Partagez
Aller en bas
avatar
Major du Chume'doro
Major du Chume'doro
Voir le profil de l'utilisateur

Au service secret de Sa Majesté (PV Darth Ânkh)

le Lun 6 Aoû - 1:50
Le calme. Un état si rare dans une galaxie en guerre. Un état illusoire, même, pour ceux habitués à en naviguer les intrigues. Un vieux proverbe disait : le calme avant la tempête. Et la tempête, elle était en train de prendre de l’ampleur, menaçant de tout balayer sur son passage, potentiellement pour de bon, cette fois. Mais cela ne semblait pas inquiéter outre mesure celle qu’on connaissait sous le nom de code d’Arcanis. Marchant d’un pas tranquille qui ne trahissait pas cette grande force dissimulée en elle, elle arpentait des corridors qu’elle connaissait par cœur, comme si elle les avait elle-même dessiné. Son environnement immédiat ne la dérangeait pas car personne ne pouvait la voir. Manipuler la Force et ses arcanes les plus puissantes pouvait fournir de sérieux avantages. Celui d’être complètement invisible au regard, par exemple.

Mais ce n’était pas ce qui l’entourait qui la préoccupait, en ce moment. C’était plutôt celle qu’elle traquait grâce à un rituel exécuté il y avait bien longtemps. La souveraine de ces lieux, celle qui avait le pouvoir de changer le cours de la galaxie toute entière. Celle qui était connue comme la Reine Mère. Pour Arcanis, cependant, elle restait sa protégée, celle qu’elle avait des années auparavant commencé à protéger en tant que princesse héritière du trône. Et bien que maintenant celle qu’elle fut était quelque part mélangé avec les souveraines avant elle, Arcanis savait retrouver dans ce maelstrom celle qu’elle avait juré de protéger et servir. Certains considéreraient comme haute trahison que de ne pas être loyale à la Reine Mère mais comme avec n’importe quoi, c’était infiniment plus complexe. Rien n’est jamais simple en ce bas monde, répétait-elle sans cesse.

Elle avait juré de protéger et servir parce qu’elle avait décidé de sortir d’une longue période de neutralité politique qui aurait pu être une éternité. Elle avait décidé de se joindre à la faction qui avait le plus de chances de vraiment faire quelque chose pour changer la galaxie. La stagnation ne pouvait qu’amener à la ruine et il y avait longtemps que l’Histoire n’avait pas été enrichie de quelques pages vraiment significatives. Ce n’était pas tant l’excitation d’un potentiel combat qui la motivait. Arcanis pouvait se battre, savait se battre mais cet intellect froid et inflexible était sa plus grande force plus que ses armes. Tous ses pouvoirs étaient orientés dans un seul but : en faire la parfaite espionne, l’éclaireur par excellence et si besoin, l’assassin qui pouvait entrer et ressortir de n’importe où à tout instant. Telle une arme, elle s’était forgée dans un but précis.

Plusieurs diront que l’hyperspécialisation amène un handicap, un manque de versatilité. Dans la théorie, un raisonnement parfaitement logique. Dans la pratique, tout dépend encore de qui se tient devant vous. Une hyperspécialisation n’implique pas systématiquement un manque de flexibilité. Loin de là. Tout est encore entre les mains de la personne qui a choisi de dédier sa vie à une voie particulière. Aux yeux d’Arcanis, ce n’était encore que rhétorique et matière à débats pseudo philosophiques. Plutôt que de perdre son temps avec ces futilités, elle préférait se concentrer sur ce qui est important. Ce qui ramène à l’actuelle Reine Mère, dans la salle du trône. Protégée, naturellement, par les meilleurs agents et soldats servant sous les ordres d’Arcanis. L’élite parmi l’élite de l’élite, fanatiquement loyale à une souveraine théoriquement immortelle.

Plus que jamais essentielle, d’ailleurs, avec les Siths et leur fourberie en guise d’alliés. Mais la trahison… Hapès connait bien. Très bien même. La politique est un champ de bataille tout aussi sanglant que celui de la guerre. Si tant est que c’est possible, les Siths avaient trouvé un adversaire à leur mesure dans le ballet mortel des intrigues, des secrets et des coups en traitre. Arrivée devant les portes de la salle du trône, elle entre sans frapper, sans s’annoncer, sans rien. Plusieurs pourraient être tentés de dire que c’est par vanité qu’elle fait ce qu’elle fait mais est-ce qu’une arme fait son travail par vanité ou parce qu’elle a été ainsi conçue? Le second choix est évidemment le bon. Point de temps pour des futilités qui pourraient diminuer son efficacité globale. Elle était ici pour protéger la Reine Mère, pas jouer au paon. Ce serait indigne de sa position.

La garde royale a l’habitude de ce genre d’entrée peu orthodoxe de la part de son Major. Les notables et autres personnages importants de la cour, quant à eux, sont trop amoureux du protocole pour apprécier la grâce et l’élégance d’une manœuvre si adroitement effectuée. Si artistiquement exécutée. Mais la Reine Mère, elle, sait apprécier le travail de ceux qui donneraient sans hésiter leur vie en son nom. Et Arcanis est dans les plus volontaires pour ce sacrifice. Arcanis dont les secrets ne sont connus que d’une poignée d’individus, tous ayant une valeur particulière à ses yeux. Les murmures indignés de la cour ne la dérange pas. Son regard est posé sur sa souveraine. Le protocole? Pour les laquais, oui, les traitres pour le moment servile qui désirent prendre une place qui n’est pas la leur. Elle est l’épée, le bouclier et la voix de la Reine Mère, selon ses besoins. Pas celle de ces nobles qui se pensent requins alors qu’ils sont de petits poissons.

Un des notables se permet un commentaire, critiquant le manque d’adhésion au protocole du Major. Sans un mot Arcanis continue de regarder sa souveraine. Le sort de cette femme est entre les mains de la Reine Mère car il est notoirement connu qu’Arcanis réduit au silence ce qui cause une discordance dans cette symphonie que guide celle qui dirige le Consortium Éternel. Peu importe le grade et le rang, elle ne fait aucune distinction. Loyauté ou non. Pourquoi s’encombrer de nuances? Il n’y a pas d’entre deux quand il s’agit de servir le trône et quiconque oserait prétendre le contraire est un imbécile. Un illuminé incapable de regarder une réalité bien simple en face. Et oser critiquer ainsi le bras droit de la Reine Mère revient à critiquer la Reine Mère elle-même. Arcanis agit pour servir les intérêts de feu la princesse héritière qu’elle a protégée.

Pas son propre agenda. Si c’est le cas, elle cache merveilleusement bien son jeu. Si elle tue, ce ne sera pas à l’aide de la Force. Comme pour sa véritable nature, ceux qui savent qu’elle maitrise la Force se compte sur autant de doigts que pour le précédent critère. Elle est l’as d’atout de la Reine Mère. Une énigme dans un secret au cœur d’un mystère. Et c’est tant mieux. Pendant que les ennemis du Trône Éternel cherchent à la percer à jour, ils ne sont pas concentrés sur celle qui détient le vrai pouvoir et ainsi, elle peut lui offrir une protection supplémentaire. Dans son uniforme impeccable qui a plus des airs de tenue de combat, elle attend un ordre. Arcanis est parfaitement capable de penser par elle-même mais ici, tout est apparence. Entre la souveraine et Arcanis se tient une discussion par télépathie. Les avantages de maitriser la Force d’un côté comme de l’autre.


¤Si sa majesté le désire, je me ferai une joie de réduire cette fausse note discordante au silence. Loin de moi l’idée de vouloir imposer ma présence mais il serait, si le temps le permet, important de discuter de quelques points importants qui pourrait intéresser sa majesté. Au risque de redire ce que j’ai déjà dit il y a des années de cela, je suis à votre pleine et entière disposition. Princesse ou Reine, vous restez ma protégée.¤


"Sans but nous ne sommes rien."
avatar
Fondateur
Taa’Chume
FondateurTaa’Chume
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Au service secret de Sa Majesté (PV Darth Ânkh)

le Mar 7 Aoû - 1:31
Aussi étrange que cela puisse paraître, gouverner l'une des trois grandes puissances galaxies n'avait que peu changer les journées de la Reine Éternelle dans son exercice du pouvoir que lorsqu'elle n'était encore que la Reine Mère de Hapès. Bien entendu, le champ de ses responsabilités s'était élargit, ses décisions ayant désormais de l'impact sur a peu près un tiers de la population galactique, mais un être vivant standard n'y aurait vu simplement qu'une échelle plus grande et un commandement totalement déshumanisé, donnant des ordres a des milliers d'années lumières sans pouvoir prendre conscience de la situation réelle sur le terrain. Mais tous ses êtres limités ne pouvaient clairement envisager l'étendu du pouvoir de la Force. Immortelle, la Reine avait réellement atteint son statut de divinité. Il lui était arrivée une fois, sur un champ de bataille, de croiser un soldat républicain capturé qui l'avait qualifier de divinité. Lorsque surprise, l'une de ses gardes lui avait demander de préciser ses propos, l'homme avait affirmer que seul les dieux pouvaient déplacer des flottes de milliers de vaisseaux doté d'une tel puissance de feu qu'elle pouvait redéfinir le visage de la galaxie. Cette définition n'était pas totalement injuste aux yeux d'Ankh, mais elle ne rendait pas assez grâce a son statut : après tout, de ce point de vue, même le minable Chancelier de la République, une simple personnalité élu par une assemblé de sénateur corrompu, serait un Dieu alors qu'il ne pouvait même pas faire appel a la Force.

Sans surprise, le prisonnier fut fusiller sur le champ, le crime de lèse-majesté et le blasphème étaient punit de mort au sein du Consortium Éternel. Au moins, lorsque la souveraine le désirait...

Mais aujourd'hui, cette dernière faisait face a un contexte bien plus calme : une simple réunion de la noblesse visant a partager les derniers progrès technologiques dans les domaines militaires. L'on trouvait le gratin de la noblesse, des Matriarches et des capitaines d'industries venant présenter leurs dernières innovations et parler de leurs progrès. Dans une magnifique robe immaculée, décolletée plongeant, maquillage sans aucun défaut, la Reine suivait toutes les présentations avec un vif intérêt. Pourquoi ? Parce qu'elle était convaincu que l'avenir de la galaxie et du Consortium passait par une amélioration technologique constante afin de dominer ses rivaux. Depuis des siècles et le début de son règne, elle encourageait les grandes familles Hapiennes a se dépasser afin d'offrir au Consortium les meilleures technologies possible. Jusqu'à présent, cette politique d'investissement volontariste avait permis au Consortium de conserver l'avantage, notamment dans le domaine cybernétique. Malheureusement, cela n'avait pas encore permis a la monarchie Hapienne de remporter la guerre, mais même après trois cent ans d'un conflit sanglant, la Noblesse ne perdait pas espoir et le peuple continuait a aller a l'abattoir avec dévotion et fanatisme pour sa divinité, exactement ce que l'on attendait de lui, ce qui permettrait de nourrir les routes hyper-spatiales de sang pour plusieurs siècles encore si cela venait a être nécessaire pour remporter la victoire finale.

Alors qu'elle penche son attention sur les plans holographiques d'un prototype de nouveau lance-missile promettant d'améliorer les capacités de pénétration de blindage de 25 %, ce qui n'était pas négligeable, Ankh ressent toutefois l'aura si particulière de la première de ses gardes du corps. Arcanis fut une entrée dont elle était coutumière : droite, a l’affût, et sans jamais s'annoncer ou respecter un seul instant le protocole. L'arme parfaite n'avait pas besoin de s'abaisser a ce genre d'exercice et de toute façon, le Chume'doro était le prolongement de sa volonté, sa garde personnelle, sa « Voix », les « Messagères de la Déesse » dans la galaxie. Pour ses Valkyries, qu'elles soient sensible a la Force, Cybernétique, voire même simplement des combattantes exceptionnelles, aucune justification n'était nécessaire en dehors de la personne de la souveraine divinité elle-même, puisqu'elles n'étaient rien de plus qu'un prolongement de sa volonté. Ankh entendit toutefois le son d'une voix protestant sur le manque de respect pour le protocole d'Arcanis, sa meilleure arme, ce qui laissa un léger soupir s'échapper de ses lèvres… Il était toujours nécessaire qu'elle fasse des rappels a l'ordre, et il s'agissait de quelque chose de particulièrement délicat lorsque vous deviez viser quelqu'un qui était pourtant prometteur.

Arcanis n'était pas venu pour rien, Ankh en avait conscience. Si cette démonstration technologique était importante, elle pouvait être reporter a l'après-midi afin de permettre a la garde du corps de pouvoir exprimer le problème qui se posait a elle. Toutefois, il fallait régler le problème de cette sotte, une jeune femme prometteuse, mais qui manquait cruellement de jugeote. La Shi'Ido lui avait proposer de prendre en charge le problème elle-même et un instant, l'idée de lui offrir satisfaction effleura l'esprit de la Reine. Mais une divinité devait savoir rétablir l'ordre par elle-même et aussi faire preuve de miséricorde. Arcanis était une arme, affûtée, efficace et mortelle : elle disposait d'un don sans pareille pour s'occuper des complots visant la Reine et les détruire dans l’œuf avant même qu'ils ne naissent, mais elle était parfois « trop » efficace : Ankh trouvait qu'elle recherchait trop a la tenir a l'écart de tout danger, et cela nuisait a sa réputation de divinité : parfois, il était préférable pour elle de laisser venir un assassin jusqu'à elle pour l'éliminer de sa propre main, elle pouvait ainsi faire une démonstration de sa puissance et rappeler a tous qu'elle était a la tête de la nation parce qu'elle était la divinité et l'être le plus puissant de cette galaxie.

Car c'est ainsi que règne les Sith...


*Ne t'occupe pas de cette jeune sotte, elle va m'offrir une occasion de rappeler a tout a chacun sa place. Son talent peut encore nous être utile, et elle n'est pas assez dangereuse pour mériter d'être traiter par une arme aussi vive et mortelle que toi.*

Dans l'esprit de la Reine, il s'agissait d'un compliment, a n'en pas douter. Elle était après tout au-dessus des considérations des mortels et dans ce genre de moment, son esprit ne connaissait pas le doute : elle était droite, fière et incarnait bien la toute puissance de son rang. Elle se leva alors que chacun retenait son souffle. Son gantelet dorée refléta un rayon du soleil de la planète capitale et illumina soudainement l'assistance. Ankh avait toutefois fait en sorte que le reflet viennent illuminer la fautive, la désignant par la justice divine comme la responsable de son mécontentement. Son visage s'était fait plus ferme, et elle tendit la main vers celle qui avait oser la critiquer elle, au travers l'une des femmes représentant une extension de sa volonté. Elle décida d'employer l'arme qui incarnait peut-être le plus la sensation de divin dans toute la galaxie : le Foudre : un éclair bleuté parti a une vitesse défiant l'imagination sur le corps de la malheureuse qui fit un vol plané en hurlant tout en s'écrasant sur le mur derrière elle, sans toutefois renverser l'une des précieuse décoration de la Reine. Cette décharge n'avait duré qu'un instant, mais fait glisser dans le corps de sa victime une douleur insoutenable. Puis la voix de la souveraine se fit entendre, une voix profonde, mais semblant également irréelle, dominer par un écho puissant du Côté Obscur de la Force

« Cette jeune effrontée a oublier un élément essentiel de notre nation : les membres du Chume'doro sont comme mon Ichor, une extension de mon être et de ma volonté, et répandent donc la divine parole dans le Consortium comme la galaxie. Ceux qui sont assez fou pour s'opposer a ce fait ne sont que des incroyants et des blasphémateurs, et s'exposent ainsi a la justice divine. Dans ma clémence, je l'épargne pour cette fois en espérant que la leçon sera retenue, mais vous êtes congédier pour l'instant. Certaines affaires sont trop importante pour être traiter en compagnie de personne incapable de comprendre leurs places dans cet univers. Vous reviendrez lorsque je l'aurais décider, alors soyez prête mesdames, car je ne tolérerais aucun regard, pas même une simple faction de seconde. »

Personne ne pipa mot et chacun rechercha a sortir de la salle du trône le plus vite possible. La Reine resta droite, avec son regard mordoré déterminer fixant la porte. L'infortunée frappée par le foudre eue toutes les difficultés a se relever, mais elle fut aidée par deux de ses assistants pour quitter la salle. A vrai dire, il était possible que Ankh se soit montrer encore plus cruelle en décidant de la laisser en vie : elle l'avait désignée comme une personne dans ses mauvaises grâces, ce qui allait en faire la signe de requin recherchant a accroître leur influence. Mais elle espérait que la leçon serait retenue et qu'elle saurait rester désormais a la place qui était la sienne. Lorsque tout le monde fut parti, deux gardes fermèrent les grandes portes de la salle du trône, puis reprirent leurs place dans la veille éternelle. Ankh retrouva sa place sur le trône et son aura devint nettement moins menaçante, elle était en sécurité avec Arcanis et n'avait plus besoin de déployer une énergie menaçante pour s'imposer. Croisant les jambes et portant un regard attentif a son arme la plus efficace, elle repris la parole, mais d'un ton bien plus cristallin, cette puissance s'étant manifesté dans sa voix l'ayant quitté, rappelant désormais celle qu'elle avait lorsqu'elle n'était encore qu'une princesse héritière.

« La dissonance a était chasser. Tu peut maintenant t'exprimer en toute sécurité, ma fidèle Arcanis. Tu a toute mon attention. »


avatar
Major du Chume'doro
Major du Chume'doro
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Au service secret de Sa Majesté (PV Darth Ânkh)

le Mar 7 Aoû - 5:33
Dommage. Elle aurait voulu se charger personnellement du problème, pour éviter à la souveraine d’avoir à gérer ce genre… D’enfantillages. Si la cour était incapable de se discipliner, autant remplacer les éléments dérangeants par des valeurs plus fiables. Mais bon. Elle n’était pas la souveraine. Simplement la meilleure arme dans son arsenal. Un instrument à la précision inégalée capable de prodiges dont peu pouvaient se vanter. Elle regarda, impassible, la démonstration de la Reine Mère pour punir cette insolente et comment elle utilisa la situation à son avantage pour congédier l’assemblée. Un ordre, un seul et la garde royale aurait massacré ces parasites qui ne cherchaient qu’à accroitre leurs gains personnels en s’attirant les faveurs de celle qui dirige Hapès. Absolument révoltant. Un jour. Un jour. Tout était une affaire de patience.

Elle pourrait purger le Consortium Éternel comme elle l’entendait. Pour l’heure, par contre, elle pouvait parler sans risque que cela s’ébruite. Toutes les personnes restantes étaient soit sous son autorité directe, soit la Reine Mère. Autrement dit, risques zéro. Et c’est ainsi qu’elle aimait les choses d’ailleurs. Certains diront : trop facile. Il n’y a rien de facile dans le fait de maintenir un environnement vierge de tout péril. C’est un travail de tous les instants et quiconque prétend le contraire ne s’y est jamais risqué, c’est évident. Il fallait passer aux choses sérieuses, un problème délicat qui demanderait la sagesse millénaire de la souveraine. Autant Arcanis détestait considérer que « sa » princesse était perdue au milieu de dizaines de personnalités passées, autant elle savait tirer profit de la chose pour des raisons d’état. Et la raison d’état serait sollicitée aujourd’hui.


« Comme vous le savez j’ai entrepris un certain nombre d’opérations sans nécessairement vous en informer. Il est impensable que votre beauté toilée devienne torchon à cause des actes que je pose pour assurer l’hégémonie du Consortium et plus spécifiquement, de sa souveraine. L’une de ces opérations visait à tester la loyauté et l’efficacité de la sécurité de vos sujets. L’expérience a trop bien fonctionné.

Avec mes fonds personnels, j’ai passé un contrat avec Apex pour la création d’un prototype de système de visée qui pourrait tenir le coup, entre autres, contre les armes à ion de nos ennemis, une tactique trop souvent utilisée pour rendre aveugles les bâtiments de guerre. Ce prototype a ensuite été distribué à un cadre restreint d’officiers en charge de la flotte hapienne dans le but de voir s’il y aurait des fuites. Il y en a eu.

Le prototype étant classé secret, il aurait été logique que la faille vienne d’Apex qui aurait voulu faire de l’argent en vendant un de nos secrets. Certes, Apex a développé un système capable de contrer ce qu’ils ont créé, ce qui est logique mais ils ont honoré leur contrat à la perfection. En fait, nous avons trouvé un système identique chez les Siths… Qui comptent revendiquer la création de ce prototype. La fuite vient d’Hapès.

Le problème est le suivant : si j’exécute celle ou celles responsables de cette trahison, c’est remettre en question votre prédécesseure qui a nommé ces Hapiennes à leur poste. C’est se rendre coupable de haute trahison en disant : la Reine Mère s’est trompée en nommant ces profiteuses qui ont abusé de sa bonté. Or la Reine Mère ne saurait faire d’erreur, nous le savons toutes. L’image et la propagande sont importantes.

Ensuite, si nous tentons d’exposer les Siths, ils argumenteront que selon leurs doctrines ils n’ont rien fait de mal. Ils tourneront votre justice au ridicule, sapant votre autorité et à cause de notre… Alliance… Je ne peux pas simplement tous les réduire à trépas pour cette moquerie qu’ils représentent. Loin de moi l’idée de remettre en question la Reine Mère, naturellement. J’exprime juste un fait bien réel pour votre loyale arme.

Enfin, si les traitres révèlent que nous avons fait appel à Apex pour faire le travail à notre place, on nous accusera de trafiquer avec des voleurs et des meurtriers. Vos rivaux politiques vont rajouter de l’huile sur le feu et les systèmes encore non alignés pourraient voir la chose d’un mauvais œil. Déjà que les Siths semblent donner mauvaise presse… Il y aurait bien un moyen de tout régler mais… Je ne sais pas s’il vous plaira.

Si on rejette la faute sur ma personne, pour avoir agi votre autorisation, le public reproche déjà à votre dévouée protectrice de prendre trop de liberté. Conséquemment leur mécontentement sera dirigé vers ma personne, vous n’aurez qu’à me condamner pour mes crimes et si je dois renoncer à ma vie… Soit. J’aurai écarté de vous le regard courroucé d’êtres inférieurs incapables de comprendre la raison d’état. »


Parfaitement calme, impassible même, Arcanis vient de proposer sa propre exécution pour régler un problème délicat. Tel est la normale avec le major : entreprendre d’audacieuses expériences, souvent avec d’excellents résultats, parfois avec quelques accrocs comme maintenant. Le tout, bien sûr, dans le but de trouver les problèmes, de les régler et de consolider davantage la base sur laquelle repose la Reine Mère. Un jeu dangereux où les joueurs sont flous et les règles incertaines… Mais un jeu où en général, Arcanis gagne malgré tout. Qui, de toute façon, serait assez fou pour enquêter sur ceux nommés par une déesse à leur poste, à part Arcanis? Mais telle est sa façon de faire, toujours considérer l’impossible comme étant possible. Dans le cas présent, une prérogative qui se sera avérée très payante bien qu’hasardeuse.

Bien évidemment, quand un tel problème survenait, Arcanis était toujours prête à réparer les pots cassés. Jamais elle ne se trouvait d’excuses. Jamais elle n’hésitait à prendre ses responsabilités. Bien que souvent elle agissait suivant une logique lui étant propre, on ne saurait lui reprocher de manquer de sérieux dans son travail. Y avait-il quelque chose qu’elle ne ferait pas, au nom de la Reine Mère? Sachant qu’elle avait déjà traqué cette dernière contre sa volonté alors qu’elle voulait passer du temps avec sa maitresse… Rien ne saurait arrêter le major. Et en un sens, c’était probablement tant mieux, quand on considère que les deux tiers de la galaxie en ont après votre souveraine. Mais quand bien même le Consortium régnerait sur tout ce qui est, il y aurait toujours des menaces à neutraliser. Un travail à l’image de la faction : éternel. Qui ne s’arrête jamais.


« Je suspectais depuis longtemps les Siths d’avoir retourné contre nous certains des membres des familles les plus anciennes mais on parle d’officiers appartenant aux flottes les plus décorées d’Hapès. Même mes pronostics les plus pessimistes étaient plus optimistes que cette intrigante découverte. En même temps, votre dévouée major n’est pas là pour vous rapporter de bonnes nouvelles… »


"Sans but nous ne sommes rien."
avatar
Fondateur
Taa’Chume
FondateurTaa’Chume
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Au service secret de Sa Majesté (PV Darth Ânkh)

le Mer 8 Aoû - 16:52
« C'est un incident fâcheux, mais pas un problème insurmontable. »

La Reine conserva une stature droite et aucun signe d'inquiétude ne traversa son visage. Maintenant qu'elle avait accès a la mémoire de toutes les reines, elle pouvait comparer cette situation a bien d'autre similaire ayant eue lieu avant aujourd'hui. Une légère expression nostalgique sembla même un instant se dessiner sur le visage d'Ankh, cette dernière se souvenant de problème ayant frapper le Consortium de Hapès avant la guerre suite a de l'espionnage industriel ou encore des collaborations avec des entreprises privés qu'il fallait faire disparaître. A l'époque, elle s'était souvent reposer sur ISIS pour régler ses problèmes, car le Gynoïde était son meilleur agent pour des interventions a l'extérieur du Consortium qui n'éveilleraient pas les soupçons de l'Empire et l'Alliance Galactique. Aujourd'hui, elle n'avait plus besoin de prendre autant de précaution et pouvait donc se montrer plus directe. Levant sa main droite, toujours recouverte par son gantelet de protection, elle attira a elle son épée Sith et cette dernière s'illumina immédiatement d'une lueur sombre lorsque la Reine posa sa main sur sa garde. Pourtant, il ne s'agissait que de se redresser afin de pouvoir la placer sur ses épaules. Elle repris la parole afin d'exposer son propre point de vue sur la question.

« Si je te fait assumer toutes les responsabilités, les Sith s'en contenterons sans doute : pour eux, je ne suis que leur semblable la plus puissante et c'est pour cette raison qu'ils restent sous ma bannière. Mais pour les Matriarches, il s'agirait d'un dangereux précédent : le Chume'doro est une extension de ma volonté, une partie de mon âme, la justice divine se déplaçant sur tout le Consortium. Je t'ai laisser autant d'espace afin de t'offrir toute ma confiance, si je te la retire, j’admets publiquement une erreur bien plus grave que de dénoncer quelques officiers corrompus. Tes erreurs sont les miennes et tout ce que nous avons construit sera menacer. »

Autrement dit, ce n'était pas une solution envisageable pour la Reine. Cette dernière quitta alors son trône en se levant de nouveau et commença a tourner autour de sa garde du corps, gardant son épée Sith au-dessus de ses épaules. Son pas se faisait lent, mais pas par fatigue, plutôt pour travailler une démarche impériale pourtant acquise depuis des siècles. Ankh soupesait les différentes options qui s'offraient a elle : la raison pour laquelle elle s'était maintenue au pouvoir jusqu'ici fut toujours la même : être capable de retourner contre ses ennemis des menaces potentielles et d'exploiter toutes les opportunités qui s'offrait a elle. Pour l'instant, le problème qui semblait le plus simple a régler était celui des Sith : ses derniers ne respectaient rien d'autre que la puissance brute et il était bien naturel qu'ils essayent de s'approprier le fruit des recherches d'Hapès, c'était dans leurs doctrines comme dans leur nature profonde. Il allait donc falloir de nouveau ramener l'ordre en coupant quelques têtes. Un sourire presque malsain apparu sur les lèvres de la reine : cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait put faire un combat et elle appréciait toujours l'adrénaline de la bataille : Korriban lui rappelait également les souvenirs de sa formation, lorsqu'elle n'était encore que princesse, et tous les dangers qu'elle y avait affronter. Et si l'expérience ne fut pas toujours de tout repos, elle laissait aujourd'hui plus de bons souvenirs que de mauvais a la Reine Eternelle.

« L'on ne peut pas reprocher aux Sith d'agir selon leurs doctrines, mais qu'ils le fassent avec tant de fougue prouve que je me suis montrer trop négligente. Certains espèrent sans doute pouvoir s'approprier le pouvoir d'une façon ou d'une autre. Il me faudra donc envisager un voyage dans le système pour rappeler pourquoi ils me doivent fidélité et obéissance. Coupez la tête des conspirateurs sera suffisant, un avertissement pour tout ceux qui voudraient défier mon autorité, et un symbole de ralliement pour les fidèles ayant conscience que je ma puissance fait de moi naturellement la souveraine des Sith. »

Ce ne serait ceci dit pas la première fois qu'elle irait couper des têtes en secteurs Sith afin de rappeler a tous qu'elle restait la plus grande puissance de l'Ordre et qu'ils n'avaient aucune chance de pouvoir la rattraper. Mais même au plus profond du côté Obscur de la Force, l'ambition finissait toujours par raviver l'espoir… En cela, les Sith restaient admirable et utile. Atteignant le dos de sa servante et faisant face désormais a la porte d'entrée de la salle du trône, la Reine observa un instant son épée, caressant la forme de la lame et provoquant une réaction dans la Force, puis se servit de cette dernière afin que son arme retrouve sa place sur l'étagère qui portait ses armes. Elle repris sa marche, laissant ses pensées voguer vers le problème suivant. Les officiers représentaient en effet un problème qui pouvait être gérer de plusieurs façons, mais qui nécessitait d'envoyer un message clair tout en maniant bien la propagande. Il y avait toutefois d'autres méthodes, la Flotte Éternelle restait sous le contrôle absolu de la souveraine et avec l'aide ISIS, l'on pouvait forcer un vaisseau a accomplir quelque chose contre la volonté de son équipage. Un assaut suicide sur une forteresse stellaire adverse, voire amener les traîtres a s’entre-tuer dans un coin perdu de l'espace, des manœuvres qui pouvaient avoir leurs charmes.

« Il m'est déjà arriver de devoir faire disparaître des personnalités nommée lors de règne précédent. Mes sujets ne sont malheureusement pas incorruptible et la foi n'est pas aussi forte chez chacun d'entre eux. A-tu la liste des traîtres avec toi ? J'ai besoin de connaître le maximum de détail pour prendre la décision la plus appropriée. »

A la fin de sa remarque, elle fut de retour sur son trône. Rien ne semblait réellement capable de la déstabiliser, pire, elle calculait déjà comment tirer avantage de la situation. Ankh était un animal politique née qui, peu importe son nombre d'incarnation, savait ce qu'elle devait faire pour assurer le contrôle du trône. Il restait toutefois une question a régler, c'était celle du prototype. Construire une technologie avec un groupe étranger, d'autant plus des criminels, n'était peut-être pas la meilleure idée de son arme, surtout un système de visée pour vaisseau spatial… Pour cela par contre, elle allait devoir prendre des mesures afin de s'assurer que cela ne pose pas de problème : la Flotte Éternelle reposait sur un équilibre complexe, mais entretenu avec soin depuis des siècles par les ingénieurs autant que par ISIS afin de pouvoir s'assurer de son efficacité, comme de son contrôle total. Croisant les bras sous sa poitrine et reposant sa tête sur le dossier de son trône, elle repris calmement la parole afin d'en savoir plus sur ce prototype.

« Parle moi de ce prototype, comment fonctionne-t-il ? Est-il passer par nos organismes de contrôle ? La confiance que nous pouvons apporter a une organisation criminelle est limitée… Peut-être devrions nous simplement le mettre en quarantaine et l'étudier dans l'espoir de pouvoir en tirer quelque chose d'intéressant sans compromettre notre sécurité. »


avatar
Major du Chume'doro
Major du Chume'doro
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Au service secret de Sa Majesté (PV Darth Ânkh)

le Jeu 9 Aoû - 0:47
Avait-elle craint pour sa vie ne serait-ce qu’une seconde? Non. Voir la Reine Mère tourner autour d’elle avec son épée la laissait de marbre. Elle avait fait son choix des années plus tôt. Si sa protégée devait prendre sa vie, qu’il en soit ainsi. Elle avait accepté cette éventualité une éternité avant aujourd’hui. Aussi illogique que ce puisse être, Arcanis faisait confiance à un être qui n’était plus elle-même, partageant la conscience de dizaines de prédécesseurs en plus d’adhérer à une doctrine où faire confiance équivaut à mourir trahi. Jamais, par contre, pareil coup ne viendrait du major. Elle pouvait mentir, tricher, manipuler et faire un usage immodéré de la fourberie mais tout ceci au service d’un seul agenda. Cet agenda était plus grand que le sien. Pour une cause qui avait le potentiel de changer la face de la galaxie. Rien de moins.

Considérait-elle avoir failli? Non. Fait une erreur? Encore moins. Son rôle était de toujours tester et remettre en question ce qu’elle mettait en place au service de la Reine Mère. De ne donner aucun répit aux alliés de sa souveraine ou à ses ennemis. Toujours surveiller. Toujours garder les deux yeux bien ouverts pour détecter les menaces et y mettre un terme. Et s’il fallait prendre des risques, elle en prenait. Sans peur. Sans crainte. Quand on a vu défiler les siècles, on finit par se détacher des tracas de la mortalité. Il faut quitter les préoccupations du court terme pour planifier sur la durée. Quand on se donne la peine de chercher et de creuser, on trouve les véritables racines des problèmes. C’était un travail dont peu voudrait se charger car personne n’en sort « sain » ou « pur ». Mais il faut bien que quelqu’un le fasse et ce n’était pas à la Reine Mère de se salir les mains.

Ce qu’elle proposait était intéressant mais un certain nombre de problèmes supplémentaires pourrait survenir. Contrairement à la croyance populaire, ce n’étaient pas les plus imbéciles ou les plus faibles des Siths qui conspiraient et étaient capables d’un tel niveau d’organisation. À tous les coups, les conspirateurs étaient puissants et bien placés, avec une importance certaine pour le Consortium Éternel. Sans la vigilance perpétuelle d’Arcanis, quelqu’un de moins vigilant et à l’œil moins acéré n’aurait pas découvert toute cette affaire. Oui, l’élimination des traitres était indiscutablement une nécessité. Le problème c’est que remplacer ceux qui sont si bien incrustés dans les échelons du pouvoir qu’ils vont laisser un vide derrière eux posent perpétuellement problème. Voilà ce qui arrive quand certains apprennent un minimum des erreurs du passé.


« Respectueusement, majesté, exécuter les Siths va créer un vide qu’il faudra des mois à combler. J’ai la liste de tous les conspirateurs et de sévères sanctions ont déjà été données au sein du Chume'doro pour leur rappeler qui elles servent et ô combien leur mission est cruciale pour votre hégémonie. J’ai pris les mesures les plus draconiennes qui soient pour dénicher le moindre contact flou des conspirateurs.

Aucune permission, aucune pause n’a été autorisée pendant les dernières soixante-douze heures pour s’assurer de ne rien manquer. Toutes les ressources que vous avez gracieusement mises à notre disposition ont été utilisées, sans évidemment manquer à nos autres devoirs. Je peux garantir moi-même de la fiabilité du contenu du datapad que je m’apprête à vous remettre. Tout y est, sans la moindre omission. Tout. »


Toujours cet air impassible. Presque froid même. Dès qu’il était question de travail, Arcanis devenait mortellement sérieuse. Enfin. Avec la Reine Mère. Certains prétendaient qu’elle avait une relation de complicité différente avec certains autres acteurs gravitant autour du trône éternel mais… Depuis que la princesse, sa protégée, avait accédé à sa position actuelle, c’était comme regarder une autre femme. Tant qu’on ne lui poserait pas la question, elle resterait muette sur la question. Tant que le problème, s’il y avait un problème, n’était pas abordé, Arcanis continuerait de se tenir derrière le rempart érigé par son travail. Tendant le datapad à la Reine Mère, cette dernière ne manquerait pas de remarquer un signe presque imperceptible derrière le masque de glace. Quelque chose d’infiniment subtil mais là. Comme une ombre vue du coin de l’œil.

De la frustration. Arcanis ne se confie jamais. Ne parle jamais d’elle. Dissimule, masque et cache son passé, qui elle est et ce qu’elle pense derrière un million d’énigmes, de devinettes et de mystères. Alors est-ce que cette frustration est dirigée vers la souveraine immortelle ou vers elle-même? Impossible à dire mais c’est suffisamment fort pour réussir à percer une cuirasse plus impénétrable qu’un bouclier planétaire. Et le moment ne dure pas car elle se met de suite à énumérer le nom, le grade et les détails importants de chacune des Happiennes impliquées dans l’affaire. Elle sait. Elle sait qu’elle a laissé filtrer quelque chose et elle tente de le noyer. De le faire disparaitre. Classique avec Arcanis. Et pour s’assurer de garder l’attention loin de cet… Incident… Elle décide d’aborder le sujet de ce fameux prototype. Le point central de l’affaire.


« Le prototype en soi est documenté sur le datapad que je vous ai fourni. En fait, ses capacités ne sont pas ce qui est le plus intéressant mais davantage le fait que je suspecte Apex d’avoir trouvé un moyen de contourner les plus sophistiqués des systèmes capables, justement, de résister aux armes ioniques. Si mes soupçons viennent à se confirmer… Leur chef, Zarseen Raynar sait dénicher le talent, c’est indéniable.

Ne méprenez pas mon commentaire pour de l’admiration ou du respect cependant. Ce serait faire une erreur de débutant. Si le contrat a été honoré à la lettre, si aucune fuite ne vient d’Apex, c’est que ce qu’ils ont fourni, ils le possédaient déjà. C’est pour cette raison que le prototype n’a jamais été installé bien qu’il ait passé tous les contrôles imaginables. Il s’agissait simplement d’un appât, après tout. Un appât qui a dépassé sa vie utile.

Hum. Si votre majesté veut vraiment exécuter les coupables venant des Siths et arranger un accident pour les traitres au sein de ce gouvernement, nous pourrions utiliser à nouveau cet appât pour inciter les deux autres grandes puissances à dépenser temps, ressources et personnel pour découvrir ce qui a mené à ces exécutions et à ces disparitions. Organisons en plus une fausse attaque visant le Chume'doro…

Et ils ne pourront pas résister à la curiosité. Ils vont peut-être même impliquer leurs propres utilisateurs de la Force et nous les priverons de précieuses ressources. Je… Je connais ce regard votre majesté. Puis-je humblement vous rappeler que tout temps que vous consacrez à ma personne, en dehors d’un cadre professionnel, se fait au détriment de votre illustre personne? Je suis une arme. Votre arme. Faites pour être utilisée. »


"Sans but nous ne sommes rien."
Contenu sponsorisé

Re: Au service secret de Sa Majesté (PV Darth Ânkh)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum