Partagez
Aller en bas
avatar
Fondateur
Taa’Chume
FondateurTaa’Chume
Voir le profil de l'utilisateur

Guerre Totale : l'escalade de l'horreur [1200 - 1500 ABY]

le Mar 26 Juin - 13:46

Guerre Totale : l'escalade de l'horreur [1200 – 1500 après la bataille de Yavin] :




Au fur et à mesure de la progression du conflit et de l'impasse stratégique qu'il représentera pour les belligérants, les armes employées ainsi que les mesures prises pour tenter d'arracher la victoire, ou simplement la survie, deviendront de plus en plus extrêmes.

Après plus d'un millénaire de paix, la galaxie sombre définitivement dans la guerre la plus longue et la plus sanglante de son Histoire éclipsant même les traumatismes de la guerre Yuuzhan Vong. Le Consortium Éternel, qui tient au départ l'initiative, tente d'en profiter le plus possible au dépend de l'Alliance Galactique, qui doit faire face à un retard technologique, une impréparation à un conflit d'envergure galactique et des effectifs dispersés sur l'ensemble de la galaxie. Si l'Ordre Jedi ne tarde pas à rejoindre l'Alliance, la révélation de la présence des Sith du côté du Consortium contraignant leurs actions, l'Empire se retire brutalement du Triumvirat, ne considérant pas la présence des membres du Côté Obscur comme une menace immédiate envers sa sécurité. Pour le Conseil des Moffs, l'engagement des Jedi en faveur de l'Alliance brise l'équilibre du Triumvirat qui perd de facto sa raison d'être. C'est toutefois avant tout un calcul politique des impériaux qui tablent sur un effondrement plus ou moins important de l'Alliance afin de pouvoir tenter d'obtenir plusieurs systèmes clefs sans combattre au dépend du régime démocratique. Mand'Alor déclare officiellement son Protectorat neutre, mais adopte rapidement une tactique de patrouille agressive et n'hésite pas à négocier l'engagement des clans comme mercenaires pour le compte de l'une des trois grandes puissances lorsqu'il ressent la possibilité d'un gain potentiel pour les siens.

Cette guerre aura de nombreuses conséquences, la première étant l'exacte inverse de celle du conflit contre les Yuuzhan Vongs, à savoir la chute de l'Alliance Galactique au profit d'une Nouvelle République. Et si les Démocrates seront contraints de céder du terrain face au Consortium, ils se montreront bien plus résistants et déterminés que ne l'avait envisagé le « Grand Plan » des Reines Eternelles qui montrera ici ses limites. Et face à une menace si grande qu'elle pourrait emporter toute la galaxie dans la folie et les ténèbres, les Républicains seront les premiers à montrer qu'ils ne reculeront devant rien pour se défendre, décidant de relancer avec l'aide de Kamino un nouveau programme d'armée de Clones. Pour l'Empire, la renaissance d'une République sera perçue comme un véritable Casus belli, l'Ordre Nouveau s'étant construit sur le refus des institutions de la République, et le programme de Clones ne fait que convaincre les dirigeants impériaux d'accélérer leurs plans. Mais les légions de Kamino, construites sur la base de mercenaires Mandaloriens engagés par la République, permettront à cette dernière de survivre à un conflit sur deux fronts et même reprendre du terrain au Consortium Éternel qui après avoir longtemps tenu l'initiative, sera contraint de céder du terrain et se mettre dans une posture plus défensive.

D'une guerre de mouvement, le conflit galactique tournera en une sanglante guerre de position où l'économie de guerre et les armes nouvelles comme anciennes trouveront de nouveau leurs places aussi bien dans l'idéologie des belligérants que dans les arsenaux galactiques. Le contrôle des routes hyper-spatiales va devenir un enjeu central et pousser les belligérants à créer de gigantesques stations spatiales génératrices de champs d'interdictions servant autant d'édifice défensif que de station de contrôle, forçant les criminels à emprunter des routes plus dangereuses afin de pouvoir contourner ces nouveaux protocoles de sécurité. La science fera un bond en avant spectaculaire, permettant aux droïdes ainsi qu'aux Cyborgs de pouvoir être de plus en plus performants et les nécessités de production d'un conflit aussi brutal que celui-ci entraînera une plus grande automatisation des processus de production, libérant ainsi des ouvriers pour leurs faire rejoindre l'armée. Même le monde criminel n'est pas ressorti indemne de cette épreuve : récemment, le Cartel des Hutt a disparu, vaincu par une nouvelle organisation recherchant à se nourrir de la situation de conflit pour prospérer, la mystérieuse Apex. Aujourd'hui, trois siècles après le début de la guerre, la fin du conflit semble plus éloignée que jamais, mais chaque grand leader tente de pousser ses pions dans l'espoir de pouvoir forcer le destin et régner sur la galaxie.

Chute de l'Alliance Galactique [1200 – 1215 ABY] :

1200 ABY : Guerre des Mercenaires : Le ralliement du Secteur Corporatiste au Consortium Éternel n'est pas du goût de toutes les entreprises installées dans le paradis fiscal galactique. Beaucoup d'intérêts privés comme Kuat Drive Yards, Rothana Heavy Engineering ou encore la Corporation Technique Corellienne y possèdent des sociétés écrans afin de profiter des avantages en terme fiscaux et de droit du travail et n'ont pas l'intention de céder aux Hapiens le fruit de leurs recherches. L'évacuation est lancée et pour soutenir leurs efforts pour quitter le système, les grandes entreprises engagent des sociétés militaires privées. Face à elles, le pouvoir central de Bonadan compte sur sa police, assistée par l'armée Hapienne commandée par le Gynoïd ISIS, qui connaît parfaitement le Secteur.

Si le rapport de force semble favorable aux Hapiens, d'autant plus que les grandes entreprises ne collaborent pas entre elles dans l'évacuation, amenant même certaines factions rivales à s'affronter par les armes, ces tensions ne facilitent pas la tâche des autorités et des Hapiens qui tentent parfois eux-même de démêler le vrai du faux dans les sociétés écrans et couverture des différents conglomérats galactiques. La résistance acharnée des mercenaires permet à de nombreuses grandes entreprises de récupérer leurs recherches, mais plusieurs travaux importants sont perdus aux profits des Hapiens. Certaines entreprises choisissent même volontairement de trahir leur société mère, ne faisant pas face aux Seigneurs Sith, déployés sur le front contre l'Alliance Galactique.

1200 à 1201 ABY : Mort du Triumvirat Galactique : La brutale déclaration de guerre ainsi que de sécession de nombreux systèmes de l'Alliance Galactique et la révélation du retour des Sith dans la galaxie prennent tout le monde de court, mais l'Ordre Jedi ne reste pas paralysé en se rangeant rapidement du côté de l'Alliance Galactique. Ce ralliement n'est toutefois pas du goût de l'Empire, qui souhaite, contrairement aux engagements du Triumvirat, rester neutre afin de pouvoir renforcer ses positions. L'Empereur et les Moffs recherchent avant tout à gagner du temps, leurs regards se portant davantage sur des systèmes de l'Alliance que sur une guerre ouverte avec une autre monarchie galactique, fusse-t-elle du Côté Obscur de la Force.

Cette divergence de point de vue provoque la rupture du Triumvirat Galactique actée en 1201. L'Empire restera neutre et la situation diplomatique revint de faite à une application stricte des Accords de Bastion ainsi que du Traité d'Anaxes. Les Impériaux renforcent leurs frontières en mobilisant leurs légions Stormtroopers, mais ne bougent pas, préférant en premier lieu mener un combat diplomatique intense visant à séduire autant les gouvernements que les peuples de certains systèmes afin qu'ils les rejoignent au dépend de l'Alliance Galactique.

1200 à 1205 ABY : Enlisement du Grand Plan : Les résultats des révoltes contre l'autorité de l'Alliance Galactique orchestrées tant par le Soleil Noir que les Sith finissent par obtenir des fortunes diverses. Si les systèmes les plus corrompus, comme Ondéron, sombrent rapidement sous l'influence du Consortium Éternel, d'autres résistent : le pouvoir local se sert de la police pour tenter de maintenir l'ordre et reçoit le soutien des Jedi afin de tenter de traquer les Sith et leurs agents. De nouvelles révoltes éclatent, y compris sur Coruscant elle-même dans les quartiers les plus défavorisés, mais elles sont réprimées par une action commune de la police Coruscantii, des Jedi, des services secrets de l'Alliance et même du Clan Fett, qui offre une nouvelle fois son aide aux habitants du Secteur 1313 en proie aux déprédations du Soleil Noir. Sur Empress Teta, la révolte est également tuée dans l’œuf et réprimée dans le sang par la famille royale qui déploie des véhicules lourds pour la mettre au pas.

Au final, seuls les systèmes les plus proches de Hapès ou les plus corrompus se joignent au Consortium sans combattre. Darth Ankh est contrainte de lancer de vastes offensives visant à assurer la sécurité de ses frontières tout en forçant l'Alliance Galactique à reculer. Cette dernière résiste bien mieux que prévue, grâce notamment au soutien de l'Ordre Jedi. Les militaires du Consortium ainsi que des troupes Sith gagnent toutefois du terrain sur tous les fronts, d'autant plus que la situation politique de l'Alliance devient de plus en plus complexe : la répression sanglante des révoltes a été diversement appréciée et beaucoup commencent à croire qu'il est préférable de se trouver sous le bouclier de protection de l'Empire si c'est pour subir le même genre de répression sans bénéficier de la sécurité sous l'Alliance Galactique.

1210 ABY : Sécurisation de frontière : Grâce aux efforts de la maison Nuruodo, le système de Bakura accepte par référendum de revenir dans le giron impérial, ce que lui permet les accords de Bastion. Cette décision provoque un tollé dans l'Alliance Galactique : certains systèmes suggèrent une opération punitive pour faire cesser une trahison avant l'arrivée des troupes impériales, mais la pression exercée par le Consortium Éternel est trop grande pour permettre à l'état-major de monter une telle opération. A l'insu de l'Alliance, plusieurs grands systèmes du Noyau préparent leurs ralliements à l'Empire dans l'espoir d'échapper à l'influence des Seigneurs Sith.

1212 ABY : Offensive avortée : Darth Ankh lance une double offensive vers le Noyau censée lui ouvrir la route de Coruscant. Elle craint, à juste titre, que les accords de Bastion ne la privent du succès de son offensive et tente donc de prendre les impériaux de vitesse. Si elle parvint à s'emparer d'Arkania et de ses experts en génétique, elle échoue face à Kuat après un éclatant succès initial : le Chantier Naval vint d'annoncer son ralliement à l'Empire Galactique en compagnie d'Anaxes et de nombreux systèmes environnants. Pour éviter un conflit sur deux fronts, Darth Ankh est donc contrainte de renoncer à l'annexion de Kuat et voit sa route vers Coruscant bloquée par deux saillants, dont un impossible à réduire. Elle se venge en lançant une offensive sur la Bordure Extérieure, prenant le contrôle des systèmes de Belkadan et de Gree, qui étaient convoités par les Chiss, mais qui sont d'une bien moindre importance stratégique.

1215 ABY : Trahison sur Coruscant : Encerclée par l'Empire et le Consortium Éternel, Coruscant craint de subir un nouveau siège destructeur et les autorités de la planète sentent le vent tourner. Convaincues que l'Alliance ne redressera plus la barre, elles trahissent cette dernière en annonçant leurs ralliements à l'Empire Galactique et en faisant emprisonner tous les membres du gouvernement. Un moment de tension extrême s'installe alors que la police Coruscantii encercle le temple Jedi, mais les flics de la planète n'ont pas la volonté d'affronter les gardiens de la paix et l'Empereur Fel envoie des gestes d'apaisement, ne souhaitant pas comme ses Moffs voir l'Ordre détruit. Les Jedi se replieront finalement sur Tython alors que le gouvernement de l'Alliance sera contraint à l'exil sur Naboo. Cet événement marque en réalité la fin effective de l'Alliance Galactique : des systèmes comme Corellia profiteront du caractère vulnérable des institutions suite à cette trahison pour faire pression afin de mettre fin à un régime qu'ils n'ont jamais apprécié. Si la fin administrative de l'Alliance prendra plus de temps, les historiens s'accordent aujourd'hui pour placer la chute du régime en 1215.

Naissance de la République [1215 – 1230 ABY] :


Jenniker Yusanis fut l'une des Jedi les plus impliquées dans les débuts du conflit. Echani, elle apporta l'expertise de son peuple dans les plans défensifs de l'Alliance, puis de la République Galactique. C'est elle qui parvint à imposer l'idée de s'associer une nouvelle fois à Kamino dans le but de reconstruire une armée de clones.

1215 à 1216 ABY : Formation de la République Galactique : Une fois installé à Theed, le centre du pouvoir de l'Alliance, à savoir le Sénat et le Gouvernement, devint incapable de s'entendre sur les mesures à prendre pour poursuivre la guerre. Si le front tient, c'est parce que les généraux et les Jedi ont abandonné depuis longtemps l'idée de suivre les directives du pouvoir politique. Corellia est particulièrement active : elle mène des opérations secrètes contre les intérêts du Consortium Éternel, mais également de l'Empire Galactique, l'union des Contrebandiers ainsi que plusieurs Sociétés Militaires Privées harcelant les lignes de ravitaillement en usant de stratégies dignes de l'ancienne Alliance Rebelle. L'Empire proteste publiquement en accusant les Corelliens, mais le gouvernement de l'Alliance, de bonne foi, affirme son innocence.

Le bras de fer entre le Gouvernement, le Sénat et les dirigeants tourne rapidement en défaveur des premiers. Pour beaucoup de frondeurs, Corelliens en tête, l'Alliance avait trop de points communs avec l'Empire Galactique pour incarner la Démocratie et devait disparaître. De nombreux systèmes voient également dans l'opportunité d'un changement de statut la possibilité de pouvoir se contenter d'une contribution financière et non plus en terme de conscriptions à l'effort de guerre et soutiennent donc les systèmes comme Corellia ou Empress Teta souhaitant davantage d'indépendance. La Reine de Naboo prend alors les choses en main et le gouvernement est désavoué en 1216, remplacé par un Chancelier formant son propre cabinet. L'Alliance Galactique disparaît au profit d'une Nouvelle République.

Cette décision est loin de contenter tout le monde. Elle annule de fait les accords de Bastion, l'Empire refusant de reconnaître le régime Républicain qu'il combat de toutes ses forces, coupable selon lui de n'être qu'un « nid de corruption » et refroidit encore un peu plus les relations entre les deux régimes déjà au plus bas depuis le début du conflit. L'élection du Chancelier n'est d'ailleurs pas un exercice aisé, mais c'est finalement un Bothan qui parvint à obtenir le poste en tissant avec patience et retenue son réseau de soutien, basé sur une politique équilibrée visant à contenter dans la mesure du possible tout le monde. Le représentant de l'Ordre Jedi commente sobrement lors de la réunion du Conseil qu'il s'agit du « moins pire des choix possibles ».

1217 à 1227 ABY : Plier sans rompre : La fondation de la République impacte l'armée, qui perd son statut de force unifiée au profit d'une coalition de forces de systèmes à l'état-major indépendant. Une réforme fragilisant le commandement et perdant de nombreux officiers, qui se tournent vers les Jedi afin de continuer à unifier le commandement. Plusieurs personnalités se démarquent durant ces heures sombres, mais l'Echani Jenniker Yusanis prend finalement la tête des opérations en décidant d'adopter une stratégie de défense en souplesse. Le Consortium Éternel souhaite alors renforcer son emprise sur la Bordure Extérieure et encercler les Cartels Hutts : il lance une offensive en direction de Bothawui, qui contourne volontairement Kashyyyk afin d'éviter de perdre trop d'hommes face à la résistance des Wookiees.

Contrainte de céder du terrain, Yusanis imagine une stratégie en point de fixation autour de Bothawui, mais également sur le flanc gauche de l'offensive Sith afin de prévenir une tentative d'exploitation sur l'encerclement des systèmes Républicains du Noyau. Elle a toutefois conscience qu'elle sera incapable de tenir une position comme celle-ci éternellement. Elle mobilise tout ce qu'elle peut, négociant avec les Jedi Vert afin d'obtenir le soutien de Corellia et de l'Union des Contrebandiers pour fortifier ses positions, même Naboo envoie sa petite armée renforcer les positions les plus en danger, mais cela ne suffira pas. En secret, la Jedi se rapproche de Kamino et négocie la création d'une nouvelle armée de clones. Les Kaminiens, qui ne souhaitent guère voir revenir les Sith, ne mettent guère de temps à se laisser convaincre, mais ce n'est que la première étape pour l'Echani qui doit maintenant convaincre le Conseil des Jedi et le Sénat de la nécessité stratégique de renfort de clones pour combattre les Sith.

Yusanis décide que sa meilleure arme pour convaincre ses supérieurs réside dans l'exposition brute des faits. Elle fait des briefings stratégiques et défend sa position face aux plus conservateurs qui craignent les conséquences d'une telle décision, mais le Sénat se laisse finalement convaincre et l'Ordre Jedi s'aligne donc, ne souhaitant pas devenir une « minorité de blocage ». Mais l'étape la plus complexe reste à fournir à cette armée de clones de nouveaux modèles génétiques. Les Mandaloriens, plus grands guerriers de la galaxie, restent le meilleur choix possible, ce qui met Jenniker Yusanis, Echani et rivale naturelle de ces derniers, sur la touche. Mand'Alor accepte de négocier mais impose des conditions très contraignantes aux Républicains en échange de l'engagement de dix Ori'Ramikade comme modèles génétiques de l'armée. L'accord est tenu secret le temps de la formation et de l'entraînement de ces clones, qui dure dix ans durant lesquels la République plie, mais ne rompt pas.

Face à l'impasse, la Reine Éternelle, une nouvelle souveraine qui a également pris le titre de Darth Ankh, décide en 1226 de se venger sur Kashyyyk en coupant les dernières lignes de communication avec l'extérieur et en imposant un pilonnage orbital. La planète est conquise par la force et de manière brutale par les Sith qui réduisent les Wookiees en esclavage et prélèvent des parts de la population pour tester de nouvelles armes effroyables.

1228 ABY : Guerre Galactique Totale : Après 28 ans de conflit sanglant et relativement lent entre le Consortium Éternel et la République Galactique, qui semblait tourner de manière inexorable à la faveur des adeptes du Côté Obscur, l'arrivée des Clones sur le front change radicalement la donne. Les stratèges Jedi et Clones lancent plusieurs contre-attaques, repoussant des offensives Hapiennes avec brio en exploitant l'effet de surprise, mais cette stratégie ne dure pas, car la Galaxie ne repose pas sur un équilibre entre deux puissances, mais entre trois, et pour l'Empire, l'existence même des Clones est un crime inacceptable. Ce dernier envoie une déclaration de guerre en bonne et due forme à la République et masse ses flottes à ses frontières avec cette dernière, forçant les Clones à diviser leurs effectifs et ralentir considérablement leurs contre-offensives contre le Consortium.

Les Protectorats Mandaloriens, qui ont fourni les modèles génétiques à l'armée Clones, réaffirment toutefois leur mentalité, à la grande fureur de l'Empereur Fel autant que celle de Darth Ankh, les deux dirigeants menaçant directement Mand'Alor de représailles militaires. Mais le chef de guerre répond calmement qu'il espère bien qu'ils lanceront les hostilités, et personne ne prend le risque de voir Mandalore définitivement basculer dans le camp Républicain. Les provocations en restent là.

1230 ABY : La guerre des 501ème : Kuat Drive Yards tentant d'affirmer sa domination sur les Chantiers Navals Galactiques tente de lancer une opération financière en vue de pouvoir annexer Fondor sans combattre. Toutefois, les stratèges Républicains voient le coup venir et décident de dépêcher à la hâte une force de Clones afin de pouvoir tenir la planète. Parmi les troupes clones, l'on retrouve l'iconique 501ème Légion, constituée au départ comme sujet de test des rituels de clonage à partir de données conservées du patrimoine génétique de Jango Fett et seule formation composée uniquement de Clone de l'illustre Mandalorien. Aucun Jedi ne souhaite prendre la tête de cette force, et l'une des modèles génétiques de l'armée clone, Nathalia Vevut, s'en amuse et accepte d'assumer le commandement de la Légion.

Lorsqu'elle arrive, elle assiste à une réunion du conseil d'administration de Fondor qui annonce que l'OPA hostile de Kuat est en passe de réussir. Pour la tuer dans l’œuf, Vevut dégaine son disrupteur et massacre tous les administrateurs avant de décréter la Loi Martiale. L'Empire réagit avec brutalité en envoyant une flotte au complet pour conquérir la planète. Les Impériaux souhaitant capturer le Chantier Naval intact, ils sont contraints de lancer un assaut sur la superstructure en tenant la flotte républicaine à distance. Toutefois, la présence de la 501ème Légion Impériale dans la force d'assaut radicalise considérablement le conflit : les deux légions s'accusent mutuellement de trahison et personne n'accepte de céder du terrain, faisant augmenter drastiquement le taux de pertes et forçant les deux camps à envoyer de nombreux renforts dans les coursives du Chantier Naval. La bataille dure plusieurs semaines jusqu'au moment où Nathalia Vevut, affrontant en duel le Chevalier Imperial Andreas Krieg, décapite son adversaire d'un mouvement tournant d'une rare violence avec une vibro-hâche forgée en beskar. Le Général de la 501ème comprend que cet assaut ne peut plus fonctionner et ordonne la retraite, laissant Fondor dans le giron Républicain.

L'enlisement [1230 – 1290 ABY] :


Darth Ankh troisième du nom, l'une des femmes les plus belles et les plus dangereuses de l'Histoire de la lignée. Héritant d'une situation dans l'impasse, elle sera contrainte de rétablir l'ordre par la force avant de lancer une nouvelle politique visant à sécuriser le régime.

1233 ABY : Échec à Bothawui : Malgré le renfort des Clones, la République Galactique se retrouve désormais à devoir combattre sur deux fronts et fait face à plusieurs positions stratégique inconfortables, notamment dans le Noyau. La Reine Éternelle tente d'en profiter pour lancer une nouvelle offensive visant à s'emparer de Bothawui et de priver la République du réseau d'espions Bothans, réputé pour être l'un des plus efficaces de la galaxie. Lassée des retards et des échecs de ses généraux, elle décide de prendre part personnellement à la bataille et de masser un nombre impressionnant de stations spatiales de combat, emmenant même ISIS avec elle.

Mais il est difficile de masquer de tels préparatifs et l'offensive finit par être éventée par les services d'espionnages Bothans. Lorsqu'elle démarre, les flottes du Consortium doivent faire face à un feu roulant des vaisseaux Républicains avant même de pouvoir tirer, entrainant des pertes plus importantes que prévues. La présence de la Reine Éternelle galvanise toutefois les troupes et ignorant les pertes, les vaisseaux du Consortium se mettent à portée et contre-attaquent, faisant entrevoir leurs potentiels destructeurs. Les systèmes périphériques s'embrasent alors que l'offensive se généralise, plusieurs flottes Sith tentant de déborder les lignes Républicaines par les flancs. Brutal et sans pitié, le combat entre les deux flottes entraîne une saignée sans précédent dans les effectifs militaires depuis le début de la guerre. Le Front Républicain menace plusieurs fois de craquer, mais l'Amiral Twi'Lek O'Shova parvint toujours à colmater les brèches et mène des contre-attaques dévastatrices, bien que très couteuses.

Sur conseil d'ISIS, qui entrevoit des conséquences désastreuses face à la montée des pertes, la Reine Éternelle renonce finalement à envahir Bothawui, aujourd'hui encore, plusieurs secteurs de l'espace autour du système sont jonchés des carcasses des vaisseaux détruits, témoignant de la violence de la bataille.

1239 ABY : Enveloppement impérial : L'Empire Galactique lance l'effectif complet d'une de ses flottes dans une offensive de grand style dans la Bordure Extérieure visant à tenter de créer un saillant autour de Thyferra pour s'emparer de la principale source de Bacta galactique. Contrairement au Consortium Éternel, il parvint à dissimuler ses préparatifs derrière les ruines de la Seconde Étoile de la Mort en orbite autour d'Endor. L'assaut initial est un choc pour les troupes Républicaines qui concèdent rapidement du terrain. Le Sénat et le Conseil des Jedi dépêchent des troupes Clones pour colmater les brèches et l'offensive est finalement stoppée sur Hoth. Quadripodes Impériaux et Octopodes Clones s'affrontent sur la planète de glace pour le contrôle de l'ancienne base Echo Rebelle. La Grande Armée de la République prend finalement le dessus, mais pas sans pertes. Bien que ce coup d'arrêt ne permette pas d'exploitation immédiate des gains territoriaux, cela reste un succès pour l'Empire qui lave l'affront de l'échec sur Fondor neuf ans plus tôt.

1245 ABY : Guerre des « Trois Royaumes » : Lassé par l'intervention des Clones, l'Empereur Fel et le Conseil des Moff imaginent une stratégie pour mettre fin à la production en privant ces derniers de modèles. L'Empire raccourcit brutalement ses lignes de ravitaillement afin de pouvoir mener une expédition punitive avec pas moins de trois flottes en direction de Mandalore, espérant réduire en cendre les Protecteurs Mandaloriens pour mettre fin aux Clones. Il n'en aura toutefois pas l'occasion. La Force a soufflé leurs intentions aux Prophètes Suprêmes du Côté Obscur, à moins que ces derniers n'aient bénéficié de renseignements de la part de leurs agents infiltrés dans l'Empire. Pour le Conseil Noir, c'est une occasion unique d'entrer en guerre contre l'Empire en prenant l'initiative et en éliminant une grosse partie des effectifs de ce dernier. Ils soumettent leur plan à la Reine Éternelle qui, après en avoir discuté avec ISIS et le Conseil des Matriarches, valide l'interception surprise pour « violation de l'espace aérien du Consortium Éternel ».

Convaincus que le Consortium les laisserait nettoyer Mandalore sans intervenir, les Impériaux tombent dans une embuscade créée par de nombreux interdicteurs et sont surpris par une puissance de feu écrasante. Des Sphères de Méditation Sith coordonnent l'action des vaisseaux des adeptes du Côté Obscur de la Force et la bataille tourne rapidement au carnage pur et simple. Les Amiraux tentent d'ordonner la retraite, mais ils sont pris à revers par la Flotte Éternelle, dirigée par ISIS qui leurs coupe toutes voies de repli. En une seule journée, pas moins de trois flottes Impériales cessent presque totalement d'exister, trois Star Dreadnought sont perdus et bien peu de Destroyers rentrent dans les lignes impériales. Cette lourde défaite marque le début d'une guerre totale entre les trois régimes, quarante-cinq ans après le début des hostilités. Mandalore, lui, ressort sans dommage, sans même avoir besoin de combattre. Le Mand'Alor témoignera de sa frustration, ayant espéré « une bonne bagarre ».

1250 à 1290 ABY : L'enlisement : Les manœuvres offensives, l'accumulation des pertes ainsi que la généralisation du conflit à toute la galaxie fragilisent les positions des trois principales puissances galactiques. Si la capacité à remplacer les pertes n'est plus en cause, la République se reposant sur les clones, l'Empire sur la Conscription et le Consortium Éternel sur l'exploitation des castes les plus défavorisées de sa société, aucun n'est capable de s'emparer d'un avantage décisif. La course à l'armement est devenue si effrénée et l'action des espions de tout bord si efficace qu'elle équilibre en grande partie les avantages technologique et fait glisser les trois principaux régimes dans l'impasse. L'Empire se montre le plus résilient dans l'entretien d'un conflit de longue durée : cultivant la Guerre comme une méthode saine pour purger la galaxie de ses souillures et mettant en avant les carrières militaires, il parvint à maintenir le moral de la population au plus haut.

Au sein de la République, la situation est plus délicate : plusieurs opérations sont tentées pour assurer une position plus sûre dans le Noyau et repousser les pointes du Consortium de Bothawui, mais chacune échoue et le moral de la population est plus vacillant. Si les civils de l'arrière ne sont pas directement menacés par la guerre, ni même la conscription, les mesures d'exceptions prises pour assurer le financement du conflit amènent les classes les plus pauvres de la société à être de plus en plus précaires et créent une certaine instabilité gouvernementale. Plusieurs Chanceliers Suprêmes chutent rapidement, désavoués par des scandales de corruption ou tout simplement par un mode de vie trop ostentatoire alors que la population souffre au nom de l'effort de guerre. D'autres s'illustrent en portant l'uniforme et les Sénateurs sont encouragés à vivre une expérience militaire auprès des troupes acceptant les non-clones. Plusieurs meurent au front et sont élevés au statut de héros national.

Au sein du Consortium Éternel, l'heure n'est pas au triomphalisme non plus. Le régime a connu un premier siècle fait de conflits incessants et ce qu'il a rêvé pendant près d'un siècle comme une guerre de conquête rapide s'est transformé en un sanglant conflit d'attrition où beaucoup estiment les chances de l'emporter forts minces. Darth Ankh, troisième du nom, doit agir rapidement pour mettre fin à plusieurs tentatives de complots contre sa personne entre 1280 et 1290, venant aussi bien d'une noblesse Hapienne craignant de subir la défaite que de Sith se pensant devenus plus puissants qu'elle. Si beaucoup de régime misent sur l'économie de guerre, Darth Ankh choisit cependant de limiter ses pertes en se lançant dans une stratégie « d'arme nouvelle » et en encourageant davantage l'innovation : la Cour Éternelle se remplit de concepteurs d'armes et d'ingénieurs promettant tous d'offrir la victoire finale par la technologie. Et c'est cette politique qui engendrera le plus d'impact en lançant « l'ère des Forteresses »

L'âge des Forteresses [1290 – 1395 ABY] :


Les forteresses de guerre, véritables stations spatiales de contrôles des routes hyper-spatiales, entraînent de profonds changements dans le déroulement du conflit, mais elles couvrent également des évolutions structurelles de chaque régime galactique.

1292 ABY : Réunification Jedi : Bien que de nombreuses personnes l'ignorent, l'Ordre Jedi est séparé en plusieurs organisations parallèles parfois depuis plusieurs millénaires. Des différends d'ordre idéologiques, religieux ou encore une nécessité de liberté d'action plus grande ont poussé certaines organisations à prendre leurs distances au point que certaines d'entre-elles parvinrent même à disparaître de l'attention de la galaxie lors de la fameuse grande purge de l'Ordre 66, en -19. Toutefois, la nouvelle guerre durant depuis près d'un siècle, la donne a désormais changé et les adeptes du Côté Lumineux ont fini par comprendre que l'unité est désormais nécessaire face à la menace des Sith, qui recherchent à les anéantir, ainsi que de l'Empire, qui veut les transformer en Chevaliers Impériaux au service d'une dynastie d'autocrates.

Les leaders des principales sectes Jedi se réunissent sur Tython en 1292 et parviennent à un accord permettant enfin d'unifier, au moins en apparence, les mouvements de Jedi dans la galaxie. Les sectes les plus importantes, comme le True Covenant ou les Jedi Vert de Corellia, conservent un haut degré d'indépendance et les désaccords idéologiques de fond ne disparaissent pas. Mais tous conviennent de la nécessité de faire front commun contre les menaces à la Liberté et au Côté Lumineux de la Force dans la galaxie et pour la défense de la Démocratie.

1300 à 1310 ABY : Les Premières Réformes : Chaque régime politique profite de l'accalmie relative d'un nouveau siècle placé sous le signe de la guerre afin d’entamer une première série de réformes. Pour l'Empire, il s'agit avant tout de réformes d'ordre économiques et militaires. L'innovation cède en partie sa place à la fiabilité et la rentabilité. Les Amiraux de l'époque recherchent avant tout à combler les pertes et augmenter le nombre de Destroyers Stellaires dans les effectifs théoriques des flottes impériales, pariant sur une victoire par accroissement de la puissance de feu. Un système d'économie de guerre se met en place plus ou moins rapidement et Kuat Drive Yards simplifie plusieurs systèmes non-essentiels sur ses Star Destroyers afin de baisser le coût de production tout en augmentant le volume de vaisseau construit par an.

Du coté de la République, l'action politique se tourne en faveur de la population avant tout. Épuisé par un siècle de guerre, marqué par la disparition de plusieurs figures charismatiques à la guerre, le peuple réclame de l'attention et le Chancelier Suprême de l'époque, Gabriel Santar, prend des mesures de justice sociale en créant une couverture maladie universelle et en augmentant les pensions des militaires et des clones à la retraite. Ses mesures sont financées par des taxes sur les transactions financières et les grands groupes financiers tentent de s'y opposer, mais ils n'obtiennent pas le soutien de l'industrie de l'armement, qui a fait ses calculs et a vite compris qu'elle serait la vraie gagnante de la réforme, n'étant pas visée par ces mesures. L'effet de ces mesures est mesuré : si elles améliorent réellement la vie des personnes les plus défavorisées et instaurent une forme de justice sociale, elles touchent la classe moyenne, les taxes se reportant sur les produits de « luxe » et abaissant leurs pouvoirs d'achats.

Le Consortium Éternel lui poursuit dans la voie de l'innovation à n'importe quel prix : le chantier de la première Forteresse Stellaire est entrepris dans le plus grand secret, dissimulé dans l'amas de Hapès. Son installation durable a toutefois des effets sur les populations occupant le régime : les aliens se déplacent de plus en plus dans les régions sous domination Sith dans l'espoir d'échapper aux persécutions et à leur statut de sous-citoyens imposé par la noblesse de Hapès. Certes, la vie sous le joug des Sith est impitoyable, mais quiconque étant capable de se démarquer progressera dans la hiérarchie, là où le racisme Hapien bloque totalement toutes possibilités d'évolution dans le reste du Consortium. La noblesse ne fait rien pour retenir les aliens et remplace ceux qui quittent le territoire par les prisonniers de guerre, corvéables à merci et ne nécessitant même pas de salaire. Toutefois, les nobles entreprennent de nombreux grands travaux, qu'ils soient militaires, comme des systèmes défensifs élaborés, ou civils, comme de gigantesques cités étincelantes censées promouvoir la force du régime.

1317 ABY : Seul contre tous : Le Clan Fett déploie une grande partie de ses effectifs non loin de l'ancien astéroïde de Kessel : ils sont à la recherche de la « Planète d'Abeloth » suite à la découverte de plusieurs cas de maladies rappelant la malédiction lancée par l'esprit du Côté Obscur plus de mille ans plus tôt, vaincu à l'époque par l'association de Darth Krayt et Luke Skywalker. Mais ils ne sont pas les seuls à rechercher cette planète : tout le monde a conservé des données sur cette sombre période et tous espèrent finir le travail que leurs ancêtres lointains ont débuté. Bien que les Fett soient arrivés les premiers, les autres forces ne tardent pas à apparaître et à les encercler. Toutefois, personne ne parvint à s'entendre pour mettre fin à la menace, un siècle de guerre ayant attisé les haines, et le déploiement tourne rapidement à la bataille rangée. Les Mando'ade, qui se retrouvent pris entre tous les feux croisés, sont également pris pour cibles, tous finissant par croire qu'ils sont manipulés par Abeloth.

Ortan Fett, le chef de clan, ne se laisse toutefois pas détourner de son objectif premier : il organise ses troupes en colonnes, faisant des rondes de reconnaissances avec des formations de moto-jets dont il prend la tête et de chars derrière écrasant les positions de résistance. A son insu, sa main est guidée par un informateur souhaitant plus que tout détruire l'esprit : un membre du Jedi Covenant. Mais il parvint à percer les lignes du Consortium Galactique et échapper à la poursuite des éléments avancés impériaux avant de retrancher ses troupes sur des hauteurs pendant qu'il emmène son cercle d'Ori'ramikade affronter l'esprit l'arme à la main. Lorsqu'il revint, l'homme est seul, mais l'atmosphère a perdu de son aura de sang alors que la bataille fait toujours rage. Après une semaine de combat, le clan Fett a perdu 25 % de ses effectifs en se défendant contre trois forces constituées, mais ces dernières ont chacune perdues plus de 50 % des leurs, en partie parce qu'elles se sont affrontées en même temps, mais beaucoup échouant contre la ligne de défense Mandalorienne. N'ayant toutefois plus intérêt à maintenir une résistance organisée, le chef de clan ordonne la retraite, laissant toutes les autres factions dans l'expectative : est-il parvenu à détruire l'esprit, ou n'a-t-il fait que le neutraliser pour un millénaire supplémentaire ? Il s'agit d'une question toujours en suspens, Ortan lui-même n'ayant sans doute pas la réponse.

1320 à 1350 ABY : L'âge des Forteresses : En 1320, le Consortium Éternel lance officiellement sa première forteresse stellaire, l'Alianka, du nom de la première Reine Éternelle. Darth Ankh quatrième du nom est présente pour l’inauguration de cette nouvelle station spatiale de combat répondant aux critères stratégiques de son époque. A l'opposé de l’Étoile Noire, Alianka reste une structure défensive conçue pour bloquer la route hyper-spatiale la plus proche de Hapès, créant une zone d'interdiction dans le Noyau Galactique pouvant rapidement déployer des renforts vers Ruusan et Kashyyyk. L'Empire décide de mettre Alianka à l'épreuve, mais sa première offensive, préparée à la hâte, se brise contre les défenses de la forteresse. Pour la République en revanche, il s'agit d'un exemple à suivre et cette dernière travaille rapidement avec l'aide de Rothana Heavy Engineering à la création de la première forteresse stellaire républicaine.

L'Empire finit lui-même par lui emboîter le pas et pendant trente ans, plusieurs forteresses verront le jour sur les routes stratégiques de la galaxie, compliquant le travail des contrebandiers tout en offrant des bases d'opérations parfaites aux militaires. Ces dernières stabilisent encore davantage un front déjà bloqué, ne permettant pas de déploiement d'offensives d'envergures et amenant les stratèges militaires à devoir viser des objectifs plus limités, qui engloutissent tout de même des millions de vie pour des gains territoriaux souvent très limités. La guerre s'enlise ainsi dans une guerre d'attrition et de position implacable qui ne semble pouvoir avoir aucune fin, les régimes étant tout trois autosuffisants. Mais cela ne signifie pas pour autant que les stratèges militaires renoncent à l'idée d'une victoire totale, bien au contraire.

1353 ABY : Droit de succession : L'Empereur Arcturus Fel meurt en 1353 après que l'un de ses Chevaliers Impériaux ait découvert des tractations secrètes avec le Consortium Éternel pour obtenir des savoirs Sith. Les circonstances de sa mort et ses raisons sont dissimulées aux yeux du public et des Moffs, mais la famille Impériale et les Chevaliers Impériaux décident de changer les règles des droits de successions, impliquant désormais une sélection au mérite et non plus au droit de l’aîné. Cela entraîne une concurrence féroce entre les différents prétendant au trône impérial.

1360 à 1395 ABY : Vivre par l'épée : Après plus d'un siècle et demi de guerre, les militaires prennent une place de plus en plus croissante dans les sociétés galactiques. Pour l'Empire Galactique, régime militariste, les changements semblent parfois subtils, mais l'un des premiers changements les plus notables est l'augmentation de manière importante de la part d'Echani, dont le domaine se situe dans les frontières impériales, au sein de l'état-major impérial, notamment chez les Amiraux. Rivaux éternels des Mandaloriens, les Echanis trouvent naturellement leurs places dans la société impériale, ce qui permet également une féminisation du haut commandement, ainsi que le retour de certaines pratiques de noblesse d'épée, comme les duels d'honneurs. Ces dernières prennent le pas sur les comploteurs et les civils au sein de la cour et bientôt, même les Moffs doivent être capables de prouver une expérience militaire pour atteindre leurs postes.

Au sein de la République toutefois, cette domination des militaires n'est pas au goût de tout le monde. Le pouvoir politique s'effrite parfois trop, ou se plie aux exigences des soldats, qui pour certains n'ont aucun scrupule à abandonner un monde pour des raisons comme « maintenir un périmètre de défense acceptable », qui, si elles sont pertinentes d'un point de vue stratégique, sont inacceptables pour des populations abandonnées à leur sort. Les mondes frontaliers, mais également certains systèmes d'influences, commencent à souhaiter un vent de changement et plusieurs mondes choisissent de placer des Jedi à leurs têtes, espérant ainsi obtenir la protection de l'Ordre. Coincés entre deux devoirs incompatibles, certains Jedi refusent, mais d'autres, plaçant la défense des intérêts du peuple avant toutes autres considérations, décident d'accepter de diriger ces mondes dans cette période troublée. Ainsi revinrent les premiers « Seigneurs Jedi » dans la galaxie, et la lignée la plus importante de ces Jedi est la lignée des DuCade sur Rothana.

Pour le Consortium Éternel en revanche, peu de choses évoluent réellement en apparence. Toutefois, en coulisse, une nouvelle offensive se prépare. La stratégie des Forteresses, qui visait à enliser le conflit le temps de développer des armes nouvelles, a fonctionné, et les Sith espèrent ainsi être capables de forcer les décisions. Cette ère de stabilité relative leurs a permis de renforcer leurs maîtrises des arts noirs et bientôt, ils plongeront la galaxie dans un océan de ténèbres, révélant leurs véritables intentions.

Armes nouvelles et Puissance émergente [1395 – 1500ABY] :


La chute récente des Cartels Hutts au profit de l'organisation tentaculaire Apex est un signe de renouveau dans les puissances galactiques.

1400 ABY : Offensive Sith : Décidée à en finir avec la menace de la République, Darth Ankh autorise les Sith à prendre la tête d'une vaste offensive visant à menacer Bothawui d'un côté pour en réalité envelopper le Noyau et prendre Corellia et Tython. Outre le fantasme de destruction des Jedi, ils sont convaincus que les Républicains seront incapables de maintenir une résistance organisée s'ils perdent Corellia. L'offensive repose sur deux principaux piliers : parvenir à attirer un maximum de forces Clones autour de Bothawui en maintenant la pression sur le Sénat tout en installant un réseau de corruption à Cato Nemoïdia afin d'y gagner des partisans qui saboteront les moyens de communication Républicains avant le début de l'offensive.

Les Sith ne sont pas réputés pour respecter les règles et apprécient particulièrement les innovations leurs permettant de faire le plus de morts possibles et ils ne lésinent pas sur les moyens pour tenter d'arracher une victoire décisive : la Magie Sith est pour la première fois massivement employée contre les forces Républicaines : les camarades tombés au combat se relèvent sous la forme de morts-vivants pour s'en prendre à leurs camarades tandis qu'une ménagerie de monstres, dont les immenses Léviathans, agresse les lignes Clones autour de Bothawui afin de maintenir l'illusion qu'il s'agit du cœur de l'offensive. Les attaques au gaz sont également déplorées et plusieurs planètes voient leurs populations se réduire dramatiquement sans même avoir l'occasion de se défendre.

L'immense influence des Bothans au Sénat joue à plein et des renforts sont dépêchés en nombre sur place, permettant le déclenchement de l'offensive vers le Noyau. Le Consortium applique les théories de la Blitzkrieg sans ralentir et laisse des poches de résistance derrière eux. Manaan s'accroche en établissant une résistance sous marine qui rend inefficace le pilonnage depuis l'espace. Contrairement aux Sith, la noblesse Hapienne se refuse à employer une attaque au gaz et préfère contourner la résistance pour s'enfoncer plus en avant dans le Noyau. Corellia est toutefois défendue par une Forteresse Stellaire et peut compter sur ses propres fortifications spatiales autour de son chantier naval et l'obstination de ses soldats. La planète résiste et les lignes de ravitaillements Hapiennes s'étirent, créant un nouveau saillant et une opportunité pour les Républicains de contre-attaquer.

1406 ABY : Mouvements sur la ligne de front : Profitant du fort engagement du Consortium Éternel contre les Républicains, les Impériaux montent une offensive visant à renforcer leur présence dans le Noyau. L'objectif principal de ce mouvement limité est en réalité Arkania, pour priver la Reine Éternelle de l'expertise génétique des Arkaniens. Manquant d'effectifs pour tout défendre, Darth Ankh fait des sacrifices et adopte une stratégie de défense flexible visant à un repli vers les forteresses Alianka et Ghrond, en orbite autour de Dathomir, afin de contrôler l'avance impériale. Arkania n'est pas abandonnée sans combattre et nombre de données sont détruites dans la bataille. Plusieurs scientifiques éminents sont également kidnappés pour poursuivre leurs travaux de recherches pour le Consortium Éternel dans le Secteur Corporatiste.

1410 ABY : Première Contre-Offensive Républicaine : Après dix ans de résistance acharnée et être parvenu à finalement stabiliser le front autour de Corellia, le Sénat Républicain se réunit avec les principaux stratèges militaires afin de discuter de la marche à suivre pour l'organisation d'une contre-attaque. Les militaires souhaitent avant tout concentrer leurs efforts sur le saillant autour de Corellia, pensant qu'ils pourront ainsi chasser les forces de la Noblesse Hapienne et parvenir à forcer les Sith à se replier afin d'éviter la menace de l'encerclement, mais les Bothans, toujours sous pression des calamités Sith, refusent en bloc et souhaitent au contraire concentrer la contre-attaque dans leur secteur.

Leur poids politique leur permet de prendre le dessus et finalement, le plan Bothan est retenu contre le plan Corellien. Cette décision s'avéra être un désastre qui ne fit qu'accroître le nombre de soldats et de flottes des deux camps présents dans le secteur. Après deux mois d'offensives coûteuses pour des gains minimes en planètes, même pas un système entier, les Républicains déclarent la fin de l'offensive. La présence de Sphères de Méditation Sith, artefact du Côté Obscur et vaisseau enchanté par l'afflux de magie, a permis aux forces Sith de résister bien plus aisément au surnombre d'adversaires, voire d'organiser des contre-attaques spectaculaires infligeant de lourdes pertes aux troupes clones.

1414 ABY : Les batailles des frontières : L'année 1414 est une année difficile pour l'Empire et ses alliés. Au nord, l'offensive Chiss pour tenter de s'emparer de Gree et Belkadan et ainsi permettre de mieux contrôler les frontières galactiques échoue après de nombreuses batailles âprement disputées. En infériorité numérique, l'Amiral Schartzen, originaire du Secteur Corporatiste, adopte des tactiques de défenses flexibles et lit les mouvements de son adversaire Chiss comme un livre ouvert. Sa victoire lui vaudra de devenir l'un des amants les plus appréciés de la Reine. Mais au Sud, il doit également faire face à une offensive républicaine menée par les forces combinées de plusieurs maisonnées de Jedi Lords. Elle est dirigée par la Jedi Verte Kuralai Khan, une Togruta recherchant à prouver sa supériorité stratégique sur les Bothans. Sa contre-offensive chasse les Impériaux des environs de Hoth et de Bespin, les ramenant à leurs lignes de défenses autour d'Endor et de sa forteresse Stellaire. Si l'impact de ces revers est limité sur le plan stratégique, il est en revanche plus grand sur le plan tactique comme politique et entraîne une large réorganisation des cadres de l'armée.

1422 ABY : Clash à Fondor : Afin de tenter de reprendre l'initiative, le Consortium Éternel imagine un plan visant à contourner la forteresse Corellienne et priver la République Galactique de l'un de ses plus importants chantier naval en s'emparant ou en réduisant en cendres le chantier naval de Fondor. Toutefois, il n'est pas le seul régime à avoir ce plan : l'Empire veut profiter de la situation afin de redorer son blason et obtenir une victoire éclatante tout en lui permettant d'asseoir sa domination sur le Noyau Galactique. Par un caprice du destin, les deux régimes organisent leurs assauts pour le même jour. De loin, cet événement impromptu semble condamner les défenseurs, mais en réalité, cet événement va pleinement jouer en leurs faveurs : En effet, Impériaux et Hapiens vont devoir gérer en partie l'attaque sur le chantier naval, mais également une bataille rangée entre leurs deux forces d'assauts qui les contraint à devoir piocher dans leurs réserves bien plus vite que prévu.

La bataille s'éternise pendant trois mois, alors que le Commandant de Fondor est assuré par un officier Clone suite à la destruction d'une bonne partie du commandement lors du bombardement préliminaire Hapien. Ce dernier décide de se servir de l'inimitié entre les deux forces afin de lancer des offensives intenses, mais brèves, visant à forcer les deux forces rivales à se rencontrer et s'autodétruire tout en restant à portée de canon des défenses orbitales du chantier naval. Cette stratégie fonctionne, et Hapiens comme Impériaux sont finalement contraints de lever le siège sans obtenir de résultats significatifs : six mois après le début de l'offensive combinée, la contre-attaque républicaine ramène tout le monde sur ses lignes de départ sans progrès significatifs.

1434 ABY : Baroud d'honneur : Pensant que l'Empire pourrait être le maillon faible de l'encerclement du Noyau, la République imagine une stratégie d'offensive visant à priver ce dernier d'une partie de ses défenses en le forçant à réorganiser sa ligne de front en faisant peser une menace sur Bakura. Une offensive limitée est engagée pour tenter d'encercler la Forteresse Stellaire d'Endor, mais les forces impériales défendent avec célérité et les gains territoriaux en matière de planètes sont mineurs. Toutefois, lorsque les impériaux mènent la contre-offensive visant à ramener les Républicains sur leurs lignes de départ, les Clones défendant le monde de Trehwyth refusent de se rendre, même encerclés et privés de soutien aérien. Les Légions Stormtroopers doivent combattre des adversaires déterminés qui n'hésitent pas à engager le combat au corps-à-corps. Le général, qui les commande, n'accepte de se rendre qu'après épuisement de toutes ses munitions et un taux de perte dramatique, mais les Stormtroopers sont loin de ressortir indemne de cette bataille. Impressionnée, l'Amirale Roksana, d'origine Echani, fait organiser un défilé en l'honneur des vaincus, ce qui lui vaut autant de popularité que de critiques, alors qu'elle vint elle-même les saluer à la tête de son état-major, ses troupes en rang et au garde à vous, dans une rare image de respect pour l'adversaire dans un conflit sanglant.

1435 à 1475 ABY : Impasse tactique : La guerre subit de nouveau un reflux vers un conflit de position sans réelles avancées de la ligne de front. Plusieurs offensives sont lancées durant ces quarante ans, mais elles sont généralement peu ambitieuses et visent à s'emparer d'un monde que les états-majors identifient comme doté d'une importance stratégique. Les conflits reviennent à une guerre de position brutale qui reste surprenante d'un point de vue stratégique, tant les opportunités semblent présentes, mais qui s'explique par la radicalisation du conflit, chaque belligérants refusant de céder le moindre pouce de terrain sans en faire payer le prix du sang à celui qui compte le conquérir. Toutefois, cette impasse n'est pas sans conséquences : les trois régimes font plusieurs fois tourner leurs état-major, espérant qu'injecter du sang neuf apportera des solutions nouvelles, de plus, le monde criminel est en proie à une certaine agitation : un mouvement révolutionnaire commence à s'y développer, sous l'impulsion de plusieurs groupuscule pro-alien formés d'exilés galactiques, particulièrement du Consortium où ils sont victimes des discriminations Hapiennes. Elles porteront leurs fruits quinze ans plus tard.

1480 ABY : L'heure du changement : Sur Hapès, la Reine Éternelle s'éteint et une nouvelle prend sa place en tant que Darth Ankh dans une situation particulièrement délicate : les Républicains sont finalement parvenus à monter une contre-offensive efficace dans le secteur de Corellia. Elle est massive, et s'appuie sur les forces de résistances autour de Manaan, mais également, une mauvaise surprise pour les Hapiens, sur Kashyyyk, le monde d'origine des Wookiees. La Reine prend rapidement conscience du danger, le risque de voir de vastes effectifs détruits dans un combat perdu d'avance qui menacerait l'existence même du Consortium Éternel. Considérant que la situation stratégique est plus importante que la fierté, elle conçoit avec ISIS un plan de retraite ordonné de ses forces au niveau d'Umbra, faisant mener des combats d'arrière-garde à plusieurs de ses flottes. Cette stratégie est efficace et permet d'éviter un désastre : le Consortium n'abandonne finalement que peu d'effectifs derrière lui. Par contre, Bothawui est désormais hors d'atteinte de ses flottes et les Républicains découvrent dans les anciens mondes occupés des récits d'atrocités qu'ils n'imaginaient pas dans leurs cauchemars les plus sombres…

1490 ABY : La fin des Cartels Hutts : Après quinze ans de conflits plus ou moins grands, les Cartels Hutts sont finalement submergés et renversés par une révolution qui prendra le nom d'Apex. Les régimes politiques doivent désormais composer avec cette nouvelle force semblant anarchique, basée sur une liberté totale de chacun et organisée en trois branches, incluant même des droïdes dans la chaîne de commandement. De nombreux aventuriers galactiques, et pas seulement des criminels, rejoignent la bannière d'Apex et de sa méritocratie, espérant pouvoir gravir les échelons de cette société grâce à leurs talents et faisant du système Hutt un nouvel eldorado en cette période sombre.

1500 ABY : Aujourd'hui : Après trois cent ans de conflits, la Galaxie est aujourd'hui à la croisée des chemins. Aucun régime n'a renoncé à la domination et à l'unification de la galaxie et la coexistence pacifique semble plus que jamais un simple fantasme, au mieux un rêve d'enfant. Partout, les armes grondent et les bruits de bottes se font entendre sous les bannières claquant au vent, signe d'une nouvelle flambée de violence : cette guerre, censée mettre fin à toutes les guerres, trouvera-t-elle un jour sa conclusion ?



Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum