pas du genre à me faire un mélodrame, j’avais donc décidé de me fier à elle et à son analyse. Après tout, une IA peut entrevoir des milliers de possibilités et de scénarios qu’aucun être organique ne saurait compiler en si peu de temps. Qui plus est, la confiance est une chose qui se développe et s’entretient. Oh j’ai entendu souvent que faire confiance peut tout vous coûter mais sincèrement? S’il fallait céder constamment au pessimisme, il n’y aurait plus grand vivant en cette galaxie. Les membres du triumvirat ont toute ma confiance car sans confiance, Apex ne pourrait survivre. Nous croyons en la même cause. Notre liberté. Et tant que nos objectifs concorderont, nous resterons forts et unis. Ça, c’est une certitude comme je les aime.

Un vaisseau m’avait amené jusqu’à la planète en question et le pilote me proposa de se poser à notre place forte la plus proche, chose que je refusai catégoriquement. J’ai un compagnon ailé, il me mènera au cœur du combat et au secours de mes troupes, annonçais sans l’ombre d’une hésitation. Sauter d’un vaisseau en marche sur le dos d’une imposante créature, fusse-t-elle capable de voler sans mal aurait fait lourdement hésiter des gens moins téméraires ou « inconscients » que moi. Sauf que j’ai l’habitude. Là d’où je viens, nous n’avons pas tous vos gadgets technologiques. Rétropropulseurs, aérofreins… Oubliez ça. Vous devez compter sur vous-même et sur vos alliés uniquement. De l’huile de coude, si je ne m’abuse, est l’expression consacrée. Drôle d’expression d’ailleurs mais… Tant qu’on se comprend, ça me convient amplement.

Chevauchant mon plus fidèle compagnon, nous nous lançons dans le vide comme tant de fois auparavant et nous nous préparons à l’attaque. Tels les charognards fondant sur une proie facile, une escouade ennemie se dirige vers mes troupes, le meneur du groupe chevauchant un marcheur dont la taille s’apparente à celle d’un modèle qu’on ne voit plus que dans les archives militaires : un AT-RT. Ça fera plus que l’affaire. Poussant un rugissement à fendre les cieux, Loktar se jette dans la mêlée, attaquant les soldats les plus proches, la confusion s’installant immédiatement chez l’ennemi. Quant à moi, l’infortuné pilote de la machine de guerre se fait défoncer le crâne par un poing capable de défoncer un casque de stormtrooper et sa « monture » va me servir, en partie, comme d’une arme improvisée. Arracher une jambe et s’en servir comme massue fera parfaitement l’affaire.

Autant vous dire que l’escouade ennemie n’a pas survécu. Quant à mes propres forces, voir leur patronne débarquer ainsi et les rejoindre nonchalamment, comme si je prenais une marche de santé… Ça impressionne. La personne en charge d’une faction devrait toujours se salir les mains comme le reste de ses forces. À quoi bon se planquer dans une tour d’ivoire à proclamer des discours quand une action, une seule, peut avoir mille fois plus d’impact? Ces hommes et ces femmes qui se tiennent devant moi sont prêts à se battre et à mourir pour moi. Il serait de très mauvais goût de ne pas honorer leur confiance en les laissant mourir et à me dire que c’était un risque calculé. Je me dirige vers le leader du groupe qui me regarde avec étonnement. Quoi? Ils n’ont jamais vu Zarseen « Boss » Raynar au combat ou quoi? Bah maintenant c’est fait!


« Salut vous autres! Je passais dans le coin et je me suis dit que ce serait sympa de venir donner un coup de main. C’est toi le chef de ces guerriers? Ce serait super d’avoir un rapport de situation. J’ai oublié mon datapad au QG donc… Un peu de détails me ferait grand plaisir. Oh et… Je peux vous dire un secret à tous? Le camp d’en face a déjà perdu la bataille. Il ne le sait juste pas encore. Ne leur gâchons pas la surprise! »


"Hors la loi... D'accord. Mais laquelle?"
avatar
Chef de Guerre
Chef de Guerre
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le matériel dont sont fait les rêves (PV Aldenya Bentra) (Terminé)

le Lun 29 Oct - 18:30
Je terminais de remplir la fiche, me souvenant de tout ce qui avait été endommagé, du nombre de grenades utilisé, … Et alors que je m’arrêtais quelques secondes pour lui rendre le formulaire enfin complété quand elle lâcha comme une bombe qu’elle avait une mission spéciale pour moi. Du coup, je n’étais pas là juste pour la paperasse. Tant mieux, cela m’aurait vraiment paru surprenant d’être là uniquement pour ça. Maintenant, à voir si je vais devoir réunir toutes mes troupes ou si les nouveaux « Rêveurs » vont suffire.

Elle reprit alors la narration de notre première rencontre, mais cette fois en donnant son point de vue sur l’histoire, et je devais bien avouer que oui, son arrivée avait été des plus surprenantes.





Alors que c’était la débâcle et qu’on était à deux doigt de perdre, un bruit sourd se fit entendre derrière nous. En tournant la tête, nous vîmes une créature étrange chevaucher une bête à quatre pattes ailées foncer droit sur un AT-RT. Je dois bien avouer que je ne m’y attendais pas à celle-là. Et encore moins les troupes ennemies quand ils se firent poursuivre par la créature verte utilisant la jambe arrachée du pilote de l’AT-RT. Je devais bien avouer que je n’avais jamais vu ça.

Notre chef se releva également pour prendre la parole.


« Voici Zarseen Raynar, dit « Boss ». Elle fait partie du Triumvirat. Bon, maintenant, on arrête de mater et on va aider notre cheffe. »

Remonté à bloc, nous le suivîmes et reprirent du terrain, couvrant notre cheffe en abattant les troupes ennemies trop loin pour elle. Et alors que nous étions à deux doigt de perdre, la situation s’inversa et l’ennemi fut mis en déroute en à peine quelques minutes. Nous pûmes enfin souffler de soulagement et pour la plupart, nous nous laissâmes tomber au sol, extenué par une telle bataille.

La cheffe vint alors à notre rencontre.

« Salut vous autres! Je passais dans le coin et je me suis dit que ce serait sympa de venir donner un coup de main. C’est toi le chef de ces guerriers? Ce serait super d’avoir un rapport de situation. J’ai oublié mon datapad au QG donc… Un peu de détails me ferait grand plaisir. Oh et… Je peux vous dire un secret à tous? Le camp d’en face a déjà perdu la bataille. Il ne le sait juste pas encore. Ne leur gâchons pas la surprise! »

Notre lieutenant se mit alors au garde à vous.

« Bien cheffe. Nous avons été contactés pour apporter du soutien à cette place forte. Au début, ça allait encore bien, mais au final, la république a rameuté tous ses engins, et comme nous étions en manque de matériels, on a rapidement perdu le contrôle de la situation, d’où notre seconde demande de renforts à laquelle vous avez répondu. Et on vous en remercie. »

Il lâcha alors son mouvement pour se mettre en repos et souffler. Je pris alors la parole.

« Et maintenant cheffe ? Vous dites qu’ils ont perdu, mais ils ont encore des blindés. On va les finir à nous seules ou bien d’autres troupes sont en routes ? »

Je ne la lâchais pas des yeux, intrigués par son avis tranché sur la question, mais aussi car je ne connaissais pas son espèce. Une montagne de muscle verte gigantesque, faisant presque deux fois ma taille. Rien que sa présence dissuadait de faire quelque chose de travers. Je n’étais donc pas étonné qu’elle fasse partie du Triumvirat. Elle devait sans conteste être notre meilleure guerrière.
avatar
Administrateur
Représentant Alien
AdministrateurReprésentant Alien
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le matériel dont sont fait les rêves (PV Aldenya Bentra) (Terminé)

le Mar 30 Oct - 3:05
Est-ce si étonnant de se faire proposer une mission, comme ça, pouf, sans crier gare? J’en doute. Après tout ce n’est pas inhabituel les opérations spéciales. On aura beau se dire qu’on a fini de faire le ménage, il y en aura toujours à faire quelque part, d’anciens rivaux à neutraliser ou des épines dans le pied qui deviennent gênante. Moi? Je suis du genre à me promener avec un portefeuille bien plein. Acheter les gens c’est bien plus pratique que de chercher à les intimider. Vous les menacez, ils plient, vous repartez, ils se font repousser une colonne vertébrale, vous revenez et là ils se sont trouvé des copains pour vous recevoir. Tandis que quand on paie et qu’on garde le relevé de ses transactions? Pas un rond de plus mon mignon et je te dénonce à tes chefs par-dessus le marché. Simple. Pratique. Efficace, surtout.

Alors, demanderez-vous, quel genre de mission pourrais-je vouloir confier à un de mes chefs de guerre les plus compétents? Une mission d’infiltration où elle devra user de charmes et de séduction? Elle a le physique pour, c’est sûr et selon les rumeurs, les bonnes prédispositions mais… Non. Alors quoi? Une mission à haut risque, protéger un VIP d’une horde d’ennemis qui veulent à tout prix l’éliminer? Ce serait une bonne base pour un holothriller mais… Non. J’ai quelque chose de plus important encore à lui demander. Quelque chose de plus personnel, aussi. Rassurez-vous, rien qui n’irait à l’encontre du bien de la faction que je dirige. Je suis certes une hors la loi mais je ne vole pas ce que je contrôle et administre. Ce serait… Vraiment stupide. Non. Vraiment. Je le redis. Pas mon genre. Alors quoi, demandez-vous? Mais je vais vous le dire!


« Tu sais, les gens se disent qu’avec ma carrure, faire la peau à ses problèmes, c’est facile. C’est en grande partie vrai. Mais… Si pour régler tous ses problèmes il suffisait de taper, la galaxie serait pacifiée sous un régime quelconque depuis une éternité. J’ai besoin d’un scalpel, tu vois. Autrement dit, pas mon truc. Je veux dire…Sois franche avec moi. Est-ce qu’en me regardant ça dit délicatesse? »

Loktar ricane, de ce rire de fauve qu’on n’oublie pas. C’est ça, moque-toi de moi espèce de grosse boule de fourrure. Cela dit je sais reconnaitre mes faiblesses. Ne me demandez pas de m’enthousiasmer devant les nouvelles technologies : j’en serais bien incapable. Je trouve que cette dépendance ridicule isole les gens au lieu de les unir. Là d’où je viens, c’est très communautaire, les clans échangent entre eux, collaborent, contribuent. Enfin bon, entrons dans le vif du sujet. Quand nous avons attaqué ces sales limaces couardes et sans parole, nous avons fait une sacrée purge. Comme dans toute chose, certains ont survécu. Affaiblis, sans réel pouvoir mais s’accrochant toujours à des rêves de gloire perdue. Je pourrais procéder à une nouvelle purge. J’ai les ressources pour. Mais ce serait une mauvaise idée. Vraiment très mauvaise. Savez-vous pourquoi?

Parce que toute opération à grande échelle génère de la propagande. Dans un contexte de guerre, de la mauvaise propagande. Utiliser mes ressources pour régler mes comptes au détriment de, je ne sais pas, sécuriser mes frontières, ce serait donner l’image d’une dirigeante revancharde voire immature. Et je ne veux pas ça. C’est ce que j’explique à ma chef de guerre. Que je veux la mort de cette limace gluante mais pas au point de mobiliser des troupes en grand nombre. Rappelle-toi ce qu’a fait le commandant ennemi lorsque nous avons livré bataille ensemble pour la première fois. L’ego peut être le pire des poisons et votre pire ennemi. Ne jamais céder à une impulsion de ce genre pendant une bataille. Inévitablement, vous le regretterez. Et pour poursuivre notre histoire, c’était après avoir pris le contrôle de l’artillerie ennemie… Le récit va comme suit…


//

Je suis heureuse de voir que le moral est bon. Les troupes semblent avoir retrouvé un second souffle, ce qui est une excellente chose car l’ennemi est venu avec un tas de forces spécialisées. Si les blindés que j’ai vus en arrivant sont une indication de la volonté d’en découdre du camp d’en face, on va bien s’amuser c’est moi qui vous le dis. Sauf que nous n’allons pas attaquer une colonne de blindés. Non. Nous allons voler leurs pièces d’artillerie. Pourquoi? Un, c’est bien plus amusant. Deux, parce que ça va royalement emmerder le commandant ennemi. Trois, parce que c’est ce que moi je vais faire, qui m’aime me suive! Je me mets en communication avec Venom et Hope pour avoir leurs avis. Je suis du genre à foncer dans le tas mais nous sommes quand même un triumvirat et je ne peux pas « juste » utiliser nos ressources sur un coup de tête!

Mais comme souvent, nous sommes d’accord sur l’idée générale et quand une jeune guerrière demande si d’autres troupes sont en route, ma réponse est un sourire carnassier et la matérialisation soudaine de trois escouades de droides commandos. C’est doué pour se cacher ces machines-là. Meurtrières à souhait et dures à détruire. SURTOUT quand une IA peut à distance et en temps réel adapter leurs stratégies et leurs tactiques. Mon plan? Ils vont faire diversion. Tenir la ligne actuelle, faire croire aux blindés qu’ils vont affronter notre infanterie pendant que nous allons passer par un réseau de galerie qui serpente sous une bonne partie de la planète. Voilà ce qui arrive quand les Hutts veulent s’emparer de toutes les ressources minières d’un monde. Mais nos ennemis ne sont pas familiers avec le sombre et sinistre passé de cette planète. Moi oui. Un point pour moi.

J’expose donc mon plan : nous allons passer par un réseau de galeries creusées à plusieurs dizaines de mètres sur le sol, passer sous la colonne de blindés et déboucher pile derrière les artilleurs ennemis. L’arrogance de ces gens qui ont fait l’académie militaire les pousse à penser leurs canons et autres joujoux comme imprenables jusqu’à ce que leurs lignes soient enfoncées. Comme leurs lignes sont intactes, pourquoi se méfier de quoi que ce soit? Je laisse la partie facile à mes subordonnés : neutraliser les artilleurs. Moi? Je prends la partie difficile mais fun : éliminer l’escorte armée chargée de protéger tout ce beau monde. Et vous savez quoi? On peut difficilement utiliser des engins de guerre à longue portée dans un combat limite corps à corps et des artilleurs, c’est équipé au mieux avec une armure de combat légère et un pistolet blaster. Rien de bien menaçant.

Bien qu’offrant une résistance digne de ce nom, les défenseurs ne font pas le poids contre plusieurs dizaines de kilos de muscles sans compter le fait que là d’où je viens, la nature au complet peut à peu de choses près tenter de vous dévorer tout cru. Alors entre devoir affronter des bêtes sauvages à vous faire mouiller votre pantalon de terreur et des soldats bien armés et bien équipés mais qui font quelques têtes de moins que moi… Disons que je suis loin d’être impressionnée. Évidemment, qui dit victoire dit arrêt des bombardements donc un appel d’un officier en charge furieux… Et bien plus encore quand ce n’est pas un « lieutenant Agreste » qui répond à l’appel mais la grande patronne d’Apex en personne. Surprise, surprise… Je sais, ça fait toujours ce petit effet quand les « vulgaires criminels » mettent une raclée à une armée professionnelle.


« Oh? Tu t’attendais à parler à quelqu’un d’autre? Mauvaise nouvelle, ton artillerie est maintenant mon artillerie. Hey les mecs, vous voulez bien viser cette colonne de blindés pour moi et faire feu? Oh… Est-ce que c’est moi qui viens de faire ça? Transformer tes jolis jouets en tas de ferrailles fumants? Tu veux ravoir ton artillerie? Viens la chercher. Je t’attends. Non sans rire, on va bien s’amuser, je le sens… »


"Hors la loi... D'accord. Mais laquelle?"
avatar
Chef de Guerre
Chef de Guerre
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le matériel dont sont fait les rêves (PV Aldenya Bentra) (Terminé)

le Mar 30 Oct - 14:07
Je ne pus m’empêcher de sourire quand elle me parla de délicatesse, et au vu du petit ricanement de Loktar, il pensait comme moi. Mais au moins, Zarseen connaissait ses points forts et faibles, et cela démontrait déjà une certaine intelligence.

« Effectivement, ce n’est pas le premier mot qui me vient en tête quand je pense à toi. Je suppose que du coup, tu veux une attaque chirurgicale par un petit groupe assez discret qu’on pourrait confondre avec un autre groupe, même si on pensera forcement à l’Apex, mais impossible d’en être sur alors que si c’est toi qui t’en charges, il n’y aura aucun doute. D’autant plus que si on te voyait t’amuser à tuer des adversaires sans réel pouvoir alors que tous les jours, les conflits sur les fronts s’intensifient, on se demanderait si tu es vraiment digne de diriger l’APEX. Ok, j’ai compris le topo. Je vais réunir mes Hommes les plus proches et on va s’occuper de cette histoire. »

Je m’installa alors un peu mieux contre le dossier de ma chaise, pendant qu’elle reprit la suite du récit de notre rencontre.




Alors que j’attendais sa réponse, celle-ci fut double. Tout d’abord, un bon paquet de droides commandos apparurent autour de nous, mais ils ne nous aidèrent pas à prendre avantage, juste à faire diversion. Du coup, ils n’y auraient que nous pour vaincre l’ennemi. Ça s’annonçait tout de même corser. Cependant, la cheffe avait un plan pour contourner l’ennemi et le prendre à revers.

Nous empruntâmes alors d’anciens tunnels souterrains creusé à l’époque des Hutt. Et après une vingtaine de minutes, nous finîmes par arriver un peu plu, et effectivement derrière l’artillerie. Les blindés étaient bien là, bombardant la zone où nous étions avant, sans se douter de ce qu’ils avaient en face. Nous nous séparâmes alors en deux groupes, la cinquantaine d’Hommes restantes pour éliminer les artilleurs, et elle, elle s’occupa des blindés à elle seule. Au début, je pensais à une mauvaise blague de sa part, mais elle était bien sérieuse. Enfin, au vu du gabarit, je n’avais pas trop à m’inquiéter pour elle.

Nous partîmes alors en chargeant, déboulant derrière l’adversaire, et commençant notre massacre des troupes ennemis. Pris par surprise, ils mirent trop de temps à réagir. Ce fut donc assez simple et nous ne subîmes quasiment aucune perte. En seulement deux ou trois minutes, l’artillerie était à nous. Et en regardant la cheffe, celle-ci se débrouillait bien aussi La dizaine de blindée fut réduit en pièces détachés en autant de minutes. Nous venions de prendre un avantage considérable. Comme la cheffe l’avait dit, ils avaient déjà perdu lors de son arrivée.

Nous nous mîmes alors en attente de ses ordres futurs quand elle répondit à un appel du commandement ennemi. Celui-ci devait se demander pourquoi il n’y avait plus aucun tir. La cheffe les invita alors à nous rejoindre. Nous doutant qu’en face, ils ne renonceraient pas, certains se mirent à l’artillerie, se préparant au combat à venir quant aux restes, nous nous mîmes également en position, prêts à en découdre une dernière fois.
avatar
Administrateur
Représentant Alien
AdministrateurReprésentant Alien
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le matériel dont sont fait les rêves (PV Aldenya Bentra) (Terminé)

le Mer 31 Oct - 12:54
Bon, elle accepte, c’est déjà une bonne nouvelle. On va pouvoir causer plus sérieusement. Logistique. Stratégie. Tactique. Paiement. Je l’ai toujours dit. Tout travail mérite salaire. Même les esclaves y trouvent leur compte. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, nos esclaves sont quand même bien traités. Ça coûte CHER un esclave. Un bon esclave, on s’arrange pour qu’il soit en bonne santé pour qu’il soit performant et productif. Il faut lui apprendre comment bien faire les tâches qu’on lui donne pour qu’il puisse à son tour former les nouveaux et ainsi de suite. Il faut les nourrir, les loger, leur donner des vêtements et j’en passe. Autrement ils tombent malades et des soins médicaux dignes de ce nom ne sont pas donnés. Tout ça pour dire que si elle fait quelque chose pour moi, il est normal qu’Aldenya reçoive une juteuse prime.

C’est une méritocratie, vous avez oublié? Dans une méritocratie, on récompense les efforts. Les initiatives… Ça dépend encore desquelles. Et accomplir des missions pour la bosse en personne, c’est TRÈS payant. Ça n’a l’air de rien mais je sais que certains seraient prêts à s’entretuer pour avoir le privilège de s’acquitter d’un tel « contrat ».Rien n’est plus éphémère que la gratitude d’un souverain et rien n’est plus éternel que sa colère. Autrement dit, profitez de votre chance pendant que vous l’avez! Rien n’est éternel de toute façon, pas même cette soi-disant reine à la tête du Consortium du même qualificatif. Et donc, discuter stratégie… On va en avoir pour un petit moment. La paranoïa des Hutts n’est plus à prouver et quiconque en doute encore a un sérieux problème. Je dirais même qu’ils ont probablement contribué à inventer le mot.

Et pas que ça. Ils ont le tour d’aller se planquer aux pires endroits possibles et imaginables! Vous aimeriez, vous, devoir aller vous perdre sur une planète relativement importante du nom de Genian, vous rendre dans une métropole nommée Bruit, devoir infiltrer un casino (pourquoi c’est TOUJOURS un casino) pour pouvoir atteindre votre cible? Et je ne parle pas des officiels corrompus par la limace, des forces de sécurité privées à sa disposition, du bunker quasiment imprenable faisant office de chambre forte et autres joyeusetés du genre. Si Aldenya s’attendait à une mission facile, elle va être déçue. Mais en même temps, les missions faciles, ce n’est pas trop le trop des « rêveurs », à la base. Loin de là je dirais. On fait appel à eux quand on veut des résultats. Ce serait comme tenter de tuer une mouche au lance-roquette, vous voyez le genre?

Oui, ça va régler le problème… Mais c’est en faire beaucoup trop pour trop peu. Un peu plus de finesse ne peut pas faire de tort. Et rappelez-vous que c’est moi qui le dis, la grosse brute de service. J’assume parfaitement mon rôle et je le revendique. Je suis persuadée d’avoir la bonne personne pour le bon travail. Je l’ai vu s’en sortir face à bien pire qu’un gros et gras Hutt, fusse-t-il entouré par une armée. Mais si, rappelez-vous, bon sang. Lors de cette mission à laquelle nous faisons référence, que je vous raconte en alternance avec elle depuis tout à l’heure! Ah ça, elle en a eu pour son argent lors de cette bataille. Siths, Jedis, chevaliers impériaux, de un ça se trimballe avec un sabre laser et de deux, on a toujours tendance à penser au maitre. Trop souvent… On oublie l’apprenti! Je vous assure que jamais Aldenya ne va jamais oublier l’apprenti, elle!


//

À ce qu’il parait, ce n’est pas bien de provoquer l’ennemi. Tant pis. Je viens de voler son artillerie. J’ai éliminé ses artilleurs. Une escouade. Une escorte armée. Une colonne de blindés. Ah non quand je fais les choses, ce n’est jamais fait à moitié. Jamais au grand jamais. Je suis Zarseen Raynar, c’est mon boulot d’être vue, remarquée, repérée et identifiée par l’ennemi. Et par mes subordonnés également parce que bon, si vous avez un point de ralliement, c’est plus pratique pour se regrouper pour une nouvelle offensive. Avec moi, on avance. On ne recule pas. Et si je dois avancer toute seule, tant pis. Même pas peur. Suicidaire, moi? Pas le moins du monde. Par contre, je sais que l’absence de prise de risques est le plus sûr chemin vers une cuisante défaite. C’est ainsi, on ne peut pas y faire grand-chose. C’est la « dure » réalité du terrain, tout simplement.

S’il faut dire la vérité, je suis assez fière de moi. Autant de dévastation en si peu de temps, c’est une preuve de plus que quand on sous-estime Apex, Apex a le don de vous montrer pourquoi il joue dans la cour des grands. Ce n’est pas parce que nous ne sommes pas une « puissance galactique » que nous n’avons pas les moyens d’être vraiment, vraiment, vraiment très dangereux. Je félicite les troupes qui m’ont accompagné d’une grande claque dans le dos, un par un. Certains chancellent (vous avez vu ma taille? Ce n’est pas une tape dans le dos de mauviette), d’autres semblent mieux tenir le coup mais encore une fois, valoriser les troupes ne peut qu’aider à leurs performances. Et avec ce qui approche, il va falloir être au top car j’ai l’impression que j’ai parfaitement réussi mon coup à faire sortir le leader ennemi de ses gonds. Tant mieux. Une bonne baston!

Le leader ennemi, son aide de camp et sa garde d’élite? Peut-on demander meilleur scénario pour se dégourdir les jambes? Je beugle : leur chef est à moi! Avant de me précipiter au combat. Mais c’est qu’il sort un sabre laser! Pas grave, j’ai de quoi faire. Ça rappelle un peu une lance de Magnaguard mais à ma taille. Ça résiste bien à ce type d’arme de corps à corps et ça veut dire que je vais bien m’amuser. Les « rêveurs » vont pouvoir se frotter à la garde d’élite et Loktar les aide parce que sinon il s’ennuie. C’est un prédateur après tout, malgré un air félin. Si vous savez où le gratter derrière les oreilles, il devient très doux avec vous… Si d’aventure il vous apprécie un minimum. Il a un excellent instinct pour détecter les traitres, les menteurs et les gens malhonnêtes. Enfin bon, moins de réflexion, plus de baston, on va les massacrer ces petits cons!

Ceci dit, celle qui semble être le bras droit du chef des « rêveurs » risque d’en avoir pour son argent car si vous avez quelqu’un avec un sabre laser sur le terrain, donc le maitre, en général son apprenti n’est pas bien loin. Et devinez qui va se mesurer à l’apprenti? Aldenya Bentra, guerrière au sein d’une troupe d’élite. Je ne sais pas si c’est parce qu’elle a été confondue avec son chef, parce que les utilisateurs de la Force sont pour la plupart à moitié fou ou parce que… Parce que. Je ne sais pas si elle a déjà affronté ce type de combattant mais si elle survit, c’est clair qu’elle aura gagné une bonne part de mon respect. Ce sont des adversaires plutôt coriaces en général comme en témoigne mon propre affrontement. Ceci dit, comme l’a souvent remarqué ma mère : si ça saigne, ça peut être tué. Une philosophie à laquelle je ne suis pas insensible, c’est sûr.


« Tu as de la chance, je m’occupe du maitre et de l’apprenti! Si tu survis, les quinze prochaines tournées d’alcool de ton équipe sont à mes frais, quelle que soit la valeur des consommations! Et vous autres, on va leur montrer de quoi est fait l’Apex! Nos ennemis ne font pas le poids contre nous! Nous allons leur botter les fesses si fort qu’il vont retourner pleurer dans les jupes de leurs mères! HA HA HA HA HA! »


"Hors la loi... D'accord. Mais laquelle?"
avatar
Chef de Guerre
Chef de Guerre
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le matériel dont sont fait les rêves (PV Aldenya Bentra) (Terminé)

le Ven 2 Nov - 20:34
« Bien, du coup, je suppose que je vais bientôt avoir un datapad remplis d’informations avec ma cible, n’est-ce pas ? Ou bien, on va tout faire oralement ? »

Je la regarda, me demandant encore quelle forteresse elle allait m’envoyer avec une équipe composé de seulement onze personnes.  Mais bon, au moins, elle avait le talent pour me donner des missions excitantes, ça je ne pouvais pas lui retirer.




La chef était vraiment folle. Elle semblait vraiment décider à se faire toute la troupe adverse à elle seule. D’ailleurs en parlant de l’ennemi, le voilà qui se dirigeait vers nous. Il n’y avait qu’une cinquantaine de soldats accompagnant leur chef. Avec Zarseen à nos côtés, ça allait être simple. Nous reprîmes tous confiance en cette bataille, maintenant sur de la gagner. Et avant même que nous puissions faire quoi que ce soit, Zarseen fonça dans le tas, se réservant le chef. Décidément, elle n’avait peur de rien. Mais alors qu’elle lui fonçait dessus, il dégaina un sabre laser. Un Jedi ? Voilà qui changeait la donne. Mais elle ne flancha pas, dégainant la lance qui lui zébrait le dos et para le sabre du Jedi. Cette femme était décidément plein de surprise.

Pour notre part, nous nous mimes à canarder l’ennemi aux alentours, les pièces d’artillerie étant extrêmement utile. Mais nous ne laissions pas l’artillerie se charger de tout, canardant nous aussi l’ennemi. Mais un détail attira mon attention sur le côté. Un soldat semblait faire le tour pour prendre Zarseen à revers et au vu de ce qu’il avait dans la main, ce n’était pas juste un soldat.

Je quitta alors ma position pour lui barrer les routes, lui tirant dessus afin d’attirer son attention. Et cela s’avéra payant. Il fonça sur moi, bien décidé à vouloir ma peau. Alors ok, j’avais aidé la cheffe, mais maintenant, je devais gérer un padawan avec une simple vibro-dague et un fusil blaster. Fusil que je continuai à utiliser afin de la maintenir à distance pendant un temps, mais il finit par arriver au contact, me forçant à reculer. Je me retrouva alors au cote de Zarseen


« Tu as de la chance, je m’occupe du maître et de l’apprenti! Si tu survis, les quinze prochaines tournées d’alcool de ton équipe sont à mes frais, quelle que soit la valeur des consommations! Et vous autres, on va leur montrer de quoi est fait l’Apex! Nos ennemis ne font pas le poids contre nous! Nous allons leur botter les fesses si fort qu’il vont retourner pleurer dans les jupes de leurs mères! HA HA HA HA HA! »

Une vraie furie cette femme. J’avais encore du mal à comprendre comment on pouvait autant aimer prendre de tel risque pour sa vie, mais bon, ce n’étais pas ce qui occupait mon esprit en cet instant, plutôt occupé sur le padawan et son sabre, sachant que la moindre erreur serait fatale.

Heureusement, on m’ouvrit une faille. Un tir d’artillerie toucha juste derrière, le déséquilibrant. Je mis alors ma lame vers l’avant et lui chargea dedans, transperçant son cœur. J’agrippa alors la main qui tenait son sabre, saisit la poignée et m’empara de son arme pour venir le décapiter.

Le corps tomba alors à genoux tandis que je sentais l’adrénaline continuait à parcourir mon corps. Je venais de tuer un padawan Jedi. A l’aide de son arme. Je baissa alors les yeux sur la lame d’énergie sortant de la poignée. Je souris d’une manière carnassière et coupa la lame, agrippant le sabre à ma ceinture à la place de mes grenades, bien décidé à aller le vendre et me faire un peu d’argent sur mon premier vrai trophée, à moins que je le garde pour moi. Il faudra que je me décide.


Dernière édition par Aldenya Bentra le Sam 3 Nov - 12:07, édité 1 fois
avatar
Administrateur
Représentant Alien
AdministrateurReprésentant Alien
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le matériel dont sont fait les rêves (PV Aldenya Bentra) (Terminé)

le Sam 3 Nov - 4:21
Évidemment que j’ai un datapad plein d’infos pour elle! Vous me prenez pour une espèce de sauvage archaïque ou quoi? Vrai, je ne suis pas fan de technologie. Personnellement, je trouve qu’on peut arriver à d’excellents résultats en utilisant la bonne vieille force brute. Ceci dit, les faiblesses des uns sont les forces des autres… Dont Venom qui est plus que passée maitre dans l’art de la technologie. Donc, quand je dois faire quelque chose de cet acabit, souvent, je délègue. Non parce que moi… Les premiers temps, je ne me cassais que rarement la tête. Ça ne veut pas fonctionner, je défonce d’un coup de poing. Pas très rentable, je veux bien mais excessivement satisfaisant par contre. Au fil du temps je me suis habituée. Il faut être efficace. Et puisqu’on parle d’efficacité, Aldenya va avoir la chance de voir à quel point.

De quoi je parle? De l’efficacité de mes… Informateurs. Pensez-y. Dans une structure classique, votre espion a un job vraiment ingrat. Pas de gloire, pas de place dans l’histoire, il va finir oublié pour protéger des secrets d’état. Mais au sein d’une méritocratie chaque information est décortiquée, analysée et chèrement payée selon un barème géré par Venom. Traduction : l’information est une ressource comme toutes les autres et nous sommes extrêmement généreux dans nos paiements. Et quand un de nos informateurs décède, les bons, j’entends, il entre dans la légende d’Apex. Vous allez me dire : bof, pas très impressionnant. Peut-être. Pouvez-vous vous vanter, par contre, d’avoir un destroyer qui porte votre nom, par contre? Une marque d’un produit XYZ? Nous honorons la mémoire de nos légendes. Ça force les vivants à se surpasser.

Mais revenons-en au Datapad bourré d’informations. Il y a des infos vraiment utiles comme le nombre de garde, les plans du bâtiment, une biographie détaillée de la cible et des détails plus curieux comme son dessert préféré, sa chanson préférée, sa couleur préférée… Il paraitrait que ces éléments plus ou moins insignifiants peuvent permettre d’établir un profil psychologique extrêmement pointu donc… Le plus j’en donne, le mieux c’est pour Aldenya. Je ne sais pas quelle stratégie elle va utiliser. Force brute? Subtilité? Un mélange des deux? Je préfère laisser carte blanche aux professionnels. On ne tue pas la créativité d’un artiste avec des restrictions à la con. Jamais au grand jamais. C’est un crime. Et oui, j’ai beau être une hors la loi, il y a des choses que même moi je ne fais pas. C’est une question de principes, tout simplement. Ni plus ni moins.


« Tout ce que tu peux vouloir savoir et ce que tu pourrais préférer ignorer se trouve là-dessus. Franchement, position sexuelle préférée, j’aurais et de loin apprécié ne jamais le savoir. Mais… Venom est une IA excessivement efficace et nos informateurs sont capables de véritables tours de force. Au fait, je me demande… Tu as encore le sabre laser que tu as prélevé sur le padawan lors de cette bataille? »

Je demande parce que nous avons tous ramené un petit quelque chose de cette opération. Je vous dirais sans mentir qu’on sort grandi de ce genre de situation. Non mais c’est vrai, il n’y a que l’adversité pour vous confronter au meilleur et au pire de vous-même. Quoi, vous ne pensiez quand même pas que tout s’est terminé après avoir buté le commandement ennemi? Oh que non. Plus d’artillerie? D’accord. Plus de blindés? D’accord. Plus de chefs? D’accord. Mais… Ils ont quand même essayé de nous reprendre notre position! Et pas que ce qu’il restait de troupes! Le transport de troupes ET son escorte de chasseurs! Un peu plus et on se farcissait le bombardement orbital, vous vous rendez compte! Mais nous y viendrons, à cette épée de Damoclès au-dessus de nos têtes. Pas tout de suite mais… Patience. Tout vient à point à qui sait attendre.

//

Vous vous dites : hey! On vient de butter leur chaine de commandement! Enfin… L’officier en charge de l’offensive, le grand patron, la cible prioritaire. Sûrement qu’ils vont battre en retraite maintenant! Mais… Non. Clairement pas. Je ne sais pas qui a eu cette idée mais toutes, absolument toutes les troupes encore au sol, des réserves aux recrues à l’infanterie lourde convergent vers notre position. Et pas qu’eux. Le vaisseau de transport qui fait la navette entre le vaisseau en orbite et le sol ET son escorte de chasseurs. Mais ils sont complètement déments!? Pourquoi envoyer tout ce qu’ils ont pour écraser une force clairement inférieure en nombre, d’accord, mais qui vient de leur infliger de cruelles pertes? Admettons qu’ils réussissent à détruire l’artillerie. Admettons. Combien des leurs auront péri avant de réaliser une telle chose? Je vous le demande!

Après c’est une question purement rhétorique car moi, personnellement, je dis tant mieux! Qui refuserait une occasion de se battre? Pas moi! Je viens d’une culture guerrière, après tout. Et comme il faut toujours montrer l’exemple aux troupes, je m’empare d’un lance-roquette que j’épaule et manie sans assistance et avec une aisance déconcertante. Je vise le premier des deux chasseurs, je tire… Et je le pulvérise! Le message devrait être clair non? Le support aérien d’abord, le reste après. Oh et ne pensez pas que je n’ai pas vu la victoire triomphante de la jeune femme qui sert dans la troupe que je suis venue épauler. Butter un padawan à elle seule… Pas mal. Vraiment pas mal. Elle a du talent. Tant mieux, j’adore les gens de talent. Alors on va la tester un peu. Voir ce qu’elle a dans le ventre. Bah oui quoi. Je serais une bien piètre boss, sinon.

Hey toi, que je lui dis. Et avec ma grosse voix qui porte, c’est comme si je l’avais beuglé juste à côté d’elle, même si plusieurs mètres nous sépare. Ton boulot c’est de s’emparer de ce transport de troupe qui devrait se poser éventuellement. Intact. Je le veux intact. Compris? Mais enfin Zarseen, que vous allez dire, ce n’est pas sérieux! Un pilote, un copilote et quatre mecs aux postes de tir et accessoirement première ligne de défense du transport, sans compter deux auxiliaires, probablement des soldats ou issus des régiments de la marine… Pratiquement dix personnes rien que pour elle! En même temps, je veux m’assurer qu’elle est compétente et pas juste chanceuse. La chance, on finit par la perdre. Le talent, jamais. Alors autant s’assurer de miser sur les bonnes personnes, non? C’est encore plus important quand vous dirigez la plus grosse méritocratie qui soit.

Et moi, que vais-je faire dans tout ça? Servir de cible. Croyez moi que je n’aurai pas grand-chose à faire. Ils savent qui je suis, les ennemis d’en face. Ce que je vaux, morte ou vive. Surtout vive. Alors si pour atténuer leur échec ils peuvent me mettre la main au collet, ils vont le faire. Je comprends mieux leur acharnement. Inutile et futile mais bon, en quelque part je suppose qu’on peut leur donner des points pour l’effort. Pas des masses de points, bien entendu mais… Quelques-uns quand même. Drôle de journée quand même. Je venais à la rescousse de membres de l’Apex et je risque de repartir avec une potentielle star montante dans mes rangs. Vous parlez d’une agréable surprise et d’une trouvaille du tonnerre! Ce n’est pas moi qui m’en plaindrai. Par chez nous, on aime bien les bonnes surprises. C’est un bon présage. Oh quoi, à chacun ses superstitions!


"Hors la loi... D'accord. Mais laquelle?"
avatar
Chef de Guerre
Chef de Guerre
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le matériel dont sont fait les rêves (PV Aldenya Bentra) (Terminé)

le Sam 3 Nov - 13:17
Elle me tendit alors un datapad rempli d’informations sur ma cible. Il y avait tout ce dont j’avais besoin dessus : nombre de gardes, horaires de patrouilles et de relevé, système de défense, entrées et sorties possible, ainsi que la position sexuelle préférée de ma cible, ce qui sembla déranger Zarseen. Moi, ça me fit bien rire.

« Bha, c’est toujours le genre d’info intéressante à savoir si tu veux mettre quelqu’un dans l’embarras. Les gens n’aiment pas trop parler de leur sexualité, alors que je vois pas le problème. »

Je n’avais jamais été dérangée de parler de sexualité, mais bon, le domaine militaire sans être un lieu où on ne parlait que de ce cas, n’avait pas réellement de tabou sur ce sujet. Tout le monde en parlait assez tranquillement sans gêne.

« Oui, j’ai gardé le sabre. Bizarrement, le prix ne s’est jamais envolé, et je n’étais pas satisfait de combien on me proposait, et puis, finalement, je me suis refusé à le mettre aux enchères, préférant le garder comme mon tout premier trophée de guerre. Il orne encore maintenant une partie de ma cabine de mon vaisseau. »

On m’avait effectivement proposé des jolies sommes que beaucoup auraient accepté, mais pour ma part, au vu des risques encouru pour choper un sabre laser, j’étais resté sur ma faim. Et puis au-delà de ça, ce sabre représentait ma première grande victoire en solo contre un ennemi redoutable. Je ne pouvais pas simplement la vendre au premier venu avec assez de crédit.




Je me décida à souffler, voyant que l’ennemi avait été vaincu. Cette bataille était enfin finie. Nous allions pouvoir nous reposer en allant boire un bon coup ou bien se payer un coup dans un bordel, voir les deux.

Mais j’avais tort. Un grand bruit se fit alors entendre. Je me tourna vers la source du bruit pour voir une source d’invasion arriver vers nous. Ils devaient y avoir au minimum 400 à 500 soldats qui se dirigeaient vers nous, mais également le vaisseau de transport de troupes accompagnés de deux chasseurs.

Je n’en croyais pas mes yeux, ils n’en démordraient donc pas ? Avec ce qui nous restait de troupes, même si on comptait l’artillerie, c’était du suicide. Et du coup, cela du plaire à Zarseen qui s’empara d’un lance-roquettes pour détruire un des chasseurs. Cela sembla remotiver les troupes pour un dernier assaut contre l’artillerie se remit en marche pour arroser l’ennemi. Si on devait mourir, ce serait avec panache.

Zarseen me donna alors une dernière mission : prendre le transport de troupe sans l’endommager. C’est bon, je pouvais définitivement la considérer comme folle. Comment voulait-elle que je prenne d’assaut un vaisseau encore en altitude ? Je pouvais faire bien des choses, mais là, c’était mission impossible. A moins que…

Le vaisseau finit par se poser à distance et ouvrir ses portes, libérant un petit flot de soldats supplémentaires. Les autres n’allaient pas avoir la vie facilitée avec ça, mais bon, j’allais au moins pouvoir passer à l’action.

Il me fallut alors contourner le champ de bataille, en passant derrière l’artillerie qui tirait à tout va, décimant les rangs ennemis, même si certaines de nos pièces se faisaient détruire à coup de lance-roquettes. Cette dernière partie d’affrontement, s’annonçait rude pour eux, mais moi aussi, j’allais en baver.

Je finis par arriver au niveau du vaisseau, déboulant comme une furie, surprenant l’ennemi. Fusil blaster en main, je canarda les soldats à l’entrée, cherchant surtout à les déstabiliser, mais cela me permit de faire deux morts directement. Mais le défi se posait maintenant vis-à-vis des postes de tir qui me prirent en joue. J’allais devoir jouer la carte de la surprise à nouveau, mais également la carte de la dernière chance et prier pour que ça marche.

Je lâcha mon fusil et dégaina le sabre du padawan, l’alluma et me mit en position de défense, m’employant à renvoyer les tirs. Et cela fonctionna mieux que prévu. Ne faisant que des mouvements extrêmement basiques, j’arrivai à manier cette lame de manière relativement efficace. Et cela eut un autre effet qui me facilita la tâche. Les deux artilleurs quittèrent leur poste, se rendant compte que tirer comme ils le faisaient ne servaient à rien. Cela me donna une occasion en or. Je pris le pistolet que j’avais gardé dans son holster depuis le début, et tira un peu à la va vite, mais suffisamment précisément pour les abattre. Les deux artilleurs s’occupant de l’autre côté du vaisseau quittèrent alors leur poste pour me faire la peau, mais ils subirent le même sort que leurs comparses. Ils ne restaient plus que les pilotes, pas une grande menace, qui fut rapidement balayé.

J’avais donc réussie ma mission. Et au dehors, je n’entendais plus un bruit. Le combat était fini ? En rejoignant les troupes, je vis que oui, l’affrontement s’étaient soldés par la victoire de l’Apex. Mais on n’était plus que 7, sans compter Zarseen. Même le lieutenant était mort. Une victoire difficile au prix de différents sacrifices. Je me dirigea alors vers Zarseen qui saignait légèrement, ayant subi quelques blessures.


« Je veux que tu payes nos 20 prochaines tournés ainsi que nos 5 prochaines soirées au bordel et pour ma part, je veux une promotion. Ce n’est pas négociable. »
avatar
Administrateur
Représentant Alien
AdministrateurReprésentant Alien
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le matériel dont sont fait les rêves (PV Aldenya Bentra) (Terminé)

le Dim 4 Nov - 2:12
Je lui fais savoir que je n’ai aucun problème avec la sexualité. Absolument aucun. Sauf quand il s’agit d’imaginer ces grasses limaces que sont les Hutts s’adonner à la chose. Il y a des horreurs que même mon cerveau refuse d’admettre. Et des horreurs, j’en ai vu. Je suis la boss de la plus grande faction criminelle de l’histoire galactique. Autrement dit je n’ai pas forcément sous mes ordres les gens les plus sains d’esprit. Des sadiques, des sanguinaires, des psychopathes, oui il y en a parmi les rangs. Je ne dis pas que c’est ma façon de faire les choses. Non. Mais je ne peux pas non plus dire « Apex se tient avec ceux qui veulent rester libres » et commencer à trier ceux qui répondent à l’appel. Bon après, souvent, ceux qui sont vraiment problématique pour la faction ont tendance à… Disparaitre si vous voyez ce que je veux dire.

Le judiciaire étant géré par Venom mais de façon à ce que personne n’en sache jamais rien. Ne pas faire de vagues. Ne pas attirer une attention indésirable sur les problèmes qu’on règle à l’interne. Mais revenons-en au sujet principal, la mission d’Aldenya. Je savais qu’elle était la femme de la situation. Son ratio de succès VS échec est excellent et dans une galaxie en guerre où les grandes puissances investissent des millions pour créer le soldat parfait, l’espion parfait, la technologie parfaite ou je ne sais trop, que les « indépendants » aient leur part du gâteau semble presque surréaliste. Mais non. Ça arrive quand même. En tout cas elle a l’air motivée, c’est ce qui importe le plus. Même avec un datapad rempli à ras bord d’informations, c’est seulement quoi, au mieux, 50% du travail? Tout peut partir de travers en une petite seconde, rien que ça.

Elle le sait. Je le sais. Elle a connu la perte de son lieutenant il y a quelques années de cela. Dans notre métier, enfin, dans le crime, la retraite n’est pas quelque chose que plusieurs envisagent. C’est une mentalité que je tente de faire changer et nos programmes sont très généreux et avantageux mais pour plusieurs, c’est vivre jeune mais vivre intensément. Je ne dirais pas qu’ils sont suicidaires pour autant mais on dirait qu’ils sont plus pressés de mourir que de vivre. Encore une différence culturelle de taille entre mon peuple et le reste de la galaxie. Moi? J’espère qu’Aldenya va vivre encore longtemps. Qu’on le veuille ou non, à force de côtoyer de près ou de loin des gens intéressants, on veut voir comment leur histoire va se développer. Appelez cela de la curiosité mal placée, je n’ai aucune honte à l’avouer. Je m’assume entièrement. Ah mais clairement!


« Tu sais, je suis heureuse de constater que tu accordes une importance à tes trophées. Une vraie guerrière se doit d’en avoir pour se rappeler d’où elle vient et où elle va. Autrement elle perd de vue qui elle est et courtise la défaite. Maintenant à ce qui a trait à la mission que je vais te confier… Quelles sont tes conditions ou tes demandes? Voyons voir si tu as retenu ce que j’ai essayé de t’enseigner à l’époque… »

Si vous êtes vraiment au fait de comment fonctionne le monde, vous savez que tout ce qui implique un risque implique une récompense. Que personne ne fait rien pour rien. Alors… Je veux voir ce que va demander Aldenya, ce qu’elle veut vraiment. Je l’ai vu « grandir » au sein d’Apex. Je l’ai vu devenir chef de guerre. Elle a donc au strict minimum une part de ma confiance et sait que même si techniquement, n’importe qui peut me dire ce qui lui passe par la tête, très peu, en vérité, le font. La peur? Je ne sais pas. L’hypocrisie? Peut-être. Mais je doute qu’il y ai quelque chose de ce genre entre nous. Lors de notre première rencontre, elle a énormément perdu, c’est vrai. Si elle le voulait, elle pourrait me le mettre sur le dos. Ceci dit, je pense qu’elle a gagné considérablement plus dans toute cette histoire. Vous ne tarderez pas à comprendre pourquoi…

//

« Quoi, juste ça? Moi j’aurais accordé sans mal les vingt-cinq prochaines tournées, les dix prochaines virées au bordel, une promotion ET une prime somptueuse par-dessus le marché. Petit conseil comme ça, fougueuse guerrière, la prochaine fois tente de négocier au lieu d’imposer, tu seras plus gagnante au change. Ah et au cas où vous ne l’auriez pas deviné, cette bataille n’est pas terminée! »

Pourquoi aurais-je demandé à Aldenya de récupérer un transport de troupes intact si je n’avais pas l’intention de m’en servir? Et la seule destination qu’on peut raisonnablement envisager avec un tel appareil… C’est le vaisseau en orbite. Là vous allez me dire : sept plus moi plus Loktar pour prendre le contrôle d’un vaisseau entier? Non. Sept plus moi plus Loktar plus mes droïdes commando plus Venom. Venom va pirater tout ce qui est électronique et mes forces « robotiques » sont plus que capable de semer un chaos pas possible. Ces machines, si tant est qu’on peut parler de machines, ont été conçues à la base pour être des troupes d’élite et des infiltrateurs. Je sais de quoi ils sont capables et je sais qui a personnellement veiller à améliorer leurs différents programmes. Faites-moi confiance : Apex peut compter sur une armée des plus compétentes et qui dispose d’un avantage de taille : elle ne connait pas la peur.

Les machines ne reculent pas. Elles avancent. Elles peuvent calculer les meilleurs scénarios pour l’emporter et chaque droïde qui tombe peut être fabriqué à neuf, restaurant se données dans le processus. Il y a une raison pour laquelle j’emploie le moins de soldats organiques possibles : justement pour éviter des tragédies humaines. Quand bien même on donne des personnalités aux machines, elles comprennent que l’ultime sacrifice est une réalité. Attention, on ne parle pas de les gaspiller stupidement. On parle d’un risque calculé. Aldenya et les siens ont déjà beaucoup souffert et payé le prix de leurs efforts. Un sacrifice que je ne compte pas prendre à la légère. Leurs morts recevront tous les honneurs qui leurs sont dû. Les survivants seront généreusement récompensés. Ce vaisseau est la dernière étape avant la victoire totale d’Apex sur les envahisseurs.

Que demander de plus? Découvrir une perle rare, anéantir l’ennemi et mettre la main sur du butin digne de ce nom! L’ennemi pense que le transport qui revient vers eux est plein de blessé et que nous battons en retraite. Comptez sur Venom pour faire de la désinformation. Quand les portes s’ouvrent, ce qui déboule dans le hangar est loin d’être les soldats paniqués qu’ils attendent. Confusion et surprise sont de notre côté et avant de rencontrer quelque forme de résistance sérieuse qui soit, l’ennemi est sourd et aveugle, les systèmes de surveillance et de défense étant fermement sous le contrôle de l’IA qui gère Apex. Si possible je veux les membres d’équipage sur la passerelle vivants. Ça se rançonne tellement bien… Et naturellement, en bonne leader que je suis, une partie alléchante de ce que je vais en tirer ira à Aldenya et à ses frères d’armes. Évidemment.

C’est une chose que d’être la grande patronne. Ceci dit, ne traitez pas correctement ceux qui sont sous vos ordres et ils iront voir si l’herbe est plus verte de l’autre côté et dans de pareils cas, vous risquez très certainement d’y laisser votre peau. C’est plus facile qu’on le pense de monter contre vous ceux qui vous entourent. Alors je traite bien mes subordonnés, ce qui rend les tentatives de coups ou de trahison bien plus difficiles. Vous risquez davantage de vous faire dénoncer pour votre manque de loyauté, en fait. De l’honneur chez les criminels? En un sens, oui. Aldenya a perdu des gens avec qui elle a livré bataille et ce sacrifice ne sera pas vain. Même si cela implique de garder certains ennemis en vie. À la fin de la journée, par contre? Si elle ne sort pas grandit par ce qu’elle aura vécu… C’est que dans ce cas je me suis trompé à son sujet, ce dont je doute. Mais assez parlé. Nous avons un vaisseau à capturer!


"Hors la loi... D'accord. Mais laquelle?"
avatar
Chef de Guerre
Chef de Guerre
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le matériel dont sont fait les rêves (PV Aldenya Bentra) (Terminé)

le Dim 4 Nov - 19:59
Les informations sur le datapad m’étaient d’une grande aide. Je pouvais déjà commencer à visualiser un plan d’infiltration. Maintenant, au vu du système de sécurité, cela allait prendre un peu de temps avant de pouvoir être mis en place.

« Tu sais, je suis heureuse de constater que tu accordes une importance à tes trophées. Une vraie guerrière se doit d’en avoir pour se rappeler d’où elle vient et où elle va. Autrement elle perd de vue qui elle est et courtise la défaite. Maintenant à ce qui a trait à la mission que je vais te confier… Quelles sont tes conditions ou tes demandes? Voyons voir si tu as retenu ce que j’ai essayé de t’enseigner à l’époque… »

« Alors, il va me falloir différents exemplaires des tenues de gardes, un hacker pour s’infiltrer dans le système de sécurité, des fausses cartes d’identité et aussi des lentilles pour passer les scans rétiniens. A partir de ça, je pourrais faire passer des hommes avec des armes dans les derniers niveaux sécurisés. Ensuite, deux ou trois véhicules. Il a fait l’erreur d’avoir des vitres dans l’étage où il est, ça facilitera l’exfiltration de mes hommes. On pourrait juste le canarder depuis l’extérieur, mais s’il a des volets, ceux-ci sont surement blindés, et devrait être difficile à percer. SI on a des hommes sur places, on pourra les rouvrir. Connaissant la paranoïa des Hutts, ce genre de système est manuel pour éviter qu’il puisse justement être piraté depuis l’extérieur. »

Je pense que là, je lui ai bien fait comprendre que j’avais la situation en main et que je savais ce que j’avais à faire pour remplir ma mission à bien.

« Bon, par contre, je veux du concret ce coup-ci pour le paiement. Je veux que l’Apex couvre l’achat d’un vaisseau pour moi et mon unité d’élite, « les Rêveurs ». Ce qu’on a pour l’instant est un peu limite pour onze »




« Quoi, juste ça? Moi j’aurais accordé sans mal les vingt-cinq prochaines tournées, les dix prochaines virées au bordel, une promotion ET une prime somptueuse par-dessus le marché. Petit conseil comme ça, fougueuse guerrière, la prochaine fois tente de négocier au lieu d’imposer, tu seras plus gagnante au change. Ah et au cas où vous ne l’auriez pas deviné, cette bataille n’est pas terminée! »

Bon, au moins elle était généreuse sur ce qu’elle acceptait de payer, montant même au-delà de ce que j’avais demandée. Et je retenais aussi le conseil de négociation, ça pourrait servir plus tard. Par contre, je fus désespéré quand elle annonça que ce n’était pas fini. Et je ne fus pas la seule. Tous les Hommes râlèrent en cœur, refusant de continuer cette bataille. Cela faisait maintenant presque cinq ou six heures qu’on se battait non-stop et tout le monde étaient épuisés et certains blessés. D’autant plus qu’il ne fallait pas être devin pour deviner son nouvel objectif : le croiseur républicain.

S’attaquer à une telle cible dans notre état et avec si peu de soldats, même en comptant les droïdes que nous avons eu en renfort, c’était du suicide. Et les Hommes s’en rendaient bien compte. Trois d’entre eux refusèrent tout bonnement de continuer la mission. Et je comprenais leur raison.

Non seulement rien ne disait qu’on arriverait à atterrir, et encore, même si on y arrivait grâce à Venom, on était quoi en tout ? Un peu moins de 70 ? Tout le monde ne rentrerait même pas dans le vaisseau. Au mieux, on serait 40 à débarquer. 40 pour prendre un croiseur ? C’était impossible. Même s’ils n’y avaient plus beaucoup de soldats à bord avec le débarquement, on allait se prendre une déculottée.

Pourtant, il fallait bien qu’on s’en occupe pour achever tout ça. Les trois soldats furent alors laissés de côté, étant bien prévenu qu’ils pouvaient s’asseoir sur leur prime tandis que nous montions à bord du vaisseau de transport et quittèrent la surface de la planète. Le temps du court trajet, je vérifia mon arme afin d’éviter un éraillement et la nettoya légèrement, celle-ci étant couverte de terre. Je retira aussi le sang de mon couteau, afin de garder la lame effilée. Enfin, je remis mon armure correctement afin que celle-ci ne me gêne pas. Et finalement, nous arrivâmes à destinations.

Venom nous avait permis d’entrer sans problèmes. Avoir une IA aussi perfectionnée de notre côté était vraiment d’une grande aide. L’atterrissage se fit alors calmement, jusqu'à l’ouverture des portes, où nous déboulèrent sous la surprise des infirmiers et des pilotes qui attendaient d’évacuer les blessés que nous prétendions être. L’ennemi étant surpris, le hangar fut pris en une ou deux minutes, avec deux ou trois pertes coté robot.

Zarseen donna alors l’ordre de prendre le contrôle de la passerelle de commandement sans y tuer les officiers. Ils pouvaient toujours servir pour une rançon. Décidément, elle essayait toujours d’arriver au meilleur résultat peu importe la situation. Mais bon, c’était surement comme ça qu’elle était arrivée à prendre position au Triumvirat. Enfin, au point où nous en étions, cela ne changeait plus grand chose. L’opération « prise de contrôle » du croiseur ennemi avec 15 fois moins d’homme mais une géante de 3m40 et une créature carnivore balèze » pouvait démarrer.
avatar
Administrateur
Représentant Alien
AdministrateurReprésentant Alien
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le matériel dont sont fait les rêves (PV Aldenya Bentra) (Terminé)

le Lun 5 Nov - 1:43
Je ne comprendrai jamais vraiment la réaction des humains et de la plupart des humanïdes, en fait. De quoi ont-ils peur? Ne savent-ils pas ce qui les a attaqué? Quel vaisseau a amené les troupes, le matériel et le reste? Ils sont en contact avec Venom comme n’importe quel membre d’Apex. Je veux dire… Vous avez un de nos communicateurs, c’est que Venom peut vous parler et sans doute vous surveille à loisir. Elle est un peu fouineuse, des fois. Pour ne pas dire tout le temps. Enfin bref si je dis ça c’est parce que le vaisseau en orbite est loin d’être impressionnant. C’est un Quasar Fire-class bulk cruiser, ça sert au transport de chasseurs et de transports de troupes. Son équipage? Deux cent cinquante personnes, la très grande majorité étant en charge de tout ce qui est hangar. Eh oui. C’est s’en faire avec trois fois rien, en fait. C’est comme ça.

Au maximum des maximums, une centaine de personnes réellement versées dans l’art du combat, qui n’est pas du personnel de soutien. Et nous? Nous sommes une quarantaine de combattants aguerris. Alors les trois lâches? Eux vont entendre parler de moi. Ça je vous le garantis. En plus, vous me pensez vraiment suicidaire au point de prendre d’assaut un vaisseau ennemi sans un plan? Venom contrôle ce dernier, des portes aux boucliers en passant par les armes et la surveillance vidéo. Si je le veux, je lui dis de balancer tout l’air des coursives dans l’espace. Ou mieux, mes droïdes ont apporté avec eux plusieurs capsules d’un gaz neurotoxique. Une fois dans la ventilation, ça tue pas mal tout ce qui a un système nerveux central super rapidement et super efficacement. J’espère ne pas en arriver là… Mais je ne suis pas à la tête d’Apex pour mes beaux yeux.

Quand il faut prendre des décisions, de vraies décisions, je ne suis jamais la dernière à le faire. Et puis du reste, franchement, vous pensez sérieusement que je vais mettre inutilement les miens en danger? Apex est MA famille et je la défendrai comme j’ai défendu jadis mon clan. Là d’où je viens, on se serre les coudes, on se bat ensemble et on n’hésite pas à s’exposer au danger. Avec un système électronique qui s’est rebellé contre eux ainsi que la totalité de leurs droïdes (médicaux, astromechs et j’en passe), ils vont avoir l’air malin, nos adversaires, pour nous repousser. Quoi, vous ne saviez pas que Venom était championne pour se la jouer « révolte des machines »? Comment je décrirais la suite des opérations? Expéditive. Une fois sur la passerelle, mon ultimatum est simple. Je n’ai jamais été quelqu’un de bien compliqué pour commencer donc ça aide.

Reddition inconditionnelle ou je n’aurai aucun scrupule à commencer à prendre de force mon prix. Et quand une flotte d’Apex sort de l’hyperespace à proximité… Il ne fait plus de doute sur leur sort s’ils veulent vivre. La victoire est à nous et aucun des survivants n’a été blessé ou tué. Je me tourne vers celle qui maintenant va les diriger et je lui adresse un sourire qui pour le commun des mortels est un sourire carnassier. C’est à cause des crocs, je dirais. C’est un sourire qui se veut encourageant mais… Disons que je n’ai pas le physique pour rassurer. On fait ce qu’on peut avec ce qu’on a. Ça ne m’empêche pas d’être une bonne leader pour autant. Loin de là même, je dirais. En fait c’est probablement parce que j’ai le moins l’air de pouvoir endosser ce rôle que je réussi à performer aussi bien car je viens défaire toutes vos attentes! Oh que oui!


« La victoire est à nous! Ils auront payé un prix bien plus élevé que le nôtre. Je vais garder un œil sur toi, jeune guerrière. Tu as fait très bonne impression aujourd’hui et tu seras récompensée pour tes efforts. Zarseen Raynar n’est jamais la dernière quand il s’agit de récompenser le travail bien fait. Jamais! Tu vas accomplir de grandes choses au sein d’Apex, de cela je suis absolument certaine! »

Il s’avéra que j’avais eu raison comme le révélerais une conversation dans un futur plus ou moins proche entre moi et Aldenya devenue chef de guerre…

//

Fin de l’histoire. Fin du flashback. De cette première rencontre, c’est ce que j’en retiens. Le plus important. De la bravoure. Un soupçon de folie. Une victoire gagnée dans le sang mais un lien forgé entre moi et Aldenya. La nature exacte, je ne sais pas. J’ai toujours regardé celle qui est devenue chef de guerre d’un œil favorable. Et elle? Je ne sais pas comment elle me voit. Comme un monstre, comme son idole, simplement comme sa patronne… Au minimum j’espère que nous avons un respect mutuel l’une pour l’autre. S’il y a plus, tant mieux. C’est toujours mieux plus que moins. Personnellement, je voudrais pouvoir connaitre chaque membre d’Apex. Pouvoir les nommer un par un, savoir ce qu’ils aiment, s’ils ont une famille, tous ces petits détails qui se forgent quand on apprend à connaitre les autres. Hélas, c’est impossible. Enfin… Pour moi.

Apex compte des millions d’individus, sans compter les droïdes qui en font les armées et les flottes. Venom pourrait sans doute le faire. C’est elle qui a dans ses archives les fichiers de tous ceux qui travaillent non pas pour nous mais avec nous. La différence est de taille. Cet idéal de liberté que je défends? Je ne vais pas marcher dessus parce que je me considère au-dessus de ce dernier. Alors je vous plus la chose comme un partenariat. Ceux qui veulent me voir comme la boss le font. Mais ce n’est pas un prérequis. Ça ne l’a jamais été et ne le sera jamais. Je disais quoi? Ah oui. Aldenya. Ses demandes sont parfaitement réalistes et je pianote sur mon datapad. Tout ce qu’elle a demandé? Accordé. À une exception près par contre, la question du vaisseau. Ça fait un moment que j’y pense d’ailleurs. Je ne sais pas si elle va vouloir mais… Qui sait.

Je lui fais signe de me suivre. Nous quittons le bureau, elle Loktar et moi avant de prendre place à bord d’une navette qui nous amène vers les zones plus industrielles de la planète. Je transmets un code d’autorisation car nous allons entrer dans une « no fly zone ». Autrement dit, accès restreint voire interdit. Nous arrivons en vue d’une gigantesque piste d’atterrissage au milieu de laquelle se trouve un vaisseau qu’elle connait bien pour m’avoir aidé à en prendre le contrôle : Le Quasar Fire-class bulk cruiser baptisé Intrépide par la République. Elle veut un nouveau vaisseau? Elle aura de quoi faire et en plus, avec les prouesses technologiques en lien avec l’automatisation, ça coupe les besoin en équipage de façon colossale! C’est assez légèrement armé mais ça encaisse les coups comme un mandalorien dans une bagarre de cantina!


« Voilà plusieurs années que j’ai demandé qu’on fasse des modifications à ce vaisseau pour qu’il puisse servir de base mobile à une équipe d’élite qui a toujours besoin d’être en mouvement. Bon, ce n’est pas le plus armé du lot, d’accord mais on peut toujours lui rajouter deux ou trois surprises. Depuis le temps, tu me connais. Je ne regarde jamais à la dépense quand vient le temps de récompenser. »

Acceptera, acceptera pas? Je l’ignore. Mais je sais une chose par contre. C’est un cadeau qui vient du cœur. Elle ne le sait pas mais j’ai dépensé une petite fortune pour équiper ce vaisseau d’un cerveau droïde capable de prendre en charge pratiquement toutes les opérations qu’un tel vaisseau peut demander. Pour un simple chef de guerre, direz-vous. Peut-être. Peut-être. Mais pouvez-vous me regarder dans les yeux et me dire que sans l’ombre d’un doute vous pouvez faire confiance à tous ceux qui vous entourent? Confiance et respect se cultivent et si vous ne le faites pas, le couperet s’abattra tôt ou tard sur votre nuque. Aldenya a gagné mon respect et je serais une très mauvaise cheffe si je ne lui montrais pas la valeur que je lui accorde. C’est comme ça que ça fonctionne dans mon coin de galaxie. Peut-être que pour vous les « civilisés » c’est étrange. Pour moi, c’est juste normal.


"Hors la loi... D'accord. Mais laquelle?"
avatar
Chef de Guerre
Chef de Guerre
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le matériel dont sont fait les rêves (PV Aldenya Bentra) (Terminé)

le Mar 6 Nov - 9:56
La mission se déroula bien mieux que prévue. Les Quasar Fire-class bulk cruiser étant surtout des vaisseaux de transport de troupes et de vaisseaux, le personnel est assez peu nombreux. Et vu ce qui avait été déjà déposé sur la planète, le vaisseau ne contenait plus qu’une centaine de personnes. Il fut donc assez facile de s’en emparer, surtout que le personnel à bord, était des militaires plus par leur formation que par leur expertise dans le domaine du combat. Ils ne furent donc pas d’une grande résistance et s’avouèrent assez vite vaincu.

Et ce fut la même chose pour le pont de commandement. Sachant très bien qu’ils ne peuvent plus s’en sortir, ils acceptent leur sort. Et c’est seulement quand nous avons enfin le contrôle total de la situation qu’une flotte à nous arrive. A se demander si tout ça était vraiment nécessaire. On n’aurait pas pu juste les forcer à se rendre avec notre flotte ? Enfin, ce n’était pas à moi de faire les stratégies. Je suppose que Venom s’en charge assez bien tout seul.

Zarseen se retourna alors vers nous, nous regardant un peu bizarrement, mais c’était surtout son sourire, si on pouvait appeler ça ainsi qui était dérangeant. Il faisait froid dans le dos au vu des dents qui ressortaient.


« La victoire est à nous! Ils auront payé un prix bien plus élevé que le nôtre. Je vais garder un œil sur toi, jeune guerrière. Tu as fait très bonne impression aujourd’hui et tu seras récompensée pour tes efforts. Zarseen Raynar n’est jamais la dernière quand il s’agit de récompenser le travail bien fait. Jamais! Tu vas accomplir de grandes choses au sein d’Apex, de cela je suis absolument certaine! »

Si on m’avait dit que je serais félicité par un membre du triumvirat en personne, j’aurais eu du mal à le croire. Mais bon, je n’allais pas m’en plaindre




Ha, ça faisait maintenant quoi ? 10 ans voir plus qu’on se connaissait personnellement, suite à notre combat contre la république ? Il s’en était passé des choses depuis. J’avais grimpé dans les rangs de l’Apex pour devenir chef de guerre et me faire une place. J’étais respecté et aimé de mes troupes. Je n’avais vraiment pas à me plaindre.

Zarseen accepta alors mes demandes pour sa mission, acceptant de me donner ce dont j’avais besoin pour la mener à bien, avant de me demander de la suivre. Nous quittons son bureau pour prendre une navette vers les zones industrielles. Elle nous fait alors pénétrer dans une zone interdite au grand public pour arriver sur une piste d’atterrissage où se trouvait le Quasar qu’on avait récupérer lors de notre rencontre. Cela me fit bien sourire de le revoir après tant d’années.


« Voilà plusieurs années que j’ai demandé qu’on fasse des modifications à ce vaisseau pour qu’il puisse servir de base mobile à une équipe d’élite qui a toujours besoin d’être en mouvement. Bon, ce n’est pas le plus armé du lot, d’accord mais on peut toujours lui rajouter deux ou trois surprises. Depuis le temps, tu me connais. Je ne regarde jamais à la dépense quand vient le temps de récompenser. »

Elle voulait me l’offrir ? Cela était bien sympathique, mais ce n’était pas vraiment ce que j’avais en tête.

« Désolé, mais non merci. Je te remercie de l’attention, mais ce n’est pas vraiment ce à quoi je pensais. J’aurais plutôt besoin d’une frégate. Un truc rapide en somme. Là, c’est un transport de troupe, ce n’est pas ça qu’il me faut. Sans vouloir te vexer, je préfère encore me concerter avec mon équipe pour choisir un truc qui nous convienne et que ce soit l’Apex qui le paye avec l’argent de la mission. »

Je n’aurais jamais osé rêver d’une telle chose, mais malheureusement, ce n’étais pas ce que je voulais. Elle risquait de mal le prendre, mais la connaissant, elle pouvait tout aussi bien en rire.
avatar
Administrateur
Représentant Alien
AdministrateurReprésentant Alien
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le matériel dont sont fait les rêves (PV Aldenya Bentra) (Terminé)

le Mar 6 Nov - 19:49
J’éclate d’un grand rire. Un rire sonore et franc qui ne trahit ni malice ni colère. Elle ne veut pas du vaisseau, elle ne veut pas du vaisseau, c’est tout. Ce n’est rien de perdu pour moi : au nombre de jeunes Outlaw Techs qui travaillent pour moi, ils vont pouvoir se pratiquer avec un vaisseau bien réel et ainsi s’améliorer dans leur art. Vous voyez? Toujours trouver du positif aux choses. Toujours faire du meilleur avec une situation qui pourrait s’avérer contrariante. Et puis bon. Je ne l'ai pas forcé à accepter mon offre, mon cadeau. Le but, c’est encore de trouver une solution satisfaisante. On parle d’un paiement. Je ne suis jamais du genre à revenir sur une entente. Je lui ai demandé ce qu’elle voulait et elle m’a donné sa réponse. Une frégate? Ce n’est pas donné… Mais nous pouvons encore en voler une, au besoin. Ou en produire une à même les plans en vigueur dans nos flottes de guerre. Elle ne m’a pas précisé de modèle…

La vitesse c’est important, surtout quand l’ennemi a une puissance de feu considérable. Pour une petite équipe, mieux vaut miser sur des frappes rapides et précises plutôt qu’un combat qui risque de s’éterniser. Excellent choix et encore une fois, une preuve de lucidité de la part de ma chef de guerre. Certains montent en grade et ont la grosse tête, se pensant bien meilleurs qu’ils ne le sont. Ils veulent des croiseurs, des destroyers, des vaisseaux demandant des milliers de membres d’équipage pour rendre fonctionnels en situation de combat. Oui, nous avons, techniquement, les ressources pour ce faire. Mais il y a une raison pour laquelle notre force s’axe principalement sur des droïdes. Minimiser les coûts de remplacement en cas de pertes. Entrainer de zéro un officier prend du temps. Des mois. Des années même. Un droïde? Téléchargez son nouveau programme et le tour est joué. En plus, on évite des pertes en vies organiques, ce qui est un plus.

Attention par contre. Jamais je ne dénigrerai l’existence de mes droïdes. Contrairement à bien des factions, j’investis massivement pour les améliorer, pour les rendre plus performants et ne pas en faire de simples outils. Ce sont des membres à part entière d’Apex et en conséquence de quoi ils ont droit aux mêmes traitements que n’importe qui d’autre. Plusieurs vont dire que je ne suis pas sérieuse dans mes affirmations mais oui, Apex vise vraiment une méritocratie. Vise vraiment à donner sa chance à tout le monde. Je me fiche bien de savoir ce que les autres pensent. Je sais ce que j’ai à faire et comment le faire. Mais revenons-en à Aldenya. Je respecte sa décision et même je l’encourage à donner son opinion. Il en faut des gens avec suffisamment de colonne vertébrale pour prendre la parole et se tenir debout. Encore plus au sein d’un régime qui ne vous muselle pas. Veut, veut pas, je suis fière d’elle. Étrange notion pour vous? Étonnant.


« Comme tu veux. Une frégate alors. Peut-être le truc en entier si tu fais un bon travail. Ou alors une forte somme. Et ne t’en fais pas. Tu me connais. Je préfère et de loin entendre ton opinion que de te voir accepter quelque chose dont tu ne veux pas de mauvaise grâce. Tu as pris beaucoup d’expérience depuis que tu as rejoint Apex. Continue. J’ai bien hâte de voir ce que tu vas devenir dans un futur proche. Continues de me rendre fière. »

À ce qu’il parait, les grands chefs ont peu d’interactions avec leurs subordonnés et souvent, c’est davantage motivé par la raison d’état que la sincérité. Pas moi. Encourager ceux qui travaillent avec vous est essentiel si vous voulez montrer qu’ils comptent pour vous. Comment pourrais-je regarder Aldenya dans les yeux, lui donner une mission ultra dangereuse, anticiper des pertes mais ne jamais lui témoigner du plus petit respect? Si vous ne prenez pas le temps d’établir un lien de confiance? Un chef de guerre dirige une équipe qui lui est d’abord et avant tout loyale. Je viens en deuxième position. Comment pouvez-vous attendre le meilleur si vous ne montrez que le pire de vous-même? Je ne suis pas votre criminelle habituelle. Loin de là. Et encore. Vous dites criminelle quand ça vous arrange et uniquement quand ça vous arrange. Quand vous le faites… Vous utilisez de jolis mots pour prétendre le contraire.

Nous retournons là d’où nous sommes partis. Si elle ne prend pas possession du vaisseau que nous sommes venus voir, nous n’avons aucune raison de nous attarder ici. Et d’ailleurs, je n’ai pas envie de prendre trop de son temps non plus. Elle va avoir beaucoup de boulot à faire dans les jours à venir. Prendre d’assaut une place forte tenue par ces saletés de limaces ne sera pas facile. Il va falloir de la planification, de l’entrainement, de la préparation et j’en passe. Le temps, comme toute denrée, peut être très précieux. Contrairement à bien des ressources par contre on ne peut pas l’acheter. Si je trouvais le moyen de monétiser le temps, d’en faire quelque chose qu’on peut fabriquer en usine, je serais riche à craquer, pour des dizaines voire des centaines de vies. S’il fallait que l’existence se paie à coup de minutes… Ce serait sans doute la plus grosse révolution économique qui soit. Et encore là je pèse mes mots. Mais je m’égare.


« Je ne te retiens pas plus longtemps. Tu as eu ta mission, tu as énoncé tes termes et je les ai acceptés. Il ne me reste plus qu’à attendre ton retour et le récit de ton triomphe futur. Souhaite bonne chance à ton équipe pour moi et fais leur savoir que j’offre un festin à leur faire exploser le ventre si vous réussissez un coup pareil. Tu sais comment me contacter si tu as besoin de me parler. Et pas forcément affaires, si tu vois ce que je veux dire. »

Qu’est-ce que je veux dire par là? Oh je dirais ce qu’Aldenya veut bien en faire. Je n’ai jamais caché que j’étais quelqu’un de très sociable accommodante par-dessus le marché. Si bien sûr vous vous sentez bien ou confortable face à quelqu’un qui vous domine de très haut par sa taille. Je pourrais bien sortir une bonne vieille phrase entendue d’un bout à l’autre de la galaxie, ce n’est pas la taille qui compte, mais ce serait trop facile. Au sein d’Apex, je peux vous dire une chose : les prudes, les coincés et les moralisateurs ne font pas long feu et ce d’un bout à l’autre de la hiérarchie. Nous sommes ici pour profiter de la vie et s’en mettre plein les poches, pas pour se repentir et faire grise mine! Enfin bon. Cette rencontre tire à sa fin. Enrichissante et riche en souvenirs, s’il faut le dire. Pour moi, ce sont de bons souvenirs. Pour elle, peut-être est-ce davantage douloureux. Difficile à dire, je ne suis pas dans sa tête après tout.

Pour ma part, je préfère me dire que nous sommes forgés par nos expériences. Grandir au travers de l’adversité. Et c’est ce que j’essaie de faire comprendre à ceux qui ont besoin de réconfort après avoir subi des traumatismes. Je ne suis pas comme ces bâtards prêchant la paix galactique avec leurs robes de chambre et qui y vont avec leur morale à deux crédits. J’ai connu plus d’un conflit et je sais ce que c’est de perdre des gens à qui ont tiens. Et en tant que chef, c’est mon rôle d’être là pour aider les miens à se relever. Ça peut sembler bizarre pour vous mais pas pour moi. Là d’où je viens, ceux qui dirigent sont ceux qui sont en charge d’apporter le réconfort, spirituel ou autre. Ils sont, d’une certaine façon, des modèles. Je n’ai pas la gueule à faire les posters de recrutement. Vous me regardez, je suis intimidante. C’est plus Hope en fait qui a le physique à faire des posters de recrutement. Mais dans la vie de tous les jours, c’est à moi qu’on se confie.

Bref. Je raccompagne Aldenya jusqu’à l’aire d’atterrissage, Loktar marchant à mes côtés. Je lui offre quelques encouragements et une fois que la navette l’a récupéré, je retourne à mon bureau. Et je souris. Les « rêveurs ». Un nom étonnamment optimiste pour un groupe de mercenaires. Au sein d’Apex en plus. Moi? Je trouve le nom intéressant. Audacieux. Les rêves prennent plusieurs formes. On peut les interpréter de bien des façons. Je le sais, dans cette société féodale dont je viens, les rêves ont une grande importance. Mais Aldenya et ses troupes? Cette équipe a le potentiel pour accomplir des miracles. Rendre réel ce qui ne l’est pas. Concret ce qui est une idée, un songe. Peu de petits groupes au sein d’Apex suscitent chez moi tant de curiosité ou d’intérêt, s’il faut dire la vérité. Je les aime bien, au fond. Au bout du compte, pourquoi je les apprécie tant? Parce que cette équipe est faite du matériel dont son fait les rêves…


"Hors la loi... D'accord. Mais laquelle?"
Contenu sponsorisé

Re: Le matériel dont sont fait les rêves (PV Aldenya Bentra) (Terminé)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum