Partagez
Aller en bas
avatar
Al’verde
Al’verde
Voir le profil de l'utilisateur

Connais-tu cette blague? Une fois c'est une mandalorienne qui entre dans un bar... (PV PNJ de La Force)

le Mer 5 Sep - 4:58
Traditionnellement, les êtres pensants n’aiment pas la nuit. En des temps reculés, c’est le moment où toute une panoplie de prédateurs pointe le bout de son nez, la visibilité est considérablement réduite et le danger devient bien plus grand.  Des décennies, des siècles, des millénaires plus tard, cette crainte est encore codée génétiquement. Plutôt que de se faire greffer des prothèses oculaires pour voir dans le noir, on préfère mettre quantité de lampadaires ou autres sources lumineuses du même acabit. Pour se donner une illusion de sécurité, on investit dans des solutions qui sont tout sauf pratiques, dans l’absolu des absolus. Partout où il y a de la lumière, il y a aussi de l’ombre. On peut en trouver, on peut en créer. Ce qui nous amène à cette mission nocturne sur une position fortifiée. Correction, ce qui nous a amené à cette mission nocturne. Car elle est terminée. Entrer, s’emparer des informations demandées puis sortir sans être vu. Ne pas laisser de traces.

Mais dans une telle situation, où est le combat, le glorieux ennemi à affronter, où est l’honneur de se comporter comme un vulgaire voleur? L’ennemi est double. Ceux qui protègent les lieux et soi-même. Dans une mission d’infiltration, je deviens mon pire ennemi. Mes faiblesses sont exacerbées. L’arrogance et une confiance en soi trop prononcée me guette. Nous avons tous des défauts, des vulnérabilités. Tout l’art consiste à s’assurer de ne pas les exposer. Ce n’est pas seulement déjouer les systèmes de défense ennemis ou les gardes, c’est déjouer les côtés les moins forts de sa personne. C’est une excellente façon de tester de quoi on est capable. Aucune simulation, aucun entraînement n’est aussi efficace que le terrain quand une erreur signifie la mort. L’imprévisibilité est la clé pour s’améliorer et ça ne se simule pas. On ne peut pas le recréer. Tout programme utilise des algorithmes malgré tout. On peut toujours finir par en découvrir les rouages. Toujours. Mais le terrain…

Ceci dit nous nous écartons du sujet où je veux en venir. Ce qui se passe après la mission. Une fois les informations transmises et le paiement reçu. Une personne dans ma condition peut se promener pas mal partout car je fais partie des meilleurs engrenages qu’on peut se procurer pour sa machine militaire. Quand les personnes importantes voient un membre de mon clan, me voient moi, ils savent que nous fonctionnons sur une base contractuelle et que nous pouvons accomplir l’impossible. Des siècles et des siècles de tradition guerrière solidement ancrée dans l’histoire galactique vont avoir cet effet. C’est donc une initiative purement stratégique qui me pousse à passer la porte de cette cantina. Parce que c’est un lieu public et très fréquenté et que c’est bien connu, fortement surveillé par les espions ou les autorités. Ce qui veut dire que si on veut se sécuriser un contrat bien juteux, il faut entrer, se diriger en ligne droite vers le comptoir du barman, commander un verre, s’installer et attendre. Tout simplement.

Parfois, une telle tactique s’avère payant. En d’autres circonstances, moins. Sur Corellia, tout est un coup de dé, un pari, un acte issu d’un jeu de hasard. Vous ne savez jamais si vous allez empocher le gros lot ou si vous venez de jouer une main perdante. Dans le cas actuel, on parle d’une main perdante, malheureusement pour moi. Quand vous faites dans ce que vous appelez vulgairement le mercenariat, vous vous faites des ennemis. Il y aura toujours des gens incapables de comprendre l’immense service que vous rendez à leur planète, à leur faction. Un « mercenaire » est envoyé pour éviter de sacrifier la vie de soldats. Éviter à des hommes et des femmes souvent patriotes de se faire abattre sur un champ de bataille. Les « mercenaires » empêchent des drames dans les familles : papa va rentrer à la maison ce soir et verra ses enfants grandir. Les autorités, elles, refusent de voir cette vérité inéluctable. Ce qui fait qu’elle garde de la rancune contre vous et que cela s’exacerbe au fil du temps. C’est ainsi.

Entre alors en scène une vieille… Connaissance… L’inspecteur du CORSEC Dan Vito. Je suppose que ce n’est pas une mauvaise personne en soi. L’homme semble dévoué à son travail et n’hésite pas à faire du zèle pour faire appliquer la loi. Le seul ennui c’est qu’il semble en guerre contre moi bien que je ne sois pas certaine de comprendre pourquoi. Il n’aime pas les mandaloriens, ça je l’ai bien compris. Mais de là verser dans la persécution, il y a de l’abus. Certes, je peux comprendre que quand on nous voit, nous ne sommes pas là où nous nous trouvons pour le plaisir. Toujours pour le travail. Enfin, dans mon cas, nous ne mentirons pas. Le seul hic c’est qu’il ne peut rien prouver. Il ne peut pas prouver que j’ai fait quoi que ce soit d’illégal. Tous mes papiers sont en règles. Il y a quelque chose à retenir des enseignements du guide du chasseur de primes, publié il y a une éternité quand la guilde des chasseurs de primes existait encore. Il faut se montrer excessivement rigoureux quand la loi est en jeu.

Accompagné de son escorte, des gros bras du CORSEC sans doute venus en « renfort » pour le facteur intimidation, il se dirige vers moi la mine furieuse. Que va-t-il encore inventer cette fois? Je me le demande. Je n’y peux rien si Corellia est une planète de un célèbre, de deux très passante et de trois propice aux affaires. Viveka Eldar vous êtes en état d’arrestation, clame-t-il de façon théâtrale. Je continue de siroter mon verre sans trop lui porter d’attention. Il m’arrête. Sous quel motif exactement? Il faut des preuves pour arrêter quelqu’un. Or des preuves il n’en a pas. Ce que je lui fais remarquer poliment. Le problème c’est que le zèle semble avoir tourné à l’obsession car il me dit qu’il n’en a pas besoin. Ah c’est nouveau ça. Voilà que ma curiosité est piquée. Et pourquoi donc, demandais-je tout aussi calmement. Voilà qui est encore plus intéressant. Semblerait-il qu’avec la guerre et ce qui s’y rapporte, un simple soupçon suffit pour une condamnation. Tentative habile de coup de bluff mais…

La République est donc devenue l’Empire, commentais-je. Depuis quand au juste, inspecteur? Touché, Viveka, touché car voilà qu’il ordonne à ses malabars de s’emparer de moi, se donnant en spectacle devant témoin. Vous oubliez que je suis une mandalorienne, rompue à l’art du combat depuis que je suis toute petite. Il faudra plus qu’un quatuor de brutes à la mine patibulaire pour me faire peur. Je leur fais savoir paisiblement que si on m’attaque, je suis légalement en droit de me défendre et que je ne suis pas ici pour blesser qui que ce soit. Le plus malin du lot hésite, demande à l’inspecteur si c’est une bonne idée. Excellent réflexe de conservation. J’essaierai de le cogner moins fort que ses collègues. Naturellement, Dan Vito dans son arrogance, insiste sur le fait que toute mandalorienne que je fus, je ne fais pas le poids contre des agents d’élite du CORSEC. Maintenant, je dois avouer qu’ils sont en effet en général fort doués et compétents. Corellia a toujours bien fait les choses. Cependant…

Mon clan est encore plus redoutable. Au moment où la première armoire à glace s’empare de sa matraque électrique, je suis déjà en mouvement. Un coup de poing dans le ventre avec un gantelet renforcé a le don de vous couper le souffle et je stoppe ainsi de façon nette la charge du deuxième avant de le balancer sur le troisième. Le quatrième, celui qui a eu la présence d’esprit de poser la question quant à savoir si c’était une bonne idée, tente nerveusement de s’emparer de son arme de service. Il se retrouve mis en joue par la mienne bien avant d’avoir pu la sortir de son holster. Mauvaise idée, que je lui dis. Ramasse tes collègues et bats en retraite avant que je ne considère vraiment me rendre coupable d’une offense criminelle. Légitime défense. Si facile à invoquer et encore plus facile à prouver avec autant de témoins. Dan Vito lui, est furieux et je sais qu’il va faire quelque chose de stupide. Il ne veut pas perdre la face devant autant de ses concitoyens. Compréhensible mais… Plein de vanité.

En conséquence de quoi, si aveuglé par sa colère, il ne regarde pas où il marche, trébuche et se tord la cheville dans un hurlement de douleur fort peu professionnel. Je soupire, me lève, m’occupe rapidement de sa cheville avant de demander à une des personnes présentes d’amener l’inspecteur à la clinique médicale la plus proche. Allez-vous autres, retournez à vos verres, la démonstration est terminée. Je retourne à mon verre. Correction, j’en commande un autre quand soudainement la porte s’ouvre derrière moi. Quoi, la leçon n’a pas été suffisamment claire ou est-ce quelque chose de complètement différent? Je serai fixée dans quelques secondes à peine. Je n’ai qu’à regarder dans la surface réfléchissante devant moi pour voir de qui ou de quoi il s’agit. Vous me pensiez insouciante au point de ne pas couvrir mes arrières? Alors là, c’est bien mal me connaitre… On ne devient pas une des meilleures guerrières de l’histoire de son clan en péchant par excès de confiance, voyons!


Dernière édition par Viveka Eldar le Sam 29 Sep - 4:56, édité 1 fois


Re: Connais-tu cette blague? Une fois c'est une mandalorienne qui entre dans un bar... (PV PNJ de La Force)

le Ven 28 Sep - 21:29

« Je ne suis pas certaine que cela soit le meilleur moment pour se donner en spectacle tu sait… Quoi que, peut-être qu'en fait, c'est le meilleur moment ! »

Une silhouette en armure noire, mais le casque sous le bras, fit son apparition. S'il y avait une chose que Myrianova avait appris a force de traîner sur le territoire de la République Galactique, c'était que les heaumes avec la visière en T rendaient les gens nerveux. En agissant a visage découvert, elle pouvait ainsi, même si ce n'était pas très respectueux du protocole, rendre les gens moins nerveux et avoir plus de travail. Il fallait dire qu'avec sa carrure, on la confondait beaucoup avec un homme et qu'elle en avait également assez. Au moins, même si les traits de son visage restaient carré et dur, son sexe ne faisait aucun doute, rien qu'à cause de sa chevelure, un sidecut lui donnant une allure de guerrière au premier coup d’œil et parfaitement entretenu avec cela. Son entrée ne pouvait pas être ignorée, déjà a cause de sa hauteur, elle dépassait de plusieurs têtes la plupart des hommes présent dans la pièce, mais aussi et peut-être surtout a cause d'un rire franc et puissant qu'elle avait laisser s'échapper des lèvres en repensant a la correction que le pauvre type de la Corsec venait de se prendre.

Il fallait dire que si quelqu'un connaissait Viveka mieux que n'importe qui dans la galaxie, elle était bien placée pour figurer en tête de liste, la connaissant de façon très intime, profonde si vous avez l'esprit mal placé. Mais Myrianova, toute colosse qu'elle soit, est avant tout une bonne vivante, prenant la vie du meilleur côté. Et elle avait toutes les raisons de s'exprimer comme elle venait de le faire, pas seulement pour se moquer du pauvre inspecteur : il y avait une atmosphère électrique dans cet îlot de démocratie au sein du Noyau et elle savait pourquoi, car elle avait assister a la raison de cette tension en direct : Viveka revenant seulement d'opération et recherchant un nouveau travail, intention trahi par sa position stratégique au bar, elle avait sans doute rater les dernières informations. La blonde vint s'installer a côté d'elle, posant son casque sur le comptoir, ce dernier servant a appuyer ses coudes, puisqu'elle ne pris même pas la peine de s'installer sur un tabouret, qui se serait de toute façon sans doute effondrer sous son poids exceptionnel, puis commanda un verre avant de reprendre la parole pour s'expliquer, se doutant bien qu'elle avait sans doute piquer au vif la curiosité de sa sœur de clan et âme sœur en même temps.


« La vieille sorcière a fait une déclaration publique en défiant les Républicains et les Impériaux de venir attaquer sa nouvelle forteresse, tout le monde pense que c'est un avertissement en vue d'une nouvelle invasion, alors le trouillomètre est soudainement monter de quelques degrés… Patron, met les Holonews ! »

L'homme s'exécuta tout en amenant a la blonde un verre d'alcool fort. La silhouette presque nue de Darth Ankh et son grand discours de défi fit son apparition devant les visages de tous les clients. Beaucoup d'insultes fusèrent, mais regarder les visages suffisait a faire comprendre a quel point l'apparition de la silhouette de la reine était considérée par beaucoup comme un oiseau de mauvais augure. Le spectre de la guerre se rapprochait et ce n'était pas pour rassurer beaucoup de personne prête a la soutenir… Tant qu'elle se déroulait loin de chez eux. Sans aucune subtilité, Myrianova laissa un petit rire s'échapper de ses lèvres avant de boire son verre cul sec prouvant une fois de plus qu'elle disposait d'une détente imbattable, puis croisa les bras sous sa poitrine, ce qui ne faisait que lui donner une allure plus imposante tout en tournant son visage vers sa camarade afin de lui faire partager son analyse sur la situation, mais aussi pour parler de tout et de rien, car dans une situation comme celle-ci, il n'y avait que deux solutions : soit elles arrivaient a trouver du boulot de la part d'un client paniqué qui voudrait effacer quelques affaires louches avant l'arrivée des combats, soit la peur du combat paralyserait tout le monde et elles feraient choux blanc pour la soirée !

« Si c'était chez nous, l'on sera déjà tous entrain de chanter de bonheur en attendant l'ennemi, mais ses petits républicains tremblent dans le vide, ils ont nos clones, ils ne peuvent pas perdre tant qu'ils en aurons assez pour sauvegarder leurs petites affaires. Cette Ânkh est quand même bizarre, c'est quoi cette façon de se mettre a poil a la télé ? Regarde moi ses seins, ils sont trop gros, elle doit avoir mal au dos et c'est chiant pour l'escrime ! Les Sith ne savent pas ce qu'est la guerre, il ne font que la singer en privilégiant leurs mascara ! Patron, un autre ! »

Elle fit un geste afin qu'on lui remplisse de nouveau son verre d'alcool. Elle parlait assez fort pour faire profiter toute la salle de son discours. Si elle avait vexer quelques susceptibilités, son discours de dénigrement de la reine éternelle avait fait mouche chez beaucoup de personnes et quelques applaudissements fusèrent, ce qui la poussa a se retourner et claquer des mains au-dessus de sa tête afin de remercier ses nouveaux « fans », mais pas trop longtemps non plus. Son visage pris une allure plus sérieuse alors qu'elle évoqua cette fois plus clairement l'avenir et le passé proche.

« La dernière opération s'est bien passée ? J'ai peur qu'avec cette menace, on reste sans emploi un petit bout de temps, alors j'espère que c'était bien payer. »
avatar
Al’verde
Al’verde
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Connais-tu cette blague? Une fois c'est une mandalorienne qui entre dans un bar... (PV PNJ de La Force)

le Sam 29 Sep - 4:56
L’arrivée du colosse en armure noire ne me surprit en rien. Myrianova Eldar, qui porte le nom de mon clan mais qui n’est pas dans la même famille que moi, a toujours eu le don pour savoir me traquer et me retrouver. Certains parlent d’anges gardiens. Si tant est que cette notion existe, alors, Nova, de son petit nom, l’est pour moi. La carrure d’un char d’assaut. Le courage d’une armée. Une loyauté sans faille… Et adepte des armes avec un fort potentiel pour la destruction, subtilité n’est pas un mot qu’elle veut ajouter à son vocabulaire. En même temps, je n’ai aucun intérêt à ce qu’elle le rajoute. Tout bon chef doit savoir tirer parti du meilleur et du pire de ses subordonnés et avec Myrianova, il y a beaucoup plus de positif que de négatif, de ceci je suis absolument certaine. Je suis bien contente que ce soit elle qui passe cette porte.

J’aime chez elle ce côté sans filtre. Cette… Brutalité dans les paroles. Jamais elle ne met de sucre dans ses mots. Nous en sommes déjà venus aux poings, elle et moi. Plus qu’une fois. Tout vrai Al’verde doit imposer le respect à ses troupes et quiconque défie son autorité indique sa volonté de vouloir finir dans l’arène pour régler des comptes. Fort heureusement, on se tape dessus, on se défoule et après tout est pardonné. C’est parfois problématique quand il faut jouer la carte de la diplomatie mais je n’ai jamais muselé les miens. Toute opinion est bonne à attendre et un chef sourd aux commentaires des siens est voué à connaitre le goût amer de la défaite. Et éventuellement, cela lui sera fatal. Non. Il faut plus de gens comme Nova dans cette galaxie pour justement faire redescendre sur terre ceux qui s’éloigne des responsabilités qui leur incombe. Tout simplement.

Elle vient me rejoindre au bar et sans me retourner, je sais que tout le monde dans un rayon d’un à deux mètres vient de s’écarter pour lui laisser le passage. Ce qu’elle m’annonce ne me surprend guère. Un nouveau conflit galactique a déjà commencé depuis un bon moment déjà. Que les affrontements se fassent directement ou indirectement, une constante demeure. Jamais la galaxie ne connaitra la paix. Guerre froide est le mot d’ordre quand les puissances ne sont pas en train de s’oblitérer. Alors que certains regardent le physique de celle qui se fait appeler la reine éternelle, je me concentre pour ma part sur son discours. Le verbal et le non verbal. Intéressant. On dira ce qu’on veut de cette chef d’état, elle sait faire usage de la distraction massive. Tant par sa quasi absence de tenue que par les termes choisis pour son discours. Elle nous indique une direction.

Elle veut que nos regards se posent sur cette nouvelle forteresse stellaire car c’est ce qu’elle nous montre. Je parierais que la vraie surprise est ailleurs. C’est une tactique de diversion des plus classiques, si éculée que tout le monde se dit que c’est tellement évident que ça ne peut pas être ça. Je ne nie pas la dangerosité de cette nouvelle station spatiale de combat. Pendant que tous vont se concentrer dessus, je vais regarder ailleurs, là d’où va venir le vrai coup. Je suis tirée de mes réflexions par les commentaires de Myrianova. Je suppose que je devrais quitter mon mutisme et sonder le terrain. Elle a passé un commentaire plus ou moins négatif, ce qui pourrait intéresser des « clients » républicains mais pourquoi ne pas y aller avec quelque chose d’un peu plus provocateur pour voir si des oreilles impériales ou du Consortium trainent dans les parages?


« Myrianova, fière membre du clan Eldar, est-ce une façon de parler d’une potentielle source de contrats? République, Empire, Consortium, la politique n’intéresse pas notre clan. Apex… Mieux vaut que je garde mes opinions. Seul le défi, le combat et la promesse de rendre encore plus épique la saga commencée par nos ancêtres comptent. Et bien sûr, venger les nôtres de ceux qui leur ont fait du tort. »

Je rajoute en mando’a un commentaire plus personnel sur le fait de faire une apparition devant autrui dans le plus simple appareil, disons moi qui ferait une telle chose devant Nova. Qu’on se le tienne pour dit. Myrianova Eldar est une prédatrice. Une alpha. Une dominante, une force de la nature. Jamais elle ne s’inclinera devant personne, même si c’était pour sauver sa vie. Maintenant, ajoutez moi à l’équation et elle devient de la glaise entre mes mains. Je sais qu’une telle remarque ne la laissera pas indifférente et si elle ne change pas de couleur, ne serait-ce qu’une seconde, c’est qu’elle a appris à bluffer… Mais j’en doute. Je refuse de jouer aux cartes avec elle car comme je le dis, elle est si peu douée pour cacher son jeu que je ne paris plus contre elle, j’investis. Le tout dit avec un large sourire, bien entendu. Il faut savoir rire de ses faiblesses, après tout.

Mais la camaraderie devra attendre car apparemment, j’ai obtenu des résultats encore plus intéressants que je ne l’espérais. Si vous ne portez pas attention, vous n’aurez pas remarqué qu’un certain nombre de clients s’est dirigé vers la sortie, la salle de bain ou un endroit moins « visible ». Qui porte attention aux gens qui sont tellement banaux qu’on les oublie après les avoir vu? Des espions ou des sympathisants pour les puissances ennemies de la République, des espions républicains ou alors de simples laquais pour ceux qui vont avoir un besoin urgent des services de guerriers d’exception. Mais plus intéressants encore, le fait que si certains préfèreraient vendre père et mère plutôt que d’affronter une menace comme cette nouvelle forteresse stellaire, ils n’ont pas suffisamment de rationalité pour réaliser que menacer une mandalorienne…

Devant son « ange gardien », en plus, ce n’est pas seulement stupide, c’est purement suicidaire. Une bagarre de cantina. J’adore ce genre d’exercice. Pas besoin de culpabiliser sur l’alcool qu’on a bu, un tel exercice fait perdre bon nombre de calories. On me traite de mercenaire, de profiteuse et qu’une personne prête à travailler pour le Consortium n’est pas la bienvenue ici. Et dire que je comptais parler un peu de boulot avec Myrianova, justement, de cette mission que je viens de terminer… Je fais remarquer que s’ils ont des yeux qui fonctionnent, ils ont pu observer ce qui est arrivé aux agents de la CORSEC qui sont venus me chercher querelle et que personne dans ce bar ne peut se vanter d’avoir leur niveau d’entrainement. Mais naturellement, la rationalité n’a que peu d’effet face à des gens ivres. Tant pis. Ce n’est pas moi qui vais payer pour les dégâts.

Et dégâts il y aura car je ne compte pas tirer sur des gens qui ne sont pas armés, ce qui veut dire corps à corps et armes improvisées. Et connaissant Nova, cette grosse table qui pourrait servir de bouclier ne va pas rester ancrée au sol bien longtemps. Je remets mon casque, donne un deuxième et dernier avertissement à tout ce beau monde et je regarde le plus téméraire du lot faire un vol plané, choppé par une des légendaires torgnoles de Myrianova Eldar. Lui, il va avoir atrocement mal au réveil, ça c’est sûr et s’il n’est pas assommé, je lui conseille fortement de rester étendu au sol et de faire le mort. Le patron, homme sage et avisé, a déjà disparu derrière le bar avec ses bouteilles les plus dispendieuses. Ah ça ne vaudra jamais une bonne bagarre de cantina version mandalorienne mais les Corelliens, au moins, ont le sang chaud et donc ça va rendre les choses intéressantes!


Re: Connais-tu cette blague? Une fois c'est une mandalorienne qui entre dans un bar... (PV PNJ de La Force)

le Jeu 4 Oct - 17:21
« Cela c'est un coup bas ! Et puis c'est pas pareil, tu ferait pas cela devant tout le monde d'abord ! »

La colosse rougit devant cette remarque, et chassa immédiatement son malaise de la façon la plus exubérante qu'il soit, c'est-à-dire en buvant son second verre cul sec et en réclamant immédiatement un autre au patron d'un signe équivoque. Comme elle était une bonne cliente, l'homme n'hésita pas une seule seconde. Ne réfléchissant pas une seule seconde a la raison pour laquelle sa maîtresse et supérieure avait fait cette remarque, la Mandalorienne continuait a pousser son raisonnement dans sa tête, se disant tout de même que seul une prostituée se mettrait a se point nue pour faire des discours et donc que cette sorcière n'était pas digne d'être qualifiée de guerrière. Et même si elle payait bien, il fallait savoir appeler un chat un chat, et donc une pute une pute ! Il fallait tout de même dire que Myrianova, son sidecut et son caractère bien trempée ne s'était pas fait que des amies : elle n'était pas vraiment du genre a prendre des gants et de ce fait, préférait largement dire en face ce qu'elle pensait a tout le monde, tant pis si cela lui faisait perdre des contrats… Ce qui n'était certes pas très rentable pour le clan, mais lui permettait d'avoir la conscience tranquille et expliquait aussi pourquoi ce n'était pas elle qui dirigeait le clan, entre autre chose…

Toutefois, cette remarque n'allait pas lui permettre de pouvoir discuter tranquillement avec son amie, puisque des regards plutôt courroucé se retournaient maintenant contre eux. Plusieurs Corelliens avaient relativement mal pris qu'une étrangère défendent la reine éternelle et venait l'exprimer. Myrianova pouvait les comprendre : après tout, cela faisait trois cent ans que le Consortium menaçait leurs souveraines et si l'on exceptait les Mandaloriens, les Corelliens étaient sans doute les individus les plus attachés a la défense de leur indépendance dans la galaxie. Toutefois, il était hors de question qu'elle passe a côté de l'opportunité de pouvoir profiter d'une bonne bagarre ! Les caméras de surveillance seraient témoin, ce n'était pas elles qui avaient frapper les premières. Viveka tente de les calmer en mettant en valeur son entraînement et la culture Mandalorienne, mais même pour quelqu'un comme la colosse, qui n'était pas du genre a mettre de l'eau dans son vin, il était évident qu'il s'agissait d'une attitude qui risquait fort de provoquer bien plus leurs agresseurs potentiels plutôt que de les calmer : essayer d'intimider un Corellien n'avait pas de sens, ses derniers étaient si fier qu'ils plongeaient la tête la première dans les ennuis !


« Avoue, tu est juste entrain de les provoquer là non ? Pas que cela me dérange remarque, je suis un peu rouillée... »

Contrairement a sa sœur d'arme, la blonde ne pris toutefois même pas la peine de mettre son casque avant de mettre une gifle mémorable au premier idiot tentant de charger, l'envoyant voler a l'autre bout de la pièce. Impossible de savoir s'il était neutralisé ou non, mais voilà qu'une dizaine d'autre se détache déjà afin de pouvoir le venger… C'était pas possible, les gens ne comprenaient jamais les leçons qu'ils avaient pourtant tous les yeux. Soupirant a moitié pour la forme, la guerrière ferma le poing et le frappa dans sa main en secouant la tête, faisant craquer autant ses phalanges que ses cervicales en défiant quiconque de venir les attaquer et en faisant un pas en avant. Quelques Corelliens hésitèrent soudain, la stature de la guerrière en armure noire et le souvenir du vol plané du malheureux ayant pris la baffe semblant soudainement avoir un peu d'effet, mais cela ne serait pas suffisant a faire cesser la bagarre pour le pauvre patron, déjà réfugier derrière son comptoir avec quelques bouteilles : les plus véhéments parvinrent a les convaincre qu'avec la supériorité numérique, ils pourraient facilement prendre l'ascendant et rallier les indécis. Myrianova haussa les épaules, elle ne pouvait pas y faire grand-chose après tout, chacun était libre de choisir son destin.

« Je prend ceux de droite… Fait toi plaisir ! »

La jeune femme fit un pas en avant, et un signe pour encourager les autres a partir a l'assaut. Ses derniers craquèrent soudain et s'élancèrent avec des armes improvisés classique : cannes de billard, bouteille d'alcool brisé, batte de baseball, rien de très dangereux pour la Mandalorienne qui s'empara d'une cannes de billard tenu par le premier ayant tenter de la frapper au visage avant de la manier comme si elle n'avait aucun poids, et que le malheureux s'y raccrochait désespéramment, en l'envoyant valser sur deux autre de ses camarades. Elle ne se décida a arracher la table du sol que lorsqu'un pack s'approcha d'elle en chargeant tel des joueurs de rugby, l'épaule la première, afin de pouvoir encaisser le choc sans trop de mal, mais aussi sonner le type qui se la prenait dans la tête de la façon la plus directe qu'il soit. Elle s'en servit ensuite pour cogner un autre gars sur la tête qui tentait de la contourner, mais la table se brisa sous l'impact, c'était sans doute une matière de très mauvaise qualité. Une expression de surprise se dessina sur le visage de la blonde en observant son arme improvisée casser, mais l'homme qui tenta d'en profiter se montra imprudent et pris une droite alors que la guerrière ne le regardait même pas. Elle tourna la tête pour s'assurer que Viveka s'en sortait bien, même si elle n'avait aucune inquiétude la-dessus, tout en bloquant un coup de poing la prenant pour cible, écrasant au passage la main du malheureux ayant tenter de l'attaquer.
avatar
Al’verde
Al’verde
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Connais-tu cette blague? Une fois c'est une mandalorienne qui entre dans un bar... (PV PNJ de La Force)

le Jeu 4 Oct - 21:58
Une bonne bagarre, il n’y a que ça pour calmer les esprits, garder la forme et faire de l’exercice. Que les Correliens acceptent ou non le fait que s’ils décident de se battre ils vont perdre la face, cela les regarde. Je ne suis pas ici pour me faire des amis. Je suis ici pour sécuriser un ou plusieurs contrats pour mon clan. Ainsi fonctionnent les choses. Qui plus est, pourquoi voudrais-je fraterniser avec des couards, des lâches et des gens incapables de suivre les ordres? J’ai bien vu comme fonctionnent les forces républicaines. On dirait que dès qu’un système se base sur un modèle un minimum démocratique, s’il n’est pas fermement encadré (discipline républicaine, leurs soldats ne tiendraient pas dix minutes face à un entrainement mandalorien), ceux qui décident de prendre les armes ont le sang chaud, une grande gueule et guère plus.

Qu’on vienne me prouver le contraire et je ne parle pas de la rare exception constituée par les forces spéciales. Au sein de mon peuple, dès le plus jeune âge, on nous apprend la discipline, la rigueur, le sens du sacrifice, l’honneur, le courage. Ici, ce sont de beaux slogans, rien de plus. Des mots pour galvaniser les masses, pas pour représenter un idéal. Et ça se voit dans la façon dont ces « fiers » Correliens se battent. Ils pensent pouvoir prendre le dessus. Ils pensent qu’ils ont ce qu’il faut. Mais ils ont tort. Ils n’ont rien qui puisse les préparer à affronter deux guerrières de notre calibre. Et je dis bien guerrières et non femmes. Depuis le berceau nous sommes entrainées pour cette dernière. Trouvez-moi une mandalorienne qui se maquille et je vous montrerai du grand n’importe quoi. Qui a le temps pour ces frivolités? Certainement pas moins, encore moins Myrianova!

Et le premier qui dit qu’une bonne bière est une frivolité, je le cogne! Comme ces trois idiots que je viens d’envoyer au tapis. On dira ce qu’on voudra mais savoir se battre avec ses poings ce n’est pas obsolète, même à l’ère des blasters et autres armes à longue portée. Il y a des classiques qui ne se démodent pas, c’est moi qui vous le dis. Et contrairement à Nova, je n’ai jamais été très fan des armes improvisées. Cela manque de… Finesse. La précision, c’est mon domaine. Comme un scalpel laser. Et de toute façon face à des adversaires aussi faibles, nul besoin de sortir le grand jeu, l’arsenal complet et j’en passe. Les bases suffisent amplement. Ils vont repartir avec la proverbiale queue entre les jambes, si ça continue comme ça. Tant mieux. On va peut-être pouvoir continuer à boire tranquillement, après. L’avantage de cette petite bagarre? Simple.

En fait simple à plusieurs niveaux. Personne ne va venir nous draguer après ça. Perte de temps stupide et inutile. Si quelqu’un avait encore des doutes quant à ce que nous savons faire, ce n’est plus le cas. Et enfin, le plus important, République comme espions de factions étrangères savent que les Mandaloriens ne courbent pas l’échine parce que quelqu’un n’aime pas ce qu’ils ont dit. Donc… Contrat. Je dois penser à mon clan. Je dois veiller à sa prospérité. Et si pour ce faire je dois travailler avec le Consortium, l’Empire ou la République, peu m’importe. Quand on verra des Mandaloriens en politique (et les affaires de mandaloriens ne comptent pas), c’est vraiment que j’aurai tout vu. J’imagine mal un sénateur mandalorien, en fait. Nous nous distinguons par nos faits d’armes, pas par des votes et des discours. Les actes. Pas les paroles.

Comment peut-on vraiment espérer arriver à quoi que ce soit avec de telles méthodes? Enfin bon, nous garderons pour plus tard les réflexions philosophiques : la plupart de nos adversaires gisent mal en point à nos pieds. C’est quand même fou ce qu’un simple gantelet renforcé peut faire comme dommages. Je suppose que certains d’entre eux vont avoir besoin de chirurgie. Encore une fois, je ne me sens pas coupable : je ne suis pas responsable de leur état. Je ne les ai pas forcés à me combattre. J’ai même tenté de les dissuader. Nous sommes tous responsables de nos actes. Une leçon qu’a parfaitement assimilée Nova d’ailleurs. Tu es libre de dire ce que tu penses si tu es prête à en assumer les conséquences, que je lui ai dit un jour. Et depuis elle ne se gêne pas pour dire tout haut et tout cru ce qu’elle pense. Comme son commentaire sur la dirigeante du Consortium Éternel, par exemple. Certains auraient tenté quelque chose de plus…

Comment va cette expression encore? Ah oui. Politiquement correcte. Mais je l’aime comme elle est. J’aime chez elle cette absence de compromis. C’est rare de nos jours, même au sein des clans. Trop souvent, influencés par les grandes puissances, certains des nôtres cherchent davantage un terrain d’entente que la gloire, la vraie. Que peut-on souhaiter mieux de la vie qu’une mort de guerrier, les armes à la main, le nom de ses camarades et de son clan sur les lèvres? Chose certaine si nous devons mourir dans cette cantina aujourd’hui, ce sera d’ennui. Le seul défi, et c’est à mettre entre d’énormes guillemets, c’est si les forces de l’ordre décidaient de nous arrêter et que nous leur résistions. Mais encore là, les forces de l’ordre, ce n’est pas l’armée donc… Ce ne pourra qu’être décevant. Rajoutez encore quelques minutes de combat et… C’est terminé.

Je ne peux malheureusement pas dire que ce fut un exercice digne de ce nom. Je n’ai pas chaud, je ne suis pas en sueur, je n’ai même pas besoin de reprendre mon souffle. Je jette un regard en coin à Nova. Ah elle s’est fait plaisir tiens. Il faut toujours qu’elle montre que c’est elle la plus forte. La plus imposante. Il y a plus de dégâts dans cette salle que lors d’une fête par chez nous. Et on dirait qu’elle a fait exprès d’être encore plus « destructrice » que d’habitude juste pour épater la galerie. Et ça fonctionne. Le patron est tellement terrifié à l’idée que nous puissions causer plus de dommages qu’il est prêt à nous donner ce que nous voulons pour qu’on quitte les lieux. Ce n’est pas forcément le résultat que je recherchais mais… Soit. À moins que… Je le regarde froidement et je lui dis que nous ne sommes pas responsables du comportement de sa clientèle.

Que je veux un endroit tranquille et privé pour discuter avec mon bras droit ici présent et tout l’alcool que nous pourrions demander… À moins bien sûr qu’il ne veuille offenser le fier peuple de Mandalore. Il blêmit, accepte ma requête et nous amène dans une section isolée des lieux. De deux choses l’une. Soit la pièce est sur écoute, soit il a vraiment trop peur pour faire l’imbécile. Si c’est sur écoute, c’est qu’il espionne pour le compte de quelqu’un. Je me fie à mon expérience. Avant la fin de la soirée, nous aurons un nouveau contrat. Je le sens. C’est quelque chose né de l’habitude. Je remarque que cette salle doit être utilisée pour une clientèle plus fortunée : on sent bien l’opulence des lieux. Non pas que cela ait quelque effet sur moi. Je n’ai jamais été du genre poule de luxe de toute façon. Je prends place sur un siège et m’installe de façon décontractée.


« Pathétique. Il n’y en avait pas un qui valait ne serait-ce que quelque chose. Des vantards. Des hommes de paroles, clairement pas d’action. Je vois que tu n’as pas perdu la main, en passant. C’était volontaire toute cette destruction inutile? Tu as toujours cherché à impressionner les autres mais là je dirais que tu t’es surpassée. Non pas que ce soit un reproche. Ça te rend… Comment disent les Correliens? Attirante.

Pour ce qui est de ma mission, je suis entrée, j’ai subtilisé, je suis ressortie. Ils ne se sont jamais rendu compte que j’étais là, aveuglés par la réputation imprenable des lieux. Le client a bien payé d’ailleurs : de quoi s’acheter, à loisir, une corvette si l’envie nous en prenait. La dernière phase d’une opération en plusieurs étapes, si tu veux savoir. Autant te dire que ce n’est pas notre client lambda opportuniste. Loin de là.

Au fait, ce n’est pas bien d’accuser son chef de coup bas ou de provocation. J’en ai discipliné pour moins que ça, Nova. Tu devrais savoir que tous mes commentaires sont pertinents et toutes mes décisions irréprochables. Tu oserais remettre en doute ma parole? Je serais presque choquée. Presque. Je ne sais pas encore si mon cœur supportera de si cruelles accusation, surtout venant d’une personne de confiance. C’est dur d’être le chef… »


Re: Connais-tu cette blague? Une fois c'est une mandalorienne qui entre dans un bar... (PV PNJ de La Force)

le Sam 27 Oct - 15:39
A la fin de la bagarre, plusieurs tables gisaient briser autour de la colosse qui observait la scène avec une moue de déception. Même pas un peu de résistance ? C'était presque trop simple, alors elle s'était vengée sur le mobilier, prenant un soin particulier a détruire « involontairement » le décors avec l'aide de ses adversaires, qui avaient eue la mauvaise idée de croire que la simple force du nombre et une grande gueule leur suffirait a rivaliser. Certain diraient sans doute qu'avec leurs armures, les deux femmes trichaient, mais Myrianova était certaine que même nue, elle aurait obtenu le même résultat, avec peut-être un ou deux bleu, et encore, de vulgaire petite trace qui auraient disparu en quelques heures seulement, soit pas de quoi en faire une victoire. Elle soupira en haussant les épaules face aux derniers agresseurs encore debout qui battaient finalement en retraite, comprenant enfin la différence entre le patriotisme, le courage et l'inconscience. Parfois, il fallait savoir se reconnaître vaincu et battre en retraite, c'était mieux pour la santé. Balayant la pièce du regard, la Mandalorienne remarqua que sa supérieure, si elle s'était montrée plus subtile, n'avait toutefois pas hésiter a infliger des blessures nécessitant de la chirurgie… Peut-être espérait-elle faire venir les flics, mais la connaissant, cela devait poursuivre un objectif plus subtil. Ce dernier était tout simplement trop subtil pour la blonde, qui préférait des choses définies, qui, de préférence, pouvaient être briser en mille morceau !

La colosse Mandalorienne écoute sa patronne discuter avec le patron du bar dans une conversation qui n'est plus d'égal a égal : le patron craint que les deux mandaloriennes ne fassent encore plus de dégâts et cède sur a peu près tout… La blonde aurait presque pitié de lui, car un patron de bar, c'était quelqu'un qui fournissait un local ou l'on pouvait se détendre avec de l'alcool et avoir des discussion sérieuse, ce n'était pas pour rien qu'on réunissait parfois le Conseil des Clans directement a la Cantina. Pour autant, la demoiselle ne pouvait pas avoir de pitié pour un étranger, et pas pour un Mandalorien non plus car cela reviendrait a l'insulter… Autant dire qu'elle ne connaissait pas la définition exacte de cette notion. Lorsqu'il accepta finalement les demande de Viveka, la blonde en profita pour se pencher et saisir une bouteille de Vodka qu'elle avait repérer, préférant toujours les alcools les plus fort, et suivit donc sa cheftaine de clan dans une salle qui semblait bien trop luxueuse pour elle, sans doute un lieu qu'il réservait pour ses meilleurs clients… Ce qui ne signifiait pas pour autant que la Mandalorienne allait changer de comportement : elle s'installa sur la plus grande des luxueuses banquette, en face de sa boss, et ouvrit la bouteille qu'elle avait prise pour pouvoir se verser un verre… Non elle ne buvait pas a la bouteille tout de même !


« Ah, c'était plus une marque d'ennui ! Ceci dit, ils n'ont pas manquer de courage, l'intention y était… Ils sont juste pas a niveau. La République est trop douce avec ses citoyens, elle devrait les former a la dure, comme si les conflits précédents ne lui servait jamais de leçon. Si on leurs donnaient pas un coup de main pour leurs sauver le cul, ils se seraient fait balayer depuis très longtemps. »

Comme d'habitude, la jeune femme parlait sans aucun filet et se but son verre, une fois encore, cul sec et d'une seule traite. La remarque de sa supérieure l'avait amusée, mais elle sentait que ce n'était pas forcément le moment de répondre a ce genre d'invitation, elles n'étaient malheureusement pas ici pour s'amuser. Ceci étant dit, a ses yeux, la République était réellement un régime trop mou entretenant trop de « bouche inutile ». Tant de personnes incapable de se battre, surtout chez les femmes… Mais avec une religion comme les Jedi qui tentait de promouvoir la non-violence, alors qu'eux mêmes étaient des guerriers exceptionnels, il ne fallait pas vraiment être surpris par ce résultat. Toutefois, c'était une équation impossible a résoudre pour quelqu'un d'aussi simple et direct que Myrianova, pour qui la vie se résumait a celui qui s'imposait par les armes en respectant des traditions claires et établit : pas de place pour la politique, la subtilité et les trahisons dans la vie de cette femme, ce qui en faisait une très bonne camarade sur qui l'on pouvait compter dans l'action, mais qui n'avait pas la carrure d'une meneuse de grande ampleur. Même si Viveka venait a avoir un accident ou tomber au combat, il ne faisait aucun doute que la colosse ne prendrait guère sa suite : elle n'était pas candidate de toute manière, ce n'était pas son truc les responsabilités a cette échelle.

« Avoir un client généreux fait toujours plaisir, mais l'essentiel, c'est que tu te soit amusée ! Maintenant qu'on a été payer, il fait bien ce qu'il veux, qui sait, peut-être que ses rivaux essayerons de nous engager… Ce serait quand même con pour lui quand on y pense, mais bon, les affaires sont des affaires… Tant que les employeurs respectent les clauses des contrats en tout cas. Oh tu en veux au fait ? »

Oui, elle songeait seulement maintenant que sa camarade voudrait peut-être un peu de Vodka… Ce n'était même pas de la négligence, simplement une incapacité a traiter plusieurs choses a la fois : pour Myrianova, chaque problème devait être traiter un par un. Là, elle s'était rendu compte que ce n'était pas très sympa de se servir un autre verre sans demander a sa maîtresse si elle en voulait aussi. Toutefois, la blonde ne s'attendait pas la réplique suivante et se recroquevilla soudainement sur elle-même en rougissant, signe qu'elle n'était pas a l'aise avec cette attaque frontale. Elle se doutait bien qu'il y avait quelque chose de provoquant dans cette posture et une forme de jeu, mais ce n'était pas agréable pour autant et mettait la colosse dans une position inconfortable qui rendrait la scène assez pathétique a observer pour un observateur extérieur. Mais c'était un fait avéré, Myrianova ne portait pas les Sith dans son cœur et ne comprenait pas le culte de la beauté Hapien qui poussait les femmes a se maquiller et mettre en avant leurs charmes afin de pouvoir être « plus grande », cela lui semblait stupide et contre-productif.

« Enfin quand même, t'irait pas te mettre a poil juste pour faire un discours au clan pas vrai ? Bon faut dire qu'on est pas trop sensible a ce genre de truc… Et c'est pas si dur, tu sait bien qu'on te suivra partout ou tu ira non ? Même si tu me demandait d'aller au plus profond d'enfer de Korriban, j'irais en chantant ! »

Bon, il fallait dire qu'elle irait même avec un enthousiasme débordant, mais cela c'était une autre histoire...
avatar
Al’verde
Al’verde
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Connais-tu cette blague? Une fois c'est une mandalorienne qui entre dans un bar... (PV PNJ de La Force)

le Dim 28 Oct - 2:40
Je refusai poliment l’alcool proposé par Nova. Je n’avais pas vraiment le cœur à célébrer, en fait. J’étais pensive, réfléchissant à ce que je pourrais faire de plus pour assurer à mon clan une place toujours mieux cimentée au sein de notre culture, comment continuer d’accroitre notre histoire sans rien sacrifier de qui nous sommes et de ce que nous sommes. Trop de clans avaient déjà abandonné nos traditions pour embrasser celles de leurs employeurs, remplaçant l’honneur par un opportunisme éhonté. Je comprends que l’argent est le nerf de toute guerre, que sans ce dernier, on ne peut se procurer sans pillage un certain nombre de choses mais quand même. Jamais on ne verrait sur mon armure les symboles des grandes factions. Je peux travailler pour elles. Mais je ne leur appartiens pas. Pas plus que mon clan. Jamais au grand jamais.

Ceci dit, travailler pour une faction donnée ne veut pas dire adhérer à tout ce qu’ils prétendent, tout ce qu’ils représentent. Loin de là. Si un employeur voulait m’y forcer, d’ailleurs, il se retrouverait confronté à une résiliation de contrat. Ce n’est pas mon genre. L’honneur dicte que tout ce que j’entreprends, je me dois de le compléter. Mais il y a certaines choses avec lesquelles on ne joue pas. Avec lesquelles on ne plaisante pas. Et je puis vous assurer que l’honneur est en tête de liste. C’est plus qu’un simple mot pour moi. C’est presque toute ma vie. Vous ne pouvez pas comprendre si vous n’êtes pas né mandalorien. Vous n’avez pas besoin de comprendre, d’ailleurs. Je regarde Nova boire, je l’écoute parler. Si directe, si simple, si noir et blanc. Une chose à la fois. Pas de nuances. On fonce et on défonce. Parfois je donnerais énormément pour être comme elle.

Mais je ne pourrais jamais être comme elle. Pour commencer, tel n’est pas mon rôle. Je suis faite pour commander à mon clan, pour les mener à la victoire. Nova fait partie de ceux et celles qui rendent la chose possible. Quiconque se trouve en position d’autorité ne peut ignorer que les choses sont infiniment plus complexes qu’elles en ont l’air. Que je dois prudemment étudier ce que je vais entreprendre pour mon clan et comment je l’entreprendrai. Nous sommes un peuple fier mais nous sommes peu nombreux. Nous sommes d’une rare résilience mais je ne me leurre pas. La couardise des grandes factions les pousse à construire des armes qui ne devraient pas exister. De créer des inventions qui n’ont pas leur place dans notre galaxie. Elles jouent avec un pouvoir que nul ne devrait détenir. Et ce pouvoir, elles n’hésitent pas à le tourner contre ceux qui leur font obstacle.

J’ai étudié notre histoire. Je sais ce qui s’est passé il y a des millénaires de cela. Avec Revan. Puis pendant l’ancienne république pendant la guerre froide. En remontant l’histoire, on peut suivre les tentatives plus ou moins réussies des faibles pour éradiquer les forts. La galaxie contre nous. Oui, nous sommes des prédateurs. Mais nous ne sommes pas des bêtes sauvages. Un mandalorien se bat car telle est sa culture. Contrairement aux Siths, par contre, il ne pratique pas le meurtre gratuit, la torture et ne tue pas des proies faibles. Sans valeur. Pourquoi tuer de vulgaires civils quand on peut défier leurs plus grands soldats. Pourquoi s’en prendre à des politiciens quand on peut affronter des Jedis? Brave Nova. Continue de voir la vie de façon si simple. C’est à moi de faire en sorte que tu le puisses pour encore plusieurs décennies.


« Tu sais, Nova, je t’envie beaucoup. Pour toi, tout est noir ou blanc. Tu ne te casses pas la tête avec les nuances. Tu dis ce que tu penses, fais ce que tu fais en te moquant bien du regard des autres. Jamais je n’aurai cette chance. Mon œil me rappelle chaque jour le poids que je dois de porter. Les vies entre mes mains, ceux que je dois inspirer, le symbole que je dois représenter. Un bien lourd fardeau. »

Certains ont honte de parler de leurs… Handicaps. Pour certains, choisir d’avoir une prothèse plutôt que d’apprendre à vivre sans un membre ou un organe est un signe de faiblesse. Pour moi, c’est juste une cicatrice de plus à porter, une leçon de plus enseignée par la vie. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. J’ai été solidement endurcie par la vie. J’ai sacrifié un œil pour sauver un clan. Enduré des tortures atroces en refusant de révéler des secrets qui auraient pu nuire considérablement aux miens. Et je ne regrette rien. Si c’était à refaire, je le referais. Et c’est ce qui me dérange. Peu de chefs sont vraiment prêts à ce genre de sacrifices. Ils deviennent de plus en plus politisés ou désireux d’accroitre leur pouvoir au détriment de celui de leur clan. Je refuse catégoriquement de faire passer ma personne avant les miens.

Je ne suis qu’une mandalorienne. Mon clan est constitué de dizaines d’individus. Et je sais que faire référence à mon œil va faire du mal à Nova. Elle se sent responsable de ce qui m’est arrivé. Ça la tourmente et la ronge. J’ai beau lui dire que ce n’est pas sa faute, que j’ai fait mon choix ce jour-là et qu’elle a pratiquement mis en pièces certains de mes bourreaux à mains nues… Rien à faire. Elle continue de se blâmer. Sa loyauté est sans faille. Mais sa vision noir et blanc l’empêche d’accepter qu’elle n’a jamais fait partie du problème. Ne fera jamais partie du problème. Et je m’en veux d’avoir laissé une sorte de mélancolie pensive parler à ma place. Un bon chef doit toujours gonfler à bloc le moral de ses troupes. Ne jamais montrer de faiblesse. Nous sommes des symboles. Des idéaux à atteindre. Et parce que je suis avec Nova, j’ai tendance à vouloir me confier.

Sauf que ce n’est pas le rôle de Nova et elle n’a pas à endosser ce rôle. C’est mon fardeau pas le sien. Je suis tirée de mes pensées par un bruit de verre brisé. Je la regarde et je vois qu’elle a serré les poings. Signe d’une grande colère difficilement contenue. Elle a appliqué trop de pression sur le pauvre récipient qui a éclaté et je vois qu’elle s’est coupée. Le sang coule, pas à flot mais il coule. Je me lève, m’approche d’elle et lui fait un bandage, délicatement. Nova déteste qu’on s’occupe d’elle. Je l’ai vu cogner à plus d’une reprise un droïde médical trop insistant. Mais moi… Elle me laisse faire. Force de l’habitude, j’ai immédiatement remarqué que sa blessure ne contenait aucun fragment de verre autrement je les aurais extirpé malgré ses protestations. Le pansement terminé, je garde sa main dans la mienne, la regardant droit dans les yeux.


« Nous avons déjà eu cette discussion. Ce n’est pas de ta faute. Tu ne veux pas l’entendre mais je te le redis. J’ai fait le choix de sacrifier cet œil pour le bien de notre clan. Tu as dit que tu me suivrais en enfer si je te le demandais. C’est par un tel sacrifice que je me rends digne de ta loyauté. C’est par des actions qu’on définit qui on est. Tu as la tête dure Myrianova Eldar… Mais ne change jamais. Reste qui tu es.

Et tu me diras que ce n’est peut-être pas le meilleur des moments mais si les contrats refusent de venir à nous ce soir, il y a bien une mission que je pourrais vouloir te confier. Tant qu’à être en territoire républicain, autant en profiter pour boucler une boucle, tu ne crois pas? Je ne t’ai jamais vu reculer devant le danger et là où nous irons, il n’y aura que ça. Mais comprends-moi bien. C’est le genre de secrets qu’on emporte dans sa tombe. »


On se fait bien des ennemis dans une vie. Bien des regrets également. Et justement, il s’avère que j’ai eu beaucoup de temps pour penser ces derniers temps. J’ai décidé de régler une vieille affaire qui ne touche que de très loin directement au clan. Mes problèmes ne sont pas ceux des miens et n’ont pas à l’être. Ceci étant dit, comme n’importe qui, j’ai des choses qui peuvent me garder éveillée la nuit. Et tant qu’à être dans le coin et avoir un creux dans la période de contrat, autant en profiter pour remédier au problème. Je ne force en rien Nova à me suivre… Mais je sais qu’elle le fera. Je ne reviens pas sur Corellia que parce que c’est un endroit riche en opportunité. J’ai des comptes à régler mais je n’ai jamais vraiment voulu aller de l’avant. Certainement pas par peur… Davantage parce que je veux mettre le bien de mon clan avant le mien. Mais là… C’est une démangeaison que j’attends de gratter depuis trop longtemps…


Re: Connais-tu cette blague? Une fois c'est une mandalorienne qui entre dans un bar... (PV PNJ de La Force)

le Mar 30 Oct - 16:56
« Noir et blanc… Si tu me demande qui sont les gentils et les méchants de ce panier de crabe, je serais incapable de te répondre, cela fait trois cent ans qu'ils s’entre-tuent pour pas grand-chose… Alors je me contente de prendre la vie au jour le jour et considérer que seul notre clan et Mandalore a de l'importance. Mais faut pas pousser, y a des personnes dans cette galaxie, je sais bien que ce sont des méchants, comme ses enfoirés de Sith par exemple ! »

Myrianova ne cachait pas son hostilité pour le Consortium, trop différent de Mandalore pour qu'elle lui accorde un quelconque crédit. Si l'Empire n'avait pas simplement rechercher a jouer son propre intérêt et provoquer un conflit des trois royaumes, elle était convaincu que Mandalore aurait eu les moyens de créer une grande coalition contre Hapès qui lui aurait permit d'étendre son territoire et sa légitimité. Mais elle ne tenait pas compte de nombreux paramètres et sa vision restait très, sans doute trop limité, pour pouvoir faire de son analyse quelque chose de pertinent, bien qu'elle soit plus proche de la réalité en étant simple que de nombreux comploteurs tentant de monter des plans complexes trop basé sur leurs propres fantasmes qu'une analyse froide de la réalité. Parfois, l'esprit direct d'une colosse recherchant simplement a détruire tout ce qui passait sous ses armes pouvait se montrer plus rationnel et taper plus juste que celui d'un stratège trop perché… Le bon sens de la campagne, sans doute. Mais la blonde serait bien incapable pour le moment de remonter le moral de sa cheftaine qui avait quelques soucis avec l'image qu'elle renvoyait dans son rôle de chef : le fait d'évoquer sa blessure fit remonter quelques mauvais souvenirs et un sentiment de culpabilité qu'il n'était pas très bon de réveiller, même après une bagarre qui n'avait pas été très satisfaisante…

Serrant trop fort son verre vide, la force de la nature qu'étant Myrianova le brisa en mille morceau, fort heureusement sans réellement se faire mal. Ce n'était de toute façon pas le genre a essayer de se soigner, préférant supporter les douleurs comme tout bon Mandalorien le ferait. Mais Viveka ne laissait jamais son amante souffrir et la blonde ne l'aurait jamais menacer pour la convaincre de ne pas s'occuper de sa main. Comme d'habitude, la rousse lui fit remarquer qu'elle n'y était pour rien, mais comme a chaque fois, Myrianova n'écoutait pas vraiment, ou plutôt était incapable d'assimiler l'information. Pour elle, une blessure aussi grave sur sa cheftaine et maîtresse ne pouvait être qu'une preuve de son échec et elle porterait ce fardeau jusqu'à la tombe, peu importe ce qu'en penserait sa chef sur ce point. Fort heureusement pour elle, le sujet ne resta pas trop longtemps la dessus, mais vint sur un domaine que n'attendait pas la colosse : visiblement sans contrat pour la soirée, Viveka souhaitait profiter de sa présence en espace républicain pour pouvoir régler un compte avec son aide, mais cela nécessitait le secret. Posant sa main sur son casque afin de le tapoter, sa plus fidèle alliée afficha un sourire qui en disait long sur son état d'esprit avant de répondre.


« Je te l'ai dit, demande moi d'aller au fin fond de l'enfer sur Korriban et je t'y suivrais en chantant. Alors ce n'est pas garder un secret qui va me faire peur ! En plus, j'ai un nouveau jouet a tester, cela sera peut-être une bonne occasion de le faire. Dis moi en plus sur ce problème, que je sache comment je vais le briser ! »

Lorsque l'on avait appel a Myrianova, c'était rarement pour faire dans la discrétion et la délicatesse. Joignant le geste a la parole, elle tira de son dos un immense fusil qu'elle avait garder derrière elle solidement accroché, ne l'employant même pas dans la bagarre. Là ou beaucoup de Mandaloriens employaient désormais des armes basé sur la technologie Verpine, la blonde s'était tourné vers l’ingénierie de son clan pour se faire fabriquer un « fusil d'assaut blaster » qui, entre les mains de n'importe qui d'autre, aurait été renommé mitrailleuse lourde et nécessitait un trépied pour être installer ; Elle tapota dessus une fois qu'il fut poser sur la table avec un sourire carnassier qui en disait long sur son impatience d'en faire usage, d'autant plus pour rendre service a celle qu'elle considérait comme la femme de sa vie. Mais il lui fallait savoir quel genre de problème elle devrait oblitérer, a l'occasion, elle ne pourrait même pas faire usage de son nouveau jouet, ce qui lui causerait une certaine frustration. Mais elle réglerait le problème tout de même, de toute façon, Viveka ne ferait pas appel a ses services si cela ne promettait pas quelques combats difficiles, cela, c'était une chose dont elle était certaine...
avatar
Al’verde
Al’verde
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Connais-tu cette blague? Une fois c'est une mandalorienne qui entre dans un bar... (PV PNJ de La Force)

le Mer 31 Oct - 3:36
S’il faut tout casser ou même casser un petit peu, comptez sur Nova pour faire le travail. C’est une force de la nature armée jusqu’aux dents et si vous lui laissez un centimètre, elle en prendra plusieurs dizaines de mètres avant de s’arrêter. Pour faire une brèche dans une ligne défensive, il n’y en a pas deux comme elle. Plus encore pour faire le bulldozer. Quand Nova s’élance, écartez-vous du chemin ou vous en ferez les frais, c’est moi qui vous le dis. C’est une bonne alliée à avoir. Je ne me suis jamais sentie en danger en sa présence. Vrai, en tant que mandalorienne, bien peu de choses me font me sentir en danger mais c’est le principe. Je sais que je pourrais toujours compter sur Nova. Toujours. Et elle me le rend bien. Une vraie alliée. Si on peut trouver une autre personne comme elle dans la galaxie, je demande à la rencontrer.

« Comme je ne veux pas que tu t’entailles l’autre main en serrant quelque chose de toutes tes forces, je te dirai que cela a rapport avec cet incident dont je ne peux parler sans que tu ne réagisses avec violence. Nous avons eu les Siths responsables, oui, mais j’ai fini par me rendre compte qu’il y avait quelqu’un d’autre.

Vois-tu, je ne prétends pas être digne d’être le Mandalore et donc d’être la meilleure stratège de notre peuple. Ceci étant dit, je sais de quoi je suis capable et je me suis toujours demandé comment est-ce que les Siths avaient été aussi précis dans leurs questions. Un tortionnaire commence par infliger la douleur, pose des questions anodines pour jauger des réactions de sa victime. Enfin, c’est comme ça que je le comprends.

Mais eux? Même en lisant dans ma tête, ils n’auraient pas pu trouver le matériel de base pour toutes ces questions. Alors quelqu’un leur a dit quoi demander. Quelqu’un avait au moins les grandes lignes pour qu’on sache quoi me faire dire pour dévoiler nos secrets. Sur le moment je n’y ai pas pensé mais ils ont mentionné quelque chose quand ils pensaient que j’étais inconsciente. Un truc vraiment très personnel. Alors j’ai creusé.

Et j’ai trouvé. Le nom ne te dira pas grand-chose. Ivan Kurtzberg. Mais si je te dis Jorgen, tu vas te souvenir de lui comme d’un membre d’un clan allié au clan Eldar.  En vérité c’est un espion qui a été envoyé par les Siths pour tenter de nous faire entrer en guerre contre leur patronne, la soi-disant reine éternelle. Comme tu t’en doutes, après qu’on ait lavé l’affront qu’on m’a fait dans le sang, il a préféré disparaitre.

Traqué par ses anciens employeurs ET par nous si nous venions à découvrir la vérité? Il a fait défection à la République, tentant de vendre aux Jedis ce qu’il sait de ses anciens maitres. Et il est ici, sur Correlia, sans doute en train de se faire tout petit en espérant que nous n’avons pas découvert ses crimes. Tu sais comme moi que pour moi, l’honneur est tout, Nova.  Mais je ne peux pas être celle qui va prendre sa vie. Même si je le voulais.

En tant que chef du clan Eldar, assassiner une source d’information aussi utile pour la République, même si j’ai raison de le faire, risquerait de nous placer au milieu d’un conflit qui pourrait mener à l’extermination des nôtres. Si je le dénonçais, ils prendraient tellement de temps à débattre de quoi faire de la situation qu’il prendrait la fuite. Toi tu le peux. Même si tu es mon bras droit, chaque mandalorien est libre de ses actes.

Supplier n’est pas mandalorien. Ordonner dans de telles circonstances serait insulter ton honneur. Alors je te le demande, Nova, de mandalorienne à mandalorienne. Acceptes-tu d’être l’instrument de ma juste vengeance et de prendre la vie de ce traitre? Je viendrai avec toi, bien sûr. Invisible, désactivant caméras et systèmes de sécurité. Au matin, tout ce que la République trouvera, c’est un carnage et aucune explication. »


Je sais pertinemment que je n’ai même pas à lui demander de le faire. Elle va le faire. S’il fallait raser la capitale de cette planète pour mettre la main sur le dernier conspirateur dans cette sombre affaire, elle le ferait sans hésiter, une main attachée dans le dos si nécessaire. Elle va le faire. Mais… Il y a des façons de demander. Des traditions à respecter. Et en faire ma championne, l’instrument de ma justice, celle qui réparera un tel affront à mon honneur… Peut-on se voir confier une tâche plus glorieuse? Notre histoire est riche de ces épisodes où au nom de l’honneur, une personne devient gra'tua, la vengeance, si vous préférez. Et je ne voudrais personne d’autre qu’elle pour exécuter cette tâche. Elle veut essayer son nouveau jouet? Elle aura plus que l’occasion de le faire dans les temps à venir. Ce ne sont pas les ennemis qui vont manquer en tout cas.

Notre proie est terrée au sein d’une vaste propriété fortifiée à quelques kilomètres de la capitale, d’où on peut apprécier tranquillité et un panorama fort singulier. Le périmètre est gardé par des membres des forces spéciales ou des services de renseignements de la République et s’il n’y a pas un Jedi sur les lieux, un vrai, pas un vulgaire apprenti, c’est qu’ils accordent moins de valeur qu’initialement anticipé à « Jorgen ». Ma mission à moi sera de faire ce que je fais de mieux : entrer où je ne devrais pas aller, être une présence invisible et empêcher tout système électronique de détecter notre présence. Je suis méthodique. Chirurgicale. Et je n’aurai pas le choix d’ailleurs. Si je ne suis pas suffisamment rapide, notre proie risque de filer, des renforts de débarquer et je n’ai pas envie de m’éterniser outre mesure ou de tuer plus que nécessaire.

Nous ne ferons aucun survivant alors inutile de rajouter à la liste des défunts la garnison du coin. En tout cas je suis surprise. Nova est restée étonnamment calme. Je me serais attendu à ce qu’elle arrache la table du sol et qu’elle commence à tout dévaster mais non. Oui… C’est sa façon d’évacuer sa colère. Oh il y en a bien une autre mais je préfère un peu plus d’intimité pour ce genre de chose. Même quand elle parle de ses problèmes, quelque chose finit par être brisé. Pour certains, c’est déconcertant. Inquiétant même. Moi… Je la connais. Son passé, ce dont elle a été victime et comment je l’ai ai tendu une main que personne n’avait jusqu’alors voulu lui donner. Je n’aime pas qu’elle se torture avec quelque chose qui n’est pas sa faute. Alors si je peux lui donner la possibilité d’enterrer enfin tout ça… Je ne raterai certainement pas cette occasion.


« De toi à moi… Je pense que ça va nous permettre enfin de mettre tout ça derrière nous. De tourner la page, définitivement. Et qui sait, peut-être que confrontée à une nouvelle preuve irréfutable que ce n’est pas ta faute, tu vas finir par accepter mon point de vue. Je n’aime pas te voir malheureuse, tu le sais. Je sais très bien de quel enfer je t’ai sorti, Myrianova Eldar. Comment je t’ai amené dans mon clan. »


Re: Connais-tu cette blague? Une fois c'est une mandalorienne qui entre dans un bar... (PV PNJ de La Force)

le Mer 7 Nov - 18:44
La colosse avait du mal a suivre les tenants et aboutissants de cette affaire : pour elle, il était étrange que les Sith tentent de jouer contre leurs souveraines, même si elle s'habillait comme une péripatéticienne ! Nova était trop franche et directe pour comprendre les complots des Sith et pour elle, tirer contre son camp serait se suicider, d'autant plus qu'avec leurs soutiens, les Républicains seraient assuré de la victoire. Mais elle savait également que ce genre de chose la dépassait et qu'il était inutile de vouloir comprendre, c'était hors de sa portée. Les gens simples comme elle se contentait de pointer leurs armes sur leurs cibles et d'appuyer sur la détente, réalisant les plans de ceux qui savaient quoi faire. Elle n'était pas la plus intelligente, mais elle était honnête et loyale, deux qualités très respecté sur Mandalore. Nova s'était fait des amis, y compris dans d'autres clans, parce que lorsqu'il fallait aider un frère ou une sœur d'arme dans le pétrin, peu importe la couleur de son armure et l'insigne de clan qui s'y trouvait, elle plongeait la tête la première pour le sauver. C'était pour cela qu'elle avait sa petite réputation et que beaucoup l'appréciait.

Il était toutefois évident que son amante n'avait guère besoin de poser la question a la colosse pour que cette dernière accepte de répondre par l'affirmative : si une autre ordure était mêlée a cette histoire, alors il devait mourir comme les autres. Mais non, cela n'effacerait jamais le sentiment de culpabilité. Toutefois, cela l'aiderait a se regarder dans une glace et être l'instrument de la vengeance de sa cheftaine et amante était un honneur qu'elle était incapable de refuser. Elle pris son heaume dans ses mains et l'enfila dans un geste qui semblait presque cérémoniel : elle comprenait l'intérêt que cet homme avait pour les Républicains, mais leurs honneurs passait bien avant l'intérêt de la République, ils n'étaient pas alliés et cette dernière ne réagirait pas s'ils venaient demander justice. Alors la colosse allait faire le travail a leurs place, entrer par la grande porte, canarder, exploser, soulever les corps pour les jeter sur les autres et faire tout exploser afin de ne laisser aucune autre trace de son passage que des morceaux de cadavre, voilà l’œuvre d'art que Myrianova laissait a la galaxie : une symphonie de mort en fanfare qu'il était impossible de manquer, mais que l'on ne pouvait qu'admirer !


« Le nombre de responsable, leurs noms, pour qui ils travaillent… Cela ne changera jamais rien. Mais maintenant, j'ai un travail a finir, et je vais l'accomplir. Cet ordure nous a pris pour cible au nom de maître stupide, il va le payer de sa vie. Pourquoi on est encore là exactement ?!? »

La colosse s'était levée brusquement, ramassant son arme et l'observant avec une satisfaction que Viveka serait sans doute capable de percevoir malgré le heaume dissimulant son visage. Le digitaliseur de voix rendait ses paroles bien moins chaleureuse, mais de toute façon elles n'avaient rien de chaleureuse ici et ne faisait que transmettre sa volonté de détruire tout ce qui passerait devant sa ligne de mire ou sous ses mains. Au moins, le patron du bar aurait la satisfaction de les voir partir, mais ce n'était pas ce soir qu'elles auraient le contrat du siècle… Guère très surprenant dans le temps, les grandes puissances préparaient leurs pions en attendant de savoir qui agirait le premier et comment, elles n'avaient sans doute que peu de temps d'envisager d'engager des mercenaires, elles le feraient sans doute ensuite, lorsqu'elles auraient besoin de renfort urgent et très qualifié… Mais fallait pas compter sur elle pour aller combattre avec le Consortium, depuis l'incident, la seule chose qu'elle voulait faire aux Sith et leurs maudits alliés Hapien, c'était de les massacrer… La neutralité était une chose, mais elle avait ses limites et ses ordures avaient usé de sa patience, même si leurs catins en chef semblait finalement davantage une victime qu'une coupable.

« Des consignes particulière, ou je fait comme d'habitude ? »

Faire comme d'habitude signifiait qu'elle allait défoncer d'un coup d'épaule la porte principale puis tirer sur tout ce qui bougeait en faisant le plus de pertes et fracas possible. Sachant que parfois, il fallait qu'elle modère un peu ses ardeurs, même s'il s'agissait de quelque chose de très difficile pour elle, elle préférait encore poser la question avant de faire une bêtise. Mais elle supposait qu'elles auraient un peu de chemin a faire pour atteindre le lieu du massacre, alors sa cheftaine avait tout son temps pour exposer son plan dans le cas ou elle en avait un.
avatar
Al’verde
Al’verde
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Connais-tu cette blague? Une fois c'est une mandalorienne qui entre dans un bar... (PV PNJ de La Force)

le Jeu 8 Nov - 3:18
Je savais qu’elle accepterait. De mon vivant, je n’ai jamais vu mon bras droit se soustraire à quelque mission que ce soit. Je ne vois pas pourquoi elle le ferait d’ailleurs : Quand on y pense, n’est-ce pas là son rôle que de toujours être là pour m’épauler face à l’adversité? On pourrait longuement argumenter sur le rôle réel d’un bras droit, j’en conviens mais je dirais d’abord et avant tout que cela dépend de la culture dont vous êtes issu. Là d’où je viens, c’est plus l’équivalent d’un frère ou d’une sœur de sang. On prend les armes ensembles et si besoin, on meurt ensemble. De façon glorieuse, bien sûr. Autrement ce n’est même pas la peine d’y penser. Intérieurement par contre je suis quand même vraiment très heureuse qu’elle soit si prompte à prendre les armes. Elle aurait pu dire non, faire passer son propre honneur en avant plan… Et c’eut été normal.

Une mission personnelle peut prendre des allures de vendetta. Ce n’est pas quelque chose de bien vu ça, la vengeance « pour la vengeance ». Si l’on a pas notre clan en tête quand on agit, comment peut-on prétendre agir dans son meilleur intérêt? La réponse est simple : on ne peut pas. L’honneur est une drôle de notion quand il entre en conflit avec des impératifs encore plus… Nobles. Je ne critique pas notre façon de faire, notre philosophie. Loin de moi cette idée. C’est ce qui nous a permis de rester droits pendant des millénaires. Alors que la galaxie embrasse volontairement la corruption, nous, mandaloriens, avons su rester plus purs que bien des puissances et des factions. Nos traditions définissent qui nous sommes et bien que le changement ne nous soit pas étranger, jamais vous ne nous verrez nous abaisser à renier ce que nous sommes.

Enfin… Les vrais mandaloriens, bien sûr. Je ne parle pas de ces traitres et de ces opportunistes prêts à se vendre, que dis-je, se prostituer pour les grandes factions. Un mandalorien ne sert que son clan. Jamais un autre maitre. Si mon employeur me demande de mettre le genou en terre pour prêter allégeance à sa hiérarchie, il va se prendre mon poing ganté à la figure, c’est une certitude. Mais bon. Nous ne parlerons plus d’employeurs et de contrats car finalement ce soir, il s’agira d’une histoire de vengeance et d’honneur lavé dans le sang. Ça me convient tout autant. Au bout du compte, c’est l’adversité que j’affronte à nouveau. Ma propre personne. Mes propres démons. Je ne serai pas seule, j’en conviens. Mais…C’est je pense encore plus difficile dans ces moment-là. Vous vous rajoutez une toute autre dimension de variables à considérer.

Il est tellement facile de se dire, par exemple, qu’on pourra simplement s’appuyer sur l’autre. Ou de se dire qu’on va devoir porter les fautes de l’autre soi-même. Mais en vérité, que sont ces craintes? Simplement le reflet de ses propres faiblesses, à un niveau ou à un autre. Je sais que je ne devrais pas m’en faire. Nova et moi n’en sommes pas à notre première mission en duo et ce ne sera certainement pas la dernière non plus. De cela je suis absolument convaincue. Elle a raison par contre, qu’est-ce qu’on fait encore ici? Sans un mot de plus, je quitte la cantina, ouvrant la marche et bien vite, nous prenons une série de ruelles pour éviter la foule qui arpente les artères de Coronet City. Pendant le trajet, jusqu’à notre cible, je continue d’être silencieuse. Certains pourraient le voir comme une sorte de mauvais présage. Nova sait qu’il s’agit de concentration.

Une fois à proximité du lieu où se cache celui qui ce soir va rendre son dernier soupir, je pose mon casque contre son casque et finit par lui répondre. Je vais qu’elle se déchaine ce soir. Complètement. Anodin pour vous. Pas pour elle. Pas pour moi. Nova est spéciale. On dit que les gens simples sont les plus faciles à manipuler, à contrôler. Oui et non. Nova, quand elle ne sait pas comment exprimer quelque chose, le garde en elle. Et si je ne suis pas là pour contenir ce maelstrom d’émotions qui bouillonne en elle, elle explose. Et quand elle explose… Même moi j’ai du mal à la faire s’arrêter. De façon générale je l’empêche de se lâcher complètement. Mais ce soir? Non. Ce soir je n’ai pas envie d’épargner à l’ennemi ce qu’il y a de plus sombre en Miryanova. Pas très mandalorien, dites-vous? Que savez-vous de ce qui est mandalorien, au juste? Hum?

Comme il se doit d’être fait, je prends les devants. C’est moi qui infiltre, rend aveugle l’adversaire en le privant de ses défenses, de ses moyens de surveillance. Combien de morts est-ce que je laisse dans mon sillage? Pour le moment, aucun. Quand comme moi vous devez être invisible, le but c’est encore de verser le moins de sang possible. Il suffit d’un garde qui échoue à se présenter au rapport, la plus petite des suspicions pour que l’alarme soit donnée. Grand mal leur en fasse dans la présente situation, par contre. Ce n’était pas comme si elles étaient fonctionnelles ces fameuses alarmes. Et puis les caméras, j’en ai besoin. Je ne peux pas tuer de ma main celui qui m’a livré aux mains des Siths. De mes bourreaux. J’ai déjà expliqué pourquoi. Mais je ne veux rien manquer du spectacle quand Nova le tuera. J’espère que ce sera brutal et douloureux pour lui.

Nova est en même temps ce que je ne peux pas être. En toute circonstance je me dois d’être un modèle pour le clan Eldar. La voix de la raison, celle qui rallie les troupes derrière elle, qui défend notre mode de vie et nos traditions. Mais sous cet extérieur immaculé, je reste comme n’importe lequel des miens une personne qui ne saurait faire taire tous ses sentiments. Le désir de vengeance auquel je fais référence est un poison auquel je ne peux « officiellement » succomber. S’il fallait dresser un parallèle, Nova est en quelque sorte tous les coups de pratique de l’artiste avant de produire une beauté toilée. C’est Nova qui se charge de faire une partie du sale boulot pour que je puisse toujours présenter cette façade professionnelle qui fait la réputation des mandaloriens. Mais surtout, surtout, à cause de raisons philosophiques. Lesquelles, demandez-vous?

J’ai souvent dit qu’on ne fait pas de la gravure avec une masse. Je suis une artiste dans l’âme, vous le savez. Je crée. Mais à toute création il y a aussi la destruction. Et c’est là que Nova entre en scène avec son style tout particulier. Un roseau ne peut devenir chêne et inversement. Je me venge en privant de ce qu’il croit être une sécurité absolue notre cible. Ma torture est purement et uniquement psychologique. Voyons qui de nous deux saura faire le plus mal, entre Nova et moi. On peut briser des os comme on peut briser un esprit. C’est ce que je me fais comme constat alors que mes premières victimes gisent mortes dans la salle de surveillance. Jamais de gestes inutiles, jamais plus de souffrance que nécessaire. Le spectacle, le vrai, va bientôt commencer par contre. Nova ne va pas tarder à faire son entrée… Si elle est fidèle à elle-même, ce sera assurément impressionnant.


Contenu sponsorisé

Re: Connais-tu cette blague? Une fois c'est une mandalorienne qui entre dans un bar... (PV PNJ de La Force)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum