Partagez
Aller en bas
avatar
Fondateur
Taa’Chume
FondateurTaa’Chume
Voir le profil de l'utilisateur

Paix Galactique, reconstruction et conflits de basse intensité [138 – 750 ABY]

le Sam 23 Juin - 20:27

Paix Galactique, reconstruction et conflits de basse intensité [138 – 750 après la bataille de Yavin] :




L'Empire Légitime de la Dynastie Fel s'impose peu à peu comme la première puissance économique et militaire galactique.

A la suite de la défaite militaire de l'Empire Galactique de Darth Krayt et la disparition mystérieuse des derniers membres du One Sith, la galaxie entame un long et douloureux processus de reconstruction. Plus de dix ans de guerre, d'occupations Sith sanglantes, de massacres et de manifestations de la Force tels que l'on en avait plus vu depuis plusieurs millénaires avaient laissé des traces et de nombreux citoyens galactiques n'aspiraient qu'à une seule chose : une paix durable au sein de la galaxie. Si la fin du conflit contre Abeloth et la naissance de la dynastie Fel au sein de l'Empire avaient fait croire un temps que cette dernière serait acquise par la génération de Luke Skywalker et de ses descendants, ce fut finalement celle de Cade qui parvint à cet exploit, construisant une ère de paix relative de plus de cinq cents années, marquée par quelques conflits de basse intensité entre certaines grandes puissances et des systèmes indépendants, souvent pour des questions d'ordre commercial ou politique, mais surtout par une montée en puissance des échanges commerciaux dignes de l'ère de paix de l'Ancienne République ayant suivi la réforme de Ruusan, la guerre par les armes semblant progressivement remplacée par un conflit plus vicieux, mais faisant ses propres victimes, la guerre économique entre capitaux privés.

Cette nouvelle méthode de guerre permit aux grandes puissances de pouvoir rivaliser entre elles sans avoir besoin d'avoir recours à la violence, mais elle permit également à certains régimes, qui n'avaient jusqu'ici jamais recherché à prendre le chemin de la domination par les armes, d'entrer dans le jeu galactique avec des armes particulièrement retorses. Parmi ces nouveaux concurrents, le Secteur Corporatiste devint naturellement l'un des plus grands acteurs de la vie politique galactique, mais son influence se montra plus capricieuse, puisque ses pratiques culturelles, ayant légalisé une forme d'esclavage industriel impitoyable, le rendait particulièrement infréquentable et de plus soumis à la rivalité entre les grandes entreprises le composant, souvent dotées d'intérêts divergents. En revanche, le Consortium de Hapès et ses nobles à la beauté sans défauts, bien que retors et réduisant l'homme à un sous-citoyen, tira particulièrement son épingle du jeu. Sa puissance militaire lui avait déjà permis de jouer les arbitres galactiques, mais sa puissance économique lui permit, pour un temps de faire oublier les rancœurs des impériaux suite à la non-assistance du royaume face à la menace de Darth Krayt. Sur le plan des superpuissances, l'Alliance Galactique connut une croissance plus délicate que celle de l'Empire : les chefs d'état s'affaiblirent aux profits des grands intérêts privés et l'absence de pouvoir central fort entraîna plusieurs conflits régionaux dégénérant en conflit de basse intensité.

Cela força plusieurs fois l'Alliance à faire intervenir son armée sur son propre territoire afin de trancher des conflits locaux, mais ses arbitrage militaires étaient parfois mal perçus et écornèrent un peu plus l'image du régime, alors que l'Empire lui se renforçait grâce à la qualité de ses productions et d'un partenariat particulièrement productif avec l'Ascendance Chiss qui lui permettait d'accéder à plusieurs marchés juteux dans les Régions Inconnues. Ironiquement pourtant, c'est une action de l'Ascendance Chiss, pourtant connue pour sa capacité de planification et sa politique rationnelle, qui viendra mettre fin à cette ère de paix. En 730, un nouveau conflit de basse intensité éclata, ironiquement dans les Régions Inconnues. Désireux de pouvoir asseoir leur domination sur la frontière de ces dernières, l'Ascendance Chiss lança une campagne militaire contre l'Empire Éternel de Zakuul, dont le long déclin amorcé depuis plusieurs millénaires connut son apogée. Ce conflit fut sans doute le plus violent, puisqu'il entraîna l'Empire Fel dans une guerre de dix ans plus complexe que prévue, les deux alliés ayant sous-estimé la puissance de la Flotte Éternelle. Elle se termina sur une victoire totale de la coalition formée par les Chiss et la Dynastie Fel et l'annexion de l'Empire Éternel au sein de l'Ascendance, mais la Flotte éternelle et le dernier des Empereurs de ce régime mystérieux avaient disparu dans les étoiles…

138 à 148 ABY : Le prix de la trahison : Après la chute du One Sith, la réorganisation des Vestiges de l'Alliance Galactique en état rend certaines données poreuses. Réputé pour son insubordination aussi légendaire que son esprit de corps et le talent de ses pilotes, l'Escadron Rogue parvient à se procurer des données classifiées sur les agents travaillant pour Darth Maladi et transmet les informations sur Yaga Auch à Hondo Karr, un Mandalorien ayant combattu dans leurs rangs durant le conflit. Grâce à ces informations, Karr est capable de prouver la trahison du Mand'Alor lors de la bataille de Botajef. Toutefois, une partie des clans considèrent qu'il s'agit d'un faux et une guerre civile éclate rapidement.

Si les escarmouches se concentrent dans le secteur de Mandalore, il arrive que deux clans rivaux s'affrontent à l'étranger, particulièrement dans les systèmes contrôlés par les Hutts, provoquant des dégâts collatéraux. Toutefois, les batailles les plus intenses se déroulent sur Mandalore elle-même et les planètes les plus importantes du système. Bien qu'officiellement neutre, l'Alliance Galactique soutiendra plus ou moins discrètement la faction de Karr et l'escadron Rogue mènera discrètement plusieurs opérations de sabotage et de harcèlement contre les loyalistes de Auch. Le conflit se termine avec la mort de Auch, tué en duel par Karr sur Mandalore dix ans après la fin de la Guerre Civile Impériale.

155 ABY : Retraite politique : Gar Stazi quitte la tête de l'Alliance Galactique après avoir consacré dix-sept ans de sa vie à la reconstruction du régime, en renonçant à se présenter à la première élection officielle d'un Chef d’État suite à la fin de la guerre. Si son bilan militaire est incontestable, son bilan politique est plus mitigé : Stazi, qui plaidait pour un état central fort, a été contraint de faire des concessions à certains systèmes pour s'assurer d'une collaboration entière à la reconstruction, des concessions qui laisseront des traces quelques siècles plus tard. Son action énergique et forte, ainsi que sa puissante voix en faveur de la liberté dans la galaxie en font toutefois un dirigeant respecté et son départ est salué par les grands dirigeants de la galaxie, y compris le nouveau Mand'Alor Hondo Karr et l'Impératrice Marasiah Fel. Il décédera paisiblement en 158, après la rédaction de ses mémoires, un récit passionnant permettant de découvrir les coulisses du désastre de Caamas, puis de la résistance face au One Sith de Darth Krayt.

155 à 300 ABY : Montée du Soft Power : Les reconstructions sont toujours favorables à des périodes de boom économique et celle suivant la Guerre Civile Impériale ne fera pas exception. Le nombre de marchés explose et permet aux grandes entreprises de prospérer sur la misère de nombreux peuples galactiques. Cette période est aujourd'hui connue sous le nom de « l'ascension du Soft Power », car la doctrine des deux principales superpuissances se reposera en grande partie sur la diplomatie : l'Empire poursuit de manière plus ambitieuse encore le programme « La Victoire sans la Guerre » et concentre ses efforts sur des systèmes en bordure des Régions Inconnues, aidé dans la planification de la reconstruction par des superviseurs Chiss de la maison Csapla.

Du côté de l'Alliance Galactique, la reconstruction est plus chaotique : si l’État créer et subventionne certains programmes, de larges latitudes sont laissées à l'échelle des systèmes, ce qui permet à des grandes entreprises de pouvoir prospérer en dominant plusieurs marchés. La fin de la guerre et l'éloignement de la menace provoquent également une baisse du budget militaire et une réduction progressive des effectifs au sein de l'armée, ce qui ouvre naturellement la porte à certaines entreprises mafieuses qui s'installent sur les territoires abandonnés par le pouvoir central pour installer leurs propres jougs. Les systèmes les plus commerciaux, Corellia en tête, prospèrent au dépend des autres, ce qui permet aux grandes entreprises de pouvoir influencer non seulement les politiques économiques, mais également diplomatiques.

Les Sith eux-mêmes ne font plus parler d'eux. La stratégie visant à tenter d'infiltrer les pouvoirs centraux des superpuissances ne survit pas à la rivalité entre les différentes factions Sith qui s'entre-déchirent rapidement. Le One Sith disparaît et laisse place à une certaine forme d'anarchie. Certains Seigneurs Sith tentent de prendre le dessus sur leurs rivaux, mais ne parviennent pas à se maintenir assez longtemps au pouvoir pour disposer d'assez d'influence pour avoir une action décisive. D'autres préféreront tenter leur chance dans la galaxie, provoquant quelques conflits de basse intensité.

305 ABY : Retour sur Coruscant : l'Ordre Jedi poursuit sa mission de Gardien de la Paix de la Galaxie. En sous-effectif depuis le massacre d'Ossus, l'Ordre se reconstruit patiemment et entreprend une opération de purification du Temple de Coruscant suite à son occupation par le One Sith durant dix ans. Après un travail patient et minutieux, le temple est de nouveau un lieu de vie en paix et en harmonie avec la nature en 305 après la bataille de Yavin et permet au Grand Maître de l'époque de réinstaller le principal temple Jedi dans la capitale de la galaxie.

315 à 325 ABY : Raid sur la Bordure Extérieure : Une série de raids de pirates s'aventure de plus en plus profondément dans la Bordure Extérieure et sème la terreur sur nombre de mondes, les voyages spatiaux devenant de moins en moins sûrs. Une rumeur, alors considérée comme folle, parle de plusieurs sensitifs dotés de sabre-laser écarlate commandant les pirates s'attaquant aussi bien aux convois de l'Alliance Galactique qu'à ceux des Hutts. Si pour beaucoup d'observateurs, cela n'est sans doute qu'un mouvement du syndicat du crime Tenloss ou du Soleil Noir, les Jedi prennent au sérieux le retour de la menace Sith et envoie un Maître et son Padawan enquêter sur ce problème.

Cette enquête sera longue et périlleuse, mais le Wookiee Tripocca et la Padawan humaine Alicia Kraine parviennent finalement à débusquer les Jedi Noirs du Seigneur Sith Darth Insidious, poussant les militaires alliés à une réaction presque disproportionnée pour mettre fin à cette menace par une frappe orbitale sur leur base, située dans le système Hutt. Cette réaction musclée provoque un double scandale, aussi bien diplomatique, les Hutts réclamant des comptes aux Alliés, que dans le gouvernement lui-même. Le ministre de la défense démissionne et une valse des généraux s'opère dans l'espoir de calmer la gronde.

347 ABY : Trouble sur Bakura : Une mission commune sur ordre du Triumvirat Galactique entre Alicia Kraine, devenue Chevalier Jedi, et le Chevalier Impérial Antaro Chronus, suite à des incidents aux frontières de Bakura, mène à la découverte et à la neutralisation d'un Cyborg espionnant le gouvernement de Bakura pour le compte de l'espère extragalactique des Ssi-Ruuk. L'Alliance et l'Empire ne parviennent toutefois pas à se mettre d'accord sur le lieu où le corps cybernétique de l'espion sera transféré, ce qui permet aux grands conglomérats de mettre au point une opération pour le récupérer. Aujourd'hui encore, les suites de ces incidents ne sont pas claires, mais il est certain que le corps fut dérobé par une organisation inconnue et mené jusqu'au Secteur Corporatiste. Impériaux et Alliés se rejettent mutuellement la faute du fiasco final sans avoir conscience des conséquences de cet échec dans quelques siècles.

362 ABY : Normalisation Diplomatique : Après plus de deux siècles de brouille suite à la neutralité Hapienne lors de la Guerre Civile Impériale, les dynastie Fel et Djo acceptent enfin d'enterrer la hache de guerre et organisent ensemble plusieurs jours de célébrations sur Bastion où la Reine Mère, Sérène Djo, est en personne présente aux côtés de l'Empereur Elias Fel. Pour beaucoup d'observateurs, il s'agit en réalité d'une victoire économique Hapienne. Le Consortium est de plus en plus présent dans les affaire diplomatiques et économiques et s'affirme peu à peu comme le champion du Soft Power, bien qu'en cette période, la doctrine de la maison Djo semble être avant tout de s'enrichir tout en veillant à rester neutre dans la plupart des conflits. Les produits de luxe Hapien inondent les marchés impériaux et sont rapidement un vrai succès commercial, les riches nobles de l'Empire Galactique se les arrachant à prix d'or.

376 à 380 ABY  : L'Anomalie : La montée de l'influence Hapienne n'est pas du goût de tout le monde au sein de l'Empire, particulièrement chez les Moffs. Lorsque l'Empereur Elias Fel meurt de vieillesse, ils décident de profiter de la vacance du pouvoir et donc d'une période de relative faiblesse de la maison impériale pour placer à la tête de leur organisation le Grand Moff Trump. Populiste, cet entrepreneur défend une ligne dure basée sur le retour aux valeurs fondamentales de l'Empire et veut imposer des taxes sur tous les produits n'étant pas originaires de celui-ci. Ses actions sont toutefois limitées par le Nouvel Empereur ainsi que la Cour de Justice Impériale et il quitte ses fonctions après seulement quatre ans placés sous le signe de l'échec de sa plus grande réforme : construire un cordon de fortification orbitale sur toute la frontière entre l'Empire et l'Alliance Galactique.

405 à 407 ABY  : Répression sanglante : Une nouvelle vague de soulèvements contre l'esclavage et la criminalité secoue la Bordure Extérieure. Dépassés par les événements, les Cartels Hutts perdent du terrain alors que les citoyens, peu équipés, mais très nombreux, surclassent facilement les mercenaires payés pour les défendre. Plusieurs barons du crime sont assassinés, notamment sur Tatooïne, et leurs dépouilles géantes exposées afin de prouver qu'ils sont aussi mortels que n'importe qui. Les leaders réunissent le grand conseil et bien que certains s'amusent des difficultés de leurs rivaux, tous s'accordent à dire qu'il faut une réponse violente et sanglante pour rétablir l'ordre. Les Hutts se tournent alors vers Mandalore. Si le Mand'Alor de l'époque se détourne de ces clients peu honorables, le Clan Vizsla perçoit la possibilité « d'un bon entraînement » et accepte le contrat.

Khul Vizsla, le Chef de Clan, mène une campagne aussi rapide que brutale contre les insurgés. Si les effectifs de son clan sont sans doute cent à deux-cents fois inférieurs à ceux de ses ennemis, sa supériorité technologique, tactique et son absence d'état d'âme lui permettent d'obtenir rapidement des résultats : il éteint le feu de la révolte par la terreur, en massacrant des villages entiers, que cela soit par frappe orbitale ou en envoyant ses troupes faire le travail au blaster. En deux ans, la région est de nouveau pacifiée. Si Vizsla obtint une paye confortable pour son clan, plusieurs clans de Mandalore s'insurgent contre ces pratiques, indignes des canons de l'honneur, et seule la poigne de fer de Mand'Alor permet d'éviter que la situation ne dégénère de nouveau en conflit armé.

420 à 440 ABY  : Complot princier : La présence grandissante du Consortium d'Hapès au sommet de la hiérarchie du « Soft Power » et l'accroissement de sa puissance économique n'est pas du goût de tout le monde : les clans Bothans mettent entre parenthèses leurs querelles dans le but d'établir un plan visant à l'assassinat de la Chume'da afin de mettre un terme à la lignée Djo : la Reine n'ayant eue que deux enfants, dont un fils ne pouvant hériter du trône, ils espèrent provoquer un conflit d'influence entre les grandes maisons nobles qui détournera l'appétit vorace de ses entrepreneurs de la galaxie au profit de la lutte pour le titre de divinité parmi les étoiles.

Les Bothans misent sur un temps long et, ironiquement, se rapprochent des milieux les plus intégristes du Consortium afin de soutenir leurs complots contre la Reine. Mais leur implication dure trop longtemps et finit par être découverte par les agents d'une autre monarchie au service de l'Alliance Galactique, les Handmaidens de Naboo. La Reine, dans l'espoir d'éviter un conflit ouvert, prévient son homologue d'Hapès qui déclenche une répression sanglante contre les complotistes. Les Bothans parviennent toutefois à effacer leurs traces et l'Alliance Galactique refuse de les condamner sans preuve. Pour beaucoup au sein des grandes monarchies galactiques, Naboo, Hapès et l'Empire en tête, l'Alliance ne fait que soutenir les Bothans dont elle est en grande partie dépendante pour son service de renseignements, ce qui va empoisonner les relations diplomatiques entre Hapès et l'Alliance pour les prochaines décennies.

450 à 500 ABY  : Crise dans le Secteur Corporatiste : Alors que l'économie reste à son plus haut niveau et que la paix pousse la population à consommer en masse avec des taux de croissance pour les entreprises encore jamais atteints, le Secteur Corporatiste peine à tirer politiquement son épingle du jeu. Sa puissance financière s’accroît, peut-être encore plus que celle de Hapès, mais les grandes entreprises qui la composent sont incapables de mettre de côté leurs rivalités, et l'administration du secteur pose question dans une galaxie où les deux principales puissances galactiques tentent d'offrir les meilleures conditions de vie possibles à leurs citoyens.

Pour tenter de régler la question une bonne fois pour toute, plusieurs entreprises envisagent d'avoir recours à une solution militaire. Si les Mandaloriens sont naturellement approchés, beaucoup préfèrent ne pas avoir recours à une puissance étrangère et fondent des Sociétés Militaires Privées dans le but de défendre leurs intérêts. L'Alliance Galactique aussi bien que l'Empire observent ces développement avec inquiétude et convoquent le Triumvirat Galactique, qui est devenu bien plus une organisation de contrôle économique que politique. Les Jedi prennent finalement la tête d'une mission de médiation afin d'éviter l'éclatement d'une guerre civile risquant de révéler les lignes de fractures entre les deux grands. Un compromis est finalement trouvé, au prix pour le Secteur Corporatiste de réformes visant à permettre à la population de pouvoir mieux vivre tout en permettant de partager le pouvoir administratif entre les différents grands groupes. Une commission composée de Jedi, de Moff Impériaux et de sénateurs de l'Alliance est chargée de surveiller les progrès du Secteur, mais les dissensions entre les membres de cette commission ne lui permettront jamais d'être efficace et cette médiation permettra bien plus tard à un nouvel acteur de prendre le dessus sur les autres.

518 ABY : Sécuriser l'inconnu : L'Ascendance Chiss décide d'adopter un plan ambitieux, planifié sur plusieurs siècles, visant à une pacification des Régions Inconnues. En réalité, ce n'est qu'une guerre de conquête visant à s'approprier plus de planètes afin de pouvoir exploiter de nouvelles ressources et ne pas être dépassée par l’appétit vorace des grandes entreprises galactiques, que les Aristocra perçoivent comme une menace au modèle ordonné de leur société. Ils tiennent même leurs alliés impériaux à l'écart des objectifs réels de leurs plans et se contentent de présenter un nouveau grand projet de colonisation de monde vierge dont les xéno-biologiste eux-mêmes ne connaissent que bien peu de choses. Les spécialistes impériaux ne sont pas dupes, ces planètes sont notamment choisies pour leurs proximités avec les routes des flottes Vaagari : les Chiss espèrent bien que les extragalactiques ne résisteront pas à la tentation d'attaquer les colons et comptent là-dessus pour lancer leurs campagnes militaires. Toutefois, les Impériaux ne font rien pour les décourager, sachant très bien que cela leur sera profitable à long terme.

530 à 560 ABY : Le jeu du chat et de la souris : Misant sur un plan basé sur un très long terme, à leur échelle toutefois, les Chiss parviennent à leurs fins en 530, lorsque l'une de leurs nouvelles colonies est prise d'assaut par les Vaagari. Ils répliquent en mobilisant leurs Syndics et leurs flottes de combat, toutefois, le conflit s'enlise rapidement dans une forme de combat de « basse intensité » : les flottes se recherchent dans l'espace, et les escarmouches sont souvent brèves, mais très violentes. Les Impériaux profitent de ce conflit pour envoyer quelques troupes en guise d'entraînement, mais leur soutien n'est basé que sur un engagement volontaire et les esprits ne sont pas encore tournés vers les conflits, ce qui explique pourquoi ils ne sont que si peu nombreux. Le peuple de Thrawn remporte la victoire finale en 560, repoussant leurs adversaires dans des régions inexplorées considérées comme trop éloignées pour être explorées de manière sûre. L'attention de l'Ascendance se détourne vers un ancien rival.

583 ABY : Création de Cyberdyne : Le Secteur Corporatiste voit la naissance d'un nouveau géant de la haute technologie, Cyberdyne Systems. Les annonces de ses patrons, qui promettent d'améliorer le quotidien des populations galactiques grâce à la cybernétique et de caresser le vieux rêve de l'immortalité laissent de nombreuses personnes sceptiques, la cybernétique inspirant encore à l'époque beaucoup de dégoûts dans les populations galactiques. Toutefois, certains investisseurs Hapiens perçoivent un marché pour Cyberdyne et investissent dans l'entreprise, notamment plusieurs membres de la famille royale. Ils n'y voient encore que l'intérêt cosmétique, les accidents de la vie pouvant défigurer le physique parfait Hapien, la cybernétique pourrait peut-être apporter une réponse à ce problème en créant des prothèses imitant parfaitement l'anatomie humaine.

612 à 617 ABY : Escarmouche sur Coruscant : Une enquête conjointe de l'Escadron Spectre et de l'Ordre Jedi révèle que le Sénateur de Fondor, Konstantin Klutchenko, est en réalité un Vigo influent du Soleil Noir dans le Noyau. La tentative pour l'intercepter sur Coruscant tourne toutefois au conflit chaotique entre l'Escadron Spectre et les gardes du corps du Sénateur. Celui-ci gagne assez de temps pour rejoindre les troupes du Soleil Noir et une bataille s'engage dans les hautes spires de Coruscant. Cette dernière, particulièrement spectaculaire, est retransmise en direct par plusieurs média d'Holonews et fait sensation. Klutchenko est finalement tué alors que son Speeder s'encastre dans une haute tour, tuant une dizaine de personnes y travaillant dans l'incident. L'échec de son arrestation provoque la mutation immédiate du leader de l'Escadron Spectre, qui rejette la faute sur les gardes du corps du Sénat qui ont protégé un criminel au mépris du statut du Jedi et de l'Escadron. Perçu comme injuste et politique, ce limogeage empoisonnera longtemps les relations entre les Spectres et les politiques alliés.

Cet échec médiatique n'est toutefois pas un échec complet : la mort du Sénateur provoque une lutte de pouvoir entre ses lieutenants et une guerre des gangs se déclenche dans le fameux secteur 1313. Pendant cinq ans, les conflits incessants, dont tout le monde se détourne à la surface, font rage et la police Coruscantii est incapable d'y répondre avec efficacité. Les civils, bien que pauvres, finissent par se cotiser pour tenter de réunir une somme pour réclamer l'assistance des Mandaloriens. La somme reste modeste, mais le Clan Fett ne reste pas insensible à la supplique des laissés-pour-compte et accepte d'engager le Journeyman Protector de Concord Dawn pour pacifier les bas-fonds de Coruscant. Bien que seul, il met fin au conflit entre les gangs en trois semaines en éliminant la tête de chacune des factions présentes, puis en faisant exploser leurs stock de munitions. Pillant leurs ressources, il repart en considérant ses gains comme un salaire suffisant pour son action, épargnant aux habitants du 1313 de perdre toutes leurs économies. Ce conflit brisera l'influence du Soleil Noir dans le Noyau qui ne se remettra jamais de cette perte, les Vigo suivant restant faibles et trop occupés à surveiller leurs arrières pour faire prospérer leurs affaires.

650 ABY : Apogée du Soft Power : En 650 ABY, la Galaxie connaît l'apogée du Soft Power, dans lequel, dans une ironie cruelle, les Jedi voient leur devoir sacré, celui de préserver la paix, repris par les grandes entreprises au nom du profit à outrance, qui s'affaiblit lors des périodes de conflits. Pourtant, c'est cette même recherche du profit à n'importe quel prix qui permettra aux états de reprendre la main, ainsi qu'aux tensions de réapparaître. Certaines régions de la galaxie sont laissées pour compte et les révoltes grondent chez les exploités qui réclament plus de justice sociale à des gouvernements alors souvent impuissants. L'Alliance commence à s'enfoncer doucement dans une indécision qui finira par lui être fatale quelques siècles plus tard, mais à cette date, personne ne le soupçonne encore. Pourtant, les historiens actuels s'accordent pour dire qu'elle représente un tournant.

674 ABY : Incidents sur Tatooïne : La classique de la Boonta Eve, la course la plus importante de Podracers, ne trouve pas de vainqueurs en cette année 674 : les colons fermiers se sont enfoncés trop loin dans les territoires Tuskens et en représailles, les clans Tuskens attaquent la course avec férocité, éliminant de nombreux concurrents ainsi que des spectateurs coincés dans les tribunes, la fuite des riches étant privilégiée par les Hutts. Ces derniers, furieux d'avoir perdu beaucoup d'argent, décident de lancer une campagne contre les Tuskens, mais abandonnent après trois mois de chasse à l'aveugle dans le désert glissant leurs troupes de mercenaires dans des embuscades mortelles, lors de tempêtes de sable se déclenchant subitement.

686 ABY : Massacre sur Bonadan : Une nouvelle révolte d'ouvriers secoue Bonadan, un groupe galactique modeste, mais disposant d'appuis au Sénat de l'Alliance ayant parvenu à dissimuler ses activités et les conditions de travail inhumaines au grand public. Si la révolte est pacifique, elle laisse le conseil formé pour assurer la stabilité du secteur sans réponses : les discussions s'enlisent, chacun défendant son propre intérêt avant même de songer à celui de la population ou même du Secteur Corporatiste. Mais la question cesse d'être d'actualité lorsque les officiers de la police locale qui entouraient l'usine, davantage pour protéger les grévistes menacés par des mercenaires engagés par les corporations que pour les enfermer, découvrent un carnage sans précédent : aucun ouvrier n'a survécu et les corps ont parfois été éventrés à mains nues. La consultation des caméras de vidéo-surveillances montre une silhouette féminine se frayant un chemin parmi les grévistes terrifiés. Cyberdyne vient de lancer son premier androïde de combat. La police tente de lui donner la chasse, mais échoue à retrouver le prototype, baptisé ISIS. Ses performances circulent toutefois rapidement dans le marché noir, et Cyberdyne est bientôt contactée par des clients bien peu recommandables recherchant à placer ce droïde dans leurs arsenaux.

702 à 708 ABY : Bakura face à la guerre : Après plusieurs dizaines d'années de veille et de préparations, les Ssi-Ruuk lancent leurs plans d'invasion de Bakura. Ils ont accéléré leurs prévisions face à la propagation Chiss dans les Régions Inconnues, mais l'Ascendance propose son assistance aux Bakurans. Ces derniers perçoivent bien les arrières-pensées des Aristocra, mais sont dépassés par la puissance de leurs ennemis et contraints d'accepter l'aide Chiss. L'Ascendance préfère mener une campagne lente basée sur l'épuisement des ressources adverses afin de pouvoir contre-attaquer avec force, mais rarement. De ce fait, le conflit s'enlise pendant six ans, mais se termine par la victoire finale de la coalition de Bakura et des Chiss. D'après les estimations des observateurs impériaux comme alliés, les Ssi-Ruuk semblent cette fois définitivement brisés.

La fin de la guerre permet aux Chiss de s'assurer de très bons accords commerciaux avec Bakura aux dépends de l'Alliance Galactique. Indirectement, il permet également à l'Empire de disposer d'une sorte de tête de pont dans le sud de la galaxie et à l'Ascendance de s'assurer désormais de contrôler pratiquement toutes les frontières vers les Régions Inconnues, une condition nécessaire pour la dernière étape de leur campagne d'expansion lancée il y a plusieurs siècles maintenant.

720 ABY : Naissance d'Alianka Djo : En l'an 720, Alianka Djo nait. Fille de la Reine-Mère de Hapès, elle devient officiellement la Chume Da et la famille royale reçoit les félicitations des régimes de toute la galaxie, particulièrement celles de la Dynastie des Fel. Pourtant, la situation des Djo n'est guère brillante : les Reines ont perdu en puissance, les Jedi se méfiant d'elles à cause de leurs positions de pouvoir. Elles se sont également affaiblies dans la puissance intérieure, plusieurs Matriarches pouvant même avoir la prétention de disposer d'une influence extérieure plus importante grâce à l'argent. C'est seulement la crainte de voir l'Alliance Galactique ou l'Empire voler au secours de la famille royale qui a conduit les Matriarches à ne pas attenter à la vie de la famille royale, mais le Conseil représente alors la véritable autorité du Consortium de Hapès.

730 à 740 ABY : La Guerre Éternelle : La politique expansionniste de l'Ascendance Chiss a mené ces derniers jusqu'aux frontières de l'Empire de Zakuul. Jadis puissante nation, l'Empire de Zakuul s'est replié sur lui-même au fur et à mesure que la galaxie s'est enfoncée dans les guerres, au point qu'à l'ère de Palpatine, il n'était plus considéré que comme une vague légende. Les Chiss ont conscience toutefois qu'il ne faut pas sous-estimer cet ancien géant. Dans l'espoir de ne pas avoir besoin de réclamer l'aide de l'Empire Fel, ils réactivent les anciennes institutions de l'Empire de la Main afin de pouvoir utiliser la technologie des cylindres Spaarti, permettant de fabriquer très rapidement des troupes fraîches. Et cette mesure n'est pas inutile, car si les armées de Zakuul sont inférieures en nombre, elles sont très bien fortifiées, bénéficient du soutien des Chevaliers de Zakuul, un ordre de sensitif, ainsi que de la Flotte Éternelle, qui peut garnir ses effectifs à l'infini.

Malgré toutes les précautions des Chiss et une certaine supériorité technologique, le conflit s'enlise rapidement. L'Alliance tente de reprendre diplomatiquement la main au Triumvirat Galactique en voulant s'imposer comme médiatrice, plusieurs grandes entreprises pensant pouvoir commercer avec Zakuul, mais l'Empereur Fel, bien que n'appréciant que peu cette guerre, refuse de laisser tomber son principal allié et fait usage de son droit de veto. Afin de ménager la chèvre et le chou, il n'engage toutefois pas directement les forces impériales dans le conflit et crée à la place des unités de « volontaires » afin de pouvoir tout de même disposer de données tactiques. Les Chiss décident également à la surprise générale de se rapprocher de Mandalore. Le Mand'Alor de l'époque obtient un contrat juteux pour l'engagement du clan Fett au grand complet, dont la tâche sera de traquer les membres des Chevaliers de Zakuul.

Cette guerre de dix ans fera de nombreuses victimes, mais les Chiss n'en ont cure : les clones, basés sur des humains, sont sacrifiables, les Mandaloriens sont résilients et connaissent les taux de pertes les plus faibles, tandis que les destructions que la coalition sème derrière elle l'arrangent, car elle pourra reconstruire le secteur selon ses propres désirs. Malgré une résistance héroïque, l'Empire de Zakuul finit par s'effondrer en 740. Toutefois, les Chiss ne parviennent à mettre la main sur le Trône Éternel, qui leurs aurait permis de pouvoir prendre le contrôle de la Flotte Éternelle. Cette dernière s'est enfuie dans l'espace avec l'Empereur et les derniers membres de sa cour. Les Aristocra demandent au Clan Fett de les poursuivre, mais le Chef de Clan refuse car cela ne fait pas partie des attributions de son contrat et rentre sur Mandalore. Si les Chiss peuvent revendiquer la victoire, ils lancent leurs agents à la recherche de l'Empereur et des derniers vestiges de la flotte Éternelle.

Cette dernière a trouvé d'abord refuge au sein du Secteur Sith. Puissant sensitif rendu fou par la destruction de son Empire, l'Empereur Éternel Cao Hang n'a aucun mal à soumettre les restes de l'Ordre Sith, toujours en plein chaos, à sa volonté. Il obtient toutefois de ces derniers des informations intéressantes sur la nature de la galaxie et comprend rapidement que la rumeur sur la stérilité de la dernière Reine-Mère de Hapès, Alianka Djo, pourrait jouer en sa faveur. Son plan pour prendre sa revanche sur la galaxie entière se met en marche.



Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum