Partagez
Aller en bas
avatar
Fondateur
Taa’Chume
FondateurTaa’Chume
Voir le profil de l'utilisateur

Le Grand Plan, en marche vers la Guerre [750 – 1200 ABY]

le Sam 23 Juin - 21:29

Le Grand Plan, en marche vers la Guerre [750 – 1200 après la bataille de Yavin]




Alianka Djo, avant-dernière Reine Mère de la Dynastie Djo et première Reine Éternelle, à « titre posthume » prendra en charge la première la réalisation du « Grand Plan », visant à diriger la galaxie entière avec la puissance du Côté Obscur de la Force

Lorsqu'Alianka Djo monte sur le trône du Consortium de Hapès, cette dernière doit faire face à l'un des pires problèmes pouvant être rencontré par une Dynastie, en dehors d'une révolution : la stérilité. Des années d'arrangements, d'eugénismes et de mariages arrangés entre cousins, notamment avec la lignée Fel, a affaibli la lignée Djo au point que sa dernière représentante se retrouve incapable d’enfanter. Bien que l'information soit dissimulée au public, elle inquiète autant au sein du Conseil des Matriarches, qui craint un sanglant conflit de succession si la Reine Mère meurt sans héritière qu'au sein du Triumvirat Galactique, Hapès étant devenu un acteur économique important que personne ne souhaite voir déstabilisé. Pourtant, la crise cesse lorsque finalement, la Reine annonce sa grossesse. Les plus fins observateurs de la vie des « peoples » ne manquent pas de remarquer que cette annonce correspond à la nomination au titre de Prince Consort d'un inconnu qui n'est issu visiblement d'aucune lignée Hapienne, mais le soulagement de savoir la lignée préservée l'emportera alors sur la curiosité et l'inquiétude pouvant être suscitée par l'arrivée de cette personnalité singulière. Une grave erreur, car derrière le visage séduisant de cet homme se cache un esprit empli de haine et du désir de vengeance envers une galaxie qu'il juge ingrate et corrompue : Cao Hang, le dernier des Empereurs Éternels.

Après avoir unifié les derniers Sith alors en pleine guerre civile, Cao Hang parvint à accroître rapidement son influence à la cour de Hapès, son physique avantageux ainsi que sa maîtrise des codes de la noblesse l'aidant beaucoup à se forger une image d'homme respectable chez les Matriarches. Conscient de la faiblesse de la Reine-Mère, il finit par l'approcher et la séduire en lui promettant l'héritière dont elle a tant besoin ainsi que l'arsenal de l'Empire Éternel contre sa nomination en tant que Prince Consort. Sans autres solutions, la Reine accepte et scelle son destin : Cao Hang utilisera la puissance du Côté Obscur de la Force afin de pouvoir offrir un enfant à sa maîtresse Royale et plongera également cette dernière dans le côté sombre de la Force. Sa promesse de l'accompagner jusqu'à la fin des temps deviendra d'ailleurs réalité à sa mort, puisqu'il met au point une nouvelle forme de l'arcane du Transfert d'Esprit, fusionnant son âme avec celle d'Alianka. Cette dernière va alors concevoir « Le Grand Plan », une stratégie de long terme visant à la conquête du pouvoir en utilisant la puissance économique de Hapès ainsi que les talents du Consortium dans l'intrigue et le complot pour accroître son influence lentement, mais sûrement.

A sa mort, Alianka fusionnera son esprit avec celui de sa fille, qui sera la dernière des Djo. A partir de cette date, Hapès régla sa succession non plus sur un système héréditaire à la primauté féminine, mais avec un système au mérite, incluant la sensibilité à la Force. En réalité, chaque aspirante choisie fusionne son esprit avec celui de la Reine l'ayant précédée, permettant à chacune d'accéder d'une certaine façon à l'immortalité. La politique Hapienne prend alors un virage surprenant, devenant cohérente et ne semblant jamais vouloir changer d'une Reine à l'autre. Elle devint toutefois plus sombre au fur et à mesure que la réalisation du Grand Plan avançait : corruption des réseaux criminels, rachat d'entreprises, installation d'agents dormants dans certains systèmes et volonté de fédérer plusieurs grandes dynasties galactique sous la bannière du Consortium ne seront pas sans déstabiliser la politique galactique. L'Alliance sera celle qui en souffrira le plus, déstabilisant son régime et amenant de nombreux systèmes vers une défense systématique d'intérêts privés, mais l'Empire Galactique montrera également quelques signes de faiblesses avec des troubles dans certaines régions ainsi qu'une attitude hésitante face à la montée en puissance Hapienne, aveugle à la sombre corruption se répandant dans l'une des plus anciennes cours galactiques.

En 1200, soit plus d'un millénaire après le dernier grand conflit galactique, la situation de la géopolitique galactique bascule brusquement alors que le Secteur Corporatiste ainsi que plusieurs systèmes, menés par Ondéron, font sécession de l'Alliance Galactique au profit du Consortium de Hapès. L'armée, les Sith ainsi que les réseaux criminels sont désormais considérés comme mûrs pour révéler le vrai visage de la Reine Éternelle à la galaxie et infliger un sévère camouflet à la tentative de médiation Jedi sur Ondéron. Désormais, l'Empire comme l'Alliance Galactique ne peut plus nier le retour des Sith sur le devant de la scène galactique, mais plutôt que de s'unir face à l'adversité, les vieilles rivalités, mises en sourdine, mais jamais réglées, refont brutalement surface. Chacun profite de la situation pour tenter d'avancer ses pions, ce qui accentue les divisions dans la politique Alliée et provoquera quelques temps plus tard la chute du régime. Aujourd'hui encore, rares sont les historiens galactiques à comprendre l'implication d’événements vieux de plusieurs siècles dans la première offensive du Consortium Éternel, pourtant, il ne fait aucun doute que l'action que chaque Reine Éternelle menait jusqu'à cette date ne faisait que la préparer.

Note : Par mesure de commodité, les événements sont séparés selon les règnes des différentes Reines Éternelles afin de permettre au lecteur d'identifier les règnes, toutefois, tous les événements présentés ne sont pas en rapport avec le Consortium de Hapès

Alianka Djo [750 – 782 ABY] :

750 ABY : Le soulagement : Alianka Djo annonce à la galaxie sa grossesse, et donc la promesse d'une nouvelle héritière pour le trône, mettant fin à une période trouble de dix ans marquée par la spéculation sur la stérilité de la Reine-Mère. Hapès a pris tant d'importance dans l'économie galactique que cette simple annonce permet à plusieurs valeurs boursières de monter en flèche tandis que d'autres, misant sur la fin de la lignée, plongent dans les abysses. Cao Ang, qui apparaît officiellement le visage dissimulé d'un magnifique masque doré, est nommé Prince Consort à la tête de l'armée sous un faux nom. La vie des hommes dans le Consortium étant négligeable, bien peu y prêteront réellement attention, bien que certains magazines féminins lui prêteront des qualités d'amant exceptionnel et qu'il deviendra même un sex-symbol. En réalité, celui-ci a fait de la Reine son apprentie Sith et débute sa formation à l'abri des regards indiscrets.

754 à 762 ABY : Soleil Noir Ascendant : Bien que repoussé du Noyau Galactique, le Soleil Noir n'abandonne pas son ambition de prendre la tête des organisations criminelles. Le syndicat fait usage autant de négociations commerciales que d'intimidations afin de pouvoir prendre le dessus sur les différents Cartels des Hutts. Une guerre sanglante s'engage alors entre plusieurs groupes recherchant à s'attirer les faveurs de l'un des deux géants. Rivaux entre eux, les Hutts tardent à offrir une réponse organisée, ce qui laisse jusqu'en 758 le champ libre au Soleil Noir, mais ils finissent par réunir leur grand Conseil et se décident à employer plusieurs sociétés militaires privées pour tenter de rétablir l'ordre. L'Alliance Galactique et l'Empire Fel font face à une recrudescence soudaine de la criminalité et traitent cela de manières diverses : la réponse Alliée est essentiellement législative, ce qui la rend plus lente, tandis que la réponse impériale, essentiellement répressive, n'est pas sans problème : incapable de discerner l'innocent du coupable, les Stormtrooopers commettent de nombreuses bavures lors des opérations anti-criminalités qui scandalisent l'opinion et forcent plusieurs Moffs à la démission. L'opération est impopulaire et affaiblit le Conseil des Moffs, l'Empereur Varro Fel capitalisant sur les divisions chez les gouverneurs pour se poser en défenseur du peuple et déployer plusieurs de ses Chevaliers Impériaux pour poursuivre les criminels. Ces derniers, assistés par la Force, obtiennent de bien meilleurs résultats.

Lorsque les luttes intestines cessent enfin en 762, le Soleil Noir ressort comme grand vainqueur : il a chassé les Hutts de plusieurs systèmes importants de la bordure médiane et assied sa domination sur la contrebande d'armement. Cela ne manquera toutefois pas d'attirer l'attention des Sith sur lui.

758 ABY : Sombre Rituel : Épuisé par une vie de combat ainsi que la pratique des arcanes les plus sombres du Côté Obscur de la Force, Cao Hang sent la fin de sa vie approcher. Il se plonge profondément dans le Côté Obscur, jugeant la formation de son apprentie encore incomplète et fouille les tombeaux des plus puissants Seigneurs Sith afin de trouver le conseil des Anciens. D'après les historiens Sith actuels, il parvint à entrer en contact avec l'esprit du vénérable Marka Ragnos qui lui montra la voie. Cao Hang développa une modification de l'arcane du Transfert d'Esprit, qu'il utilisa après une préparation méticuleuse avec Alianka Djo. A la fin du rituel, l'enveloppe corporelle de Cao Hang perdit la vie, mais son âme avait fusionné avec celle de la Reine, lui permettant d'accéder à toutes ses connaissances. La première Reine Éternelle venait de naître.

769 ABY : Sombre vision : La Prophétesse Jedi Miraluka Kirana Thi est victime d'une vision cauchemardesque où la galaxie entière serait plongée dans les ténèbres d'une guerre éternelle, enchaînée dans la prison de la Haine, le sol de chaque planète recouvert de véritables fleuves de sang alors que l'espace serait rempli de débris de vaisseaux ainsi que de morceaux de cadavres. Elle transmet ses craintes à ses maîtres, mais incapables de percevoir une telle noirceur dans le futur, les Jedi ne parviennent à s'entendre sur la manière d'analyser cette vision : certains pensent qu'il s'agit d'une crainte personnelle de Kirana, d'autres d'une vision terrible du passé de son peuple, mais personne n'accepte de considérer l'hypothèse qu'il pourrait s'agir du futur.

Blessée, Kirana Thi tentera toute sa vie de trouver des interlocuteurs acceptant de prendre au sérieux sa vision. Mais elle mourra seule et isolée, les Chevaliers Impériaux, naturellement sceptique sur les visions de l'avenir, ayant refusé de l'écouter autant que les Jedi. Quelques siècles plus tard, les Jedi les plus anciens comme les Prophètes comprendront avec amertume la terrible erreur des contemporain de Kirana Thi.

773 ABY : La révolte de Darth Sephira : Darth Sephira, un puissant maître d'armes Trandoshan, n'accepte pas les règles de succession de la couronne de Hapès et considère que seul le plus puissant des Sith devrait régner sur le trône, se considérant bien entendu comme supérieur à une reine vieillissante semblant davantage tournée vers les affaires de la galaxie. Il parvint à réunir assez de partisans pour tenter de faire un coup d'état en prenant le contrôle de Korriban. La réponse de la Reine est impitoyable, mais subtile : plutôt que de venir en personne, cette dernière se sert de son statut de chef d'état pour transmettre à l'Alliance Galactique la position de plusieurs bases des alliés de Sephira dans la galaxie dans l'espoir que les politiques mordent à l'hameçon, ce qu'ils ne manquent pas de faire.

Ainsi, c'est l'Escadron Rogue et, ironie de l'histoire, l'Ordre Jedi qui renforcent la position de la Reine en privant Sephira de la plupart de ses soutiens dans la galaxie. Cette manœuvre est diversement appréciée par les Sith, mais elle provoque la crainte de nombreux Seigneurs qui réalisent le nombre de leviers offert par la couronne de Hapès. Sephira, sentant le vent tourné, décide de retourner sur Trandosha à la tête de son premier cercle de fidèles afin de tenter de devenir un Seigneur de Guerre et de déstabiliser l'Alliance Galactique. Mais sur place, il ne parvint pas à rallier les siens, ni à obtenir le soutien du Soleil Noir qui lui déclare même la guerre. L'organisation criminelle engage pas moins de quatre sociétés militaires privées contre lui lorsqu'elle réalise qu'elle a affaire en réalité à un groupe de Seigneurs Sith et les massacre jusqu'au dernier. Afin d'éviter des accusations de collaboration avec les utilisateurs du Côté Obscur de la Force, elle désintègre les cadavres et leurs effets personnels, jouant indirectement le jeu d'Alianka Djo.

782 ABY : Fin de règne : Depuis dix ans, Alianka Djo souffrait d'un étrange mal incurable qu'elle parvenait à dissimuler habilement, mais la Reine-Mère comprend en 782 qu'il ne lui sera plus possible de tenir le secret. Sa fille étant prête, elle choisit de lui transmettre le pouvoir en lui offrant un dernier conseil, après lui avoir transmis la plupart de ses connaissances sur les Arts Noirs : celui de savoir se montrer plus imaginative et moins traditionnelle que ses ennemis. Alianka se suicide de façon rituelle et fusionne son âme avec celle de sa fille. Aya Djo sera la dernière Reine-Mère de sa dynastie, et appliquera avec zèle les conseils de sa mère.

Aya Djo [782 – 863 ABY] :


Après une longue carrière de droïde assassin à la solde des dirigeants de Cyberdyne, ISIS deviendra l'intendante de la Reine-Mère Aya Djo. Elle occupe toujours cette position auprès de la Reine Éternelle, ayant pris la tête des droïdes GEMINI.

786 ABY : La guerre d'Incom : En plein essor économique, Cyberdyne tente d'étendre ses secteurs d'activités aux dépens de structures plus petites, mais en difficultés. Incom, producteur historique du X-Wing et du chasseur Crossfire, deux symboles de liberté face à l'oppression, se retrouve brutalement dans leur viseur, la paix galactique ayant atteint le chiffre d'affaire de l'entreprise. C'est un coup dur pour l'Alliance Galactique et l'émoi est tel que le Sénat tente de s'opposer à une OPA hostile en recherchant sur le territoire des repreneurs potentiels. Un temps, la Couronne de Naboo envisage de racheter Incom, mais elle craint que cela n'écorne son image galactique et renonce alors.

Le salut viendra finalement de Mandalore : Incom reçoit une commande surprise d'une vingtaine de chasseurs pour le compte du clan Ordo. Courroucé face à tant d'audace, Cyberdyne réplique en demandant aux différentes sociétés militaires privées faisant du commerce avec elle de mener un raid sur Fresia, le siège d'Incom. Mais les sociétés privées sont accueillies par un barrage anti-aérien du clan Ordo qui les met rapidement en déroute. Cette action brutale retourne définitivement l'opinion contre Cyberdyne. Un an plus tard, un milliardaire Corellien rachète finalement Incom, tandis que Cyberdyne, sous le coup de plusieurs sanctions économiques de la part du Triumvirat Galactique, s'effondre brutalement en perdant de nombreux clients.

789 ABY : Chute de Cyberdyne : Après trois ans après l'affaire Incom, Cyberdyne, isolé de ses alliés dans le Secteur Corporatiste ainsi que de la plupart de ses clients, est en nette perte de vitesse. Si le Triumvirat Galactique comptait à l'origine l'asphyxier jusqu'à le contraindre à mettre la clef sous la porte, de nombreuses sociétés écrans du Soleil Noir commencent à porter leurs yeux sur ce qu'ils perçoivent comme une extension potentielle à leur syndicat du crime. L'Empire voit cette possibilité d'un très mauvais œil, mais tout le monde trouve une solution lorsque la couronne de Hapès se montre intéressée et fait une offre officielle de rachat que le Soleil Noir ne peut pas suivre. Personne ne s'oppose à l'annexion de Cyberdyne par la couronne Hapienne, s'attendant simplement à voir Aya Djo délocaliser les outils de production dans l'amas.

Mais il n'en est rien : la reine nomme un administrateur de confiance, en réalité un membre de l'Ordre Sith, afin de gérer les affaires et pouvoir préparer sa future armée. Mais c'est le prototype ISIS qui fascine le plus Aya Djo, qui y voit l'image de la perfection. Elle la fait modifier afin de lui offrir le commandement des droïdes GEMINI, n'ayant jamais été satisfaite de l'apparence masculine du droïde chargé originellement de commander cette série puis la garde comme intendante et « femme à tout faire » auprès d'elle. Un rôle que le Gynoïde occupe toujours aujourd'hui après de Darth Ânkh

794 ABY : Escarmouche à Corellia : L'année 794 est marquée par une nouvelle tentative des barons du Soleil Noir d'infiltrer le Noyau Galactique. Ils sont toutefois une nouvelle fois repoussés par une collaboration entre l'Ordre des Jedi Vert et l'Union des Contrebandiers qui défendent les navires marchands, légaux ou non, contre les embuscades du syndicat du crime. L'échec de cette opération fragilise le Prince qui est renversé par l'association des principaux Vigo six mois plus tard.

807 ABY : La fin des Djo : A cinquante-sept ans, Aya Djo est contrainte d'annoncer publiquement ce que tout le monde savait déjà : stérile, elle est incapable de donner la vie à une héritière. Plutôt que d'employer les techniques de médecine classique, elle annonce qu'elle sélectionnera la fille noble la plus méritante en tant que princesse afin de lui succéder, et modifie les règles de succession afin que cette méthode devienne la norme au sein de la monarchie. Cette annonce, bien qu'anticipée par de nombreux analystes, provoque tout de même un mini-séisme dans l'actualité et la bourse galactique réagit défavorablement à cette dernière, plusieurs titres dévissent à la crainte de voir les différentes familles nobles de Hapès s’entre-déchirer pour le trône.

Toutefois, cette secousse politique se calme rapidement : Aya Djo est encore en pleine santé et parmi les critères de succession figurent la sensibilité à la Force, ce qui disqualifie de nombreuses candidates potentielles. Certaines maisons ne peuvent d'ailleurs même pas prétendre à mettre une de leurs filles comme candidate et le poste de Chume'da restera vide durant de nombreuses années, Aya Djo connaissant l'un des règnes galactiques les plus longs de l'histoire de Hapès.

813 ABY : Tournée Galactique : L'Idole Zeltronne Wang Yuan lance une immense tournée dans toute la galaxie qui attire des millions de spectateurs à chacune de ses prestations. Ses tubes sulfureux et le déhanché dévastateur de la chanteuse, couplés à une voix sensuelle, et peut-être aussi aux phéromones Zeltronnes, ont conquis la galaxie et cette tournée, unique en son genre par son ampleur ainsi que les bénéfices qu'elle génère, lui permet d'être celle de tous les records et de faire entrer l'artiste dans les livres des records galactiques et dans le panthéon des plus grands chanteurs de l'Histoire. Mais derrière tous ces superlatifs, les agents de la star sont incapables d'effacer l'image sulfureuse de cette dernière et l'on raconte que chacun de ses concerts se termine par d'immenses orgies.

826 ABY : Aya Cybernetics : Après avoir capitalisé pendant trente ans sur les différentes activités de Cyberdyne en retrouvant plus de clients, Aya Djo décide de lancer la compagnie dans une nouvelle activité pouvant exploiter ses compétences dans la robotisation. Aya Cybernetics, nommée ainsi en l'honneur de la reine l'ayant fondée, est une entreprise spécialisée dans les prothèses cybernétiques visant à dédiaboliser un marché souvent mal vu et de faire des prothèses de luxe pour la haute société. Elle permet également de la chirurgie esthétique et un ralentissement du vieillissement qui en font rapidement une entreprise très prisée au sein du Consortium de Hapès comme parmi la noblesse du Noyau Galactique. Les fonds engrangés servent toutefois des objectifs plus funestes : le développement de véritables prothèses destinées à créer des cyborgs de combat plus performants.

839 ABY : Opération Jedi : L'Ordre Jedi parvint, après plusieurs années d'enquête patiente, à mettre hors course un réseau d'esclavage qui visait à l'enlèvement d'enfants dans les milieux défavorisés des grandes planètes du Noyau Galactique en direction de Tatooïne. C'est un coup dur pour les Cartels Hutts qui se servaient de ces enfants pour entretenir en même temps le marché de l'esclavage que celui de l'extorsion de fonds, plusieurs familles ayant payé de nombreuses rançons dans l'espoir, vain, de retrouver leurs proches.

852 à 863 ABY : Chume'da : Au crépuscule de sa vie, alors qu'Aya Djo est désormais une centenaire que le temps semble incapable d'atteindre, cette dernière choisit finalement la jeune Lana Solaris, une héritière Hapienne de 12 ans, pour devenir la Chume'da. Son incroyable connexion avec la Force et sa curiosité retenue en font une élève capable qui devient rapidement une grande utilisatrice des arts Sith. Durant les onze ans de formation de la jeune femme, Aya Djo se retirera progressivement de la vie politique Hapienne, laissant ISIS défendre ses intérêts pendant qu'elle forme la princesse héritière et veille sur sa sécurité. En 863, Aya Djo sent son héritière prête et accomplit le suicide rituel, fusionnant son âme avec celle de son héritière, mettant fin à la Dynastie Djo.

Lana Solaris [863 – 917 ABY] :


Le règne de Lana Solaris fut longtemps perçu comme un règne éclairé, basé sur le développement de l'art et de la science au sein du Consortium. Mais il fut également celui qui prépara les premiers tests en vue de la réalisation du Grand Plan.

863 à 873 ABY : La Consolidation : L'apparition d'une nouvelle lignée royale à la tête du Consortium de Hapès inquiète les marchés qui réagissent mal et les six premiers mois du règne de Lana Solaris sont marqués par un effondrement de plusieurs valeurs boursières. Pourtant, la Reine Mère fait tout ce qu'elle peut pour montrer qu'elle compte gouverner dans la stabilité en suivant les pas d'Aya Djo. Après six mois d'emballement, marqués par des pressions de la part du Conseil des Matriarches pour tenter, en vain, de reprendre la main, le marché se stabilise ironiquement avec la disparition soudaine de plusieurs nobles Hapiennes accusées de trahison envers la couronne. Aujourd'hui encore, les historiens débattent sur la réalité de cette trahison, entre fidèles des Djo ayant réalisé bien trop tard la corruption de leur reine, ou simple pions sacrifiés afin d'assurer la stabilité du marché.

Quoi qu'il en soit, une fois la remontée amorcée, Lana Solaris s’attelle à ce qu'elle considère comme la principale tâche de son règne : l'établissement d'un réseau d'espionnage à l'échelle galactique. Si elle dispose déjà du Renseignement Hapien, celui-ci n'est pas encore compromis dans le « Grand Plan » et la position des Sith est encore fragile. De ce fait, Solaris préfère faire usage des adeptes du Côté Obscur afin de pouvoir s'installer durablement sur le marché parallèle. Elle profite des difficultés rencontrées par le Soleil Noir afin de pouvoir l'infiltrer, tout en rachetant plusieurs entreprises dans le Secteur Corporatiste entretenant des liens avec les Hutts, comme des réseaux d'esclavage par exemple.

L'intérêt pour Lana Solaris est double : elle peut ainsi placer ses pions et préparer la phase suivante du Grand Plan, mais également satisfaire ses propres désirs personnels. Elle est la première Reine « Cosmopolite » qui abandonnera une partie du racisme Hapien afin de recevoir à la cour plusieurs noblesses, Humaines comme Aliens. Le fait que certains de ses amants soient des Aliens est un secret de polichinelle, mais son harem personnel intégrait également des Aliens rachetés grâce à ses réseaux secrets. La noblesse Hapienne est majoritairement outrée par cette entorse à la tradition, mais elle craint trop une réaction violente de la Reine-Mère, qui a désormais la main haute, pour réellement manœuvrer contre elle. En 873, plusieurs de ses pions ont atteint un haut rang dans les organisations cibles et elle peut commencer à influencer leurs mouvements sans être repérée.

887 ABY : « L’œuvre Djo » : La disparition de la lignée des Djo a fait des Fel et des Skywalker les derniers représentants d'une lignée ayant influencé l'Histoire de la galaxie depuis près d'un millénaire. Afin de célébrer l'accomplissement des Djo, l'Impératrice Lisbeth Fel propose à Lana Solaris un projet commun visant à la création d'une allée sur Bastion encadrée par des statues représentant toutes les Reines-Mères de la lignée. Lana Solaris traverse alors la galaxie à la recherche des meilleurs sculpteurs et reçoit même le soutien de l'Ordre Jedi dans sa quête. Un an plus tard, « l'allée des Reines » est inaugurée en présence de tous les dirigeants du Triumvirat Galactique comme un symbole d'une paix qui se voulait éternelle.

Personne ne réalise la duplicité de la Reine, qui rentre sur Hapès avec la conviction que les autres puissances galactiques sont faibles et que le Grand Plan pourrait peut-être connaître une phase d'accélération, mais il lui faut pour cela s'assurer de ne pas être trahie de l'intérieur et elle a conscience qu'elle ne sera pas celle qui connaîtra le retour des Sith dans la galaxie.

892 ABY : Décontamination de Mon Calamari : L'Alliance Galactique, qui est enfin parvenue à une certaine stabilité galactique, envisage une opération de décontamination de Mon Calamari, dont les mers empoisonnées par les Sith sont toujours impropres à la vie. Toutefois, une entreprise de cette densité, aussi importante que le Projet Ossus, nécessite des scientifiques ainsi que des spécialistes de la Force. Lana Solaris perçoit un bon moyen de s'approprier des connaissances Sith fondamentales et décide de participer au financement du projet, même si celui-ci est soutenu et en partie encadré par des Jedi. Elle espère que les prochaines Reines Mères sauront tirer les bénéfices de ces investissements.

904 ABY : Exposition Universelle Galactique : Sur l'initiative de l'Ascendance Chiss, la galaxie organise la première grande Exposition Universelle dans la capitale de Bastion. Chaque système, peu importe son affiliation politique au sein du Triumvirat, est amené à présenter une œuvre d'art ou un grand accomplissement chargé de représenter sa culture et ses spécificités. Si Kuat met en avant les millénaires de savoir-faire de Kuat Drive Yards, d'autres systèmes mettent en avant des symboles plus contestés. Ainsi, Kalee décide de venir avec une immense statue représentant le Général Grievous avant qu'il ne devienne un cyborg au service de la Confédération des Systèmes Indépendants, un symbole qui, même après un millénaire, fait débat et provoque des remous de la part de plusieurs systèmes ayant été victimes de ses exactions durant la Guerre des Clones. Cette controverse nourrira le patriotisme des Kaleesh et sera la cause de l'un des plus violents conflits de basse intensité précédant la nouvelle grande guerre galactique.

912 à 917 ABY : Une Nouvelle Étape : Occupée sur de nombreux projets, Lana Solaris ne choisira que très tard une héritière et portera finalement son choix sur Orianna Layne. Cette dernière eut une formation accélérée, plus intense que celle que connut Lana Solaris, car cette dernière sentait l'emprise de la maladie sur son corps. Elle fit usage de plusieurs techniques du Côté Obscur pour tenter de retarder l'échéance, mais ces dernières eurent des conséquences sur son apparence physique et elle préféra donc passer la main en 917, préférant s'assurer que personne n'étudierait de trop près son corps à la fin de sa vie. La première décision de la Reine Mère Layne fut de faire désintégrer le corps de Solaris, conformément à sa volonté, afin que ce dernier ne soit pas un obstacle pour le Grand Plan.

Orianna Layne [917 – 998 ABY] :


Alors que l'Empire Galactique commémore le millénaire de la déclaration de la naissance de l'Ordre Nouveau, celui-ci fait face à la plus importante tentative de sécession de son Histoire. La réponse du Conseil des Moffs sera brutale et rappellera les heures les plus sombres de la naissance du régime.

925 à 945 ABY : La lignée Layne : Connaissant le pouvoir du sang dans la probabilité de faire naître des sensitifs, Orianna Layne choisit de mener un règne des plus particuliers : elle a en charge la responsabilité de la corruption des plus hautes sphères de la noblesse Hapienne afin de s'assurer de leurs soutiens lorsque l'heure ne sera plus à la dissimulation. Pour cela, elle utilise ses propres méthodes, préférant séduire des Seigneurs Sith plutôt que de choisir des reproducteurs parmi son harem. Une fois enceinte, elle se sert de l'Ordre des Assassins Sith pour faire disparaître rapidement les Seigneurs à qui elle avait promis une place de premier choix dans la réalisation du Grand Plan en échange de faveurs sexuelles. Ainsi, en vingt ans, la Reine Mère donne naissance à huit enfants, ce qui est un rythme particulièrement élevé pour une famille noble.

Au départ, le Conseil des Matriarches craint que la Reine ne recherche à changer les règles de succession en faveur de ses filles, mais le plan de la Reine Mère est bien différent : marier tous ses enfants aux principales familles de nobles de Hapès, un honneur qu'il est difficile de refuser, tout en assurant leurs formations au Côté Obscur avec l'aide des Sœurs de la Nuit, dont plusieurs représentantes se dissimulent dans la cour de la Reine. De cette façon, elle pourra créer une lignée de Matriarches Sith qui prendra la tête du Conseil sans éveiller les soupçons de ses rivaux avant qu'il ne soit trop tard.

953 à 961 ABY : la crise Kaleesh : Cinquante ans après l'incident de l'Exposition Universelle Galactique, les Kaleesh voient une brusque poussée nationaliste ressurgir au sein de leur société. Après avoir été pendant si longtemps un territoire négligé par les gouverneurs de l'Empire Galactique, le peuple de Kalee se divise en deux factions aux objectifs divergeant : les premiers voudraient négocier avec l'Empire pour obtenir plus d'autonomie, et l'assurance que le Moff du Secteur soit un Kaleesh, tandis que les seconds plaident pour une rupture totale afin de rejoindre l'Alliance Galactique. Ses deux approches n'offrent toutefois que peu de résultats : le Conseil des Moffs refuse d'offrir plus d'autonomie à Kalee, craignant une contagion dans d'autres systèmes et une médiation impériale conduite par le Maître des Chevaliers Impériaux, assisté par un Jedi, n’aboutit pas. De l'autre côté, l'Alliance Galactique ne tient pas forcément à récupérer un système peu développé si loin de ses frontières, et ne tient pas à provoquer les impériaux alors que des commémorations historiques risquent fort de raviver des vieilles rivalités.

L'absence de résultat des négociations durant trois ans pousse les Kaleesh des deux camps à progressivement se radicaliser. De plus en plus d'entre-eux commencent sérieusement à songer à une indépendance de tous pouvoirs politiques galactiques afin de pouvoir faire partie des rares états non-alignés. Orianna Layne perçoit ici le moyen de tester la réaction et la vivacité des impériaux après tant d'années de paix et utilise le Soleil Noir, désormais totalement sous son contrôle, afin de pouvoir armer les Kaleesh sans que le reste de la galaxie ne s'aperçoive de son implication. Cette manœuvre permet aux indépendantistes de se préparer. S'ils commencent par des actes de terrorisme de petites envergures, ils proclament en 958 l'Indépendance et chassent brutalement les forces impériales, plutôt réduites, du système, faisant de nombreux prisonniers qu'ils comptent utiliser comme monnaie d'échange contre leur indépendance.

Une réunion d'urgence du Conseil des Moffs est alors convoquée par l'Empereur Alastor Fel. Ce dernier souhaite privilégier la voie des négociations en impliquant sa personne. Il est encouragé par l'Alliance Galactique, qui ne souhaite pas provoquer un nouveau conflit, ainsi que par l'Ordre Jedi. Mais sur Bastion, la colère gronde : les Moffs souhaitent répondre par la manière forte face à ce qu'ils considèrent comme une agression criminelle et ils finissent par obtenir satisfaction. L'opération militaire est menée par une flotte complète et si les insurgés sont rapidement repoussés, ils exécutent sommairement les prisonniers avant de disparaître dans la nature. Pendant trois ans, ils mèneront une dure guérilla aux forces impériales, mais si ces dernières subissent plusieurs pertes lourdes, le surnombre finit par être trop écrasant et les derniers rebelles sont exfiltrés par leurs soutiens du Soleil Noir.

Les méthodes employées par les impériaux pour débusquer les rebelles durant ce conflit ne seront pas sans rappeler celles des heures sombres de Palpatine, ce qui fragilisera le Triumvirat de manière bien plus durable que ne l'imaginèrent les acteurs de ce conflit, mais pour Orianna Layne, ce conflit offrira de nombreuses données aussi bien sur l'Empire que la capacité de nuisance d'une rébellion bien organisée. Pour la première fois, elle dispose de la preuve que les régimes dominants ne sont pas invulnérables, et donc d'un horizon pour la réalisation du Grand Plan.

968 ABY : Fête sur Naboo : La Reine de Naboo organise une grande célébration à l'occasion de la commémoration du millénaire de la bataille ayant mis fin au blocus de la Fédération du Commerce sur sa planète, scellant la réconciliation avec les Gungans. De nombreuses personnalités de l'Ordre Jedi, de l'Alliance Galactique, de l'Empire ainsi que du Consortium de Hapès, sont conviées. La Reine espère faire de cet événement un moment pour rappeler l'importance de la paix et le risque de se diviser, la victoire de Naboo ayant vu la Guerre des Clones se déclencher dix ans plus-tard. Mais Orianna Layne, appelée à la rescousse, ménage la chèvre et le chou et n'assiste pas vraiment la jeune souveraine de Naboo. Beaucoup d'observateurs politiques voient dans cette attitude une manière pour la Reine Mère de préserver ses relations commerciales avec l'Empire et l'Alliance Galactique, mais la réalité est qu'elle prépare les divisions qui lui permettront de mieux régner lorsque le temps sera venu.

981 ABY : Un Millénaire d'Ordre et de Sécurité : Par pure provocation face aux tensions que traversent les deux régimes au sein du Triumvirat Galactique et malgré les tentatives de médiation des Jedi qui ont tout fait pour faire annuler l’événement, l'Empire commémore en grande pompe le millénaire de la Déclaration de l'Ordre Nouveau par Palpatine. Bastion connaît une semaine de célébrations et un grand défilé militaire est organisé, plaçant la 501ème Légion en tête de cortège. Dans son discours, l'Empereur Alastor Fel promet que l'Empire assurera l'Ordre et la Sécurité dans la galaxie pour un millénaire de plus grâce au sang de la lignée des Skywalker. Orianna Layne n'est pas présente, se faisant représenter par l'une de ses filles et aucun représentant de l'Ordre Jedi ou de l'Alliance Galactique ne sont présents.

984 à 998 ABY : Une Succession Tendue : Au crépuscule de son existence, Orianna Layne se décide enfin à choisir une Chume'da. Elle prend toutefois son temps, laissant un temps planer la menace de choisir l'une de ses filles, ce qui provoque une certaine tension chez les nobles. Plusieurs maisons tentent de nouveau de profiter de sa faiblesse pour se coaliser contre elle, mais elle fait donner le Chume'Doro contre eux et parvint à les mettre en déroute en 988. Les marchés galactiques réagissent cependant mal à cette période d'instabilité et la Sith comprend qu'il n'est pas dans son intérêt de jouer la provocation maintenant, elle a obtenu tout ce qu'elle pouvait construire durant son règne.

Son choix final se porte en 990 sur la jeune Morrigan Von Kessel. Puissante dans la Force, Morrigan n'est toutefois pas une personnalité ordinaire et Orianna l'a choisie après l'avoir vu humilier une de ses camarades lors d'une soirée, ce qui l'a convaincue qu'elle disposait du caractère nécessaire pour régner. En 998, elle comprend que le temps est venu et se suicide à son tour, fusionnant son âme avec celle de Morrigan qui aura la lourde charge de gérer la transition de la société Hapienne.

Morrigan Von Kessel [998 – 1067 ABY] :


Deux axes principaux vont occuper le règne de Morrigan Von Kessel à la tête du Consortium de Hapès : la poursuite de la politique de corruption de la haute société lancée par Orianna Layne ainsi que le développement de la cybernétique, dissimulé derrière l'annonce du lancement d'une nouvelle ère de prospérité basée sur l'affirmation de la perfection de l'âme de Hapès.

1000 ABY : Le Destin de la Galaxie : L'Alliance Galactique organise de grandes commémorations afin de pouvoir honorer le millième anniversaire de la bataille de Yavin. Contrairement à l'Empire, si elle rend bien entendu hommage aux jeunes hommes et aux jeunes femmes qui ont donné leurs vies afin de détruire l’Étoile Noire, elle n'oublie pas également le martyr d'Alderaan pulvérisé par la station de combat. Les Alliés prennent à contre-pied la démarche impériale en choisissant de remettre l’événement en perspective, comme la première bataille de plus d'un siècle de combats incessants qui verra plusieurs systèmes totalement détruits, certains au-delà du raisonnable, une façon d'insister sur la nécessité de préserver une paix si chèrement acquise là où les Impériaux avaient préféré glorifier leurs propres bilans en effaçant ses parties les plus sombres.

Cette orientation vise à éviter que l’événement ne soit assimilé par les Impériaux comme une provocation, mais est également influencé par l'implication de l'Ordre Jedi dans son organisation, les historiens de l'Ordre souhaitant que le public puisse remettre cet événement en perspective et faire d'une occasion comme celle-ci une date mémorielle générale. Si les représentants impériaux boudent naturellement l’événement, lors des discours des officiels, le Mand'Alor Igor Skirata, fait sensation en adoptant un discours prophétique, évoquant la nécessité d'être toujours prêt à un nouveau combat face à un avenir qu'il juge sombre. Il conclut en affirmant qu'il préférerait encore mourir debout que vivre sous le joug de n'importe quelle puissance étrangère et appelle tous ceux qui souhaitent assurer la prospérité de la galaxie à le rejoindre. Son appel est entendu et bien que la vague reste anecdotique à l'échelle d'une galaxie, de nombreux jeunes en mal d'aventure ou de personnes convaincues que les tensions entre les deux géants finiront par engendrer une nouvelle guerre se rallient à la bannière Mandalorienne.

1007 ABY : L'Age de l'Opulence : Morrigan Von Kessel annonce au Conseil des Matriarches qu'elle compte lancer « l'Age de l'Opulence ». Selon sa propre vision, après des années à avoir joué sur la politique galactique, il est temps pour le Consortium de Hapès de montrer qu'il est la première force économique et culturelle dans la galaxie : pour cela, elle encourage donc les maisons nobles à se lancer dans de nouveaux grands travaux afin d'affirmer la perfection et la beauté Hapienne dans toute la galaxie. Toutes les initiatives seront encouragées et la couronne propose même d'assister le financement des projets les plus ambitieux dans le but de vaincre les réticences des dernières nobles hésitantes à investir dans un tel projet.

Cette politique culturelle poussera donc les grandes maisons du Consortium de Hapès à réaliser toutes sortes d’œuvres, aussi bien au sein de l'Amas que dans des systèmes réputés comme alliés, rendant hommage à la grandeur de la femme Hapienne : des statues de femmes nues aux formes vertigineuses, des peintures représentant des icônes de beautés, mais également des palais dotés d'une architecture majestueuse et parfois très avant-gardistes poussent dans de nombreux systèmes. Certaines noblesses sous influence, comme celle d'Ondéron, supportent publiquement ce mouvement culturel. Morrigan connaît bien les pratiques de son peuple, en encourageant ainsi l'autosatisfaction et la perfection, elle sait qu'elle touchera également les mœurs, car dans le Consortium de Hapès, les hommes ne sont que des esclaves, des marchandises que les femmes revendent ou utilisent pour la reproduction.

Ainsi, sans faire trop d'efforts, la Reine pousse la société vers la luxure : les esclaves les plus beaux deviennent si prisés qu'ils ne sont plus vendus, mais seulement loués pour une période déterminée. Les rumeurs d'orgies se répandent et ne sont pas démenties, les nobles Hapiennes considérant qu'elles n'ont pas à justifier de leurs pratiques sexuelles devant des inférieurs. Le bilan de cette politique sera toutefois mitigé : si la Reine atteint ses objectifs, permettant d'augmenter la natalité, et donc le taux de sensitif, poursuivant ainsi le plan de la Reine-Mère précédente, l'extérieur assimile cette manœuvre à un excès de nationalisme, comme au sein de l'Empire et pousse donc l'Alliance Galactique à prendre une certaine distance avec l'amas. Mais Morrigan ne s'en soucie que peu : elle sait que la réalisation du Grand Plan approche et qu'elle ne pourra l'accomplir en maintenant une couverture parfaite jusqu'à la fin, elle est désormais contrainte de prendre des risques.

1015 à 1018 ABY : Le chemin du Sang : Les mondes du Noyau vivent dans la peur : durant trois ans, un tueur en série sévit en prenant pour cible des personnes de la haute société sans être intercepté par les forces de l'ordre de l'Alliance qui mobilise toujours plus d'enquêteurs pour tenter de le stopper. Toutefois, la rivalité entre certains systèmes pousse les services à ne pas communiquer les informations entre-eux et offre généralement assez de temps au tueur pour quitter la planète une fois son forfait accompli. Celui-ci se paye même la tête de la police en narguant cette dernière dans les médias, ce qui provoque en 1017 la démission du Ministre de l'Intérieur. Son successeur décide de faire appel à l'Ordre Jedi qui dépêche un Chevalier pour coordonner les recherches. Après un an d'enquête patiente, mais trois victimes de plus, celui-ci finit enfin par coincer le tueur sur Coruscant, dissimulé dans le fameux quartier 1313. Mais son discours politique sur la corruption des élites a séduit de nombreuses personnes et grâce à la complicité d'un de ses gardes, il parvint à obtenir une capsule de cyanure et se suicide le premier jour de son procès en 1019, humiliant une dernière fois ses poursuivants.

1032 ABY : Galactic Express : Afin de tenter de prouver la supériorité de Hapès, Morrigan Von Kessel organise un grand concours visant à faire le plus rapidement possible le tour de la galaxie à bord d'un chasseur stellaire. Toutes les grandes compagnies galactiques participent, anticipant autant la possibilité de profiter d'un bon coup de projecteurs sur leurs derniers modèles que de pouvoir espionner leurs concurrents. Les Hapiens sont confiants dans leurs chances de gagner en prouvant que leurs recherches dans le domaine de l'armement n'ont pas seulement profité à la puissance de leurs armes, mais également de celles de leurs générateurs hyper-spatiaux. Toutefois, Mandalore envoie l'une de ses meilleures pilotes, la chasseresse de primes Irina Vizsla, à bord du tout dernier prototype de MandalMotors, boosté par les dernières avancées Verpines. Elle pulvérise tous les records de vitesses et arrive logiquement première de la compétition, ce qui représente un choc pour tous les observateurs. Bonne joueuse, la Reine reçoit la chasseresse de primes dans son palais et lui offre la prime promise pour le vainqueur, mais met immédiatement ses équipes au travail afin d'améliorer son propre matériel. L'action MandalMotors remonte en flèche face à l'afflux de commandes venant de la haute société galactique suivant l’événement, à l’écœurement de tous les autres concurrents.

1045 ABY : Assassinat déjoué : L'Age de l'Opulence entraînant ses excès, Hapès devient la cible d'une campagne de dénigrement au sein de l'Alliance Galactique, les associations de défense des Droits de l'Homme dénonçant régulièrement la ségrégation sexiste du Consortium. Mais certains groupes se radicalisent tant qu'ils tentent de profiter d'une visite d'état de la Reine-Mère sur Coruscant afin de l'assassiner. L'assassin ne fait pas vraiment dans la subtilité et tente de charger avec une vibrolame après s'être dissimulé dans le public venu acclamer la reine au nez et à la barbe de la sécurité Coruscantii. Le Chume'doro est toutefois prompt à réagir et l'une des gardes du corps de la Reine abat l'assassin avec une vitesse fulgurante, devant une foule hurlant soudainement d'effroi.

Il s'agit de la première démonstration publique des avancées sur la cybernétique dans le Consortium de Hapès dans le domaine militaire. Morrigan Von Kessel félicitera sa protectrice sans en tenir rigueur à l'Alliance Galactique et les rencontres bilatérales permirent la signature de nouveaux contrats, toutefois, les industriels autant que les militaires comprennent qu'il ne sera pas possible de négliger la cybernétique lors des prochaines années et préparent la riposte.

1055 à 1067 ABY : Le choix du cœur : Si l’Age de l'Opulence amena la luxure au sein du Consortium de Hapès, il était de notoriété publique que Morrigan Von Kessel était une femme homosexuelle. Si elle disposait d'un harem, il était rare qu'elle fasse appel à ses services et offrait les services de ses mâles aux nobles qu'elle voulait favoriser davantage que pour son propre intérêt. Pour sa succession, Morrigan Von Kessel fit alors le choix du cœur : ayant préservé sa beauté grâce à la Force, elle choisit sa jeune maîtresse Robela Alexandra, qui offrait en plus l'avantage d'être sensible à la Force. La formation fut de ce fait moins contraignante et dure que les précédentes, et la passassion de pouvoir se fit en 1067, après une dernière nuit d'amour et de passion. Robela fera organiser des funérailles nationales grandioses à sa maîtresse, et édifier une statue à sa gloire qui restera dans la salle du trône jusqu'à la fin de sa vie.

Robela Alexandra [1067 – 1154 ABY] :


Se rapprochant de sa phase finale, le Grand Plan prend forme et s'accélère particulièrement sous Robela Alexandra. La Reine-Mère comprend qu'elle ne pourra plus retarder l'échéance très longtemps, il devient difficile de masquer la corruption alors qu'elle s’étend à l'ensemble de la société. De ce fait, elle accélère les préparatifs militaires de Hapès afin que le Consortium soit prêt pour le moment où les Sith sortiront enfin de l'ombre.

1072 à 1087 ABY : Guerre souterraine : Robela Alexandra pousse les Vigo du Soleil Noir, désormais tous à sa botte, à une concurrence féroce pour raffermir l'emprise de l'organisation criminelle sur le marché parallèle galactique. Il s'agit de s'assurer que lors des premières phases du conflit à venir, l'Empire et l'Alliance Galactique ne puissent pas disposer du soutien du marché souterrain afin de contrecarrer les plans de domination du Consortium de Hapès. Commence alors d'abord une sanglante guerre civile où les règlements de comptes se multiplient pendant trois ans entre les diverses branches du Soleil Noir, chaque Vigo étant rival avec son voisin, même s'ils obéissent tous à la volonté de la Reine Mère.

Robela laisse la purge se dérouler puis sonne la fin de la partie, en désignant aux survivants les intérêts des syndicats du crime, des Sociétés Militaires Privées ainsi que du Cartel des Hutts comme cibles prioritaires. Une véritable guerre des gangs se déclenche, poussant certaines entreprises privées à faire appel aux Sociétés Militaires Privées pour défendre leurs intérêts plutôt qu'aux deux gouvernements centraux qui sont dépassés par un tel déchaînement de violence. Les Hutts comprennent rapidement le danger et s'organisent mieux que ne l'avait pensée la Reine-Mère : s'ils perdent du terrain, ils ne s'effondrent pas et opposent une résistance efficace.

La Reine tente alors le tout pour le tout : en 1084, elle utilise ses sociétés écrans dans le Secteur Corporatiste afin de pouvoir engager des sociétés militaires privées pour guerroyer contre celles qu'utilisent les Cartels Hutts et les Syndicats du Crime pour se défendre. La Bordure Extérieure devient un lieu dangereux où la guerre frappe partout. L'Alliance Galactique réagit d'abord lentement, mais finit par déployer plusieurs flottes de guerres pour sécuriser les routes commerciales essentielles à son économie, ce qui ralentit quelque peu l'offensive. Le bilan est mitigé pour Hapès, qui espérait bien pouvoir détruire la résistance des Hutts. Si le Soleil Noir progresse, il a également montré ses limites et Robela comprend que lorsque le « Grand Plan » se mettra en route, elle devra avant tout compter sur ses propres services spéciaux pour réaliser les tâches souterraines.

1098 à 1104 ABY : A un cheveu : Un nouveau règlement de compte dans le Secteur 1313 attire l'attention plus que les autres par sa brutalité : la victime, un caïd local dealer de bâtons de la mort pas très futé, mais disposant d'une petite notoriété médiatique, est retrouvé dépecé et découpé en morceaux dans son domicile. Elle semble avoir été mutilée en suivant un rituel complexe, ce qui pousse l'Ordre Jedi à envoyer un de ses membres enquêter sur place. Le Chevalier Zabrak Karim Souleymane s'associe au Concord Dawn Journeyman Protector, appelé à la rescousse par la population qui craint la présence d'un tueur en série, pour mener l'enquête, qui reçoit également l'assistance d'un inspecteur de police Coruscanti particulièrement coriace qui, sans empathie pour la victime, ressent la nécessité de mettre fin aux activités d'un tueur aussi mentalement dérangé.

Pendant six ans, le trio, qu'il soit soudé ou séparé pour les aléas de la vie, va réunir des preuves et mettre en commun leurs enquêtes afin de tenter de confondre l'assassin. La piste conduit vers un tueur travaillant au service du Soleil Noir sous contrat semblant insaisissable : ils le manquent de peu sur Malastare, interceptés par une section d'une société militaire privée engagée afin de tenter de les faire disparaître. Sans le savoir, ce trio improbable sera la menace la plus sérieuse pesant sur le Grand Plan avant son exécution : en 1104, ils remontent la trace de l'assassin jusqu'au Secteur Corporatiste et décident de tenter de le capturer à cet endroit. Le Jedi semble avoir des soupçons et veut pouvoir confronter l'assassin, mais à la place de celui-ci, ils sont embusqués dans une ruelle de Bonadan par ISIS, déployée par la Reine-Mère en personne pour faire le ménage.

La bataille est sanglante et remportée, contre toute attente, par l'androïde, qui fait preuve d'une adresse et d'une létalité des plus effrayantes. Elle ramène sur Hapès des données de combat inestimables sur les Jedi et les Mandaloriens. Une enquête est ouverte sur les circonstances de la disparition du trio, mais les rivalités entre les organisations employant ces trois individus représentent autant d'obstacles insurmontables, Jedi et Mandaloriens du Clan Fett se rejetant mutuellement la faute de l'échec et cette enquête n'aboutit finalement pas, retardant d'un siècle la découverte des Sith et laissant au Consortium l'initiative de l'attaque.

1117 ABY : Tournant sécuritaire : La guerre sanglante livrée entre les gangs et membres de la pègre n'a pas échappé à l'attention de l'Empire Galactique. Bien qu'elle n'approuve pas cette mesure, l'Impératrice Leanna Fel comprend la nécessité de rassurer la population face à cette vague de violence et offre son approbation à une réforme du Conseil des Moff visant à doter les forces de police d'un nouveau système de reconnaissance faciale permettant aux autorités de pouvoir connaître en permanence les déplacements de chaque citoyens. Les recherches pour la mise au point d'un tel artifice ainsi que les nécessités de recensements administratifs retardent le projet, mais en 1117, il entre en vigueur. Il essuie les critiques de l'Alliance Galactique et laisse circonspect l'Ordre Jedi, provoquant des tensions diplomatiques dans le Triumvirat, mais la population ne semble guère s'en plaindre, craignant davantage les terroristes et les criminels que la répression policière et cette affaire ne fera pas très longtemps la une des médias galactiques.

1131 ABY : Alliance royale : La reine Allana d'Ondéron fait face à un problème de taille : elle ne parvint pas à se trouver d'époux convenable. Se lançant dans une recherche effrénée dans la galaxie, elle reçoit l'aide inattendue de Robela Alexandra qui lui propose les services de son Harem. Flattée d'attirer ainsi l'attention d'une grande puissance, la Reine accepte et prend pour époux un jeune homme magnifique et semblant parfaitement docile. Mais à son insu, elle épouse un Sith qui fera de sa fille une collaboratrice exceptionnelle pour le déclenchement du Grand Plan.

1144 ABY : Crise politique : Le comportement plus aggressif des Hapiens, tant sur la scène économique que politique, commence à sérieusement inquiéter l'Alliance Galactique. Cette dernière subit également le contre-coup d'une petite crise qui, bien que d'ampleur limitée, plombe le moral de ses citoyens là où les impériaux semblent impassibles. Plusieurs gouvernements chutent rapidement en 1144, victime du climat galactique ainsi que de divers scandales politico-financiers visant plusieurs hommes politiques de premier plan. La situation se stabilise à la fin de l'année, mais l'année 1144 est marquée par la désignation de 4 représentants différents de l'Alliance en un an au Triumvirat, ce qui paralyse son action et agace les impériaux.

1154 ABY : Ultime succession : Comme beaucoup de Reines-Mères avant elle, Robela Alexandra a progressivement quitté la scène politique afin de se consacrer à la formation de son héritière. Son choix sera mûrement réfléchi, car elle a conscience que la prochaine Reine sera sans doute celle qui mènera à exécution le Grand Plan. Il se porte finalement sur l'ambitieuse et très jeune Neave Ocampo, qui sera la dernière Reine-Mère de Hapès et la Première Reine Éternelle du Consortium Galactique. Comme les autres, elle débute son règne par les funérailles de sa maîtresse, mais son discours est prophétique, évoquant une ère nouvelle pour la galaxie sous le signe d'un changement rayonnant sous la bannière Hapienne. Personne ne soupçonne encore la manière dont la Reine compte mener ce changement.



avatar
Fondateur
Taa’Chume
FondateurTaa’Chume
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Grand Plan, en marche vers la Guerre [750 – 1200 ABY]

le Sam 23 Juin - 21:30
Neave Ocampo [1154 – 1200 ABY] :


Les préparatifs pour la phase finale du Grand Plan approchant, Neave Ocampo commence par lancer une grande vague de purge d'une ampleur sans précédente depuis des siècles afin de s'assurer de ne souffrir d'aucune oppositions. Mais ce n'est pas sans attirer la méfiance des autres puissances galactiques.

1154 à 1164 ABY : La Grande Purge : Préparant la grande offensive du « Grand Plan », qui révélera l'existence des Sith à la galaxie, Neave Ocampo décide d'abord de s'assurer que la noblesse Hapienne sera totalement incapable de lui faire obstacle. Si les précédentes reines ont bien travaillé à la corruption générale de l'élite du Consortium, certaines familles résistent toujours à l'influence de la famille royale ou sont jugées trop proches d'idéaux Jedi pour être tolérées. La Reine déploie ISIS et son Chume'doro afin de fabriquer des fausses preuves de corruption ou de révéler des placements financiers douteux de ses adversaires politiques pour les faire chuter. Un véritable climat de terreur s'installe pendant dix ans, tant la Reine-Mère semble capricieuse et prompt à condamner à l'oubli des lignées entières par un simple caprice personnel.

Cette vague de répression finit par arriver aux oreilles des autres grandes puissances galactiques et fait des gorges chaudes dans les médias people galactiques. Mais certains comprennent que cela dissimule quelque chose de bien plus important, et l'Imperial Intelligence insiste au Conseil des Moffs sur la nécessité de veiller à la préparation de l'armada impériale, juste au cas où… De manière subtile, mais réelle, les Moffs augmentent donc le budget militaire afin de pouvoir lancer une grande vague de modernisation de l'équipement du Stormtrooper jusqu'aux gigantesques Star Dreadnought, offrant à Kuat une nouvelle commande gargantuesque qui augmente brutalement son action en bourse et inquiète l'Alliance Galactique.

Dans ce regain de tensions, l'Ordre Jedi tente de jouer son rôle de médiateur de la paix au sein du Triumvirat comme dans la galaxie. Mais il n'a plus aucun impact sur la politique du Consortium de Hapès et par effet domino, ne parvint pas à convaincre l'Alliance Galactique et l'Empire de ne pas participer à l'augmentation des tensions.

1167 ABY : Balance ton Sénateur : Faire campagne sur le thème de la moralité ne réussit pas à tout le monde. L'obèse Twi'Lek Auresk Lah est retrouvé mort dans son bureau, dans le plus simple apparat, une prostituée dissimulée dans un coin de celui-ci. Le gouvernement tente de dissimuler cette mort, une crise cardiaque lors d'un orgasme, mais la presse à scandales s'en empare et le gouvernement chute rapidement. Une vague d'indignations secoue la haute société galactique alors que les témoignages d'assistantes parlementaires et autres petites mains du Sénat, victimes d’agressions sexuelles ou de discriminations, réelles ou supposées, se multiplient. Il faudra six mois à la justice pour reprendre ses droits, mais la prostituée finira par se faire une réputation dans son milieu, s'installant à son compte sous le « nom de scène » de la « Pompe Funèbre » qui lui vaudra beaucoup de succès, beaucoup étant prêt à payer très cher pour pouvoir savoir s'ils sont capables de résister au frisson de la mort.

1175 ABY : Diplomatie de la Terreur : Dix ans après la première augmentation de son budget militaire, l'Empire organise conjointement avec Kuat Drive Yard la présentation des premiers résultats de ses investissements, lançant plusieurs classes de Star Destroyers et un nouveau type de Star Dreadnought. Bien que présentée par la famille impériale comme une « nécessité défensive », personne n'est dupe sur la véritable nature de ces navires qui sont de véritables bases mobiles sur-armées telles que la galaxie n'en a plus connu depuis plusieurs siècles ! Hapès réplique par le lancement officiel d'une nouvelle gamme de stations de combat dotée de tous les derniers artifices technologiques produits par l'Amas. A l'insu des autres puissances galactiques, ces navires de guerre forment la nouvelle ossature de la Flotte Éternelle et sont tous dotés d'équipage de droïde GEMINI d'une nouvelle génération coordonnés par ISIS. La forme de ces navires, dont la base est pyramidale, n'est pas sans inquiéter l'Ordre Jedi qui y perçoit un signe de corruption possible. Le Maître Jedi Gen'dai Lucius est placé à la tête de l'enquête destinée à savoir s'il s'agit ou non d'une simple coïncidence, alors qu'Impériaux et Hapiens s'accusent mutuellement d'entretenir un langage agressif résolument guerrier.

1183 ABY : Démonstration de force : Conscient du climat de tensions régnant dans la galaxie et souhaitant rassurer ses alliés Verpines ainsi que tous les systèmes s'étant placés sous la protection de son Protectorat, Mand'Alor décide d'organiser une démonstration de force. Il accepte un contrat visant à mener un assaut sur une forteresse Hutt très fortifiée sur Tatooïne qui avait déjà résisté à l'assaut du Soleil Noir sous le règne de Robela Alexandra. Malgré les décennies, cette dernière était toujours fort bien défendue et ses effectifs, outre les mercenaires des Hutts, sont renforcés par les membres d'une société militaire privée réputée pour être particulièrement redoutable. Les Mandaloriens mobilisent le Clan Vizsla pour faire le travail et celui-ci, fidèle à sa tradition brutale et guerrière, écarte toutes les voies les plus subtiles afin d'écraser la forteresse par la force brute, visant l'endroit où cette dernière est la plus résistante. Sous les coups de butoir des Mando'ade, la forteresse ploie en moins de six heures et les Vizsla, respectant les termes du contrat, ne font pas de prisonniers. Cette action brutale rappelle que Mandalore reste une importante menace, y compris pour les grandes puissances, et encourage tous les gouvernements à la plus grande prudence face aux Protectorats.

1190 à 1200 ABY : Déclenchement du Grand Plan : Neave Ocampo lance la première phrase du plan d'offensive du Grand Plan en encourageant ses agents infiltrés dans certains systèmes identifiés comme clés au sein de l'Alliance Galactique à déclarer des volontés de rupture avec cette dernière. En première ligne, l'on retrouve bien sur Ondéron, où la nouvelle Reine, une Sith dissimulée, affirme sa volonté de retrouver son indépendance suite aux différentes crises politiques ayant secoué l'Alliance ces cinquante dernières années, mais également d'autres systèmes comme Empress Teta, Lianna, Tund ou encore Cato Nemoïdia commencent sérieusement à songer à la sécession. Pour certains, il s'agit simplement de défendre leurs intérêts commerciaux face à des lois plus sévères votées par l'Alliance, mais pour d'autres, l'influence du Soleil Noir et des agents du Côté Obscur est clairement à l’œuvre.

Cette crise durera une dizaine d'années et verra le Triumvirat Galactique perdre totalement son influence. Face à ces problèmes, l'Alliance adopte des réponses à géométrie variable, tentant toutes les approches possibles et imaginables pour tenter de préserver son unité. D'autres systèmes souhaitant une autonomie plus grande dans leurs système défensifs face à la montée du militarisme Hapien et Impérial tentent de faire changer les lois, et plusieurs chefs d'état affichant des discours de fermeté sont rapidement destitués. Le Secteur Corporatiste, qui a retrouvé sa liberté d'action, est toutefois largement dominé par des intérêts Hapiens et en 1199, Ondéron décide de faire une déclaration unilatérale d'indépendance alors que le Secteur Corporatiste annonce officiellement son rattachement au Consortium de Hapès. Lucius, qui enquêtait sur la présence éventuelle du Côté Obscur sur Ondéron, tombe dans une embuscade d'assassins Sith, mais ces derniers sous-estiment le Gen'Dai et sont rapidement mis hors d'état de nuire. Il ne peut toutefois rester sur un monde qui le proclame soudainement hors-la-loi, mais il parvint à s'échapper. Il ne peut que constater son échec lors de son retour sur Coruscant, Neave Ocampo venant d'annoncer la naissance du Consortium Éternel sous le titre de Darth Ankh, la première du nom, et déclarer la guerre à l'Alliance Galactique.


Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum